Généalogie - Maison des Hugues de Lusignan et Geoffroy la Grand' Dent

(Château médiéval de Vouvant, tour Mélusine - cie Capalle)

 Les principales, familles sorties de la souche 1er des Lusignans sont celles des comtes de Pembrocke et d'Eu, des seigneurs de Vouvant, de Saint-Gelais, de Lezay, de Couhé, de Lestang, des Marais, de Beauregard, et les Lusignans, rois de Chypre.

Le nom des Lusignans du Poitou et de la Marche en France s'est également perpétué par des alliances et des substitutions. « Quant à la famille royale des Princes de Chypre, nul des personnages qui ont eu l'audace de se parer de leur nom en France et en Italie, dit M. de Mas-Latrie, ne pourrait justifier ses prétentions par un acte sérieux. Ils n'oseraient produire leurs actes de naissance. La seule maison dans laquelle paraisse s'être conservé avec quelque raison le droit de porter le nom des Lusignans de Chypre se trouve en Orient.

 C'est une famille aujourd'hui bien déchue, nommée Roux, ou Le Roux, dispersée entre Constantinople et Smyrne, et dont la grand - mère ou l'aïeule commune portait le nom de Lusignan. »

La dynastie des Hugues qui occupa le château de Lusignan, depuis son origine jusqu'en 1315, époque à laquelle les comtés de la Marche et d'Angoulême furent confisqués par le roi de France Philippe le Bel.

 

Hugues Ier, dit le Veneur « Venetor »

chef des Lusignans de France (cité en chronique de Saint Maixent)

Hugues, sire de LUSIGNAN, Ier du nom, surnommé Hugues le Veneur, vivait au dixième siècle sous le roi Louis d'Outremer. Il était fils puîné de Guillaume-Hugues, comte de Poitou en 935 et duc d'Aquitaine en 950 et de Gillette, fille de Rolon, duc de Normandie. Fut aussi appelé Tête d'Étoupe, à cause de sa chevelure épaisse et blonde, ce qui lui valut enfin le surnom de Lesignem.

 Son frère Guillaume Ier, comte de Poitiers, lui donna, l'an 970, la petite ville de Lusignan en Poitou, dont il prit le nom et d'où ses descendants s'élancèrent pour aller conquérir les royaumes de Jérusalem, de Chypre et d'Arménie. Il avait épousé la dame de Melle, qui, après la mort de son mari, fut appelée Mélusine, parce qu'elle était dame des deux châteaux de Melle et de Lusignan.

La chronique de l'abbaye de Maillezais ne donne à Hugues Ier de Lusignan qu'un fils qui suit :

 


 

Hugues II, dit le Cher ou le Bien-Aimé  meurt vers 967

 

Hugues II, sire de LUSIGNAN, IIe du nom, surnommé le Bien-Aimé. Il vécut sous le règne du roi Lothaire, et sous le gouvernement de Guillaume II, comte de Poitiers.

Il était encore jeune lorsque son père mourut, et c'est pendant la tutelle exercée par sa mère que fut construit le château de Lusignan dans des conditions si difficiles et si extraordinaires que les auteurs fabuleux en ont fait une oeuvre de la fée Mélusine. ( d'après la chronique de Maillezais)

Brantôme s'exprime ainsi au sujet de ce manoir : « Ce château si admirable et si ancien qu'on pourroit dire que c'étoit la plus noble marque de forteresse antique et la plus noble décoration vieille de toute la France, et construite, s'il vous plaît, d'une dame des plus nobles en lignée, en vertus, en esprit, en magnificence et en tout qui fut de son temps, voire d'autres, qui fut Mélusine, de laquelle il y a tant de fables; et bien que ce soit fables, si ne peut-on dire autrement que tout beau et bon d'elle, et, si l'on veut dire la vraie vérité, c'étoit un vrai soleil de son temps, de laquelle sont descendus ces braves seigneurs, princes, rois et capitaines, portant le nom de Lusignan, dont les histoires en sont pleines. »

Quoi qu'il en soit, ce château, qui dominait la ville du même nom, située à quatre lieues de Poitiers, devint le chef-lieu d'une sirerie ou baronnie considérable dont relevaient plusieurs paroisses et châtellenies. La beauté de cette forteresse, l'étendue de ses fortifications, sa situation avantageuse sur une montagne environnée d'autres montagnes, qui servaient à la couvrir et à la défendre, la richesse et la variété des pays circonvoisins, tout enfin commandait l'admiration et la surprise, et donnait la plus haute opinion de la magnificence et de la richesse des possesseurs de ce manoir. Il n'en fallait pas moins pour accréditer au loin les enchantements de la fée Mélusine, célébrés par toutes les vieilles chroniques qui ont fait mention des sires de Lusignan. Mort avant l'an 967, Hugues II laissa trois fils :

1° Hugues III, qui suit;

2° Josselin de Lusignan, qui épousa l'héritière du château de Parthenay et duquel descendent les maisons de Parthenay et de Larochefoucauld mourut vers l'an 1014 ;

5° Aimeric de Lusignan, archidiacre de Poitiers, qui vivait en 1010.

