18 septembre 2021

1235 - Charte testamentaire de Béatrix, dame de Machecoul, de Luçon et de la Roche sur Yon aux religieux des Fontenelles

Garsire II de Retz (1105-1160) et son frère Raoul Ier de Retz (1106-1162) partage la seigneurie de Retz : tandis que Garsire et sa descendance continuent de régner sur la seigneurie de Retz, Raoul hérite de la seigneurie de Machecoul en 1160 et prend alors le nom du domaine pour devenir Raoul Ier de Machecoul. Raoul de Machecoul,devenu seul maître de la Roche-sur-Yon et de Machecoul, il les transmit à son fils Bernard vers l'an 1200.   Aanor ou Eléonore de Tonnay, femme de Bernard, eut trois enfants. Raoul, Bernard, Béatrix.... [Lire la suite]

18 août 2021

A la Mardigrelle 1412, salé Saute Bourguignon- Sac de Fontenay-le-Comte, par les Bourguignons sous la conduite du sire Heilly

  La chanson et le brûlement annuel du bonhomme de paille sont un souvenir lointain, en Poitou, du sac de Fontenay-le-Comte, au mois de janvier 1412, par les Bourguignons, sous la conduite du sire Heilly. La paix dont la province jouissait depuis 1375 fut troublée d'abord par la guerre civile. Dans la lutte fratricide engagée entre les maisons de Bourgogne et d'Orléans, entre les Bourguignons et les Armagnacs, le duc de Berry, comte de Poitou, se trouva par ses alliances de famille entraîné du côté des derniers. Après avoir... [Lire la suite]
02 août 2021

Dans le Poitou, l'évolution sociale se poursuit au XIIIe et au XIVe siècle, avant la guerre de Cent Ans

Les progrès accomplis dans l'ordre social et économique rendaient, à vrai dire, les populations du Poitou à peu près indifférentes à la perte d'une indépendance politique, dont elles n'avaient recueilli dans la période précédente que les fruits amers. C'est probablement pour s'attacher plus intimement les habitants d'Oléron, que Jean sans Terre, dans un diplôme expédié le 28 février 1205, leur accorda de nouveaux priviléges : « Sachez, dit-il, que nous avons concédé et, par cette présente charte, confirmé à nos fidèles hommes... [Lire la suite]
17 juin 2021

L'abbaye de Notre-Dame de Lieu-Dieu-en-Jard, fondée en 1196, par le roi d'Angleterre, Richard Coeur-de-Lion.

Sur le littoral du Talmondais, à une assez grande distance de la Chaise-le-Vicomte, les moines possédaient, dans la forêt de Jard, cinq masures ou métairies, la meilleure nommée Vilaron. Jard se trouvait à l’extrémité d’une voie qui desservait le rivage nord du golfe des Pictons (Marais poitevin).  Cette voie de Jard-sur-Mer à Rauranum (Rom) dans l'actuel département des Deux-Sèvres, passait par Le Langon, autre commune vendéenne connue pour ses importants vestiges gallo-romains. À Rauranum, cette route débouchait sur la... [Lire la suite]
15 mars 2021

GOSCELIN II, seigneur de Parthenay l’archevêque de Bordeaux (1058-1086).

Goscelin de Parthenay, archevêque de Bordeaux, était issu de l'une de ces grandes maisons du moyen-âge qui vivaient presque de pair avec les ducs ou les rois et qui leur étaient souvent alliées. Armoiries : Burelé d’argent et d’azur de 10 pièces à la bande de gueules brochant sur le tout   Il était de la noble Maison de Parthenay en Poitou, fils ainé de Guillaume Seigneur de Parthenay (1).   Par suite de la mort de son frère aîné, Josselin devint l'héritier légitime de la seigneurie de Parthenay. Mais telle... [Lire la suite]
13 mars 2021

UNE SŒUR IGNORÉE DE RICHELIEU

L’Histoire réserve parfois des surprises effarantes que le lecteur est tenté de rejeter, au seul énoncé, comme une mystification grossière devant tout ce qu’elles présentent d’invraisemblable.  L’existence d’une sœur de Richelieu ignorée est une de ces révélations surprenantes. On se demande comment un fait pareil a pu rester inconnu dans la vie du personnage qui a donné lieu sur lui et les siens à tant de travaux importants, consciencieux et poussés, passer inaperçu des généalogistes, chroniqueurs, anecdotiers, libellâtes, ne... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 décembre 2020

Abbaye des Fontenelles - Béatrice de Machecoul, dame de La Roche-sur-Yon et la légende de l'ogresse du manoir de Talmont.

La légende fait pleurer l’âme de Béatrice dans les grands cloîtres, lorsque les rafales secouent les grands chênes et hurlent sous les arceaux gothiques. Béatrice fit creuser un souterrain qui se divisait en sept branches, pour aller à une petite chapelle située à Ambois. Elle s’y rendait chaque jour par le premier souterrain marchant à pieds nus sur le sol jonché d’épines. Elle y restait toute la journée en prière, ne se nourrissant que de racines.   Voici la légende racontée, répétée encore, il y a quelques années, par les... [Lire la suite]
25 décembre 2020

Luçon, Noël 1608 - Un sermon inédit d’Armand-Jean Du Plessis Richelieu

Le 17 avril 1607, Richelieu est nommé évêque de Luçon avant de devenir cardinal puis ministre de Louis XIII en 1624. Ce discours ne présenterait  il aucun intérêt général, que nous sommes fiers de compter Richelieu dans la glorieuse série de nos évêque, nous estimerions toujours d’un grand prix, puisque ce sermon  a été prononcé à Luçon, quelques jours après la prise de possession du siège par Richelieu, le 25 décembre 1608. Verbum earo factum est Nous lisons dans le texte de notre Evangile que lorsque l'ange annonça... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 novembre 2020

Chroniques Fontenaisiennes 1794 (plan- dates)

1er janvier 1794 — Augustin Belliard est installé comme commissaire national. Exécution de Héraud, Henri, 27 ans, de Vouvant ;  Cornuau, François, 60 ans, bordier, de Menomblet ; La Roche, Henri, 19 ans, même commune, et Jeaulin, Jean, 20 ans, même commune, insurgés. L'adjudant-général Dufour écrit de Chantonnay à Laignelot pour se disculper des accusations dirigées contre lui. Le Directoire du district des Sables va rendre visite au représentant Laignelot. — Morgan, capitaine du génie, reçoit l’ordre de commencer les... [Lire la suite]
08 octobre 2020

Les anciennes voies de communications dans le Marais Poitevin

Les droits seigneuriaux levés sur les voies publiques reposaient sur le même principe d'entretien. C'est pour subvenir aux frais des réparations qu'on levait un péage permanent (1) ou temporaire (2) sur les chaussées, les bots et les ponts, et qu'on percevait un droit de passage sur les rivières où un bac se tenait constamment à la disposition des voyageurs (3).   Dans le dédale de chaussées, de digues et de bots qui servaient à la circulation, il est difficile de retrouver le tracé des chemins de grande communication qui... [Lire la suite]