27 avril 2022

En 1363, le prince de Galles parcourt sa nouvelle principauté d'Aquitaine pour recevoir les hommages féodaux.

Jean-le-Bon perdit la bataille de Poitiers [1356]. On vit alors son vainqueur traverser la haute Saintonge avec son royal prisonnier qu'il conduisait à Bordeaux. L'année suivante, après la trêve du 23 mars 1357, Cognac fut forcé d'ouvrir ses portes à des détachements Anglo-Gascons qui y tinrent garnison. Edouard III ne connut plus alors de limites dans l'exercice de son pouvoir souverain ; il confirma par ses lettres du 1er juillet 1358 données à Westminster, celles de son fils en faveur du captal de Buch (1). Il disposa aussi... [Lire la suite]

12 février 2022

LETTRES DE GARANTIE aux acquéreurs de biens ecclésiastiques, données à Niort par les chefs Huguenots le 29 janvier 1569.

Le grand Conseil des confédérés protestants, tenu à Niort, et auquel assistaient le Maire de la Rochelle et six membres du Corps de ville, qui y avaient accompagné Jeanne d'Albret, décrète que tous les biens ecclésiastiques, existant dans les provinces occupées par les protestants, seront vendus au profit de la cause, et, pour inspirer confiance aux acquéreurs, la reine de Navarre et son fils, Condé et les principaux seigneurs du parti, prennent l'engagement d'affecter à leur garantie tous leurs biens personnels. ( Arcère. – H.... [Lire la suite]
13 décembre 2021

juin 1561 - Lettres Guy Ier Chabot, baron de Jarnac à la reine mère Catherine de Médicis.

Calvin avait également organisé des réunions & Cognac, Jarnac, Segonzac, Châteauneuf, avec l'espoir d'en tirer profit. Parties de ces centres, elles s'établirent bientôt dans les villages voisins où quelques habitants se chargèrent de la propagande. Elles furent, pour la Société, autant de foyers de discorde on s'en aperçut trop tard. Les faits ont leur éloquence, et les adeptes des nouvelles doctrines ne se faisaient pas remarquer par leur sagesse ou leur respect. En face de cette situation, qui commençait à devenir... [Lire la suite]
12 décembre 2021

1586 Les Conférences de Saint-Brice (Charente) entre Henri IV et Catherine de Médicis

Il n’y a peut-être pas d’évènement historique, autre que ces conférences, dont les auteurs de l’histoire de France et les chroniqueurs des trois provinces d’Angoumois, Poitou et Saintonge, aient parlé avec une plus grande impartialité ; mais, chose éminemment regrettable, tandis que la plupart de ces auteurs se bornaient à une brève narration de cet évènement, les autres tronquaient l’ordre des faits, ne parlaient que d’une partie, soit du commencement, soit de la fin des conférences, donnaient des dates erronées ou n’en... [Lire la suite]
23 novembre 2021

Janvier 1368 Niort- Angoulême, le Prince Noir convoque les États généraux d'Aquitaine pour élever l’imposition du fouage

Le Prince Édouard de Woodstock (Prince Noir) crée un impôt temporaire en 1368 pour financer la guerre, décision prise par les États généraux d'Aquitaine, et les contestations suivent : « L'expédition d'Espagne avait ouvert de larges brèches dans le trésor du Prince Noir, il réunit à Angoulême les États d'Aquitaine et se fit voter un impôt supplémentaire, un fouage, qui devait lui rapporter 10 sols par feu pendant cinq ans…  « Le prince de Galles, pour acquitter les soldes arriérées qu'il devait aux compagnies, ne pouvait se... [Lire la suite]
16 novembre 2021

1355 Jean de Clermont maréchal de France, Mandement pour réparer les fortifications de Poitiers, mort à la bataille Maupertuis

Jean de Clermont dicte de Neelle, second fils de Raoul, seigneur de Thorigny et de Jeanne de Chambly, il servit sous le Comte d'Eu aux frontières de Flandre et de Hainaut en 1340. Le 3 novembre 1346, Philippe VI lui fit présent de la terre de Boomont/Bosmont et le duc de Normandie lui donna, en avril 1347, la terre de Chantilly, dont il prit le titre (la sœur de Jean, Jeanne de Clermont, avait marié Guillaume IV Le Bouteiller de Senlis, seigneur de Chantilly). En 1352, il fut envoyé en Flandre pour négocier la paix avec les... [Lire la suite]

03 août 2021

La forêt de Chizé au Moyen-Age ; 1086 mort de Guy-Geoffroy-Guillaume VIII d'Aquitaine

Avec plus de 5.000 hectares, la forêt de Chizé proprement dite constituait la plus importante forêt du Poitou médiéval (1), avec la forêt de Moulière (2). Elle faisait, à l'époque gauloise, partie d'une bien plus vaste forêt, qui commençait, à l'ouest, à une vingtaine de kilomètres de La Rochelle, par la forêt dite aujourd'hui de Benon, se poursuivait par les actuelles forêts de Chizé, d'Aulnay, de Tusson (3) et se terminait à une trentaine de kilomètres au nord d'Angoulême. Cette bande forestière, longue de près de cent... [Lire la suite]
24 juillet 2021

988 - Donation à Saint-Géraud d'Aurillac par Aldegarde comtesse d'Angoulême, de divers biens sis en Poitou

Une Charte inédite du Xe siècle Donation à Saint-Géraud d'Aurillac, par Aldegarde, comtesse, douairière d'Angoulême, de divers monastères, églises et biens-fonds, sis en Poitou, dans les pays  de Thouars et de Niort (avril 988). La collection Moreau, à la Bibliothèque Nationale, se compose de nombreux registres qui sont les recueils factices des copies de documents que, dans les dernières années de l'Ancien Régime, l'historiographe du roi, Moreau, se faisait envoyer à Paris pour enrichir le Cabinet des chartes par les... [Lire la suite]
14 février 2021

1411, l’évêque de Maillezais Jean le Masle poursuivait au Parlement Maurice de Volvire, seigneur de Nieul-sur-l'Autize

En 1380, un nouveau nom vient s'ajouter à la liste des évêques c'est un autre Jean qui préside à la somptueuse cathédrale, qui trône dans le magnifique sanctuaire mais pour lui, comme pour ses prédécesseurs, notre plume ira vite, car il est passé sur la terre du Poitou sans y laisser de traces (a). Pierre de Thury, l'ancien custode de l'Eglise de Lyon, était évêque de Maillezais en 1382. Après avoir reçu cette dignité au temps où il était maître des requêtes à la cour du roi Charles VI, il fut t'un des ambassadeurs de la France... [Lire la suite]
11 février 2021

La commanderie de Saint-Sauveur du Temple de Mauléon

Plusieurs chapiteaux romans, trouvés parmi les ruines de la commanderie du Temple de Mauléon, indiquent l'existence de cette maison dès le XIIe siècle. En 1175, le nom du domaine est Saint-Sauveur-des-Cordes. En 1204, sous le règne de Philippe Auguste II, le nom change pour devenir Saint-Sauveur-des-Bois. En 1215, cette dénomination évolue à nouveau pour se transformer en Saint-Sauveur-de-Mauléon. (Domus Templariorum Sancti Salvatoris de nemore Malleonii) C’est seulement en 1269, alors que Louis IX est au pouvoir, que la... [Lire la suite]