Le 16 août 1158 Henri II roi d’Angleterre rasa les murailles et le château de Thouars, l’église Saint-Médard fut brûlée (2)

Henri II, roi d'Angleterre (Henricus Rex Anglorum), qui avait juré d'exécuter le testament de Geoffroy Plantagenêt, son père, obtint du pape Adrien IV, son compatriote, la honteuse autorisation de se parjurer, et marcha contre son frère Geoffroy d'Anjou, pour lui disputer les domaines de la maison d'Anjou.

 Le roi de France Louis VII, aussi coupable que le pape, se tourna du côté de Henri II (1156). Geoffroy se prépara à la résistance et quelques seigneurs vinrent lui prêter main forte. Le vicomte de Thouars fut de ce nombre. Avec les moyens dont disposait Henri II, la lutte ne pouvait être longue.

Elle se termina par la prise des châteaux de Chinon, Loudun et Mirebeau. Geoffroy d'Anjou spolié fut obligé de se soumettre aux exigences du vainqueur et de se contenter d'une pension pour vivre.

Devenu duc de Bretagne en 1157, il mourut à Nantes le 26 juillet 1158.

 

 

L'ambition de Henri II se réveilla à la nouvelle de cette mort; il réclama la succession de son frère, et à force d'intrigues il obtint bientôt le comté de Nantes.

 A peine installé dans ses fonctions, Henri songe à faire la guerre au vicomte de Thouars, à qui il ne pouvait pardonner d'avoir secouru Geoffroy d'Anjou lors du siège  de Chinon.

Comme nous l'avons vu, il était difficile de résister au roi d'Angleterre.

Le château de Thouars était cependant en état de supporter un long siège, et, lorsque l'ennemi se présenta devant cette place le mercredi 16 août 1158,  le vicomte et les habitants étaient préparés à une défense opiniâtre. Mais Henri gagna à prix d'argent une portion de la garnison et entra dans la ville, à la stupéfaction générale, le surlendemain de l'attaque.

Le vicomte n'eut que le temps de : s'échapper. Il se réfugia à Puy-Béliard près de Chantonnay en Vendée.

 Henri II rasa les murailles et le château de Thouars,  l’église Saint-Médard fut  brûlée et installa Briant de Martigné dans la ville pour la garder.

C'était la seconde fois depuis le commencement du XIIe siècle que le château de Thouars était détruit. La ville n'avait pas le temps de se rebâtir.

Il existe, dans le cartulaire de la Roë, une curieuse charte relative à ce siège. Maurice de Craon, fils de Hugues, qui faisait partie de l'armée assiégeante, se retire à Craon après la prise de Thouars et assigne à ses soldats, à titre d'indemnité, de guerre, des cens à prendre sur les terres de l'abbé Michel. Celui-ci refuse de payer, en disant  que Regnauld  Allobros, fondateur de l'église de la Roë, avait donné à cette église toutes les redevances et tous les services auxquels ce fief était tenu envers le seigneur du lieu. Maurice insiste, prétextant que les soldats n'étaient pas à son service mais au service du roi. Il déclare cependant qu'il est prêt à se soumettre à la décision qui sera rendue par les seigneurs de sa cour. Un plaid est tenu pour vider le différend et l'abbé gagne son procès.           

 

Le 16 août 1158 Henri II roi d’Angleterre rasa les murailles et le château de Thouars, l’église Saint-Médard fut brûlée (1)

Briant de Martigné resta à Thouars jusqu'en 1160, année de sa mort, Il eut pour successeur Aimeri de Bernezay .

Henri II lui-même résida pendant quelque temps dans cette ville; il y tint sa cour en 1165, et y reçut l'hommage presque tous les barons de la Bretagne.               

 

Après avoir fait sa soumission au roi d'Angleterre, Geoffroy revint dans le chef-lieu de sa vicomté (1160).

Une charte magnifique, conservée au château de Serrant, fait connaître qu'à cette époque, avant de partir pour un pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, il fit recevoir, dans l'église Saint- Laon, en qualité de chanoine, Raoul de Pierrefitte, seigneur de sa cour qui devait se mettre en route avec lui, Cette cérémonie solennelle fut accompagnée de la donation de la terre des Bruères, faite l'abbaye de Saint-Laon par le vicomte.

Cet immeuble était situé, dit le titre, auprès de la maison Boterie et s'étendait depuis le chemin de Saint-Pierre jusqu'au  champ Petrose. Parmi les seigneurs qui assistaient à cette donation, on remarque Geoffroy de  Quingé, Savary d'Orbé et Jean de Louzy. Pierre, abbé de Saint-Laon, était aussi présent.

 

Geoffroy se mit en route pour l'Espagne peu de temps après cette cérémonie. Il se rendit le premier jour jusqu'à Turpenay, et signala son passage dans cet endroit en confirmant la donation de la terre de Rocheneuve, faite aux frères de l'église Sainte-Marie du même -lieu, par Simon et Pierre Poiollan. Il concéda en même temps aux donataires tout ce qu'ils -avaient pu acheter dans l’étendue de la vicomté de Thouars, en leur faisant l'abandon de ses droits de fromentage, taille, etc. Les témoins de cette libéralité, faite à prière de Hugues de Lusignan, furent Jean; abbé de Brignon , Ripaud et Aimery Suart d'Airvault.

 

 (virtual tour 360° historique)

Eglise Saint Médard

Construite à la fin du XI siècle par le Vicomte de Thouars.

Après le siège de Thouars elle fut reconstruite vers l’an 1170, par Henri Plantagenêt.

L’église de pan basilical, se composait de trois nefs charpentées.

Au XVe siècle elle fut profondément modifiée.  On vit l’édification du clocher et l’actuelle voute gothique qui couvre d’une seule volée de 12 m l’emplacement des trois nefs.

En 1480, le curé Nicolas Daigremont ajoute une chapelle sur le côté nord. Au début du XVIe siècle, Gabrielle de Bourbon construisit un bras de transept dédié à St-Louis.

Le 16 août 1158 Henri II roi d’Angleterre rasa les murailles et le château de Thouars, l’église Saint-Médard fut brûlée (3)

==> Le roi d’Angleterre Henri II Plantagenêt à la conquête de la Bretagne, il s’empare du château de Fougères en 1166.

==> 1168 - Révolte Poitevine - Henri II Plantagenêt fait raser le château de Lusignan.

 ==> Thouars enceinte de la Ville et fortifications

==> Patrimoine, Recherches critiques sur Trois Architectes Poitevin de la fin du XIe siècle.

 


 

 

La Voie des Plantagenêts - la route historique des Rois d'Angleterre

Mise en place avec la collaboration de 3 associations: l'association "les Chemins de Saint Michel l'association des "Amis de Saint Jacques en Anjou l'association bretonne des Amis de Saint Jacques 1 Etape 01/22 - 20 km - Mont St Michel - St James 2 Etape 02/22 - 23 km -


 

Antiquité de la Ville de Thouars.

Il n'est pas aisé de déterminer, d'une manière précise, l'antiquité de la ville de Thouars. Les Anglais, dans le douzième siècle, ont transporté dans la tour de Londres, ses titres, chartres et monuments historiques, avec ceux de plusieurs autres villes du Poitou (1).

Ce que l'on peut avancer de plus vraisemblable, c'est qu'antérieurement à la conquête des Gaules par Jules-César, dans le temps que les Pictones étaient gouvernés par des rois de leur nation, Thouars était une place extrêmement forte, connue alors sous le nom de Childoac (2), qu'un auteur a traduit par les mots berceau d'enfant; je ne sais sur quel fondement une pareille traduction est appuyée.....