sceau contre-sceau Isabelle d'Angoulême Taillefer

Isabelle d'Angoulême ou Isabelle Taillefer (v. 1188/92- 4 juin 1246) est comtesse d'Angoulême.

En 1200, elle devient reine d'Angleterre par son mariage avec le roi Jean sans Terre (1166-1216).

Son second mariage fut scellé avec Hugues X de Lusignan (v. 1182-5 juin 1249 devant Damiette), seigneur de Lusignan, comte de la Marche et d'Angoulême, fils d'Hugues IX le Brun.

(Hugues X de Lusignan, d’Isabelle d'Angoulême promenade tour Mélusine de Lusignan)

Le sceau d'Ysabel, représente, d'un côté, n° 3, cette princesse debout la tête ceinte d'une couronne. Sa taille est fine et élancée; une longue robe à plis tombe sur ses pieds et dessine toutes les formes du corps; un long manteau part des épaules et est rejeté en arrière.

De la main droite, comme reine, elle tient un sceptre orné d'enroulements et de feuillage; sur le poing gauche elle porte le faucon, symbole de la puissance féodale.

 La légende du sceau est :

YSABEL D GRA REGINA ANGLIE DNA YBERNIE (Ysabel Dei gratia regina Anglie, domina Ybernie).

Le contre-sceau, n° 4, représente Ysabel sans couronne sur la tête, les cheveux bouclés et tombant sur l'épaule ; son costume est le même que sur le sceau.

De la main droite elle tient le sceptre feuillagé, et de la gauche une croix sur laquelle est posé le faucon. Légende du contre-sceau :

YSABEL DVCISSA NORMANOR AQVIT DOMN ANDEGAVOR 1 ( Ysabel ducissa Normanorum, Aquitanorum , domina Andegavorum).

 

Sceau contre-sceau Hugues X de Lusignan - Comte d'Angoulême

Le sceau, n° 5, représente Hugues X mari d'Ysabel.

Il est tête nue et sans barbe, vêtu d'une tunique ample au milieu du corps et retenue par une ceinture. Le comte est sur un cheval lancé au galop.

De la main gauche il tient la bride à la hauteur de l'épaule ; il appuie la droite sur un chien de chasse placé en croupe.

L'olifant ou cor de chasse est attaché à son cou, et se dessine dans le champ du sceau. La figure du personnage est très-bien conservée.

Légende : + SIGILL : HVGONIS : DE : LEZINIACO: COMITIS : ENGOLISME.

Sceau contre-sceau Hugues X de Lusignan - Comte de la Marche

Le contre-sceau, n° 6, a, dans le champ, l'écu de Lesignan, burelé de neuf pièces.

Des rinceaux gracieux, semblables à ceux que nous trouvons aux archivoltes de nos églises romanes, entourent l'écu.

Légende : + SIGILL : HVGONIS : DE : LEZINIACO : COMITIS : MARCHIE (1).

 

Sceau HUGONIS De LEZIGNE COMITIS MARCHIE ET ENGOLISME

Le sceau, n° 7, est celui de Hugues XI, dit le Brun.

 Le travail du burin est très-grossier.

Légende : + s : HUGONIS : De : LEZIGNE : COMITIS : MARCHIE : ET ENGOLISME.

 

sceau de Hugues XI de Lusigna de 1257

Le contre-sceau, n° 8; a l'écu burelé de sept pièces, avec cette légende :

+ SECRETVM MEVM. Ce sceau de Hugues XI est de 1257.

C'est par erreur que le Trésor de Numismatique (Grands Feudataires, pl. VII, n° 2), a donné ce sceau pour celui de Hugues X.

Il existe deux sceaux de Hugues XI, l'un de l'année 1246, l'autre de 1249. Ils ont pour contresceau un écu burelé avec six lions brochants, posés 3, 2, 1.

 Le sceau de 1246 a pour légende :…. VM MVGON…..; il est burelé de neuf pièces.

 

Hugues-le-Brun était alors comte d'Angoulême et son père comte de la Marche.

