Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
PHystorique- Les Portes du Temps
TRADUCTION
Derniers commentaires
1 avril 2021

États du Poitou convoqués à Saumur par le dauphin, au mois de juin 1417

États du Poitou convoqués à Saumur par le dauphin, au mois de juin 1417 - Charles - Georges de la Tremouille - Jeanne d’Auver

La guerre des Armagnacs et des Bourguignons désolait le Poitou.

 Jean II Larchevêque, seigneur de Parthenay, créé sénéchal de Poitou par Jean, duc de Berry, alors possesseur de ce comté, avait d'abord défendu le parti des princes Orléanais.

Mais en 1413, débordé par les progrès de la cause bourguignonne, il déserta le drapeau royal et passa dans le camp de Jean sans Peur.

Un an ne s'était pas écoulé que les Armagnacs reprenaient, triomphants, possession de l'autorité.

 Le sénéchal de Poitou perdit son office. Sa seigneurie de Parthenay et d'autres fiefs importants, qu'il tenait au sein de cette province, furent confisqués sur lui et adjugés, par le roi, au comte de Richemont, frère du duc de Bretagne.

La guerre civile, alors, se ralluma entre le seigneur de Parthenay, dépossédé, et Arthur de Bretagne, comte de Richemont.

Cette guerre mit en feu à la province entière (1).

1417 n. s., 18 février. « Jehan….. A tous ceulx…. salut. Savoir faisons que nous, considerans la proximité de lignaige qui est entre nostre très chier et très orné frère le duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d'Artois et de Bourgoingne, et nous, et mesmement la bonne amour qui fut entre feuz noz très redoubtez sgrs et pères, dont Dieu ait les ames, et noz autres prédécesseurs eurent ensemble en leurs vies, Nous, en continuant la bonne amour qui a esté tous temps entre eulx et nous, avons fait et ferme avec nostred. frère de Bourgoingne les alliances et confederacions qui ensuivent :

 C'est assavoir que nous jurons et promettons estre bon, vray et loyal à nostred. frère de Bourgoingne, et le secourrons et aiderons, à toute puissance, envers tous et contre tous qui puent vivre et mourir, excepté Mgr le Roy, madame la Royne et monsieur le daulphin, son ainsné fils: à la tuicion, garde et deffense de ses terres et seigneuries, libertez, franchises et prorogatives et s'il avenoit, que Dieu ne vueille, que nous feussions, par maladie ou autrement, tellement empeschiez que nous ne nous peussions armer, en ce cas, nous ferons servir, secourrons et aiderons nostred. frère de Bourgoingne par autres noz plus prouchains a toute puissance, comme dit est.

 Item, promettons et jurons de non entreprendre fait de guerre ou deffense aucune ou royaulme de France, sanz le faire savoir à nostred. frère; ainçois serons doresenavant et demourrons frères tant en armes, en honneurs, en prerogatives comme en prouffiz et se nous nous trouvons, ou toutesfoiz que nous serons devers mond. sgr le Roy ou mond. sgr le daulphin, nostred. frère de Bourgoingne absent, Nous ferons nostre povoir de le faire mander, et tendrons son lieu comme bon et loyal frère doit faire.

Item, promettons et jurons à ne prendre alliances avecques personne quelconque a l'encontre dud. beau frère de Bourgoingne, excepté les dessusd., ainçois porterons, aiderons et soustiendrons ly uns l'autre, et entretendrons en bonne amour noz pats et subgiez de toutes noz puissances, tant en absence comme en présence.

Item, promettons de assembler avec nostred. frère de Bourgoingne au plus tost que nous pourrons bonnement, pour personnelment conserver les choses cy dessus escriptes lesquelles et chascune d'icelles nous promettons loyaulment, en bonne foy et en parolle de prince, tenir, fournir et acomplir de point en point, sanz jamais venir à rencontre et sanz fraude ne mal engin y penser.

 En tesmoing de ce, avons fait mettre nostre seel à ces presentes, le XVIIIe jour de fevrier l'an mil quatre cens et seze.

JEHAN. (Et sur le repli) Par le duc, de son commandement. MAULEON.

 

Le dauphin Charles, vers la fin du mois de mai 1417, paraît avoir fait un premier séjour passager à Poitiers.

De là, il se rendit en Touraine (2).

Ce prince était le 2 juin à Tours, ville où, déjà, sans doute, l'avait précédé sa mère, la reine Isabelle, exilée. Sigismond, empereur d'Allemagne, avait reçu, en 1416, l'hospitalité de Charles VI à Paris.

De là le roi des Romains s'était dirigé vers la cour d'Henri V, en Angleterre. Jean sans Peur eut soin de circonvenir d'agents et d'affidés attachés, à son parti l'hôte du roi de France.

 Ces influences entourèrent Sigismond pendant le cours de son voyage de Paris à Calais, puis de la traversée puis, durant tout le temps qu'il passa près la cour de ce prince.

Armagnac à Paris en 1416, le roi des Romains était devenu anglo-bourguignon lors de son retour au sein de ses États d'Allemagne, en 1417.