Les armes de Parthenay sont : burelé d'argent et d'azur de dix pièces, qui est de Lusignan; à la bande de gueules, brochant sur le tout. De même pour Parthenay de Soubise.

Celles de Larochefoucauld sont : burelé d'argent et d'azur de dix pièces, qui est de Lusignan; à trois chevrons de gueules, le premier écimé, brochants sur le tout. C'est en souvenir de celle origine que les seigneurs de Larochefoucauld ont toujours pris des sirènes ou Mélusines pour tenants de leurs armes.

 


 

 

Hugues III, dit le Blanc meurt vers 1012.

Vivait sous les règnes de Hugues - Capet et de Robert. Citée acte 1010 donations à Saint-Cyprien de Poitiers

Epouse : Arsende

Enfant : Hugues IV qui et 2° Robert de Lusignan qui vivait en 1028.

 

Lusignan Vouvant - Fougères - Mélusine (1)

Hugues IV, dit le Brun ou le Chilliarche (1029)

né vers 985 julien

(commandant de mille hommes), conserva probablement ce dernier nom après la guerre contre les Sarrasins d'Espagne, où il s'était rendu en 1020.

Parmi les preuves de sa munificence, on cite le don fait en 1010, en faveur de l'abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers, d'un bois dépendant de son château, et la fondation, en 1024, du monastère de Nouaillé, Il est en outre cité avec son fils Hugues V, dans une lettre que le pape Jean XIX écrivit en 1021 au duc de Guyenne.

Le sire de Lusignan eut toujours de longues guerres à soutenir contre ses voisins, notamment contre Raoul Ier et Savary IV, vicomtes de Thouars, et contre Aimeric de Malval, qui s'était emparé du château de Casiac, lequel avait appartenu à Josselin de Parthenay, oncle de Hugues IV de Lusignan. Celui-ci, en représailles, s'était saisi du château de Malval, propriété d'Aimeric. Hugues dut combattre ensuite contre Guillaume III, comte de Poitiers, Ier duc d'Aquitaine de ce nom, parce que ce prince, au mépris de sa promesse, avait remis le château de Malval entre les mains des héritiers d'Aimeric. La prise du château de Gensac fut encore un des résultats de la guerre entre le sire de Lusignan et les sires de Malval.

 Soutint une guerre contre Guillaume IV, duc de Guyenne.  Cité en 1025 dans une chronique de Saint-Maixent ou il revendique les terres de Vivonne, Melle, Gençay, Chizé, Malvau, Civray et Confolens contre Guillaume VII. Fondateur des Eglises de Lusignan, du château et du prieuré de Saint –Martin de Couhé

Guillaume-le-Grand, comte de Poitiers, s'opposa longtemps au mariage de Lusignan avec Aldéarde, fille de Raoul, vicomte de Thouars, sans doute pour empêcher ces deux seigneurs de se lier plus étroitement dans leurs intérêts contre sa propre autorité, et avec d'autant plus de raison que. ces barons avaient eu avec lui de fréquentes guerres. Mais Lusignan, soit par inclination, soit pour terminer ses différends avec les vicomtes de Thouars, ne tint pas compte du mécontentement de son suzerain, et épousa Aldéarde. Il en résulta entre Lusignan et le comte de Poitiers des hostilités qui ne cessèrent qu'après la mort de Hugues IV. Il mourut avant l'an 1030, laissant trois enfants :

 

Epouse : vers 1015  Audéarde  (Aldéarde) de Thouars (fille de Raoul Ier, vicomte de Thouars)

Enfant : Hugues V le Débonnaire ;  Rogues de Lusignan (Rorgon le moine) ecclésiastique, mentionné dans une charte du monastère de Nouaillé, Il vivait en 1030 et posséda la terre de Couhé;

; Renaud de Lusignan qualifié chevalier dans un acte de l'abbaye de Saint-Maixent de l'année 1029. Il vivait encore au mois de mars 1058.

