Retour historique sur les Chartes et Donations de l’abbaye de Fontevraud -Mathilde d'Anjou et son père Foulques V futur roi de Jérusalem

Foulques Réchin, comte d’Anjou, fut un des principaux fondateurs de l’abbaye Notre-Dame de Fontevraud, que Robert d’Arbrissel avait établi pour honorer la maternité de la Sainte Vierge, et la supériorité qu’elle avait sur saint Jean. Ce prince y donna les péages du Pont de Cé.

 

Les comtes d'Anjou, Foulque IV le Réchin et, surtout, Foulque V le Jeune (1109-1128) avaient accordé à l'abbaye naissante une protection qui se poursuivait sous Geoffroi Plantegenêt (1128-1151).

Plusieurs femmes de leur famille y étaient entrées en religion, à commencer par la reine Bertrade de Montfort, ex-épouse infidèle de Foulque IV et mère de Foulque V, qui y avait, vers 1117, terminé sa vie mouvementée.

Si la demi-soeur de Foulque V, la comtesse de Bretagne Erméngarde, correspondante de Robert d'Arbrissel, n'avait fait que des séjours temporaires à Fontevrault, la fille du même Foulque, Mathilde d'Anjou, y était entrée pour toujours après avoir perdu en 1120, dans le fameux naufrage de la « Blanche Nef », son époux Guillaume Adelin et, du même coup, l'espoir d'être un jour reine d'Angleterre ; elle allait, en 1149, succéder comme abbesse à Pétronille de Chemillé. D'autre part, la munificence comtale avait en grande partie financé la construction des bâtiments abbatiaux et de l'église, future nécropole d'Henri II Plantegenêt et des siens.

 Les donations des comtes avaient aussi largement contribué à enrichir le temporel de l'Ordre qui leur devait de posséder, dans le seul diocèse d'Angers, nombre de terres, droits et exemptions diverses ; surtout, entre 1115 et 1120, les ponts des Ponts-de-Cé, avec leur péage, la vigerie  et une écluse  avaient été donnés à l'abbaye par Foulque V duquel Aremburge du Maine les avait eus en douaire.

Donation appréciable puisque la plus grande partie du trafic entre Anjou et Poitou traversait la Loire sur ces ponts.

Diverses concessions seigneuriales et des acquisitions — dont celle du beau domaine de la Pignonnière, aux portes d'Angers  avaient encore accru ce temporel angevin. Outre ces possessions, l'Ordre avait en Anjou plusieurs prieurés, Les Loges fondé dès 1102, Boranne avant 1120, Asnières en Epieds vers 1124 et, peut-être dès alors, Saint Calais en Chavagnes. Sur le plan spirituel, des confraternités de prières avaient été conclues avec les chanoines de Saint Laud et de Saint Maurille d'Angers.

Ces nombreux liens entre Fontevrault et l'Anjou avaient entraîné de fréquentes relations entre les évêques d'Angers et l'abbaye.

Ménage, dans son Histoire de Sablé, en parlant d'une donation faite à l'abbaye de Fontevraud par Foulques V, comte d'Anjou, dit que le pont de Cé y est nommé Pons Sagei.

Retour historique sur les Chartes et Donations de l’abbaye de Fontevraud (6)

1104-1109

Foulques V dit le Jeune, comte d'Anjou, donne aux religieuses de l'abbaye de Fontevraud sa terre du Breuil, située près du pont de Chinon, avec toutes ses dépendances, droits, coutumes, etc.

Sans date.

Foulques V dit le Jeune, comte d'Anjou, donne aux religieuses de l'abbaye de Fontevraud vingt juils de pré situés dans les pâturages de Vérone, et confirme, en faveur des mêmes religieuses, le don du Bois-Rotard, qui leur avait été fait par Foulques-Réchin, son père.

1104-1109.

Foulques, comte d'Anjou (peut-être Foulques-Réchin), donne à Robert d'Arbrissel et aux religieuses de Fontevraud les près qu'il tenait à cens des moines de l'abbaye de Charroux.

