Le 7 décembre 1099, acte de donation faite au prieuré de la Chaize-le-Vicomte par Herbert, vicomte de Thouars et son frère Geoffroy III, seigneur de Tiffauges (2)

HERBERT II DE Thouars, 1093-1104.

Herbert II (ou Arbert) devint vicomte après la mort de son père Aimery IV.

La charte de la réforme de l'abbaye d'Airvault par Pierre II, évêque de Poitiers, qui est datée de 1095, quoiqu'elle soit très-certainement de deux ans au moins antérieure à cette époque, indique Aimery et son fils Herbert comme promoteurs de cette réforme. (D. Fonteneau, t. xxvi, p. 169.)

Dans la même année 1095, Herbert donne, du consentement de sa femme Agnès, le bois Albouin et d'autres biens à l'église de Saint-Nicolas de la Chaise. (D. Fonteneau, t. xxvr, p. 177.)

 

Dans cette même année, Herbert donne, du consentement de sa femme Agnès, le bois Albouin et d'autres biens à l'église Saint Nicolas de la Chaise.

La même donation comprend une foire avec tous les droits en dépendant et deux serfs nommés Constantin et Pierre de la Porte. 

Herbert, continuant l'œuvre de son père, s'occupa activement du monastère de Saint-Nicolas de la Chaise et le combla de biens.

 

Le 6 décembre 1095 Etienne de Blois est du nombre des souscripteurs de la charte, par laquelle Herbert, vicomte de Thouars, se charge d’achever et de doter l’église de saint Nicolas de Chaize le Vicomte, commencée du vivant de son père Aimery, vicomte de Thouars.

Etienne de Blois, seigneur de Bournezeau, dont il prenait même le surnom (de Blesis sue de Bornezello) Bournezeau est à deux lieues de Marconnay, sur la route de Poitiers à Thouars.


 Cette charte fut donné le jour de Saint Nicolas, 1095, et dans l’église de ce nom.


Le 10 février 1096, l'évêque de Poitiers Pierre restaura l'abbaye d'Airvault, avec l'accord de Herbert, vicomte de Thouars, fils du vicomte Aimery défunt.


Hurbert, vicomte de Thouars participa en 1098 à la croisade en Palestine.


Herbert, vicomte de Thouars, ayant achevé la construction de l'église commencée par son père Aimeri, près de celle de ses maisons de chasse où il se plaisait le plus, invite son suzerain, le comte Guillaume VII, ainsi que ses voisins, vassaux et principaux officiers à assister à sa consécration, en l'honneur de saint Nicolas.

 

Le 7 décembre 1099, acte de donation faite au prieuré de la Chaize-le-Vicomte par Herbert, vicomte de Thouars et son frère Geoffroy III, seigneur de Tiffauges (3)


Dans l'acte de donation faite au prieuré de la Chaize-le-Vicomte par Herbert, vicomte de Thouars, et plusieurs de ses barons, nous relevons les noms qui appartiennent au pays du futur Bas-Poitou


Avant qu'elle fut célébrée, le 7 septembre 1099, par Pierre II évêque de Poitiers, il confirme les dons paternels.
En ajoutant lui-même de nouveaux, au petit monastère de la Chaise-le-Vicomte, il énumère les cens ou rentes promis annuellement, et à perpétuité, par soixante-douze des principaux assistants.

Cette cérémonie fut faite avec la plus grande pompe, en présence d'une telle multitude, que les plus anciens de l'assemblée disaient qu'il n'y avait pas eu autant de monde à la dédicace de l'église de Charroux, en 1048.

 Guillaume, duc d'Aquitaine, et sa mère Hildegarde y assistèrent, accompagnés des grands de leur cour, des seigneurs thouarsais et d'un grand nombre de personnages venus de pays éloignés.

On y voyait les abbés Guillaume, de Saint-Florent de Saumur ; Brictius, de Saint-Jouin-lès-Marnes ; Geoffroy de Maillezais ; Rainauld de Saint-Cyprien de Poitiers ; Rainauld, de Luçon; Guarin, de Saint-Michel-en-L’Herm, et Alexandre, de Sainte-Croix de Talmond.

Herbert dota cette église d'une grande quantité d'immeubles et de droits, par une charte datée du jour même de la cérémonie dont nous venons de parler.

Ce document est excessivement important; il fait connaitre quelques membres de la famille du vicomte et les noms de tous les seigneurs, officiers et employés de sa cour. Chacun d'eux apporte son offrande.