 


 

Hugues V, dit le Débonnaire ou le Pieux

Né après 1015 julien

Seigneur de Lusignan et de Couhé. Tué le 8 octobre 1060  par des soldats du comte de Poitou (un autre duc de Guyenne, Guy-Geffroy. )

On cite, parmi ses frères, Robert de Lusignan qui fit le voyage de Terre sainte, du couvent Sainte-Catherine au mont Sinaï, et finit par s'établir en Palestine.

avait la réputation d'un habile homme de guerre ; aussi eut-il une grande part aux affaires de son temps. Il passa un traité à la date de l'an 1030 qui le fit rentrer dans la possession du château de Casiac et mit ainsi terme aux maux que la guerre répandait sur le pays. Dans une lettre de la même année, on voit le pape Jean XIX recommander à sa protection le monastère de Saint-Jean-d'Angely. Sa présence est constatée à la fondation de l'église de Notre Dame de Saintes en 1047. Il se brouilla de nouveau en 1060 avec le comte de Poitiers, Guillaume VI, qui vint assiéger le château de Lusignan. Hugues, après s'être défendu avec valeur, fut tué dans une attaque sur le pont-levis même de la place le 8 octobre de la même année. Son mariage avec sa cousine Adalmodis de la Marche, fille de Bernard II, comte de la Marche, avait été cassé pour cause de parenté; mais il en avait eu deux fils :

 

Epouse : Almodis (Adelmodis) de la Marche (fille de Bernard 1er comte de Marche et d’Amélie)

Enfants : Hugues VI le Diable de Lusignan ; Mélissende de Lusignan ;  Jourdain de Lusignan (Josselin de Lusignan, auteur de la branche de Saint-Gelais 1) ; Mahaut de Lusignan

 

Lusignan Vouvant - Fougères - Mélusine (2)

(château Fougères - tour mélusine)

 

(1) - Ce Josselin de Lusignan, qui vivait encore en 1106, forma une branche cadette qui prit le nom de Saint-Gelais. Ses fils furent : 1° Rodulphe de Lusignan  fondateur du prieuré de Saint-Gelais, ordre de Cluny, en 1109 ; 2° Isambert de Lusignan, qui suit. Isambert de Lusignan, surnommé Sennebaut, sire de Saint-Gelais , prit le nom de Saint-Gelais et le transmit à sa postérité. Il fonda, vers l'an 1120, l'abbaye de l'Etoile au diocèse de Poitiers. Il eut trois fils : 1° Ranulfe ou Hugues, 2° Guillaume, .5° Foulques, nommés dans un bref du pape Eugène III de l'année 1147, portant confirmation de la fondation de l'abbaye de l'Etoile faite par Isambert de Lusignan, leur père.

Les armoiries de la maison de Saint-Gelais sont : écartelé : aux 1 et 4, d'azur à la croix alesée, d'argent; aux 2 et 5, burelé d'argent et d'azur de dix pièces, qui est de Lusignan. Plus tard, on ajouta sur ce quartier un lion de gueules, couronné, armé et lampassé d'or, à cause des Lusignans de Chypre.


 

Hugues VI, dit le Diable ou de Jérusalem

né vers 1039

Comte de la Marche dit « Diable » à cause de sa force prodigieuse. Fit le voyage de la Terre sainte, où il périt en 1110. (Dans les dernières années de sa vie, il porte le surnom de Hugues de Jérusalem)

Hugues VI, sire de LUSIGNAN, comte de la Marche, dit le Diable et le Vieux, assistait à la défense du château de Lusignan, où il déploya beaucoup de bravoure ; mais une fois son père tombé mort à ses côtés, il s'empressa de négocier la paix et l'obtint son mariage eut lieu, vers 1092, avec Hildegarde de Thouars, fille d'Amaury IV, vicomte de Thouars et d'Aurengarde de Mauléon.

A l'époque où Hugues VI entra en possession de l'héritage paternel, l'immense mouvement religieux qui détermina les croisades agitait toute la chrétienté; aussi ce seigneur fut-il l'un des premiers du pays à se croiser.

Croisade

Guillaume IX, comte de Poitiers et duc d’Aquitaine, cédant aux instances des religieux et des troubadours, parmi lesquels il commençait lui-même à occuper un rang distingué, voulait se mettre à la tête d’une autre croisade, que l’on préparait pour porter des secours au nouveau royaume de Jérusalem ; abandonné dans sa faiblesse par la plupart de ses premiers conquérants. Le comte de Poitiers, qui avait besoin d’argent pour cette expédition, offrait au roi d’Angleterre, qui était fort riche, tous ses Etats en gage, de la Loire jusqu’à la Garonne, pour une somme considérable sur laquelle les deux princes n’étaient pas encore d’accord.