 

Louis II d’Anjou meurt à Angers le 29 avril 1417

 Le Dauphiné touchait à l'empire, et le roi des Romains revendiquait féodalement sur ces régions de prétendus droits de suzeraineté. Sigismond voulut transporter, de son autorité impériale, le fief du Dauphiné à l'un des frères du roi d'Angleterre.

Dans ces circonstances, le dauphin, par lettres patentes datées de Tours le 2 juin 1417, ordonna au gouverneur de mettre le pays en état de défense.

Vers le même temps, le maréchal du Dauphiné, Guillaume de Roussillon, seigneur du Bouchage, fut institué capitaine par le dauphin, pour le servir, avec soixante hommes d'armes, contre les Anglais (3).

De Tours, le prince Charles alla rejoindre sa belle-mère à Angers. Il assista, peu de jours après, à un service religieux qui, par les soins de la reine Yolande, fut célébré avec une grande pompe en l'honneur du feu roi de Sicile (4).

Durant le cours du même mois de juin, les états de Poitou, réunis à Saumur, représentèrent au comte-dauphin les maux infinis que cette lutte, engagée entre le seigneur de Parthenay et les gens du comte de Richemont, ne cessait de causer pour la province.

Le jeune prince fut supplié de porter à cet état de choses un remède prompt et efficace.

Par lettres royales du 13 avril 1417, Charles, duc de Touraine, fut investi du titre de dauphin et du gouvernement du dauphiné.

Le 29 avril 1417, Louis II, duc d'Anjou et roi de Sicile, mourut en son château d'Angers et est inhumé dans la cathédrale. Ce prince était âgé seulement de quarante ans et succombait à une pénible maladie.

Le 17 mai 1417, le prince Charles, déjà duc de Touraine et dauphin, reçut par lettres royales le duché de Berry, ainsi que le comté de Poitou, pour les tenir, l'un et l'autre, en pairie. Il est nommé lieutenant-général du royaume, chargé de suppléer son père en cas d'empêchement. Il bénéficie de la garde rapprochée de quelques officiers de la couronne affiliés au parti d'Armagnac.

 

 

Les États du Poitou convoqués à Saumur, au mois de juin 1417, représentèrent au comte-dauphin les maux infinis que la lutte, engagée entre le seigneur de Parthenay et les gens du comte de Richemont, ne cessait de causer pour la province.

Les députés que la ville de Poitiers envoya, furent chargés d'exposer au prince les maux infinis que ces « pilleries et roberies » causaient aux populations, et de le supplier d'y porter un remède prompt et efficace.

Le dauphin s'empressa de faire droit aux réclamations si légitimes des Poitevins.

Il commença par transiger avec le comte de Richemont qui, se trouvant encore prisonnier des Anglais, avait chargé le duc de Bretagne, son frère, de traiter en son nom cette affaire.

Durant le cours du même mois de juin, les états de Poitou, réunis à Saumur, représentèrent au comte-dauphin les maux infinis que cette lutte, engagée entre le seigneur de Parthenay et les gens d’Arthur de Bretagne, comte de Richemont, alors prisonnier en Angleterre, ne cessait de causer pour la province.

Charles désigna, pour négocier cette affaire, Jean de Vivonne, commandeur de Chatillon ; Guillaume Toreau, Guillaume Orry et Guillaume Cardot, maire de Niort ; une assignation de 3000 l. t. leur fut faite, et par lettres du 21 juin, le Dauphin ordonna d'allouer aux comptes une somme de 70 l. t. sur cette assignation.

Le jeune prince fut supplié de porter à cet état de choses un remède prompt et efficace.

 

 

 

Aussi Jean Larchevêque s'en montra fort irrité et persista plus que jamais dans son attachement au parti bourguignon.

 Histoire de Charles VII, roi de France, et de son époque, 1403-1461. 1. 1403-1428 / par M. Vallet de Viriville,...

 

 

 

1415 Siège de Parthenay d’Arthur de Richemont - Terres confisquées de Jean II l'Archevêque et données au dauphin Louis de France <==........==> 2 juillet 1417 Angers Charles VII et Miles de Thouars, seigneur de Pouzauges - Traité d’alliance entre les ducs de Bretagne et de Bourgogne

....==> Niort le 21 septembre 1418, le dauphin Charles institut par une lettre la translation du Parlement royal à Poitiers

Les États Généraux de Chinon sous la menace du siège d'Orléans (1427-1430) ; Les Etats Généraux du Royaume de France (1302-1789) <==

==> Le 14 mars 1445, Charles VII reçoit à Chinon l'hommage du duc de Bretagne François 1er Comte de Montfort et de Richemont

 

 


 (1).  Bélisaire Ledain, Histoire de Parthenay, p. 204 et suiv., 1858, in-8°.

(2). Chalmel, cité.

(3).  Beligieux, t. III, p. 34. Monstrelet, t. III, p. 154, note 2. Ordonnances, t. X, p. 414. Catalogue Joursanvault, t. II, p. 223, n° 3,383. Gachard, Archives de Dijon, p. 46. Cf. Chorier, Histoire du Dauphiné, t. Il, p. 413.

(4).  K. K. 213, f° 48.

(5) Archives de l'hôtel de ville de Poitiers, liasse 29, J. 554.

 

 

 

Publicité
Commentaires
PHystorique- Les Portes du Temps
Publicité
Publicité