Le commencement de la charte où il se trouve prouve que Hugues X, en cédant à son fils le comté d'Angoulême, s'était réservé celui de la Marche : « Omnibus presentes litteras inspecturis.

Nos Hugo Bruni, cornes Eugolismmsis, Guido de Lezigniaco, et Gaufridus de Lezigniaco, filii Hugonis de Leizeigniaco, comitis Marchie, salutem. » (Arch. du roy., carton J 192, n° 15.

 Ratification par les trois frères et au nom des deux autres non majeurs, de la cession faite à saint Louis par Hugues et Ysabel des terres que le roi avait conquises sur eux.)

Le sceau de 1249 est plus grand; il est burelé de onze pièces ; il a pour légende :. VGONIS BRVN. (Arch. du roy., carton J 938. Traité de Hugues-le-Brun avec Alphonse, comte de Poitiers, au moment de partir avec lui pour la Terre-Sainte.)

Maintenant, comment s'expliquer que Hugues-le-Brun eût, en 1246, un écusson avec six lions, et, en 1257, un écusson avec les simples burelles?

C'est que Hugues portait, en 1246 et 1249, les six lions comme une brisure, parce que son père vivait encore.

En 1257, époque bien postérieure à la mort de Hugues X, il dut reprendre les armes pleines de Lusignan.

 

Toutes les autres branches des Lusignans brisaient ainsi l'écusson de l'aîné.

c10_stitch

 Le sceau de Guy de Lesignan, sire de Cohiec (Couhé), porte six lions brochants (2).

sceau de Guy de Lesignan, sire de Cohiec

Le magnifique sceau d'Adémar de Valence, comte de Pembrock, descendant d'Ysabel par Guillaume de Valence, porte l'écu de sept burelles, brisé de neuf merlettes posées 4, 2, 2,1.

sceau d'Adémar de Valence, comte de Pembrock, descendant d'Ysabel par Guillaume de Valence

Légende : ADOMARVS De VALENCIA COMES PEMBROCHIE DNS WEYS ET De MONTINIACO,

et au revers : + s. ADOMARI DE VALENTIA. COMITIS PEMBROCHIE DNI WEYS ET DE MONTINiACO (3).

 

Sceau Guy de Lesignan, deuxième fils de Hugues X et d'Isabelle d’Angoulême

Le sceau, n° 9, est celui de Guy de Lesignan, deuxième fils de Hugues X et d'Ysabel.

Il est à cheval, vêtu d'une tunique serrée et à plis. Il appuie sa main droite sur un chien de chasse placé en croupe :

Légende : + S'. GVIDONIS : DE MARCHA. : MILITIS.

 

SESRETVM GVIDONIS

Le contre-sceau, n° 9 bis, porte l'écu burelé à fleurons gironnés brochant sur le tout (4).

 Légende : SESRETVM GVIDONIS.

 

 Sceau Geoffroy de Lesignan, sire de Jarnac et de Châteauneuf

Le sceau, n° 9 ter, est celui de Geoffroy de Lesignan, sire de Jarnac et de Châteauneuf, troisième fils de Hugues et d'Ysabel.

Sceau équestre; tunique serrée et à plis.

 Légende : + SIGILLYM : GAUFRIDI : LEZINIACESSIS.

 

QVI

 Le contre-sceau, n° 9 quater, porte l'écu burelé à un lion brochant, avec la légende :

+ QVI. PLVS. MORTIS. CONPTEMTOR. QVAM. LEON…..

« Qui craint moins la mort que les lions. » Fière devise, mais que Geoffroy ne démentit pas dans les guerres du roi anglais contre la France.

 Antérieurement à ce sceau, Geoffroy en avait eu un dont l'écu burelé avait pour brisures un lambel à quatre pendants et un lion brochant. Ce sceau se trouve à la charte de ratification du traité de Hugues X avec saint Louis.

Plus tard, quand Guillaume son frère, devenu majeur, brisa son écu d'un lambel, Geoffroy ne conserva que le lion brochant. Le travail du burin est très-délicat (5).

