Photos liées au tag 'Maillezais'

Voir toutes les photos
14 janvier 2021

Après l'assassinat d'Henri de Lorraine, duc de Guise, le cardinal de Bourbon (Charles X), est conduit à Chinon

Henri III, pour se venger des audaces de la Ligue, qui cherchait à proclamer sa déchéance, avait fait massacrer, dans son château de Blois, le 23 décembre 1588, Henri de Guise et son frère, l'archevêque de Reims, et arrêter l'archevêque de Lyon, Pierre d'Epinac, en même temps que celui de Rouen. Bouleversé par les événements des derniers jours, Charles de Bourbon tomba malade et fut pris « d'une difficulté et ardeur d'urine qu'il jettoit rouge comme sang ». Un jour, la Reine-Mère Catherine de Médicis vint prendre de ses nouvelles... [Lire la suite]

24 novembre 2020

Liste des seigneurs de la Roche sur Yon - Abbaye des Fontenelles

On est fondé à croire, mais sans preuves bien positives, les titres s'étant perdus dans les incendies des guerres civiles, qu'au commencement du XIIe siècle, les seigneurs de la Roche-sur-Yon fondèrent l'abbaye de Notre-Dame-de-Belle-Fontaine, appartenant au diocèse d'Angers, et alors à celui de Poitiers, qui renfermait tout le territoire dont on fit en 1317 les diocèses de Maillezais et de Luçon.  Cette maison reçut de grands bienfaits des seigneurs de Maulévriers (mala lepora). Après avoir été soumise quelque temps à... [Lire la suite]
11 novembre 2020

Chroniques Fontenaisiennes 1794 (plan- dates)

1er janvier 1794 — Augustin Belliard est installé comme commissaire national. Exécution de Héraud, Henri, 27 ans, de Vouvant ;  Cornuau, François, 60 ans, bordier, de Menomblet ; La Roche, Henri, 19 ans, même commune, et Jeaulin, Jean, 20 ans, même commune, insurgés. L'adjudant-général Dufour écrit de Chantonnay à Laignelot pour se disculper des accusations dirigées contre lui. Le Directoire du district des Sables va rendre visite au représentant Laignelot. — Morgan, capitaine du génie, reçoit l’ordre de commencer les... [Lire la suite]
01 novembre 2020

Savary de Thouars, Vicomte de Fontenay - La fontaine des Illustres (Place Viète).

Fontenay fit partie du grand Pagus Pictavus. Vers le XIe siècle, quand on établit le Pagus Maireventis (pays de Mervent 1), son territoire se trouva probablement enclavé dans cette circonscription, jusqu'à ce qu'en dernier lieu, il fût compris dans le Pagus Niortensis. (Niort) Nous avons vu qu'une forteresse avait été construite pour défendre le passage de la Vendée. Elle servit aussi de rendez-vous de chasse aux premiers comtes de Poitou, et, par suite, sans doute, de la protection qu'ils accordèrent à la bourgade, elle prit... [Lire la suite]
17 octobre 2020

Recherches sur les Peuples qui habitaient le nord de l’ancien Poitou des Romains à l’introduction du Christianisme

Recherches sur les Peuples qui habitaient le nord de l’ancien Poitou sur la Loire et la Mer lors de la conquête des Romains et de l’introduction du Christianisme. (Carte) Lorsque les Romains tentèrent d'assujettir la totalité des Gaules à leur gigantesque empire, trois petits peuples différents et distincts habitaient la partie de territoire qui a formé depuis le Bas-Poitou, avec les portions qui en ont été détachées au moyen-âge. Ces peuples, qui se trouvaient placés entre les Poitevins, Pictones, les Angevins, Andes, et les... [Lire la suite]
12 octobre 2020

Fondation du Prieuré du Petit Maillezais et de l’église de Dompierre sur Mer en Aunis – L'abbaye Saint-Léonard des Chaumes

  Le bourg de Dompierre sur Mer est situé à huit kilomètres du port de La Rochelle, à un kilomètre environ du canal maritime de La Rochelle à Marans et le long de la route  D202 de Paris à La Rochelle. Il est desservi par une gare du chemin de fer de Nantes à Bordeaux bâtie à 33 mètres d’altitude, au-dessus du tunnel, long de 900 mètres, par lequel le canal traverse la ligne des hauteurs qui forment le partage des eaux du pays d’Aunis. Ce bourg s’appelait autrefois simplement Dompierre ou Dompierre en Aunis. En 1868, pour... [Lire la suite]

08 octobre 2020

Les anciennes voies de communications dans le Marais Poitevin

Les droits seigneuriaux levés sur les voies publiques reposaient sur le même principe d'entretien. C'est pour subvenir aux frais des réparations qu'on levait un péage permanent (1) ou temporaire (2) sur les chaussées, les bots et les ponts, et qu'on percevait un droit de passage sur les rivières où un bac se tenait constamment à la disposition des voyageurs (3).   Dans le dédale de chaussées, de digues et de bots qui servaient à la circulation, il est difficile de retrouver le tracé des chemins de grande communication qui... [Lire la suite]
06 octobre 2020

Voyage à l’origine du marais Poitevin - Dessèchement des marais aux XIIe et XIIIe siècles

Une trentaine d'abbayes possédaient des biens aux XIIe et XIIIe siècles, dans le marais. Quatre d'entre elles s'étaient même fixées sur des îles au cœur du pays Pictons : c'étaient les puissantes abbayes de Saint-Pierre de Maillezais et de Saint-Michel-en-l'Herm, et, plus modestes, celles de Notre-Dame de Moreilles et de la Grâce-Notre-Dame de Charron.     D'autres s'étaient établies sur les côtes dans le voisinage immédiat du marais, comme, en Aunis, les abbayes de la Grâce-Dieu et de Saint-Léonard-des-Chaumes, ou, en... [Lire la suite]
05 septembre 2020

Time Travel 1642, procès du contrat de baillette - François Brisson, Henri de Béthune évêque de Maillezais, Françoise de Foix

En 1642, François Brisson, président et sénéchal au siège royal de Fontenay le Comte, forma une société (1) Cette société entreprit le desséchement des marais de Vouillé, de Sableau, de Marans, de Vix, de Maillezais (2), de Courdault et de Benet (3). Dans leurs différentes entreprises, ils furent tenus de respecter les propriétés, et ils ne purent en envahir aucune. Le roi leur permit de dessécher; mais il fallut qu’ils traitassent de gré à gré avec les propriétaires. Delà, les traités faits par Brisson avec l'évêque de... [Lire la suite]
01 septembre 2020

Marais Poitevin, l’ancien régime de la propriété.

Le desséchement des marais, comme de juste, eut une influence très marquée sur le régime de la propriété dans les pays où s'exerça l'effort de l'entreprise. A qui allaient appartenir les nouveaux terrains sortis des eaux aux dessiccateurs, aux seigneurs fonciers, ou au roi ? La question était déjà difficile à trancher avant le desséchement. Un principe seul n'était pas douteux les atterrissements appartenaient au roi. Dès le XIe siècle, le problème est implicitement résolu dans la charte de Louis VII époux d'Aliénor concédant aux... [Lire la suite]