1104-1109.

Foulques V dit le Jeune, comte d'Anjou, donne à Robert d'Arbrissel et aux religieuses de Fontevraud deux moulins et une écluse, le tout à Chinon.

1104-1109.

Notice faisant foi que Foulques, comte d'Anjou, investit les religieuses de Fontevraud d'une villa qui leur avait été donnée par Etienne de Montsoreau, mais dont la possession leur était disputée par Raoul et Geoffroi Roillart, fils et gendre d'Yves le Roi, qui avait vendu cette villa à Guillaume de Montsoreau et à Arsinde.sa femme, père et mère dudit Etienne.

1114 (env.).

Confirmation par Bouchard d'Echarbot de la donation faite par son père et sa mère à Robert d'Arbrissel et aux religieuses de Fontevraud, XXXVI, 424.

Avant 1118.

Foulques V dit le Jeune, comte d'Anjou, donne aux religieuses de Fontevraud toutes ses métairies de Borenne et tous les prés qu'y avait possédés Geoffroi Martel le Vieux, comte d'Anjou.

Retour historique sur les Chartes et Donations de l’abbaye de Fontevraud (4)

1115.

Jean Pignon, du consentement d'Ermengarde, sa femme, et de Gars, leur fils, dispose en faveur des religieuses de Fontevraud de tout ce qui lui avait été donné, vendu ou concédé par le comte Foulques le Jeune dans la terre de Verrière, et de tout ce qu'il y avait acquis autrement.

1111-1123.

Foulques V dit le Jeune, comte d'Anjou, du consentement de la comtesse Eremburge, sa femme, et de Geoffroi, leur fils, donne aux religieuses de Fontevraud le Pont-de-Cé, avec sa viguerie et les droits de meurtre et de rapt.

1110-1133.

Foulques V dit le Jeune, du consentement de la comtesse Eremburge, sa femme, donne aux religieuses de Fontevraud la terre des Francs appelée Barbeneuve.

Avant 1117.

Foulques V dit le Jeune donne aux religieuses de Fontevraud un moulinet des prés situés apud Compignas in nemore Molnesio (1) et une portion du cours de la Vienne, auprès de Saumur, pour y établir une écluse et un moulin.

(1) Dans une charte accordée aux religieuses de Fontevraud par Henri II, roi d'Angleterre, il est fait mention d'une foresta de Munneis.

Retour historique sur les Chartes et Donations de l’abbaye de Fontevraud (1)

Sans date.

Foulques V dit le Jeune donne aux religieuses de Fontevraud, en présence de la reine Bertrade, sa mère, et de plusieurs autres témoins, une écluse au Pont-de-Cé.

1118.

Le même comte donne aux religieuses du prieuré de Haute-Bruyère, dépendant de Fontevraud, et du consentement de la comtesse Eremburge, sa femme, un moulin au pont de Chinon.

Vers 1118.

Le même comte, du consentement de la comtesse Eremburge, sa femme, et en présence de la reine Bertrade, sa mère, donne aux religieuses de Fontevraud une taille qu'il avait coutume de lever sur les prés de Longe-lsle.

Sans date.

Le même comte accorde aux religieuses de Fontevraud le droit depasnage dans toutes ses forêts (1).

Avant 1117.

Le même comte donne aux religieuses de Fontevraud, entre les mains de Robert d'Arbrissel, vingt arpents de pré situés à Verron, et le Bois-Rotard, avec les terres qui en dépendent.

Avant 1118.

Le même comte donne aux religieuses de Fontevraud, en présence de la reine Bertrade, sa mère, deux moulins avec une écluse, le tout à Chinon, et son bois de Tigilté (de Tigilliaco).

 Retour historique sur les Chartes et Donations de l’abbaye de Fontevraud (3)

 

 

1134,

19 avril. Charte de Guillaume, duc d'Aquitaine, pour l'abbaye de Fontevraud. D, IV, 323.

