Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
PHystorique- Les Portes du Temps
TRADUCTION
Derniers commentaires
15 novembre 2020

Les Archives départementales de la Vendée ARCHIVES ANTÉRIEURES A 1790.

Les Archives départementales de la Vendée ARCHIVES ANTÉRIEURES A 1790 Charte de donation au prieuré Saint-Lienne

Les Archives départementales de la Vendée, comme celles des autres départements de France, sont créées par la loi du 5 brumaire an V (26 octobre 1796). Cette loi prescrit le dépôt, au chef-lieu de département, des archives jusqu'alors rassemblées dans les chefs-lieux des districts, eux-mêmes supprimés le 5 fructidor an III (22 août 1795). Elle représente l'histoire de la Vendée sur plus de 900 ans.

Leur rôle est de classer, inventorier, rénover, valoriser et communiquer celles-ci.

 

Louis-Marie Filaudeau , archiviste de la Préfecture, bachelier des lettre, nommé le 20 septembre 1837, confirmé le 7 juillet 1840.

Arthur du Chêne, Il obtient en 1873 son diplôme d'archiviste paléographe et est nommé archiviste départemental de la Vendée, Il démissionne en 1874.

Gabriel Barbaud, archiviste de la Vendée de 1873 à 1905.

Ancien élève de l'école des Chartes, d'où il est sorti avec le titre d'archiviste paléographe, M. Gabriel Barbaud fut nommé archiviste de la Vendée, par arrêté préfectoral du 30 décembre 1873 et il a exercé ses fonctions jusqu'au 23 février dernier avec un zèle, une intelligence et un dévouement que nous ne saurions trop louer.

Président de la Société d'émulation de la Vendée depuis 1889, correspondant du Ministère de l'Instruction publique pour les travaux historiques, le 15 décembre 1894, Officier de l'Instruction publique depuis 1895, M. Barbaud a obtenu, la consécration la plus flatteuse de ses travaux.

 

BIBLIOTHÈQUE DE LA PRÉFECTURE. (1)

L'inventaire des livres est fait par ordre de matières.

Dans la rédaction des inventaires, l'archiviste suit l'ordre tracé par le Ministre de l'intérieur, relatif au classement général des archives départementales.

Dans son rapport, M. le Préfet donne un aperçu des travaux de l'archiviste, dont les résultats peuvent offrir de l'intérêt à beaucoup de propriétaires.

Le Conseil décide que cette partie du rapport sera transcrite ci-après :

«Les archives du département, depuis votre dernière session, ont, comme par le passé, été l'objet des soins de l'employé auquel elles sont confiées.

Comme les années précédentes, l'archiviste a continué la vérification et le classement des documents administratifs des premières années de la révolution ; il s'est en même temps occupé de faire le dépouillement des dossiers qui ont été versés par les bureaux, et de les classer avec ceux de même nature qu'il a vus antérieurement.

Ces travaux terminés, il s'est remis à l'examen des titres antérieurs à 1790.

« À l'époque où les biens du clergé furent déclarés propriétés nationales, et où l'Etat se chargea du traitement des ecclésiastiques, il fut enjoint à ceux-ci de fournir l'état des revenus des différentes cures, chapelles, etc., qu'ils desservaient, et d'appuyer leurs états des titres de propriété de ces mêmes établissements.

« Conservés avec peu de soin, dispersés et brouillés, soit à l'époque des troubles de la Vendée, soit dans les transports successifs des archives, beaucoup de ces titres ont disparu.

L'archiviste est cependant parvenu à réunir ceux de 70 à 80 paroisses, presque toutes de l'arrondissement de Fontenay, ce qui porterait à croire que ceux des autres arrondissements ont péri pendant l'insurrection Vendéenne, dont ils ont été plus particulièrement le théâtre.

« Les titres du chapitre de Luçon ont ensuite appelé l'attention de l'archiviste.

 Ces titres sont en grand nombre et ont rapport aux propriétés qui dépendaient de cet établissement. Ils fournissent des renseignements sur les desséchements qui ont été faits dans les marais de Triaize, de Champagné, etc.

