31 Janvier. 1200. — Les bourgeois de la Rochelle prennent de Jean Sans-Terre la ferme des impôts de leur ville, pour 40,000 sols Angevins et vingt coupes d'argent, chacune du poids d'un marc.

C'est, dit M. le Cointre Dupont, dans un mémoire inséré dans le Recueil des Antiquaires de l'Ouest, un des premiers exemples d'une commune traitant avec le prince pour s'affranchir des exactions de ses officiers.

 

28 Janvier. 1202. — Jean Sans-Terre, roi d'Angleterre, qui déjà avait encouragé les efforts d'Isambert, maître des écoles de Saintes, pour la construction d'un pont de pierre sur le canal Maubec, (vis-à-vis des rues de Saint-Sauveur et de Saint-Nicolas), en ajoutant 2,000 livres aux dons particuliers offerts à l'habile architecte pour cette entreprise, prend sous sa sauvegarde et protection spéciale les propriétaires des maisons construites sur ce pont et les déclare libres et exempts de tout autre impôt que celui de cinq sols de rente annuelle, qui devaient être consacrés aux réparations du pont et à son éclairage pendant la nuit, dans l'intérêt des bonnes mœurs et de la sécurité des passants. (Rot. litter. patent).

 

9 Juillet. 1206. — Jean-Sans-Terre, plongé dans l'orgie et les plus méprisables excès, s'était à peine ému de l'arrêt de la haute Cour, devant laquelle l'avait fait citer Philippe-Auguste, et qui, en le condamnant à mort par contumace, pour crime d'assassinat sur la personne de son neveu Arthur de Bretagne, avait en même temps prononcé la confiscation de tous ses fiefs. Les rapides conquêtes de son heureux rival, qui lui avait arraché une à une presque toutes ses belles possessions continentales : le Maine, l'Anjou, la Touraine, la Normandie, l'Angoumois, le Poitou, presque toute la Saintonge, n'avaient pas suffi pour le tirer de son honteux engourdissement. La Rochelle seule était restée fidèle au fils d'Aliénor, et pendant une année entière avait courageusement résisté aux forces françaises. Cependant une réaction favorable à sa cause s'étant manifestée dans la province de Poitou, Jean se réveilla enfin de sa longue torpeur, et, le 9 juillet 1206, à la tête d'une puissante armée et de nombreux vaisseaux richement chargés, il vint débarquer à la Rochelle, aux acclamations des habitants, qui se vouèrent solennellement à la défense de son parti. Le Poitou se révolta aussitôt contre Philippe- Auguste, aux chants de guerre de ses troubadours. Jean alla bientôt bloquer Poitiers, reprit Angers et entra en Bretagne, où il prit plusieurs places. Mais la chevalerie française étant alors accourue en masse, le roi d'Angleterre, pris d'une terreur soudaine, n'osa risquer la bataille, et reculant toujours, revint à la Rochelle, où il se rembarqua pour la Grande-Bretagne. (Math. Pâris. — Rad. Coygesh. chron. — Guil. le Breton. — Rigord. — H. Martin, etc.)

29 aout 1206. - Charte par laquelle Jean-Sans-Terre, en confirmant de nouveau les franchises et libertés des Rochelais, les exempte du droit de fétage (de festagiis), de toutes tailles, impositions et péages, tant à la Rochelle qu'ailleurs dans toutes ses possessions, aussi bien sur mer que sur terre, sauf les droits d'ost et de chevauchée qu'ils lui doivent. (Privil. de la Roch. — Chenu.)

 Dès l’année 1211, jean d’Angleterre avait exempté les Rochelais de tout service militaire en dehors de la Rochelle, afin que leur ville fut toujours suffisamment gardée et pourvue de défenseurs. (Col. Des privilèges.)

 

Ephémérides historiques de La Rochelle, avec un plan de cette ville en 1685 et une gravure sur bois représentant le sceau primitif de son ancienne commune / par J.-B.-E. J. [Jean-Baptiste-Ernest Jourdan],

 

==> 1214 Jean Sans Terre part d’Angleterre en direction du Poitou, débarque à La Rochelle et marche sur Mauzé