L'an 1101, le comte de Poitou, duc d'Aquitaine, prenant la croix à Limoges avec 150,000 hommes qu'il menait à la Terre-Sainte, s'adjoignit, pour le commandement de cette armée, Hugues-le-Grand, frère de Philippe Ier, roi de France; Hugues de Lusignan ; Etienne, comte de Blois ; Etienne, comte de Bourgogne; Geoffroy de Preuilly, comte de Vendôme; Harpin, vicomte de Bourges, etc., etc. Lusignan, à la tête de 800 hommes de cheval, se distingua dans cette croisade par une bravoure digne du surnom de Diable que l'histoire lui a conservé; mais une blessure reçue à Rama le 26 mai 1102, et les tristes conséquences de cette bataille, l'empêchèrent d'arriver au but de son pèlerinage.

Le duc d'Aquitaine, après avoir vu son armée détruite par la disette et la mésintelligence des chrétiens, plus encore que par le fer des musulmans, fut réduit à se sauver avec six hommes, mendiant son pain, jusqu'à Antioche.

C'est dans cette ville que Lusignan put le rejoindre après des souffrances inouïes. Remis de ses blessures, Hugues accompagna son suzerain aux sièges de Tortose et d'Ascalon, et revint avec lui en Europe en 1103.

Loin de pouvoir se reposer de ses fatigues, il ne fut pas plutôt de retour dans ses foyers qu'il lui fallut guerroyer contre Roger de Montgommery, comte de Lancastre, époux d'Adalmodis , nièce d'autre Adalmodis de la Marche, mère de Hugues VI de Lusignan, dont celui-ci revendiquait les droits sur le comté de la Marche.

Telle fut l'origine d'une guerre longtemps héréditaire dans les maisons de Lusignan et de Montgommery. Hugues VI succomba, en 1110, à une épidémie affreuse qui ravageait le Poitou et la Guyenne, et laissa de sa femme Hildgarde de Thouars :

Cité 1058 chartes  des ducs d’Aquitaine Guillaume VIII et IX en faveur de l’Abbayes de Saint-Pierre de Bourgueil renonçant à ses droits sur les terres de Saint-Maixent

Epouse : Av. 1060 Hildegarde (Aldéarde) de Thouars (fille d’Aimery II vicomte de Thouars et  d’Aurengarde de Mauléon)

Enfant : Hugues VII ; Rorgon de Lusignan; Yolande de Lusignan ; Mahaut (Mathilde), qui épousa Geoffroy 1er du Puy du Fou, fils Hugues Ier du PUY du FOU et de Pétronille d’Angoulême. (Aquitaine)

 

 


 

Hugues VII dit le Brun

Seigneur de Lusignan, comte de la Marche né vers 1065

Il assista en 1103, à l’assemblée que tint Guillaume IX le Troubadour, duc d’ Aquitaine ou Henri, fut élu abbé de Saint Jean  d’ Angely.

Il continua la guerre contre la maison de Montgommery et s'empara de plusieurs places importantes du comté en litige. De concert avec Sarrazine, sa femme, il fonda, en 1120, le monastère de Bonnevaux au diocèse de Poitiers. Hugues intervint dans la querelle qui eut lieu dix ans après entre Ulgrin et Géraud de Blaye à l'occasion du château de Montignac. A la tête de ses chevaliers, il vola au secours de la place attaquée par des forces considérables ; mais ses efforts furent vains, et les assiégés, épuisés par des pertes journalières, se virent contraints d'abandonner le château et de se sauver à la faveur de la nuit. Dans une charte de l’évêché de Poitiers, de l'an 1144, scellée de son sceau, ce seigneur est représenté à cheval, en habit de chasse, la trompe au cou, l'oiseau au poing, un chien sur la croupe du cheval; au contre-scel se trouve l'écu de Lusignan burelé d'argent et d'azur. Veuf depuis quatre ans, Hugues suivit le roi Louis-le-Jeune en Terre-Sainte à la croisade de 1146. On croit qu'il y mourut en 1148.. Ses enfants étaient :

Hugues VIII, qui suit ;

2° Guillaume de Lusignan, dit de Valence seigneur d’Angles par son épouse, mort sans enfants de Denyse,

3° Robert de Lusignan qui a été l'auteur de la maison de Montbron 1 ;

4° Simon de Lusignan, auteur de la branche des seigneurs de Lezay 2;

5° Valeran de Lusignan, mort sans enfants;

6° Aimée de Lusignan, femme de Guillaume, vicomte de Thouars, vivant en 1139.