 

sceau Guillaume de Valence, quatrième fils de Hugues et d'Ysabel

Le sceau, n° 10, représente Guillaume de Valence, quatrième fils de Hugues et d'Ysabel.

Sceau équestre; légende : SIGIL…. COM….

 

Guillaume de Valence, quatrième fils de Hugues et d'Ysabel

 Le contre-sceau, n° 10 bis, a l'écu burelé, et pour brisure un lambel à cinq pendants, chargés chacun de trois lions. Légende :. ….DOMIN….. (6).

Ce Guillaume de Valence fut père d'Adémar de Valence, comte de Pembrock, sire de Montignac, etc

sceau d'Yolande de Bretagne, femme de Hugues XI

Le n° 12, est le sceau d'Yolande de Bretagne, femme de Hugues XI.

La comtesse a la robe traînante et le long manteau. Elle tient le faucon de la main gauche, et a la droite levée à la hauteur de la poitrine.

Légende du sceau :….. YOLENDIS : VXORIS : DNI : HVGONIS : BRVNI.

 

SECRETVM DNE YOLENDIS

Le contre-sceau, n° 12 bis, porte un écu burelé de huit pièces et six lions brochants, avec la légende + SECRETVM : DNE : YOLENDIS:

sceau de Hugues XII, dit de Fougères, troisième comte d'Angoulême, de la maison de Lesignan

Le n° 11  est le sceau de Hugues XII, dit de Fougères, troisième comte d'Angoulême, de la maison de Lesignan.

Hugues est à cheval, il tient la bride de la main gauche et appuie la droite sur un chien de chasse qu'il porte en croupe.

L'olifant flotte dans le haut du champ, et dans le bas, au-dessous du cheval, est une rosace à dix lobes. Légende : + s' hugonis De Lez. …..chie.

Sigillum Hugonis de Lezigniaco comitis Marchie et Engolisme domini Fulgeriarum

Le contre-sceau, n° 11 bis, a l'écu burelé de douze pièces, avec la suite de la légende du sceau : eT en….. VLGERIARVM.

Les deux légendes formaient celle-ci: Sigillum Hugonis de Lezigniaco comitis Marchie et Engolisme domini Fulgeriarum (7).

 

Hugues XIII, dit le Brun

Le n° 16, représente Hugues XIII, dit le Brun, sur un cheval lancé au galop.

Il tient la bride de la main droite. La gauche a le gantelet et porte un faucon. Le chien de chasse est accroupi sur le dos du cheval et l'olifant flotte dans le champ du sceau.

Légende : s : HUGONIS : BRVNI : COMITIS : MARCHIE :

c16

Le contre-sceau, n 16 ter, a l'écu burelé de dix pièces, entouré de rinceaux et séparé de la légende par un encadrement en forme de rosace à six lobes. La légende est la suite de celle du sceau : + ET : ENGOLISME : DOMINI : LEZINIACI : (8).

Le petit sceau de Hugues-le-Brun

Le petit sceau de Hugues-le-Brun, n° 16 bis, s'est trouvé à une ordonnance de Philippe-le-Bel scellée du sceau de plusieurs évêques et barons, du lundi après la fête de saint Remi, 1303.

Le travail en est extrêmement délicat. Il est rond ; un encadrement en losange renferme l'écu burelé de sept pièces. Autour de cet encadrement sont plusieurs compartiments gothiques, les uns quadrilobés, les autres garnis de petites roses à rayons, semblables à celles des églises du XIIIe siècle.

La légende se lit sur l'encadrement losangé : s h LEBRVN COTE DE LA MARCHE (sceau de Hugues-le Brun, comte de la Marche (9).

sceau de Guy de Lesignan, seigneur de Cognac

Le n° 14, est le sceau de Guy de Cognac, qui fit donation de ses biens à Hugues-le- Brun son neveu.

Guy est sur un cheval au pas. De la main gauche il tient la bride, et de la droite un chien de chasse placé sur la croupe du cheval. L'olifant est dans le champ du sceau.