 Herbert, à l'occasion de cette dédicace, donne à l'église de Saint-Nicolas la terre de Crèthe, celle de Durand de Greillé, la terre et la forêt de Morin, celle de Guil­laume Belin, les ouches de Saint-Florent, l'église de Limozin et différents droits.

 On compte au nombre des premiers Maurice de Montaigu, Ebbe de Parthenay, Simon d'Airvault, Hugues de Doué; Sigibrand de Passavant, Aimery d' Argenton-le-Château, Rainard de la Forèt-sur-Sèvre, Jean de Bressuire, Aimiry de Tillé, Guillaume de Châteaumur, Maurice de Pouzauges, Guillaume Bertrand des Essarts. Etienne de Bournezeau, Bernard de la Roche sur-Yon, Barbotin d'Apremont, Goscelin de Lezay, Pierre de la Garnache, Urvoy de Commequiers.

 Parmi les officiers de la cour d'Herbert, on trouve: Gaultier Buzin, fermier des fermes et du pont de Saint-André ; Guillaume, fermier du Clos-du-Vicomte; Raoul, prévôt du vicomte; Rainauld, pré­posé du pont de Saint-Jacques; Nollard de la ferme de Saint­-Martin ; Raimond de la Porte des hommes de Sainte-Marie, et Girard Corals du clos Meynard, domaine situé dans l'enceinte même de la ville de Thouars.


Au nombre des donateurs figure, pour dix sous, Geoffroi de Tiffauges, Gaufridus de Tegalgia, frère du vicomte Herbert, avec l'autorisation duquel celui-ci avait corroboré les dons paternels et fait les siens propres. Raoul de Mauléon, son oncle, donnent dix sous de rente.

C'est la première fois que nous trouvons dans la Série des vicomtes, le nom de Tiffauges accolé à un des membres de cette famille, mais aussi, par la suite, nous le verrons plus fréquem­ment, surtout au moment où cette seigneurie devient l'apanage de la branche cadette.

Enfin, c'est le premier seigneur de Tiffauges qui soit connu. Il jouissait de cette châtellenie comme puîné, par provision de son ainé et par forme de bienfait, comme on disait alors, en vertu du droit de retour de l'héritage paternel.

La vicomté de Thouars était une des plus considérables du royaume : il en relevait à foi et hommage vingt-six baronnies, savoir: Airvault, Bressuire, la Forêt-sur-Sèvre, la Loge-Fougereuse, Saint-Hermine, Mareuil et la Vieille-Tour réunies, la Chaise-le-Vicomte, la Grève, Sigournay, Pouzauges, Mouchamps, les Essarts, Palluau, Apremont, Commequiers et Challans réunis, Riez, la Garnache et Beauvoir-sur-Mer réunis, Brandois, Montaigu, Tiffauges, Mortagne, Châteaumur, Mauléon et Argenton-Château.

 Il y avait un comté, celui des Mottes, huit châtellenies indépendantes de celles com­prises dans les baronnies, savoir : la Maurière, la Jarrie, la Ras­lière, la Merlatière, Rocheservière, Saint-Gervais et Chaveuil réunis, le Mesle-Fougereuse et la Chapelle Saint-Laurent.

Ajoutons à cela sept bailliages, la ville de Thouars d'abord, puis sa banlieue divisée en six baillages, qui étaient : celui d'Orvallois, de Cou­longes, d'Aironnois, de la Grande-Marche, de la Petite-Marche et du Bouchage.

La baronnie de Tiffauges, à cette époque, n'était pas non plus une petite terre, et sa composition peut donner une idée de ce qu'étaient les vingt-cinq autres et l'étendue de terrain qu'englo­bait la vicomté de Thouars.

La baronnie de Tiffauges comprenait les paroisses de la ville de Tiffauges, de Breffier (la Bruffière) en Marche, Cugand, Boussay-Marche, Saint-Symphorien, Saint-­Martin, Voisy, Concourson, Torfou, la Romagne, Saint-Christophe-­des-Bois, Saint-André-de-la-Marche, Saint-Macaire et les Landes-Genusson.  

 

 

 


Dédicace de l'église Saint-Nicolas de Casa du vicomte Herbert de Thouars

Cette charte est datée du 7 des ides de décembre, l’an 1099, la septième année de son gouvernement de la vicomté de Thouars.

 


Comme son prédécesseur, il se qualifiait vicomte par la grâce de Dieu, ou employait des expressions analogues.