Epouse : Av 1109 Sarrasine de Lezay

 

 


 

 

Hugues VIII, dit aussi LE BRUN et Le Vieux (1148-1173)

Seigneur de Lusignan et seigneur de Benet

Se croisa comme ses pères

Epouse : Bourgogne de Rançon dame de Fontenay et de Chabannes (Fille de Geoffroi Ier de RANCON, Seigneur de Taillebourg 1085-1153 et de Falsifie, dame de Moncontour)

Enfants : Hugues de Lusignan ; Robert de Lusignan ; Amauri II de Lusignan ; Guy de Lusignan (1 er de Chypre) fut choisi par Baudouin IV roi de Jérusalem pour épouser sa sœur Sibylle et lui apporta les comtés d'Ascalon et de Jaffa.; Raoul 1er de Lusignan ; Pierre de Lusignan ; Guillaume 1er de Valence ;  Geoffroi 1er de Lusignan  seigneur de Mervent, de Vouvent, de soubise, de Moncontour. Se proclame comte de la Marche.

Il partit pour la Terre-Sainte en 1163 (Hugo de Liziniaco qui cognomitus est Brunus, dit Guillaume de Tyr, XIX, 8. p. 894), et fut fait prisonnier à la bataille de Harim, de Harenc ou de Artah (1164).

En son absence, ses fils Hugues, Geoffroy, Guy et Amaury avaient pris part à l'insurrection des barons d'Aquitaine contre Henri II, roi d'Angleterre, et en Avril I I68, le Comte Patrice de Salisbury fut tué dans une rencontre avec Geoffroy de Lusignan.

Il était de retour en Poitou en 1171, puisque cette année il confirma les dons faits par son père Hugues VII et Sarrasine, sa femme, à l'abbaye des Châtelliers. (A)

 

Sceau de Geoffroy Ier de Lusignan, seigneur de Jarnac

- Geoffroy Ier de Lusignan, qui porta quelque temps le titre de comte de la Marche, puis de Joppé (Jaffa) ; il épousa Eustache Chabot, dame de Vouvant et de Mervent, dont il eut deux fils : Geoffroy la Grand' Dent,  et Guillaume, dont une fille unique, nommée Valence, porta par mariage les châteaux de Vouvant et Mervent dans la famille Parthenay- l'Archevêque. Eustache, étant morte vers 1204, Geoffroy Ier se remaria à Umberge de Limoges dont il n'eut pas d'enfant.

 

- Adalbert, comte de la Marche en 1177, étant sans enfants et partant pour Jérusalem, vendit son comté au roi d'Angleterre Henri II, et, malgré l'opposition que mirent à la vente Geoffroy de Lusignan et ses frères Hugues et Guy (désignés plus loin), Henri II prit possession de la Marche et reçut les hommages des barons et des chevaliers. Cette domination anglaise fut de courte durée.

Hugues de Lusignan co-seigneur de Lusignan Epouse Orengarde pour enfant Hugues IX

 


 

Hugues IX dit Le Brun

Née vers 1169 et mort le 11/1219 (Damiette à la 5e croisade)

comte de la Marche en 1190 puis d’Angoulême, reprend sur les Anglais le domaine des Lusignans. Suit Richard Coeur-de-Lion à la 3éme croisade

Epouse : Agathe de Preuilly (annulé)

            : en 1189 Mathilde, fille et héritière de Vulgrin III Taillefer, comte d'Angoulême

Enfants : Hugues X ; Agathe d’Angoulême - Lusignan

  

Lusignan Vouvant - Fougères - Mélusine (5)

 

Les frères de Hugues IX en Orient.

 

Geoffroy Ier s'illustra en Orient ; dès 1188, il était en Syrie, et en 1191 au siège de Saint-Jean-d'Acre, où il secourut son frère Guy.

De retour en Aquitaine, vers 1197, Geoffroy fut dépouillé de plusieurs de ses fiefs par Jean sans Terre en 1202, et il s'y rallia en 1204, après avoir en vain renforcé l'armée d'Arthur de Bretagne.

Il est cité parmi les chevaliers bannerets du Poitou en 1212, et Rigord rapporte qu'il se réconcilia l'année suivante avec Jean sans Terre, probablement à la suite du siège qu'il subit avec ses deux fils dans le château de Vouvant.

On lit dans Rymer (tome Ier, page 313), qu'en 1230, Henri III, roi d'Angleterre, libéra de prison un Geoffroy et un Aimeri de Lusignan, tous deux frères, devenus prisonniers, sur la promesse de Geoffroy de livrer ses châteaux de Vouvant et de Mervent au roi. Il s'agit évidemment de Geoffroy la Grand' Dent, et cet Aimeri, quoique non signalé par les généalogistes, n'était autre que son frère, car Geoffroy Ier eût été trop âgé en 1230, et Aimeri ou Amaury, roi de Chypre, mourut en 1205.