Légende : SIGILL: GVIDONIS : De : LEZINIACO : DOMINI : DE : COMPNIACO (10)

 (sceau de Guy de Lesignan, seigneur de Cognac).

l'écu de Lesignan, burelé de sept pièces, brisé d'un lambel de cinq pendants

 Le contre-sceau, n° 14 bis, est l'écu de Lesignan, burelé de sept pièces, brisé d'un lambel de cinq pendants.

La légende : + s' SECRETI GVIDONIS De LEZIGNIACO.

 

GVIDONIS De LEZINIACO COMITIS MARCHIE

Les nos 17 et 19, représentent Guy ou Guyart, le dernier Lesignan.

Ces deux sceaux brisés se complètent l'un l'autre; mais ils ne sont pas du même burin. Les mots sont séparés par des astérisques dans les n° 17 et 18, et par trois points dans les n° 19 et 20.

Dans ces deux sceaux, Guy vêtu d'une tunique très-ample, est assis sur un cheval lancé au galop.

Il tient de la main droite la bride du cheval, et de la gauche le faucon. Il a l'olifant. Son visage est jeune et sans barbe; dans le champ du sceau, sous le cheval, sont des branches de chêne. Le chien de chasse se tient sur la croupe du cheval.

Légende: + s': GVIDONIS De : LEZINIACO COMITIS MARCHIE (11).

Le contre-sceau présente l'écu burelé, entouré de fougères, dans un encadrement en rosace à six lobes, avec la légende qui termine celle du sceau : + ET ENGOLISME eT DOMINI: LEZINIACI.

sceaux et contre-sceaux d'Yolent de la Marche, sœur aînée de Guyart

Les n° 28,29,30 et 30 bis, pl. VI, sont les sceaux et contre-sceaux d'Yolent de la Marche, sœur aînée de Guyart, avec laquelle Philippe-le-Bel traita pour la succession des comtés de la Marche et d'Angoulême.

Ces sceaux attestent l'insistance d'Yolent à faire valoir le titre de comtesse d'Angoulême, qu'elle s'était hâtée de prendre à la mort de son frère.

28

Dans le sceau, n° 28, elle est représentée tenant le faucon sur le poing.

A droite et à gauche, dans le champ, elle a deux écus, celui de Lusignan et celui de Fougères.

Son contresceau a l'écu avec une fasce, qui est de Pons; et le contre-sceau, n° 29, porte l'écu losangé des Taillefers, qu'elle représentait en effet comme arrière-petite-fille d'Ysabel. Instinct singulier qui porte l'homme à prodiguer les insignes de la puissance qui lui échappe, comme si le passé pouvait se reconquérir par des images !

Légende du n° 28 : + s' YOLENT De LEZIGNIEN CTESSE De LA MARCHE DENGOVLESME ET DAME De FOVGIERES (12)

29

Légende du contre-sceau n° 29 : + CONTRESCEL YOLENT De LEZIGNIEN.

La légende du n° 30 est fruste ; on lit seulement : YOLENT De. ….

Légende du contre-sceau, n° 30 bis : + SIGILLVM SECRETI.

Le Trésor de Numismatique, qui publie le sceau d'Yolent (Grands Feud., pl. VII, n° 4), dit «qu'il n'est pas fait mention de cette Yolent dans la généalogie des Lesignans, que peut-être elle était femme de Guy de Lesignan, sire de Couché, qui prit le titre de comte de la Marche et d'Angoulême, bien que par le testament de son frère Hugues XIII, ces comtés eussent été cédés au roi de France. » Il y a ici plusieurs erreurs.

1° Corlieu fait une mention toute spéciale d'Yolent.

2° Yolent n'était pas l'épouse de Guy de Lesignan, mais du sire de Pons.

3° Ce Guy de Lesignan, sire de Couhé (et non pas Couché), de Frontenay et du Peyrac, n'était pas frère de Hugues XIII, mais un de ses oncles. Il ne prit jamais le nom de comte d'Angoulême.