 
Praeceptum Herberti Toarcensis Vicecomitis, de dedicatione ecclesle Sancti Nicholai de Casa et de vonis eidem pacis (1)
In nomine doraini Ihesu Christi Salvatoris nostri.


Ego Herbertus Dei nutu Toarcensis vicecomes, discretissimi patris mei Aimerici vicecomitis bono zelo congaudens, immo permotus, exhortante apostolo qui ait : «  Dum tempus habemus operemur bonum ad omnes, maxime autem ad domesticos fidei;»  quicquid pater meus, ob salutem animarum nostrarum, Sancto Florentio et monachis ejus ubique donavit et concessit, sollicitus et memor iniquitatum mearuro, itidem donavi et concessi. Pater meus namque, vir mirae prudentiae, coepit aedificare aecclesiam predictis monachis apud Casam, in honore Sancti Nicholai, in qua Deo devote et ordinate famularentur, quam multis dotavit bonis pluribusque se daturum promittebat. Sed quia, ut est nostrae naturae, pater meus necessario inevitabili resistere nequivit, ingrediens viam universae carnis reliquit michi filio suo et heredi, tamquam David filio suo Salomoni, perfieere coeptum opus quod affectaverat: adhortans me, multis et rationalibus supplicationibus, ut quod Deo et Sancto Florentio et monachis ejus voveramus, diligenti studio perficeremus.
Nunc igitur cum sim ejusdem condicionis, dum licet, dum tempus habemus, ne fiat fuga nostra hieme vel sabbato, decrevi, cum consilio domni Petri patris nostri, Pictavensis episcopi, et fatrismei Gauzfridi et optimatum nostrorum, consecrari predictam Sancti Nicholai ecclesiara et amplius dotare de rebus meis, sicut pater meus, morte preventus, se facturum promiserat.
Itaque dono et concedo Deo, Sancto Nicholao Sanctoque Florentio terram de Crechis; terram Durandi de Greleria; terrara Morini cum tota silva; terram Guillelmi Belini; ochas meas quae sunt apud Sanctura Florentium; feodum quod Rainaldus, praefatae ecclesiae presbiter, tenebat de Loho et quod ipse Loho michi donaverat in vita sua ut esset Sancti Nicholai; Goslenum de Nois cum ipsis Nois; forestagium, pasnaticum, vendam atque pedagium hominura Sancti Nicholai dominicorum; ecclesiam Sancti Florentii cum toto presbiterali feuo; ecclesiam Lemozinariae; Giraldum de Taniis, meum medietarium, ad burgum faciendum a porta Case, sicut via levat ad sinistram usque ad Barras; feodura Petri de Porta, ut illud teneat de monachis quemadmodum tenebat de me, si monachi non potuerint secum aliud placitum facere; forum dedicationis ecclesiae Sancti NichoIai per totam ebdomadam quietum.
Ista vero, quae supradictis monachis concedo, tam liberaliter eis confero ut nullus ex judiciaria potestate ibi, causa exercendi potestatem, ingrediatur nec aliquid imperare audeat.
Addo etiam, auctoritate et velle totius terrae meae baronum, quatinus ipsi barones, et omnes diverserum officiorum meorum procurationem tenentes, fidei signaculo promiserunt in singulis annis, in transitu Sancti Nicholai, certum censum sese reddituros: eo quoque tenore quod si forte, aliquo accidente casu, ipsi vel officiorum meorum ministri demutentur, eorundem successores in predicto termino persolvant,
Ut autem haec omnia impermutabilia persisterent, ego Herbertus et frater meus Gauzfridus, inter nos, fidem nostram, in conspectu predicti episeopi et Willehni Aquitanorum ducis ac innumerabiliuin nobilium virorum tam clericorum quam laicorum, promisimus, cum successoribus baronum presentialiter regnantium, nullum de feodis eorum placitum obfirmare donec eodem modo, cum signaculo fidei, predictum censum se reddere promittant; simili modo de nostris propriis villicis.