1134, 19 avril.

Donation par Guillaume, duc d'Aquitaine, à l'abbaye de Fontevraud du droit d'herbage de la forêt de Benon, XIX, 323.

1140.

Donation faite par Geoffroy, abbé de Fontdouce, du lieu de Saint-Bibien à l'abbaye de Fontevraud, XIX, 322.

1140.

Charte par laquelle Geoffroi, abbé de Font-Douce, concédé le lieu de Saint-Bibian à l'abbaye de Fontevraud. D, IV, 322.

1161 (env.)

 Charte de Pierre, légat du Saint-Siège, relative à la sépulture d'une religieuse de Fontevraud par les chanoines de Candes, XXXVI, 436.

1165.

Lettre de G., évêque de Chartres, à B., évêque de Saintes, touchant les droits de l'abbaye de Fontevraud dans la forêt d'Argenson. D, IV, 324.

 

 

1180. (?). Charte d'Aliénor, reine d'Angleterre, portant donation à l'abbaye de Fontevraud d'un bourgeois de la Rochelle, nommé Pierre de Ruffec. D, IV, 135.

1180 (?). – Charte de la même, portant concession à la même abbaye d'une terre sise à Belleville et de certains droits dans la forêt de Benon. D, IV, 329.

1185.

Charte d'Aliénor, reine d'Angleterre, portant donation à l'abbaye de Fontevraud, d'une rente de 100 livres sur la prévôté de Poitiers et les vinages de Benon. D, IV, 330.

1188,

Acte relatif aux droits de l'abbaye de Fontevraud sur la terre du Puy-Airouard. D, IV, 327.

 

Retour historique sur les Chartes et Donations de l’abbaye de Fontevraud (5)

1199.

Charte d'Aliénor, reine d'Angleterre, portant donation à l'abbaye de Fontevraud d'un bourgeois de la Rochelle, nommé Pierre Foucher. D, IV, 134.

Charte de Guillaume de Mauzé, portant constitution d'une rente de 100 livres au profit de l'abbaye de Fontevraud. D, IV. 333.

Charte d'Aliénor, reine d'Angleterre, relative à la même rente. D, IV, 334.

Charte de la même Aliénor, portant donation à l'abbaye de Fontevraud, d'une rente de 100 liv. sur la prévôté d'Oléron. D, IV, 337.

Charte de la même Aliénor portant donation à la même abbaye d'une rente de 10 liv. sur la même prévôté. D, IV, 339.

1199 (env.). –

Charte de la même Aliénor, portant donation d'une rente de 10 liv. à Alix, prieure de Fontevraud. J), IV, 338.

1199 (env.) .

Charte de la même Aliénor, portant donation d'une rente de 10 liv. à Alix de Blois, religieuse de Fontevraud. D, IV, 340.

Fin de 1190.

Jugement rendu par le sénéchal d'Anjou entre l'abbaye de Fontevraud et le prévôt de Saumur relativement à la voirie de la place de la Bilange, à Saumur, XXXVI, 441.

1218, août. –

 Lettre des prieurs de Sainte-Radegonde et de Samt-Hilaire de la Celle, à Poitiers, contenant accord entre l'abbaye de Fontevraud et Porteclie, seigneur de Mauzé et de Marans. D, IV, 335.

 

 

V. 1220.

Lettre adressée par Guillaume, abbé de Saint-Léonard de Chaumes, et par Girard de Chambre, bourgeois de la Rochelle, à Berthe, 1 abbesse de Fontevraud, pour l'engager à mettre fin à un procès qu'elle soutenait contre l'évêque de Saintes. D, IV, 137.

1223, juin.

Charte de Savari de Mauléon, relative aux rentes que l'abbaye de Fontevraud avait sur le domaine d'Oléron. D, IV, 341.

