Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
PHystorique- Les Portes du Temps
TRADUCTION
Derniers commentaires
19 septembre 2019

Voyage dans le temps et l’histoire de Lussac les Châteaux

Voyage dans le temps et l’histoire de Lussac les Châteaux (5)

visite la vieille cité de Lussac, mal nommée Lussac-les-Châteaux, gratifiée ainsi d'un ou deux manoirs de trop; car elle fut toujours, dans les vieux temps, Lussac-le-Chastel pour la distinguer de Lussac-les-Eglises, localité voisine sur les limites de la Haute-Vienne (ancienne Basse-Marche). C'est Luciaco qui, après avoir été, en 780, une simple villa de la viguerie de Civaux, eut un château vers le milieu du XIe siècle, une église encore paroissiale du nom de St-Maixent, et un prieuré de Sainte-Madeleine, dépendant de l'abbaye de Saint-Savin: Lussac était un archiprêtré dont le titulaire était le curé de Moussac-sur-Vienne, devenu annexe de l'Isle-Jourdain.

Voyage dans le temps et l’histoire de Lussac les Châteaux (1)

Cette vieille cité était le siège d'une châtellenie relevant de la baronnie de Calais, qui faisait partie du comté de la Basse-Marche; à la fin du XVIe siècle puis au XVIIe, un marquisat dont le vieux château disparut peu à peu, ne laissant pour derniers vestiges que les débris d'un pont qui reliait le corps du château au village du Pont, vis-à-vis celui de Mazerolles.

De l'autre côté, la forteresse avait pour défenses un étang dominé par un ermitage, où avaient habité quelques solitaires longtemps employés à la desserte de la chapelle du château et à un hôpital de St-Roch, fondé pendant les pestes fréquentes des XIVe, XVe et XVIe siècles.

En fouillant les soubassements de cet ermitage, on a découvert des cavernes dans lesquelles on a trouvé des os et des instruments en silex de l'époque préhistorique, qui attestent, avec le nom local de Luciago, Luciaco (Luciacum), une affinité entre l'ère gallo-romaine et les habitudes primordiales de siècles à peine connus par leurs attributs les plus élémentaires.

Voyage dans le temps et l’histoire de Lussac les Châteaux (4)

Lors de fouilles, la grotte de la Marche a livré un nombre considérable de plaquettes datées du Magdalénien, gravées par des hommes qui vivaient là il y a environ 15 000 ans, dans la grotte de l’Hermitage. Ce sont des milliers d’outils qui ont été découverts.

Les environs de Lussac sont pleins de souvenirs historiques. Les moins éloignés et mieux connus, sont : la font-chrétien ou fontaine du roi, le gué de la Biche, le camp de Sichard…

La ville fut une place de guerre qui joua un rôle important dans les luttes des XlVe et XVe siècles, au moment de la guerre de Cent Ans. Sous ses murs, peu après la prise qu'en avait faite Duguesclin, Chandos fut mortellement blessé. Transporté dans la forteresse de Morthemer, il y rendit le dernier soupir le 2 janvier 1370.

 

Le pont de Lussac occupe un côté d'un vallon dont le fond est formé par un étang envahi par les joncs et les herbes. De cet étang sortent quatre piles élevées d'une douzaine de mètres, qui portaient le pont par lequel on arrivait au château aujourd'hui détruit. Ces piles, dont la raison d'être n'existe plus, produisent un étrange effet au milieu de cette eau croupissante et morte.

 

 

 

La Châtellenie de Lussac-les-Châteaux.

Le nom de Lussac, qui rappelle, avec la mort de Chandos tué sur le pont de la Vienne, par le sire de Bagnac, l'un des glorieux faits d'armes de la guerre de Cent ans, se lit pour la première fois dans une charte du VIIIe siècle.

 Le château lui-même existait dès 1065, et appartenait alors à une famille féodale nommée Conis, qui possédait également Saint-Germain « Conteuses de Sancto Germano. Dans la suite, la châtellenie se divisa entre les Chenin et les de la Vergne, et forma deux fiefs distincts ayant leur mouvance propre. Le premier, dont relevait Persac, appartenait, en 1147, à Guillaume Chenin et était appelé le fief de la Jarrie, du nom d'une seigneurie également possédée par cette famille en Aunis.

Le second était, en 1216, la propriété d'Hélie de la Vergne, chevalier, originaire, croit-on, de Château-Larcher. Chacun des deux seigneurs avait peut-être sa demeure particulière que séparait l'une de l'autre un vallon étroit et profond ; mais réunis par un pont dont les arches étaient formées de cinq grosses tours, les deux châteaux constituaient ainsi une forteresse redoutable.