Nomina vero eorum qui censum promiserunt haec sunt:


Hildegardis uxor domni Hugonis de Liziniaco, pro amore patris sui Aimerici vicecomitis, reddit xx solidos (Hildegarde, fille d’Aimery, vicomte de Thouars, sœur d’Herbert, et femme de Hugues seigneur de Lusignan)
— Mauritius de Monte Acuto, xx sol, (Maurice de Montaigu)
— Ebbo de Partenaco, x sol. (Ebles de Parthenay )
— Simon de Aurea Valle, x sol. (Aurea Vallis Simon d’Airvault )
— Hugo do Doe, x sol. (Hugues de Doué)
— Sigebrannus de Passavant, x sol. (Sigebrand de Passavant)
— Aimericus de Argento, x sol. (Aimery de Blois, seigneur d’Argenton )
— Johanhes de Berceorio, x sol. (Jean de Bressuire)
— Savaricus filius Tetmari, x sol. ( Savary, fils de Tetmer Aymery de Latillé)
— Aymericus de Tellio, x sol, (Aimery Dutheil)
— Rainaldus de Foresta, x sol. (Renaud de la Forêt-sur-Sèvre)
— Radulfus de Malo Leone, avunculus prefati Herberli vicecomitis, x sol. (Raoul de Mauléon oncle de Herbert Vicomte de Thouars parce que sa sœur Ameline de Mauléon avait épousé le vicomte Aimeri IV et était la mère d’Herbert)
— Gauzfridus de Tefalgia, frater Herberti vicecomitis, x sol. (Geoffroy de Tiffauges, frère de Herbert vicomte de Thouars)
— Willelmus de Castello Muro, x sol. (Castrimurium Guillaume de Châteaumur)
— Mauricius de, Pozalgiis, x sol. (Maurice de Pouzauges)
— Guillelmus Bertrannus, de Exarsis, x sol (Guillaume Bertrand des Essarts )
—  Stephanus de Blesis seu de Bornezello, x sol,  (Etienne de Blois Bournezeau)
— Bernardus de Rocha, x sol. (Bernard de la Roche-sur-Yon)
— Barbotinus de Aspero Monte, x sol. (Barbotin d’Aspremont)
— Goscelinus de Lezai, x sol. (Gosselin de Lezay)
— Petrus de Gasnachia, x.sol. (Pierre de la Garnache)
— Urvoius de Kimikers, v sol. (Urvois l’un des premiers seigneur de Commequiers)
— Berlaius frater Sigebranni de Passavant, v sol. (Bellay de Montreuil frère de Sigebrand de Passavant)
 — Willelmus Absalon, v sol
— Willelmus filius Effredi, v sol.
— Herberlus de Campis, v sof.
— Gauzfridus de Malo Leone, v sol. (Geoffroy de Mauléon)
— Nortmannus Bloius, v sol. (Normand le bleu ?)
 — Aimericus Brisardus, v sol.
— Radulfus de Argento, v sol. (Raoul d’Argenton)
— Rodbertus Morinus, v sol.
 — Willelmus de Doe, v sol. (Guillaume de Doué)
— Oliverius de Partenaco, v. sol. (Olivier de Parthenay)
— Gislebertus Lubet, v sol.
— Rainaldus Nutricius, v sol.
— Brunus Seglerius, v sol.
— Rainaldus Fantoz, v sol.
— Dapifer Toarcii, v sol. (sénéchal de Thouars)
 — Walterius Pulzinus, de villicationibus foris et de ponte Sancti Andreae, xv sol.
 — Savaricus Gislaudus, de mafa tolta, v sol.
— Glaicus, de mafa tolta, v. sol
— Gaudinus Panetarius, v sol.
 — Tetbaldus Leovinus, de panetaria, v sol.
 — Bodinus Puldresellus, venderius, v sol.
— Bernardus Letgerius, erbanderius, v sol,
— Giraldus Corals, de Clauso Mainardi, v sol,
— Willelmus Pedagerius, de pedagio vicecomitisse, v sol.
— Letgerius cubicularius vicecomitis, v sol.
— Hoelardus, de villicatione Sancti Martini, v sol.
— Baldinus Butarius, v sol.
— Gislebertus filius Hildrici, de vilicatione Sancti Martini, v sol.
— Giraldus Prepositus, II sol.
— Rodulfus prepositus vicecomitis, x sol.
 — Raimundus de Porta, de hominibus Sancte Marie, v sol.
 — Raginaldus pedagerius de ponte Sancti Jacobi, v sol.
— Aimericus Moinardus, pedagerius vicecomitis de Berceorio, v. sol. (Aimery Menard vicomte du pays de Bressuire)
— Gosfredus Daniel, v sol.
— Inter Gosfredum Baritaldum et Giraldum Trotinum, erbanderii vicecomitis, v sol
. — Inter Beringerium Bufel et Bertrannum de Anglis, ministri vicecomitis de Monte Beliardi, v sol. (Montbéliard
— Petrus Giraldus, dapifer Marolii, v sol. ( Pierre Girard, senechal de Mareuil sur Lay)
Mareuil sur Lay, Marolium, Saint Sauveur, prieuré béndictin de Saint Michel en l’Herm, diocèse de Poitiers Léon x de Marigneyo, a monasterio B Mariae et S Johannis de Orbisterio pendens
— Aimericus Hildebertus, pedagerius, v sol.
 — Pelrus Venderius, v sol.
— Segnorius et Bastardus, prepositi Belle Noe, v sol.
— Guerricus prepositus de Casa, v sol. –
— De foresta Aimerici Papini, v sol.
— Borrellus Pedagerius, v sol.
— Rainerius Ve derius, v sol.
 — Fradinus et Willelmus, fratres, forestarii Lande Albe, simul v solidos.