Nous avons de lui une charte par laquelle il cède son château de Frontenay à Philippe-le-Bel (13).

sceau et le contre-sceau Famille Lusignan

 

Nous donnons son sceau,  nos 15 et 15 bis.

 

sceau et le contre-sceau de Jeanne de la Marche, dame de Joinville, sœur de Guyart

Les nos 13 et 13 bis, donnent le sceau et le contre-sceau de Jeanne de la Marche, dame de Joinville, sœur de Guyart.

Dans le n° 13, Jeanne est debout, tenant le faucon de la main droite. Dans le champ du sceau, se voit, à sa droite, l'écu de Lesignan, et à sa gauche celui de Joinville qui est d'azur à trois broyes d'or, au chef d'argent chargé d'un lion naissant de gueules.

Légende : …..GILLUM IOHANNE De GEYNVILE.

Le contre-sceau a l'écu parti de Joinville et de Lesignan, avec la légende : + cs IOHANNE De GEYNVILE (14).

 

 

 Statistique monumentale de la Charente / par J.-H. Michon... ; dessins et plans par MM. Zadig Rivaud,... Jules Geynet, de Lafargue Tauzia

 

 

 

 


 

Généalogie - Maison des Hugues de Lusignan et Geoffroy la Grand' Dent. 

( Château médiéval de Vouvant, tour Mélusine - cie Capalle) Les principales, familles sorties de la souche 1er des Lusignans sont celles des comtes de Pembrocke et d'Eu, des seigneurs de Vouvant, de Saint-Gelais, de Lezay, de Couhé, de Lestang, des Marais, de Beauregard, et les Lusignans, rois de Chypre.

 

MELUSINE ET LUSIGNAN 

Le nom même de Mélusine est indissociable de celui de Lusignan mais l'histoire de la fée et de son séjour parmi les mortels, son mariage avec Raimondin et le dénouement de cette union, relèvent du folklore universel.



Guy de Lusignan Seigneur de Couhé, Acte d'échange des châtellenies de la Fere en Tardenois et de Frontenay, diocèse de Saintes 

Acte d'échange des châtellenies de la Fere en Tardenois, diocèse de Soissons, et de Frontenay, diocèse de Saintes, entre Gui de la Marche, chevalier, seigneur de Couhé, et Gaucher, seigneur de Châtillon en Champagne. Universis presentes litteras inspecturis, Guido de Marchia, miles, dominus de Cohet, Pictavensis dyocesis, et Gaucherius dominus Castellionis, in comitatu de Campania, miles, salutem....



(1) Charte de 1224, Arch. du Roy., carton J 374, n° 6.

(2) Il a pour légende : s. GVID. DOMINI DE PETRIACO. (Sceau de Guy, seigneur du Peyrac.) Dans le sceau Guy est représenté sur un cheval lancé au galop. Une étoile à nombreux rayons est sous le cheval, dans le champ du sceau.

(3) Son petit sceau, n° 21, même pl., a pour légende: SIGILL ADEMARI DE VALENCE. Ce petit sceau se trouve au traité de paix de. Tournay de 1297, et à la trêve d'Amiens de 1302. (Arch. du roy. carton J. 633, n° 7.)

(4) Charte de 1246. Carton J. 192, n° 15.

(5) Testament de Hugues X de 1248. Arch. du roy. carton J. 407, n° 3.

(6) Même Charte.

(7) Testament de Hugues de Lesignan, seigneur de Fougères, de 1269. Arch. du Roy. carton J. 407, n° 4.

(8) Charte de 1281, Arch. du roy., carton J 270, n° 19.

(9) Arch. du Roy. carton J. 384, n°1.

(10) Charte de 1281. Arch. du Roy. carton J. 270, n° 19.

(11) Charte de 1 308. Arch. du Roy. carton J. 414.

(12) Charte de 1305, Arch. du roy., carton J 374, n° 3.

(13) Charte de 1508, Arch. du roy., carton J 374, n° 7.

(14) Transaction entre Philippe et Jeanne de la Marche, alors veuve du sire de Joinville, sur la succession de Guyart, 1309. Arch. du roy. carton J. 409, n° 15.