2° Guy de Lusignan qui, devenu roi de Jérusalem et de Chypre, fut le chef des Lusignans d'Outre-Mer et le premier souverain de son illustre famille.

Guy de Lusignan Roi de Jérusalem vitraux les Lucs sur Boulogne

(Guy de Lusignan Roi de Jérusalem vitraux Eglise les Lucs sur Boulogne)

==> Croisade : Guy de Lusignan à la rencontre du roi d’Angleterre Richard Cœur de Lion.

3° Amaury II de Lusignan, qui succéda à son frère Guy comme roi de Chypre, et transmit le royaume à ses descendants.

 


 

Hugues X

1195 – 05/06/1249 Inhumé à L’abbaye de Valence

comte de la Marche en 1208 et d'Angoulême en 1220, par son mariage avec Isabelle Taillefer d'Angoulême, veuve de Jean sans Terre roi d’Angleterre.

Hugues X, dit le Brun, seigneur de LUSIGNAN et comte de la Marche, avait été fiancé, en l'an 1200, avec Elisabeth, fille d'Aimar Ier Taillefer, comte d'Angoulème, et d'Alix de Courtenay. Ce mariage, qu'on croyait devoir mettre fin aux querelles survenues entre ces deux familles pour le comté d'Angoulême, fut au contraire la causé de grands et malheureux événements.

Jean-sans-Terre, roi d'Angleterre, enleva la femme de Hugues le jour de ses noces et l'épousa. On conçoit la fureur de ce dernier, qui, pour se venger de la violence du roi, lui suscita des ennemis et lui fit une guerre acharnée. Néanmoins il ne parvint à épouser Elisabeth qu'en 1217, après la mort de son rival. Compagnon du roi Louis IX en Palestine,

Lusignan assista, en 1219; au siège de Damiette, où sa bannière flottait à côté de celle de Henri Ier, son parent, roi de Chypre. De retour en France, son humeur turbulente l'entraîna dans des entreprises contraires à sa gloire. Il eut le triste courage de soutenir une guerre contre saint Louis et la fameuse Blanche de Castille. L'accommodement qui mit un terme à cette querélle, en 1230, et les promesses que ce seigneur fit à saint Louis dans l'assemblée de Melun d'observer à la rigueur ses ordonnances, ne l'empêchèrent pas de se révolter une seconde fois contre l'autorité royale en refusant l'hommage à Alphonse de France, comte de Poitiers, frère du roi.

 Défait complétement avec les Anglais, ses alliés, à la bataille de Taillebourg, le 22 juillet 1242, il alla se jeter aux pieds de saint Louis, qui lui pardonna, mais ne lui rendit jamais sa confiance. Il mourut l'an 1249 à Damiette, et fut enterré à l'abbaye de Valences qu'il avait fondée et laissa neuf enfants de sa femme Isabelle, veuve du roi d'Angleterre Jean-sans Terre.

 

Epouse : Isabelle Taillefer d’Angoulême, Reine d'Angleterre (1216)

Enfants :

 

Hugues XI, qui suit;

 

- 2° Guy de Lusignan, seigneur de Cognac.et de Merpins, qui accrut la puissance de sa maison en ajoutant à ses domaines le château d'Archiac et ses dépendances par suite d'une transaction faite en 1262 avec Aliénor, comtesse de Leicester. Cet acte, conservé, jusqu'à ce jour, est scellé de plusieurs sceaux, parmi lesquels on distingue celui de Lusignan ; il est en cire verte et représente, d'un côté, un cavalier portant en croupe un chien sur lequel il appuie, sa main droite; au contre-scel, un écu sur lequel sont gravées les armes de Lusignan, brisées d'un lambel de cinq pendants. Guy mourut sans postérité au mois de juillet 1281, en combattant pour secourir son frère maternel le roi d'Angleterre;

 

 3° Geoffroy de Lusignan, seigneur de Jarnac et de Châteauneuf, vicomte de Châtellerault par sa femme, Jeanne, fille unique de Jean, vicomte de Châtellerault, eut deux enfants, Geoffroy et une fille;

 

4° Guillaume de Lusignan, seigneur de Valences, et comte, de Pembroke par sa femme, dont il eut des enfants, fixés depuis en Angleterre;

 

5° Aimar de Lusignan, évêque de Winchester en Angleterre, mort à Paris l'an 1261 ;

 

6° Agathe de Lusignan, femme de Guillaume de Chauvigny, seigneur de Châteauroux ;

 

7° Alfaïs de Lusignan, mariée l'an 1247 à Jean, comte de Varennes, et morte l'an 1256;

 

8° Isabeau de Lusignan, mariée en premières noces à Geoffroy de Rançon, seigneur de Taillebourg, et en secondes noces à Maurice de Craon;

 

9° Marguerite de Lusignan, mariée à Raimond, dernier comte de Toulouse., dont elle se sépara. Elle épousa ensuite Aimeric VIII, vicomte de Thouars, puis Geoffroy, seigneur de Chateaubriand , et mourut l'an 1288.