La pièce la plus importante de ce dossier est sans contredit un registre d'actes passés entre l'évêque et le chapitre de Luçon, d'une part, et les propriétaires voisins, de l'autre, soit pour les marais, soit pour le canal de Luçon,

 «  On n'a trouvé dans les titres qui ont été inventoriés aucun document relatif à la fondation de l'évêché de Luçon, à la cathédrale, au séminaire, etc. Les seuls renseignements que l'archiviste ait à cet égard, lui ont été fournis par la bibliothèque de Poitiers, où il a trouvé dans les manuscrits de dom Fonteneau, de nombreuses copies de pièces que celui-ci avait prises aux archives de l'évêché de Luçon, qui sans doute, en possède encore les originaux, cette ville n'ayant jamais été occupée par les insurgés, et n'ayant point eu à déplorer les troubles qui, dans d'autres vides, causèrent la ruine des papiers et autres litre.

«  L'archiviste, dans l'examen et l'inventaire de ces titres de propriété, a apporté une attention plus particulière à ceux qui concernent les marais de Triaize et de Laiguillon, il a cru devoir placer parmi les papiers de Saint-Michel-en-l'Herm, les titres qui ont rapport aux marais du Vignean en Triaize, et à ceux de Tangon, Benon, la Ronde, etc., en Aunis , afin de réunir en un même dossier les pièces de même nature, et de rendre par- là les recherches plus faciles.

« L'abbaye de S'-Michel-en-l'Herm avait eu des rapports continuels avec l'évêché et le chapitre de Luçon. Le classement et l'inventaire des titres de cet établissement religieux ont semblé la suite du travail dont il vient d'être parlé.

« Il n'existe aux archives aucune pièce historique sur l'abbaye de S'-Michel.

La bibliothèque de Poitiers a supplée en partie à ce défaut; elle a fourni les renseignements d'où l'on a extrait le précis historique qui précède l'inventaire.

« Cette abbaye possédait de vastes domaines.

Ceux dont il est fait mention dans l'inventaire étaient situés dans les communes de S'-Michel-en-l'Herm, S'-Denis-du-Payré, Curzon, S'-Benoist, Mouzeuil, le Langon, Grues, Chasnais. Le prieuré de S'-Sauveur, dont le siège principal était à Mareuil (les Vieilles-Tours), et dont relevait la seigneurie du lieu, avait de nombreuses possessions dans la paroisse d'Ars, et aux environs, dans l'Ile-de-Ré.

« Les pièces les plus importantes de ce fonds sont celles qui concernent les marais desséchés du bassin de la Sèvre et de la Vendée. Les principaux étaient ceux de Chupeau, Tangon, la Ronde et Benon, en Aunis, au sujet desquels les religieux de S'-Michel eurent de nombreuses et fréquentes contestations avec les évêques et le chapitre de Luçon, ceux de Cosse, Bernay, S'-Léonard, Nuaillé, Grues, S'-Michel, Payré, Maillezais, Moreilles, Nieul, du prieuré de Sainte-Radégonde, de la Brie et de la Penissière.

« Les dossiers contiennent également des détails sur les nombreux desséchements des terres inondées des provinces de Poitou, d'Aunis et de Saintonge.

« Toutes ces pièces, rapprochées de celles de Moreilles, dont il va être parlé  et des documents qui ont été puisés aux archives de Poitiers, pourront être d'une grande utilité à l'administration, en ce qui concerne les sociétés syndicales des marais desséchés de ce département.

« Les propriétés de l'abbaye de Moreilles étaient limitrophes de celles du chapitre et de l'évêché de Luçon, ainsi que celles de l'abbaye de S'-Michel.

L'ensemble du travail semblait exiger que l'archiviste s'occupât immédiatement de ce fonds : il a donc fait le dépouillement des titres qui s'y rattachent.

« Ici, comme pour les établissements religieux qui précédent, point de renseignements historiques : à peine, dans les nombreux documents qui ont été mis à la disposition de l'archiviste, soit à la bibliothèque, soit aux archives de Poitiers, est-il question de l'abbaye de Moreilles.

