20 février 2020

Chalais, découvertes Archéologiques d’un souterrain-refuge protégeant des incursions normandes et de Geoffroy la Grand’dent

Notre-Dame de Chalais est un peu perdue dans la campagne, à l'écart du bourg de Saint-Pierre-le-Vieux. Non loin de Fontenay-le-Comte, à quelque 1500 mètres environ de l'antique abbaye de Maillezais, dont les superbes et imposantes ruines évoquent tant de souvenirs, s'élève, au village de Chalais, ignorée de la plupart des touristes, une curieuse petite église romane, que baignaient il y a quelques siècles à peine, les flots de l'Océan. L'intérieur n'offre pas grand intérêt, si ce n'était le grand bas-relief représentant... [Lire la suite]

16 février 2020

20 Novembre 1879, le rapport sur l'établissement d'une école de sous-officiers à Saint-Maixent.

M. Garnie lit : Messieurs, Dans la séance extraordinaire du Conseil général réuni à la date de, ce jour, une Commission nommée par cette assemblée a eu à examiner une question nouvelle pour le département. A la suite de projets conçus par M. le ministre de la guerre relativement à la création ou plutôt au déplacement d'une école de sous-officiers, l'attention a été attirée sur la ville de Saint-Maixent, où se trouve situé un vieux château qui fait partie du domaine de l'État, lequel, plusieurs fois, depuis de longues années, a... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 06:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 février 2020

Les premiers seigneurs de Talmont Saint Hilaire

GUILLAUME LE CHAUVE (1020-1049) On se le rappelle, le premier seigneur de Talmont fut installé « dans son honneur (1) » par le comte de Poitou, vers l'an 1020. Il avait nom Guillaume, comme son suzerain, et fut surnommé le Chauve, sans doute pour de bonnes raisons, connues de son temps et supposées du nôtre. Il était allié aux seigneurs de Thouars ; on dit même qu'il était originaire de la Maison de Parthenay. En tout cas, il contracta avec ces deux familles de nombreuses liaisons de parenté et d'amitié (2). Comme homme noble et... [Lire la suite]
12 février 2020

Les sièges de Ré et La Rochelle, digue de Richelieu (Time Travel 1627)

La guerre, au commencement du dix-septième siècle, se faisait avec une férocité singulière. Cette férocité ne l'empêchait pas de prendre, de gentilhomme à gentilhomme, des allures chevaleresques qu'on n'eût point attendues de générations si souvent perfides et brutales. L'homme, suivant la juste remarque du poète, a été de tout temps un étrange problème : à quelle époque cependant a-t-on rencontré une physionomie aussi indéchiffrable que celle de Buckingham? La haine du peuple anglais lui réservait probablement le sort du maréchal... [Lire la suite]
11 février 2020

La citadelle du Château d’Oléron - L’arbre de Richelieu

En 1624, le cardinal de Richelieu entrait au conseil du roi ; il avait alors trente-neuf ans. Environ douze ans plus tard, dans le premier chapitre de son Testament politique, il rappelait à Louis XIII, en quelques lignes énergiques, la situation dans laquelle il avait trouvé les affaires et les idées qui avaient inspiré sa conduite (1). « Lorsque Votre Majesté se résolut de me donner en même temps et l'entrée de ses conseils et grande part en sa confiance pour la direction de ses affaires, la dignité de la majesté royale était... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
31 janvier 2020

Château de Taillebourg, le financier Jacques Coeur est arrêté sur ordre du roi de France Charles VII. (Time Travel 1451)

Le 31 juillet 1451, après avoir entendu le Grand Conseil au château de Taillebourg près de Saint-Jean-d'Angély (Charente-Maritime), le roi Charles VII décide d’imputer à Jacques Cœur, en sa présence, le crime de lèse-majesté, ce qui a pour conséquence son arrestation immédiate par les gens de Prégent de Coetivy, son emprisonnement, et la mise sous séquestre de ses biens. Jacques Cœur demeure longtemps dans la tour du château de Taillebourg. Le roi, travaillé avec acharnement par son entourage, donne donc l'ordre d'arrêter son... [Lire la suite]

26 janvier 2020

Charles IX reçu par d'Estissac au château de Coulonges les Royaux sur l’Autize - (Siège de Fontenay le Comte 1570)

Après cet échec, Charles IX rentra en Poitou et alla séjourner, depuis le 22 décembre 1569 jusqu'aux premiers jours de janvier, au château de Coulonges-les-Royaux, où il fut magnifiquement reçu par d'Estissac. Fontenay, petite ville fort peuplée, tirait surtout son importance de ses 4 foires annuelles très fréquentées. Elle occupe la pente d'une colline au pied de laquelle coule la Vendée, voie commerciale importante. Ses vieilles murailles peu épaisses et mal flanquées et son château entouré de murs en ruines ne lui donnaient que... [Lire la suite]
24 janvier 2020

Fontenay le Comte, capital du Bas-Poitou au temps des guerres de religion (Time Travel)

Les guerres de religion furent précédées de ces troubles précurseurs des grandes crises. Le peuple des campagnes, poussé par l'excès de la misère, se révolta en maints endroits. Des bandes de voleurs, profitant de l'agitation des esprits et de l'absence presque totale de police, se ruèrent sur les maisons isolées et les villages, et s'attaquèrent même à des lieux plus importants. Une force armée considérable étouffa ces premières tentatives dans le sang et les supplices. Fontenay eut sa part de ces horribles drames, et fournit l'un... [Lire la suite]
23 janvier 2020

Le pèlerinage de Saint-Jacques – Des voies romaines aux routes Royales qui menaient à Compostelle

A partir du IXe siècle, commence la coutume des pèlerinages. On en compte plusieurs qui se dirigent les uns sur Rome (tombeau de l'apôtre Pierre) ou sur Jérusalem (Saint-Sépulcre), les autres sur Compostelle en Gallice (tombeau de Jacques le Majeur). Mais le pèlerinage le plus célèbre est celui de Saint-Jacques.  « Roumieux », ceux qui vont à. Rome; « Paulmiers », ceux de Jérusalem; « Pèlerins » (pèlerins par excellence), ceux de Compostelle. Les routes qui menaient à Compostelle étaient au nombre de quatre : 1° La route... [Lire la suite]
20 janvier 2020

Fouille du Tombeau de Pierre, Premier abbé de l'église romane d'Airvault.

Il existe, dans le transept gauche de la belle église d'Airvault, un remarquable tombeau de l'époque romane, attribué jusqu'ici, par une tradition incertaine, à Aldéarde d'Aunay, vicomtesse de Thouars, épouse du vicomte Herbert ler, fondatrice de l'église d'Airvault, vers l'an 971 décédée au commencement du XIe siècle (1).  Ce petit monument, en pierre assez dure, affecte la forme d'un couvercle rectangulaire à deux toits, présentant par conséquent deux pignons à ses deux extrémités. Il repose sur quatre larges pieds, sous un... [Lire la suite]