 

 


 

Hugues XI, surnommé le Brun

 Né en 1221, comte de la Marche et d'Angoulême en 1249, de Penthièvre et Porhoët

Hugues XI, seigneur de LUSIGNAN, comte de la Marche et d'Angoulême (1), épousa, l'an 1238, lolande, d'abord promise à Richard d'Angleterre, comte de Cornouailles , et qui était fille de Pierre de Dreux, dit Mauclerc, et d'Alix comtesse de Bretagne. Il participe à la VIIe croisade, mort en juillet 1250 à la bataille de Mansourah.

Epouse : en 1238 Yolande de Dreux (fille de Pierre Mauclerc duc de Bretagne – Penthièvre)

Enfants 

Hugues XII, qui suit; .

2° Guy de Lusignan, seigneur de Cognac et de Couhé, mort sans postérité l'an 1288 ;

3° Marie de Lusignan, femme de Robert de Ferrières, comte de Nottingham;

4° lolande de Lusignan, mariée en premières noces au comte de Glocester, et en secondes noces à Pierre, seigneur de Préaux;

5° Isabelle de Lusignan, dame de Belleville et de Beauvoir.

(1)en vertu de la prise de possession du comté d'Angoulême, les seigneurs de Lusignan écartelèrent leurs armes de celles d'ANGOULÈME ancien qui sont : losange d'or et de gueules (alias), d'or à neuf losanges de gueules, 3, 5. 5.


Lusignan Vouvant - Fougères - Mélusine (3)

Hugues XII, en 1250.

comte de la Marche et d'Angoulême, seigneur de Fougères  (1237 – 1270)

Mort à Tunis lors de la VIIIe croisade

Epouse : vers 1255 Jeanne de Fougères (fille de Raoul II de Fougères et Isabelle de Craon)

Enfants : 

Hugues XIII, qui suit;

2° Guy de Lusignan, dit Guiard, seigneur de Couhé et de Peyrac, qui prit le titre de comte de la Marche et d'Angoulème après son frère., et mourut l'an 1307, après son fils Geoffroy ;

3° Isabeau de Lusignan, femme d'Elie Rudel, dit Renaud IV, sire de Pons;

4° Jeanne de Lusignan, mariée en premières noces à Pierre de Joinville-Vaucouleur, en secondes noces à Bernard-Eri Ier, sire d'Albret;

5° Marie de Lusignan, femme d'Etienne II, comte de Sancerre;

6° Isabeau de Lusignan, religieuse à l'abbaye de Fontevrault.

 


 

Hugues XIII,

Né le 25 juin 1259 et Mort en 1303 et fut inhumé dans l'église des Cordeliers d'Angoulême.

Epouse : en 1276  Béatrice de Bourgogne Dame de Grignon (Fille d’Hugues IV, duc de Bourgogne et de Béatrix de Champagne)

Yolande, en 1308, comtesse usufruitière des mêmes comtés, confisqués en 1315 par Philippe le Bel, au profit de Charles IV son fils.

 

Hugues XIII, seigneur de LUSIGNAN, comte de la Marche et d'Angoulème, marié en premières noces à Béatrix de Bourgogne, épousa plus tard Béatrix de Champagne.

 Ce seigneur, enfant prodigue de la famille de Lusignan, engagea au roi Philippe-le-Bel son château et le comté de la Marche pour des sommes considérables.

Il lui céda, en 1301, les terres de Chilly et de Longjumeau en échange de nouveaux domaines, et prit l'année suivante une part active à ces terribles guerres de Flandre qui devaient aboutir à la bataille de Courtray, où la noblesse française fut en partie décimée, et où 4,000 paires d'éperons dorés furent enlevés à 4,000 chevaliers par les bons hommes de Flandre, comme on les appelait alors.

Hugues n'eut pas la satisfaction d'assister à la glorieuse revanche que Philippe-le-Bel prit contre les Flamands au combat de Mons en Puelle; il mourut à Poitiers en 1303 sans laisser d'enfants. Il avait d'abord indiqué pour, héritier son neveu Geoffroy, fils de son frère Guy, mais ce jeune homme ayant péri, Hugues XIII révoqua au lit de mort son premier testament, et par ses dernières volontés organisa différents degrés de substitution qu'il étendit jusqu'à Renaud de Pons, son neveu.

