30 novembre 2019

MÉLUSINE A FONTEVRAUD - Légendes et Miracles de Fontevrault

Le roman de Mélusine, écrit par Jean d'Arras en 1387 et publié en 1478, a charmé et intrigué le XVe siècle. C'est un de ces premiers romans à clefs qui ont exercé la curiosité et mis en défaut la sagacité des interprétateurs. On s'est acharné à démasquer les personnages et on a cherché partout leur trace, jusqu'à Fontevraud, parce qu'un chroniqueur a écrit « qu'il avait vu Méluzine à Fontevrault ». L'affabulation est tellement dominante dans le roman de Jean d'Arras qu'il est bien difficile de reconnaître la trame sous la broderie.... [Lire la suite]

04 novembre 2019

Retour historique sur les Chartes et Donations de l’abbaye de Fontevraud

Foulques Réchin, comte d’Anjou, fut un des principaux fondateurs de l’abbaye Notre-Dame de Fontevraud, que Robert d’Arbrissel avait établi pour honorer la maternité de la Sainte Vierge, et la supériorité qu’elle avait sur saint Jean. Ce prince y donna les péages du Pont de Cé.   Les comtes d'Anjou, Foulque IV le Réchin et, surtout, Foulque V le Jeune (1109-1128) avaient accordé à l'abbaye naissante une protection qui se poursuivait sous Geoffroi Plantegenêt (1128-1151). Plusieurs femmes de leur famille y étaient entrées en... [Lire la suite]
27 octobre 2019

Légendes et Miracles de l'Abbaye de Fontevraud, les quatre-vingt tombeaux de Robert d’Arbrissel

Quatre-vingt tombeaux, c'est beaucoup pour un seul homme, même pour un saint. Aussi cela demande-t-il quelques explications. On sait bien qu'à l'époque de Robert d'Arbrissel, les grands de la terre avaient coutume de partager leurs restes entre différentes villes qu'ils voulaient honorer de leur dépouille mortelle. Cela tenait surtout, d'ailleurs, à la nécessité où l'on se trouvait d'ouvrir et de vider le corps avant les funérailles, généralement tardives, soit à cause de l'éloignement du lieu de sépulture, soit à cause de... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 23:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 octobre 2019

37 tapisseries de Saumur en exposition à l'abbaye de Fontevraud

Les collections de tapisseries de Saumur forment un ensemble exceptionnel. Classées au titre des monuments historiques, elles ont été l’objet, pendant 25 ans, de restaurations attentives grâce à l’action concertée de la Ville de Saumur, de l’État et du Département de Maine-et-Loire. L’Abbaye Royale de Fontevraud expose pour la première fois dans un même lieu 37 de ces œuvres, dont la plupart sont uniques.  Réalisée par l’Abbaye Royale de Fontevraud en partenariat avec la Ville de Saumur et le Département de Maine-et-Loire,... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 février 2019

Aliénor d’Aquitaine la concession des priviléges de franche-commune

La Mairie de la Ville de Niort a dû prendre naissance aussitôt après la concession des priviléges de franche-commune, accordés à cette cité par la reine ALIÉNOR, duchesse d'Aquitaine. Niort est une ville de commune. Les Plantagenets, pour gagner les bourgeois à leur cause, et les engager à défendre la place contre les incursions des barons poitevins, leur ont accordé de très bonne heure des privilèges. Lorsque Jean-Sans-Terre, en 1199, a signé la charte d’établissement de la commune (a), il n’a fait, très probablement, que... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
06 février 2019

Le Psautier d’Aliénor d’Aquitaine

Le Psautier d’Aliénor d’Aquitaine Dans l’abbaye de Fontevraud, que  fait la reine Aliénor ? Elle Prie, elle médite. Ce livre est sans doute un psautier, comme le précise Martin Aurell, le « recueil des cantiques des louanges » que les gentes dames possèdent alors. Mais la reine affectionne également la littérature profane ; deux ou trois romances lui sont consacrées : Roman de Thèbes, Roman de Troie, Roman de Brut, trépidant des aventures d’Arthur et des Bretons. A partir du XIIIe siècle, loin des... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 août 2018

Les quatre gisants royaux du Cimetière des rois Plantagenet - abbaye de Fontevraud

  Un gisant est une statue représentant  un personnage  couché  dont  la dépouille n’est pas obligatoirement ensevelie au-dessous du monument. A l’origine, les Plantagenêts avaient des  tombeaux séparés supportant  chacun un gisant. Leurs sépultures  se seraient trouvées en avant du pilier Nord-Ouest de l’église abbatiale, à l’angle de la  nef  et  du carré  du transept avant d’être déplacées en 1504 par l’Abbesse Renée de Bourbon de l’autre côté du même pilier à... [Lire la suite]
28 août 2018

le Cimetière des Rois d'Angleterre à l’abbaye de Fontevraud

C’est parce qu’il était arrière-petit-fils de Guillaume le Conquérant, le normand qui avait conquis l’Angleterre, que Henri II Plantagenêt, Comte d’Anjou, devint roi d’Angleterre. La dépouille d'Henri II inaugura à l'abbaye de Fontevrault la sépulture qu'on a nommée improprement le Cimetière des Rois d'Angleterre et où furent enterrés après lui les corps de cinq princes de la maison des Plantagenets : ==> HENRI II PLANTAGENÊT (portrait) ==> LES DISPOSITIONS TESTAMENTAIRES D'HENRI II PLANTAGENET 1° Richard Coeur de Lion,... [Lire la suite]
24 juillet 2018

Charte de Guillaume X, père d’Aliénor d’Aquitaine en faveur de l’abbaye de Fontevraud

Le 19 avril 1134, le père d’Aliénor d’Aquitaine, Guillaume X, Comte du Poitou et duc d'Aquitaine, signe dans la cour du château de Niort une chartre « in aula niortensi castri », en faveur de l’abbaye de Fontevrault. Un magnifique cyrographe  permet de faire remonter à une époque antérieure à l'année 1140 rétablissement des dames de Fontevraud dans le petit monastère de Saint-Bibien ; autrement il serait difficile d'expliquer comment elles ont pu percevoir le droit d'herbage de la forêt d'Arjacium, aujourd'hui Benon, donné à... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
22 avril 2018

Légende des Chevaliers de la Table ronde, l'armée Française descendante des dragons.

Au Moyen Âge, le dragon était considéré comme le symbole de la puissance et de la vaillance, deux qualités qui le rendent quasiment invulnérable. C'est ce qui explique en partie que de nombreux chevaliers l'aient placé dans leurs armoiries. Dans les récits médiévaux de la légende des Chevaliers de la Table ronde, le roi Arthur était symboliquement un descendant des dragons. Son casque portait l’emblème d’un dragon et son étendard est orné d'un dragon volant. « Ce nom lui était venu de ce que Merlin avait prédit son accession à la... [Lire la suite]