05 septembre 2020

Les marais du Poitou, déclaration du 20 juillet 1643 de Louis XIV, sous la régence d’Anne d'Autriche

Elle permet aux propriétaires des marais, palus et terres inondées qui restaient à dessécher dans les provinces de Poitou, Aunis et Saintonge, et aux autres particuliers qui avaient acquis de divers seigneurs, tant ecclésiastiques qu'autres, à quelque titre que ce fut, de faire le desséchement de leurs marais, sous la conduite et direction du s. Petit, que le roi commit à cet effet , avec défenses au sieur Siette et à tous autres, d'empêcher ce desséchement (1). Ce fut sur les plaintes que portèrent aux pieds du trône, les... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 17:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

01 septembre 2020

Marais Poitevin, l’ancien régime de la propriété.

Le desséchement des marais, comme de juste, eut une influence très marquée sur le régime de la propriété dans les pays où s'exerça l'effort de l'entreprise. A qui allaient appartenir les nouveaux terrains sortis des eaux aux dessiccateurs, aux seigneurs fonciers, ou au roi ? La question était déjà difficile à trancher avant le desséchement. Un principe seul n'était pas douteux les atterrissements appartenaient au roi. Dès le XIe siècle, le problème est implicitement résolu dans la charte de Louis VII époux d'Aliénor concédant aux... [Lire la suite]
23 août 2020

Par déclaration de Louis XIII, en date du 4 mai 1641, une nouvelle Société fut constituée, sous la direction de Pierre Siette

Par déclaration de Louis XIII, en date du 4 mai 1641, une nouvelle Société fut constituée, sous la direction de Pierre Siette, conseiller, ingénieur et géographe ordinaire du Roi   « pour entreprendre le desseichement des marais, palus et terres inondées qui restent à desseicher es Provinces de Poitou, Xaintonge et Aulnix ».   DÉCLARATION DU ROY, Déclaration du Roi Louis XIII dit « le Juste », fils d'Henri IV et de Marie de Médicis, contenant la continuation des Privilèges accordez pour le desséchement des Marais des... [Lire la suite]
20 août 2020

Sainte Trinité Puyravault, Podium rebelli, prieuré donné à l’abbaye de Vendôme

Sainte Trinité Puyravault, Podium rebelli, prieuré donné à l’abbaye de Vendôme avant 1040, diocèse de La Rochelle, cant Surgères, arrond Rochefort. Origine du nom : du latin podium, « hau- teur », et de rebelli, « rebelle ». Le Prieuré fut fondé en 1040 lorsque la comtesse Agnès de Poitiers femme de Geoffroy Martel fit don de l'église à l'abbaye de la Trinité de Vendôme. Le comte d'Anjou donne à l'abbaye, parmi ses biens situés en Saintonge : d'une part le bois de Saint-Aignan et celui de Coulommiers, qui comptent cent manses,... [Lire la suite]
19 août 2020

Sentier de découverte Puyravault - AUDRY Pierre-François

Dit AUDRY DE PUYRAVAULT, né le 27 septembre 1773 à Puyravault (Charente-Inferieure),  mort à Maisons-Laffite, le 6 décembre 1852, était propriétaire dans son département et intéressé à une entreprise de roulage lorsqu'il fut élu, le 28 janvier 1822, député du 2e arrondissement électoral de la Charente-Inférieure (Rochefort) par 162 voix sur 233 votants et 318 inscrits, contre M. Bonnet de Lescure qui n'eut que 66 voix. Il joua un rôle très en vue au moment de la révolution de 1830 et c'est dans sa maison que se réunirent les... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 00:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 août 2020

AUNIS (Pays d' Pagus Alnisus, Alienensis, Alniensis).

Ancien pays de la France, dont la capitale fut d'abord Chatel-Aillon, puis la Rochelle il était compris entre la Sèvre et la Charente borné au Nord par le Poitou, au Sud par le pays de Brouage et la Saintonge, à l'Ouest par l'Océan, à l'Est encore par la Saintonge.  On a beaucoup discuté sur l'origine de ce nom d'Aunis que l'on rencontre pour la première fois à la fin du VIIIe siècle. L'opinion la plus vraisemblable est celle qui le rapproche du nom de sa capitale: Castrum qui vocatur Allionis (Chatel-Aillon). Il n'existe... [Lire la suite]

17 août 2020

Jeanne d'Orléans, femme de Charles de Coëtivy, comte de Taillebourg en l'année 1503 visite au château de Magné-sur-Sèvre

Au porte du marais Poitevin, enserrée entre la Sèvre Niortaise et le bras du Sevreau, Magné reste une île reliée aux communes voisines par cinq ponts construits au siècle dernier. Magné, du latin Magnus signifiant grand, est l’ancien nom d’une riche famille romaine implantée sur une île du golfe des Pictons. La Sèvre s'appelle Severa en l'an 932 et sépare le Poitou de la vicaria Bassiacinsis in pago Aunisio. Cette viguerie, désignée sous le nom de Bassiacus, Bassiacensis, Basiacensis, Basiachinsis et Bachiacensis, était en Aunis... [Lire la suite]
31 juillet 2020

La tour Duguesclin. Vestige du château médiéval de Benon (Time Travel 1372- 1578) Démolitions du château de Benon

Aliénor d’Aquitaine hérita du grand château de Benon, construit vers 1096. Elle épousa en 1152, le roi d’Angleterre. Les Anglais régneront sur notre région pendant deux siècles, jusqu’en 1372, année du siège par Bertrand Duguesclin. Cette tour symbole de ce passé, toujours présente dans notre commune, porte le nom de Bertrand du Guesclin, élevé au titre de connétable en 1370 par le roi Charles V, qui reconquit en 1372 la forteresse de Benon tenue par les anglais. Il séjourna quelques jours le temps de réaliser des réparations et... [Lire la suite]
31 juillet 2020

1372 Guerre de cent-Ans - les jeux des chevaliers pendant la campagne de Philippe le Hardi - Poitou, Angoumois, Aunis, Saintonge

Lorsque le roi Charles V eut décidé la guerre contre les Anglais, et résolu de les chasser des provinces qu'ils occupaient en Poitou, en Aquitaine, dans l'Aunis, la Saintonge, etc., Philippe-le-Hardi, duc de Bourgogne, qui avait contracté l'engagement de l'aider de toutes ses forces, partit le 15 juillet du château de Montbard (1), l'une de ses résidences au duché, pour prendre les derniers ordres de son frère. Il arriva le samedi 24 à Vincennes, et passa une dizaine de jours avec le roi. Aout 1372. Il en repartit le mercredi 4... [Lire la suite]
16 juillet 2020

Administration du Poitou sous Alphonse de Poitiers

A côté du baronnage, il y avait les communes jurées de Poitiers, Niort, Saint-Jean-d'Angély et la Rochelle, qui commençaient à peser d'un poids considérable dans les affaires politiques de la province. Le régime municipal, fondé dans ces villes par Aliénor, avait revêtu la forme la plus libre et la plus indépendante. Un collège de cent bourgeois, recruté lui-même par élection, élisait chaque année dans son sein un maire, douze échevins et douze jurés ou conseillers. Les soixante-quinze autres prenaient le nom de pairs et assistaient... [Lire la suite]