Le roi de France qui se trouvait alors à Poitiers fit main basse sur le comté de la Marche. Les soeurs du défunt réclamèrent, mais Philippe trouva moyen de les apaiser en leur donnant d'autres terres.

Lusignan Vouvant - Fougères - Mélusine (4)

Avec Hugues XIII finit la branche aînée des Lusignan ; mais nous allons voir les branches cadettes jeter le plus vif éclat sur cette noble race et la conduire à l'apogée de la fortune.==> Armoiries des rois Lusignan de Chypre - Rois de Jérusalem et de Chypre


Sophie Marceau as Princess Isabella of France in Braveheart

Sybille de JérusalemLa reine Isabelle de France dans Braveheart (Sophie Marceau)

 

 

 

 

Sybille de Jérusalem, reine de Jérusalem dans Kingdom of Heaven (Eva Green)

 

 


(A) En effet, il résulte de plusieurs actes du cartulaire de l’abbaye des Chatelliers (Deux-Sévres (1) et de l’Absie (2) que Hugues, fils aîné de Hugues VIII et  frère de Geoffroy de Lusignan, mourut en 1169, avant son père, alors prisonniers en Orient ; et ce fut un fils de cet Hugues qui, sous le nom de Hugues IX, succéda à son grand-père Hugues VIII et devint plus tard comte de la Marche. Ce qui le prouve c’est qu’en 1171 un Hugues de Lusignan (Hugues VIII) confirme les dons faits par son père Hugues VII et Sarrasine sa femme à l’abbaye de Chatelliers : qu’en 1218, un autre Hugues de Lusignan sur le point d’aller à Jérusalem (Hugues IX) confirme ces dons de son aïeul à l’abbaye en 1171 : Hoc igitur donum AVI MEI superius expressum, ego Hugo Brunus comes Marchiae, volui et concessi, etc ;

Et qu’en 1248, un autre Hugues (Hugues X) reconfirme les dons de son bisaïeul : noveritis, quod ego vidi et diligenter inspexi litteras antecessorum meorum videlicet Hugonis de Levigniaco PROAVI MEI, et Hugonis Bruni Comites Marchie PATRIS MEI. Il en résulte incontestablement que le Hugues (IX), de 1218 est bien le petit-fils du Hugues (VIII) de 1171.

Cette filiation ressort également d’un acte du cartulaire de l’Absie constatant une donation faite à l’abbaye en 1169 par Geoffroy (1er) de Lusignan, 2e fils de Hugues VIII, pour le salut de son frère (aîné) Hugues, décédé le 16 avril 1169.

Cet acte commence ainsi : Cum humaba vita sit labilis et transitoria, etc…, et ensuite : quod ego Gaufridu de Luzigniaco pro salute animae mae FRATRISQUE MEHUGONIS atque parentum meorum dedi….Hoc factum est apud Lizigniacum primo die POST SEPULTURAM HUGONIS FRATRIS MEI laudante et concedente Burgondia matris mea. Anno Domini MCLXVIII (1169) XVII kal. April. (Bourgogne de Rancon était la femme de Hugues VIII)


Informations

L'association " Les Lusignan et Mélusine " vous invite à découvrir la richesse historique et légendaire des Lusignan et Mélusine.

http://www.leslusignanetmelusine.fr

 

 

1168 - Révolte Poitevine - Henri II Plantagenêt fait raser le château de Lusignan.

Vers l'an 1168, l'activité guerrière de l'Aquitaine se réveillant, plusieurs seigneurs de nos contrées se révoltèrent contre la puissance de Henri II roi d'Angleterre.

 

Ordre de Mélusine - Chevalerie d'Honneur de la Maison Lusignan - PHystorique- Les Portes du Temps

Ordre de Mélusine - Chevalerie d'Honneur de son Altesse Marie de Lusignan Princesse de Chypre, de Jérusalem et d'Arménie Baudouin IV meurt , le 16 mars 1185, et son fils Baudouin V, qui succède à l'âge de sept ans, est aussi emporté par la lèpre l'année suivante.

http://lesportesdutemps.canalblog.com


 

Les Marches communes du Poitou, d'Anjou, de Bretagne et l'organisation judiciaire et lois anciennes de la province du Poitou. - PHystorique- Les Portes du Temps

Les hommes avaient reconnu la nécessité de vivre en commun, et dès l'origine de leur réunion, ils adoptèrent des usages conformes à leurs mœurs. Ces usages consacrés par le temps et constamment observés par les peuples, devinrent pour eux des lois, et ce sont ces lois que depuis on a appelées Coutumes.

http://www.lesportesdutemps.com