Voyage dans le temps et l’histoire de Lussac les Châteaux

C'était, lisons-nous dans une enquête de 1494, « un château de belle, bonne et grande fortiffication, et pour cestuy mieux emparer et fortiffier, a fait fere, noble et puissant Geoffroy Taveau, depuis deux ans en ça, ung estang sous ledit chastel joignant aux rochiers et murailles d'icelluy, au moyen de quoy est à présent iceluy chastel la plus forte place de tous le pays, qui est le bien et utillité de la chause publicque au regard des ennemys et adversayres du royaume de France. »

L'étang creusé par Geoffroy Taveau, en 1492, existe encore, mais des vastes constructions qui couvraient autrefois les deux berges de la vallée, il ne reste que des pans de murailles informes et les hautes tours qui défendaient le pont.

La voie ferrée côtoie ces imposants débris des vieux âges, bien faits pour rappeler au voyageur qui passe la caducité des oeuvres humaines.

 Voyage dans le temps et l’histoire de Lussac les Châteaux (3)

Ce fut au XIVe siècle que Guillaume Taveau, chevalier et maire de Poitiers, acquit les deux fiefs de Lussac qui passèrent ensuite, par alliance (1522), dans la maison de Rochechouart. Depuis cette époque, Lussac est souvent qualifié de marquisat, mais en réalité ce titre n'appartenait qu'au fief de Mortemart érigé en duché-pairie par lettres patentes de décembre 1650, et bien que Lussac ait été comme Verrières, Dienné, Saint-Victurnien, etc., compris dans le nouveau duché, les chefs de la maison de Rochechouart n'en ont pas moins continué, jusqu'à la Révolution, à se qualifier irrégulièrement marquis de Lussac-les-Châteaux et de Saint-Victurnien, barons de Dienné et de Verrières, etc.

La châtellenie de Lussac-les-Châteaux, dont le ressort s'étendait sur neuf paroisses, était le fief le plus important de la baronnie de Calais. Voici sommairement quelle en était la composition, aux termes de l'aveu rendu au Roi, en août 1536, par François de Rochechouart et Renée Taveau, sa femme.

En premier lieu, le seigneur châtelain avait droit de haute, moyenne et basse justice, droit de foires et marchés, de four et moulins banniers, « avec droit de contrainte, de fournaige et de virolage, droits de garenne, fuye, étangs, deffends d'eau en la Vienne depuis le Puy-Raffin, jusqu'au gué de Bouze, le tiers des péages de Lussac, etc. »

En second lieu, il possédait en propre un certain nombre de fiefs, domaines et redevances, parmi lesquels on peut citer : les seigneuries de la Tour-aux-Cognons et de Beaupuy, la tenue de la Barbade, près la Messelière, etc.

le droit de châtellenie, fief, terre et seigneurie de Persac, auquel prétendaient les seigneurs de Lussac. C'est en cette qualité qu'ils disputeront, en 1590, le droit de guet sur les habitants de Torfou au seigneur de la Brûlonnière, et que nous les verrons intervenir, en 1608, dans le procès relatif aux honneurs de l'église de Persac, pour s'en faire déclarer patrons et fondateurs à l'exclusion des autres seigneurs. Mais après de longues contestations, par une transaction en date du 13 août 1729, le duc de Mortemart finit par reconnaître à M. le Maistre, seigneur de la Brûlonnière et de la Mothe, le droit exclusif de s'intituler seigneur de Persac.

En 1591, à l'époque de la Fronde, la forteresse a même été assiégée et endommagée. On le sait car la châtelaine avait demandé le remboursement des dégâts au roi Henri IV, ce qui lui fut refusé.

Après la Révolution, on ne s'est pas contenté de changer le nom de la commune. Le 11 septembre 1793 Lussac les Châteaux sera converti en celui de Lussac sur Vienne.

 Le château fut vendu à un certain Jean-Baptiste Champion, qui le revendit en lots à des maçons. La forteresse fut démolie pierre par pierre au rythme des chantiers dans les environs. Des actes mentionnent la démolition de la porte en 1829.

 

Société archéologique de Bellac-Le Dolmen club.

Société d'archéologie et d'histoire de la Manche

 

En 1369, le Prince Noir nomme le chevalier John Chandos sénéchal du Poitou, il meurt le 31 Décembre d’un coup de lance <==.... ....==> Time Travel 1666 ; Lussac les châteaux - Gabriel de Rochechouart de Mortemart et Madame de Montespan, la favorite du Roi-Soleil

Clovis et l'énigme des sarcophages tombée du ciel à Civaux : Lemovices et Pictons, le christianisme en Poitou <==.... .....==> RECHERCHES SUR LES SITES DE CHATEAUX ET DE LIEUX FORTIFIÉS EN HAUT-POITOU AU MOYEN AGE

Publicité
Commentaires
PHystorique- Les Portes du Temps
Publicité
Publicité