11 septembre 2021

Destruction du gibier de la forêt de Grasla commune des Brouzils en 1619

Il y avait autrefois des faisans dans les bois et les forêts du Bas-Poitou, non seulement en l'année 1199, époque à laquelle le seigneur de Veluire, confirmant divers domaines à l'abbaye de Moreilles, s'y réservait le droit de chasse exclusif leporum et fasianorum, mais encore au XVIIe siècle alors que l'emploi des armes à feu rendait la destruction de ce magnifique gibier beaucoup plus facile qu'au temps où l'on se servait de l'arc et de l'arbalète.  Avant 1619, la forêt de Grasla, commune des Brouzils, en contenait un... [Lire la suite]

30 juillet 2021

L'ABBAYE DE LA GRAINETIERE AU FIL DES CHARTES (13EME SIËCLE)

Cette étude est extraite de notre mémoire de maitrise (1979, Poitiers) qui consistait en l 'édition des chartes de l 'abbaye de la Grainetière des origines (vers 1130) au passage de Bertrand de Goth, archevêque de Bordeaux (1305) qui, quelques mois plus tard, deviendra pape sous le nom de Clément V et sera le premier à s'établir à Avignon. Il nous faut d'ores et déjà signaler que ce monastère, qui a retrouvé vie depuis trois ans grâce aux moines de Croixrault, se situe près des Herbiers, sur l 'ancienne commune d'Ardelay, non loin... [Lire la suite]
15 novembre 2020

Les Archives départementales de la Vendée ARCHIVES ANTÉRIEURES A 1790.

Les Archives départementales de la Vendée, comme celles des autres départements de France, sont créées par la loi du 5 brumaire an V (26 octobre 1796). Cette loi prescrit le dépôt, au chef-lieu de département, des archives jusqu'alors rassemblées dans les chefs-lieux des districts, eux-mêmes supprimés le 5 fructidor an III (22 août 1795). Elle représente l'histoire de la Vendée sur plus de 900 ans. Leur rôle est de classer, inventorier, rénover, valoriser et communiquer celles-ci.   Louis-Marie Filaudeau , archiviste de la... [Lire la suite]
09 octobre 2020

Portereaux, les portes du Marais Poitevin face à la mer- Porte du canal du Clain ou des Grands Greniers

 Afin de réglementer le cours de l'eau dans les achenaux, on se servait de portes mobiles qui affectaient probablement la forme d'une vanne qu'on abaissait ou qu'on relevait pour fermer ou ouvrir le passage. Chaque canal possède à son embouchure une porte ou écluse, ouvrage en maçonnerie et en bois dont l’existence est attestée dès le Moyen Âge : en 1217 déjà, une telle porte (ou « portereau » - porterellumen latin) est mentionnée dans l’acte d’autorisation de creusement du canal des Cinq-Abbés, accordée par... [Lire la suite]
08 octobre 2020

Les anciennes voies de communications dans le Marais Poitevin

Les droits seigneuriaux levés sur les voies publiques reposaient sur le même principe d'entretien. C'est pour subvenir aux frais des réparations qu'on levait un péage permanent (1) ou temporaire (2) sur les chaussées, les bots et les ponts, et qu'on percevait un droit de passage sur les rivières où un bac se tenait constamment à la disposition des voyageurs (3).   Dans le dédale de chaussées, de digues et de bots qui servaient à la circulation, il est difficile de retrouver le tracé des chemins de grande communication qui... [Lire la suite]
06 octobre 2020

Voyage à l’origine du marais Poitevin - Dessèchement des marais aux XIIe et XIIIe siècles

Une trentaine d'abbayes possédaient des biens aux XIIe et XIIIe siècles, dans le marais. Quatre d'entre elles s'étaient même fixées sur des îles au cœur du pays Pictons : c'étaient les puissantes abbayes de Saint-Pierre de Maillezais et de Saint-Michel-en-l'Herm, et, plus modestes, celles de Notre-Dame de Moreilles et de la Grâce-Notre-Dame de Charron.     D'autres s'étaient établies sur les côtes dans le voisinage immédiat du marais, comme, en Aunis, les abbayes de la Grâce-Dieu et de Saint-Léonard-des-Chaumes, ou, en... [Lire la suite]

29 août 2020

Emeric de Bragelongne successeur du cardinal de Richelieu aux abbayes de Luçon et de Moreilles

Emeric de Bragelongne, fils de Robert de Bragelongne (1), Ecuyer, sixième fils de Martin et de Catherine d’Abra de Raconis, fut seigneur de la Charbonnière, Commandeur de Fontenay le Comte, de l’Ordre de Notre dame du Mont Carmel et de Saint Lazare de Jérusalem, et Grand Maitre des Eaux et Forêts des apanages de Gaston de France, Duc d’Orléans. Il épousa Marguerite de Cormeilles, dont il eut : Robert, Aimeric, Louis, Pierre, Jean Baptiste Gaston et un autre Pierre, chevalier de l’Ordre de Notre Dame de Mont Carmel et de Saint... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
28 août 2020

Dessèchement du Marais poitevin - Traité de l'abbaye de Moreilles (10 janvier 1642).

Déjà, en 1639, les religieux et Dom Jean Seix, prieur claustral de l'abbaye de N.-D. de Moreilles, avaient donné procuration à Emery Le Maire, chanoine en l'église cathédrale de Luçon, de les représenter dans un traité ayant pour but le dessèchement de leurs marais (1). Le 23 mai 1641, au palais royal de Fontenay, devant François Brisson, écuyer, sr du Palais, conseiller du Roi et sénéchal (2), Pierre Fillastre, seigneur de Richemont, tant pour lui que pour Pierre Siette et leurs associés (3), déclara qu'il offrait de les dessécher... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 21:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
21 août 2020

Le 28 janvier 1599, Pierre Brisson, sénéchal de Fontenay-le-Comte, déplore les destructions dans le golfe du Poitou.

 François 1er avait érigé par son édit de 1544, le siège particulier de Fontenay en comté et sénéchaussée, pour être l’état de sénéchal tenu de robe longue et avoir connaissance de toute matière civile, criminel et politique. Michel Tiraqueau, qui était lieutenant au siège de Fontenay, fut pourvu de l’office de sénéchal qu’il réunit à celui de lieutenant. A sa mort son office de sénéchal demeura éteint et supprimé, suivant l’ordonnance d’Orléans. En 1576, Henri III rétablit l’office de sénéchal de Fontenay, Pierre Brisson... [Lire la suite]
10 août 2020

Les auteurs du dessèchement du Marais Poitevin, Rôle des religieux, Rôle des seigneurs, Rôle des paysans.

Nous venons de passer en revue l'histoire des dessèchements opérés dans les marais de la Sèvre et du Lay du Xe à la fin du XVIe siècle. Cette esquisse rapide demande à être complétée par quelques détails sur les dessiccateurs eux-mêmes, et sur les conditions de groupement ou d'entreprise individuelle qui ont présidé à leurs travaux. Pour concevoir et mener à bien une œuvre aussi vaste que celle des dessèchements, il fallait une association puissamment organisée, et disposant de capitaux considérables. Au XIIIe siècle, les seigneurs... [Lire la suite]