« Les propriétés dont les titres font mention étaient situées dans les communes de Ste-Radégonde-des-Noyers , où était l'abbaye ; de Chaillé-les-Marais, de S'-Jean-de-Beugué pour ce qui concerne la métairie et le moulin de la Fontelière, de Bessay, de S'-Hermant, de Nalliers et de Champagne, dans lesquelles les religieux de Moreilles avaient consenti de nombreux baux à rente.

Ce qui concerne les marais est fort important.

 

On y trouve :

- 1° un arpentement de ces marais, avant qu'on en eût commencé le dessèchement; la contenance de ces marais, détaillée par articles, se trouva être de 14,371 arpents ou journaux, et 35 carreaux. (Le carreau était de 18 pieds carrés, et l'arpent, de 100 carreaux.)

- 2° Des détails sur les conditions du dessèchement opéré de 1642 à 1646, par les sieurs de Strada et Fillastre.

- 3° Le partage qui fut fait, après le dessèchement, en 1646, entre tous les intéressés, avec la consistance et les confrontations de ce qui échut à chacun d'eux ;

- 4° Les statuts des marais du petit Poitou, dont les marais de Moreilles constituent la majeure partie ;

- 5° Un procès-verbal, fait à la requête de l'abbé de Moreilles, des marais desséchés, pièce d'autant plus intéressante qu'elle fait connaître le nom et l'importance des 67 cabanes, qui, en quatorze années , furent établies sur ce terrain , inculte et impraticable quelques années auparavant.

 

« Dans votre dernière session, vous avez décidé que l'archiviste ferait le voyage de Poitiers, et y séjournerait pendant un mois, pour prendre connaissance, aux archives de la Vienne, de tout ce qui pourrait intéresser le département de la Vendée.

Ce voyage a eu lieu, et je crois pouvoir vous donner l'assurance que l'archiviste a mis à profit le temps qu'il a passé dans cette ville, où son collègue s'est empressé de mettre à sa disposition tous les dossiers qu'il avait classés et tous les documents qu'il avait recueillis.

Par son intermédiaire, la bibliothèque de Poitiers a aussi été mise à sa disposition. Le temps qu'il ne lui était pas permis de passer aux archives, était utilement employé à la bibliothèque , à consulter ce qui pouvait intéresser le pays sous le rapport de l'histoire, et surtout, de celle des nombreux établissements religieux, dont il s'est déjà occupé, et dont il aura à s'occuper ultérieurement.

Ses premiers soins ont été de recueillir les documents qui intéressent l'administration et peuvent la faciliter. Sous ce rapport, ses intentions n'ont pas été remplies comme il l'eût désiré.

Ces documents faisaient partis des papiers de l'ancienne intendance de Poitou, dont les archives furent pillées et incendiées en grande partie en 1793.

« Les titres relatifs aux anciens domaines de la Couronne, sont peu nombreux, ce qui en reste a été examiné avec soin, et il a été possible d'en retirer quelques renseignements sur des concessions de lais de mer et autres domaines dans les communes de Bouin , Beauvoir, Bois-de-Cené , la Barre-de-Mont, et dans l'ile de Noirmoutier.

Les papiers qui concernent les ponts et chaussées ont également péri en 93 ; tout ce qui a rapport à cette branche de l'administration, dans l'ancienne province de Poitou, est contenu dans une dizaine de liasses dont les pièces sont sans liaisons entr'elles.

Il a donc été impossible d'en faire un travail suivi. Les notes qui ont été prises, sont plutôt des renseignements historiques, que des documents utiles à l'administration. La pièce la plus intéressante de ce fonds, est, sans contredit, un rapport fait à l'assemblée provinciale, auquel est due l'ouverture de plusieurs routes de ce département, que l'administration a fait terminer depuis quelques années, ou dont elle poursuit l'achèvement.

Rien de plus propre que ce rapport, dont il a été fait une analyse, à donner une idée de la voirie dans ce département, en 1787, et de l'importance des routes qui existaient, ou qui étaient projetées.