 

 

1230 (env.). –

Lettre des prieurs de Saint-Hilaire de la Celle et de Sainte- Radegonde pour interdire la personne et la terre de Hugue de Lusignan qui refusait de reconnaître les droits de l'abbaye de Fontevraud dans l'ile d'Oléron. D, IV, 342.

1234, 10 juillet.

 Lettre de Henri III, roi d'Angleterre, pour le payement des rentes que l'abbaye de Fontevraud avait sur l'île d'Oléron. D, IV, 343.

 

Retour historique sur les Chartes et Donations de l’abbaye de Fontevraud (2)

1235, 5 septembre

Charte du maire et des prud'hommes d'Oléron touchant les droits de l'abbaye de Fontevraud dans l'île d'Oléron. D, IV, 344.

1265.

L'abbesse de Fontevraud et le chapitre de Tours choisissent des arbitres pour trancher un différent

1265, 28 juillet. –

L'abbesse de Fontevraud et le chapitre de Tours choisissent des arbitres pour trancher un différend entre l'église de Bar-sur-Aube et le couvent de la Rive, «XXVI, 593.

1278, 10 mars.

Charte de Girard Chabot, seigneur de Retz, touchant un accord conclu avec l'abbesse de Fontevraud, D, IV, 78.

 

 

Le Musée d'Art moderne de Fontevraud ouvrira en mai 2020

 

Au printemps 2020, l’abbaye royale de Fontevraud, dans le Val de Loire, accueillera, dans un musée d’art moderne flambant neuf, la collection privée de Martine et Léon Cligman. Des œuvres de Degas, Toulouse-Lautrec ou encore Rodin y seront présentées dans une scénographie mettant en lumière le cheminement de ce couple de collectionneurs d’art. France.fr vous ouvre, en avant-première, les portes de ce nouveau musée...     https://www.france.fr/fr/val-de-loire/article/dans-les-coulisses-du-futur-musee-art-moderne-de-fontevraud

 

 

.

Fons-Ebraldi - Robert d'Arbrissel et La légende du bandit Evraud <==

Time Travel – Dumnacus, Le Pont de Cé - de la dernière guerre des Gaules à aujourd’hui. <==

La vie dAliénor d’Aquitaine <==

Mathilde d’Anjou, abbesse de L’abbaye de Fontevraud- Les Rencontres Imaginaires dans les pas d'Aliénor d’Aquitaine <==

 


 

(1)           L'usage de ce droit consistait à conduire les animaux, et particulièrement les porcs, dans les forêts pour s'y nourrir des fruits tombés des arbres. Ce droit fut accordé en 1149 à l'abbaye de Boisgrolland par Aimeri de Beuil en ces termes: Dono eis [monachis) in nemure de Verto ut ibi pascantur animalia eorum universi generis. Ibi, si necesse fuerit, porcarius arbores virga percutiet ad deponendos fructus, ut porci copiosius alantur. (D. Fonteneau, I, p. 408.)

 

On trouve dans plusieurs actes qui se placent de 1104 à 1127 un témoin dont le nom est écrit de plusieurs manières, Ademus, Adamus, Aenus, Aemus avec la qualité de nutritius. Une charte du 15 janvier 1127 contenant donation à Fontevrault par le comte Foulques V l'appelle nutritius comitis Cartulaire de Fontevrault, t. II, p. 31, coll. Gaignières Bibl.) Nat. Lat. 5480). C'est celui chez lequel le comte avait été mis en nourrice et qui ensuite était resté auprès de lui.

 

 Décision de commissaires nommés par le Roi Henri II en 1158 sur des coûtumes que Fontevrault peut réclamer sur le pont de Sée accord entre les religieuses et les habitants d'Angers sanctionné en présence de témoins parmi lesquels les prévôts d'Angers et de Brissac, et tota curia rpout plena erat militibus et populo.... (Cartul. de Fontevrault, coll. Gaignières, t. 1, p. 403 Bibl. Nat. Lat. 5480).

De Société des antiquaires de l'Ouest (Poitiers, France)

Bibliothèque de l'École des Chartes