 

Le 7 décembre 1099, acte de donation faite au prieuré de la Chaize-le-Vicomte par Herbert, vicomte de Thouars et son frère Geoffroy III, seigneur de Tiffauges (1)


Quoniam vero ea quae ab antecessorum consideratione constituuntur, succedente temporum varietate, depravari solent, ego Petrus Pictavensis episcopus, facta dedicatione predicte ecclesiae, ante dominicum altare, priusquam missa celebraretur, predictos barones vocari precepi; et in eorum presentiam supradicta concessi et sigilli mei impressione signari jussi, ipsique in manu mea hoc totum confirmaverunt. Et si barones seu heredes et successores eorum hoc donum reddere neglexerint, excommunicati sint et anatematizali usque ad emendationem.


Hoc autem actum est apud Casam, VII idus decembris, anno ab incarnatione Domini millesiiuo XCVIIII, indictione X, regnante Philippo Francorum rege anno XL, Petro Pictavensium episcopo anno XIIII, Guillelmo Aquitanorura duce anno XIIII, Herberto Toarcensium vicecomite anno VII, Guillelmo abbate Sancti Florentii anno XXX.


Philippe Ier roi des Franc, Pierre II évêque de Poitiers, Guillaume IX duc d’Aquitaine, Herbert vicomte de Thouars, Guillaume de Dol qui avait été nommé en 1070 comme abbé de l'abbaye de Saint Florent lès Saumur

Herbert II et son frère Geoffroy ne restèrent pas étrangers au grand mouvement religieux qui poussa, à cette époque, l'Occident vers l'Orient.


En 1101, Herbert II, vicomte de Thouars et Geoffroy III de Thouars, seigneur de Tiffauges repartent dans le cadre de la croisade conduite par Guillaume IX le Troubadour

 
Anno incarnationis dominicae MCI, in secunda ebdomada Quadragesime, Herbertus Touarcensium vicecomes et frater Gauffridus, eum Guillelmo comite Pictavorum, atque incredibilis multitudo omnium fere gentium, Jerosilimitanam peregrinationem arripuerunt. Quam autem devot hanc viam Herbertus vicecomes appetiit in paucis his verbis dinosci potest.
Dans l'année de l'Incarnation du dimanche 1101, dans la deuxième semaine de Carême, Herbert, le vicomte de Thouars, et son frère Geoffroy, ainsi que Guillaume, comte de Poitiers, et une multitude incroyable de presque toutes les nations, ont fait un pèlerinage à Jérusalem. Mais à quel point Herbert le vicomte désirait cette voie peut être dit en ces quelques mots.

 

 

 

Chevaliers du Poitou - Les Vicomtes de Thouars<==........==> Préparatifs des seigneurs de Tiffauges et de Thouars pour accompagner en terre sainte Guillaume IX, duc d'Aquitaine

 

 L’histoire en 360 - Eglise Saint Nicolas et les Vestiges du château de Chaize le Vicomte, Aimery IV, vicomte de Thouars<==

 


 

Herbert II de Thouars, fils ainé d’Aimery III et d’Asseline,

Règne de 1092 – 1104

Geoffroy III de Thouars épouse en 1094 Amelina (1075-1107).

 Leur enfant est :

    Aimery V de Thouars (11 vicomte vers 1095-1127),

    Geoffroy de Thouars Seigneur de Tiffauges,

    Pierre de Thouars, Evêque,

    Savary de Thouars, Vicomte de Fontenay

 

 

(1) 7 decenbre 1099. Original très-grand et très-beau, ayant eu un sceau plaqué Chartrier de Thouars.

Le texte publié N XV offrant de nombreuses incorrections, il était indispensable de reproduire celui de l’admirable document découvert par le duc de La Trèmouille.