« Les renseignements qui touchent à la question des marais, sont également peu nombreux, soit qu'ils aient été détruits avec les papiers de l'intendance, soient qu'ils aient été envoyés dans les départements, à l'époque de la nouvelle division de la France, et qu'ils aient été détruits ou perdus depuis cette époque.

« On trouve cependant aux archives de Poitiers, des pièces qui ont rapport au marais communal de Vouillé, dont elles assurent la propriété aux habitants, et dont elles font connaître l'étendue et l'importance;

Des pièces relatives à la navigation du canal de Luçon, en 1650 ;

D'autres qui intéressent les marais, au nombre de 50, situés entre le Poitou et l'Aunis ; Ceux de la Claie ; Les marais et le port de Moricq;

  

Divers cananx, tels que ceux de l'Achenal, le Roi, le Bot de l'Anglée, le chenal navigable du Langon, celui de la Vendée, le chenal de Luçon, de l'Hounneau, de la Pironnièrc, le Bot-Neuf, le canal des Cinq-Abbés, etc.

« L'archiviste a ensuite recherché les renseignements qui intéressent le pays en général : tels sont ceux qui concernent le commerce et l'agriculture, dans le département ; un rapport sur l'élection de Fontenay; documents d'où l'on pourrait tirer une excellente statistique de l'importance de cette partie du département, sous le rapport des produits agricoles et des fabriques en 1729 ; une table des communes de la Vendée, qui en fait connaître l'ancienne division religieuse, administrative et judiciaire.

Cette table peut être d'une grande utilité aux personnes qui auraient des recherches à faire sur d'anciens procès terminés en appel à Poitiers, antérieurement à 1790.

« De fréquents procès ont lieu pour des buissons, des cours d'eau, etc. L'archiviste a pensé qu'il serait utile aux particuliers, de connaître les sources où ils pourraient trouver des renseignements pour appuyer leurs droits, ou reconnaître leurs torts.

 C'est dans ce but qu'il a recueilli avec exactitude tout ce qui concerne les domaines de la Vendée. Les anciens aveux rendus aux seigneuries contiennent des détails très circonstanciés sur toutes les parties dont se composaient les domaines pour lesquels on rendait ces aveux.

La nomenclature des fiefs qui relevaient des anciens châteaux de Fontenay, de Vouvant et de Mervant, facilitera le moyen de retrouver la trace des biens pour lesquels on voudrait avoir des renseignements.

« Une autre espèce de document manquait aux archives de la préfecture ; c'était ce qui a rapport aux domaines de l'ancien ordre de Malte.

Ces domaines ont, pour la plupart, été vendus par les districts, et, si les actes de vente n'ont pas disparu entièrement avec les archives de ces districts, du moins il n'existe plus de traces des procès-verbaux d'estimation et de consistance. On a cru suppléer à cette perte, en faisant un relevé exact de tous les domaines qui dépendaient ou relevaient des cinq commanderies qui se trouvaient en ce département.

 

Ces commanderies étaient celles,

1° De Coudrie, dont les domaines étaient répandus dans les communes de Sallertaine, Challans, la Garnache, Dompierre, S'-Denis-la-Chevasse, les Sables, Froidfond, Bois-de-Cené , S'-Christophe-du-Ligneron, Soullans, Apremont, Falleron, le Perrier, Aizenay, la Mothe-Achard, Notre-Dame-de-Riez, S'-Urbain, les Essarts, le Poiré, les Lues, Givrand, Olonne et Vairé ;

Celle de Féolette, dont les domaines étaient dans les communes de S'-Etienne-de-Brillouet, la Réorlhe, Nalliers, S'-Vincent-Puymaufrais et Lairoux ;

Celle des Fossés-Châlons, dont les domaines étaient situés dans les communes de Nieul-le-Dolent, S'-Vincent-sur-Graon, Ste-Flaive, Girouard, Poiroux, S'-Vincent-sur-Jard et Longeville;

 

Celle de Champgillon ou de Billy, qui avait des domaines dans les communes de Champgillon, S'Juire , la Réorthe , S'-Philbert-du-Pont-Charrault, Péault, Dissais, Corbaon, S'-André-sur-Mareuil, Corps, les Pineaux et Château-Guibert ;

5° Enfin celle de Puyravault. »

 

 

LE CONSEIL vote pour les dépenses de ce sous-chapitre, les sommes ci-après :

ART. Ier. Appointements d'un conservateur des archives 1500 »

ART. 2. Indemnité au conservateur des archives pour dépouillement extraordinaire des archives …. 150

Frais d'un nouveau voyage à faire à Poitiers, de séjour dans cette ville pendant un mois, pour recherches et dépouillement d'archives intéressant le département…. 150

ART. 3. Frais de vente de papiers de rebut.... 10 »

 TOTAL du sous-chapitre XIII... 1810 »

M. le Préfet a exposé qu'il existe dans les archives une certaine quantité de vieux livres, dont il présente le catalogue. Il demande l'autorisation de les vendre ou de les échanger. Le Conseil, considérant que la vente ou l'échange produirait peu d'avantage; considérant que le collège royal de Bourbon-Vendée n'a pas de livres anciens, et que la bibliothèque de la ville peut ne pas posséder quelques-uns des ouvrages dont on veut disposer, autorise M. le Préfet à faire au collège royal et à la ville de Bourbon, la remise gratuite des livres énoncés dans le catalogue, et qui leur conviendront respectivement, et l'invite à soumettre au Conseil, dans la prochaine session , la liste des livres qu'il aura donnés à chacun de ces établissements.

Rapports et délibérations / Vendée, Conseil général

 

 

 

Sur la Terre de nos ancêtres du Poitou - Aquitania (LES GRANDES DATES DE L'HISTOIRE DU POITOU )<==.... .... ==>LA LÉGENDE DE SAINT LIENNE, disciple de saint Hilaire (Rocca Super Oyonem)

 


 

L’histoire du découpage cantonal de la Vendée, embrayée le 26 février 1790 avec le décret royal instituant le département de la Vendée ainsi que ses cantons, se constitue de différentes réformes territoriales qui ont conduit à une redéfinition progressive des limites territoriales des cantons de 1790 jusqu’à nos jours.

 

Charte de donation au prieuré Saint-Lienne (photo couverture)

Cet acte de 1090 en faveur du prieuré de La Roche-sur-Yon est l’un des plus anciens conservés aux Archives départementales.

Il témoigne avec quelques autres du nouveau développement de la région : à l’écart des routes et aux confins disputés de trois grandes provinces, elle se trouvait encore bordée de vastes marais insalubres, mal dégagés de l’Océan d’où les Normands avaient longtemps procédé à des incursions ravageuses.

Pour leur échapper, une grande abbaye comme celle de Noirmoutier avait déménagé, depuis deux siècles déjà, jusque sur les bords de la Saône. 

 

 

 

 

 

(1)   Titres concernant :

La principauté de Talmont. — L'inventaire est rédigé en 7 cahiers.

L'abbaye de Saint-Michel-en-l'Herm. idem.

Le chapitre de Luçon. idem.

L'abbaye de Moreilles. idem.

Le prieuré de Saint-Lienne, à la Roche-sur-Yon. idem.

de Sigournais. idem.

de Puybelliard. idem.

de Sallartaine. idem.

de Commequiers. idem.

de S'-Martin-de-Brem. idem.

de S'-Sornin. idem.

de Fontaines, à Angles. En 2 cahiers.

diverses cures. idem.

L'abbaye de Bois-Grolland, de Saint-Jean-d'Orbestier, de Sainte Croix de Talmont

La rédaction de l'inventaire de ces trois établissements est cours d'exécution.

Missionnaires et jésuites de Collège de Fontenay, Collège de Fontenay, Divers prieurés et établissement religieux, la baronnie de Riez

Dont l’inventaire sera fait après ceux dont il vient d’être parlé plus haut.

Les papiers de diverses familles, saisis à l'époque de la révolution (qu'on ne classera que lorsque tout le reste des archives sera en ordre.)

 

Publicité
Commentaires
PHystorique- Les Portes du Temps
Publicité
Publicité