23 juin 2022

1130-1131 Siège de ChâtelAillon - Guillaume X, duc d'Aquitaine contre Isembert, seigneur de Châtel-Aillon

Isembert succéda à Eble III vers 1100. Il possédait, outre la forteresse de Châtelaillon, les châteaux de Voutron au sud et de l’Ileau au nord. Vers 1099, Isembert de Châtelaillon et sa mère Ivette, donnent dans leur marais, un droit de pacage aux moines de Saint-Jean d'Angély, aux conditions suivantes : « Tous les bestiaux de l'obédience d'Yve, de quelque espèce qu'il soient, pourront pâturer « ad finem usque sœculi» , sur tout le domaine, à partir d'Yve jusqu'au castrum de Voutron; mais si le prévôt ou son remplaçant... [Lire la suite]

19 juin 2022

Les premiers seigneurs de Châtel Aillon de l'an mil

C’est dans des chartes de 968 et 988 qu’on voit que sur la côte existait une de ces vigueries créées par Charlemagne, et que les vieux titres mentionnent sous les noms de vicaria Sancti Johannis de Castello Allioni, in pago Alniense. Cette vicairie comprenait les villœ Siniacus (Surgères?), Verdiacus (Vouhé), Antezan et Saziliaco (Sarzay) et Villa Daoli ( Saint-Denis-du-Pin ? ), et son chef-lieu était la ville de Chatelaillon. Chatelaillon fut fortifié à la mode du temps et prit le nom de son possesseur, Alon ou Alion. Vers 995 on... [Lire la suite]
22 avril 2022

RAOUL IV DE MAULEON (1245-1253), seigneur de Talmont, Châtelaillon, Benon

Raoul IV, fils de Savari et d'Amable du Bois, se présentait, afin de succéder à son père, sous de mauvais auspices ; car Louis IX, qui avait hérité du Poitou, régnait en France depuis 1226, et se trouvait trop heureux de pouvoir tenir en ses mains les biens d'un des seigneurs qui avaient lutté avec tant d'acharnement contre le pouvoir royal.  Il ne voulut pas tout d'abord admettre la légitimité du nouvel héritier, et il confisqua purement et simplement toutes les terres qui lui revenaient, sous prétexte qu'un bâtard ne pouvait... [Lire la suite]
19 juillet 2021

1458 Charles VII donne les terres et seigneuries de Parthenay,Vouvant, Mervent, le Coudray-Salbart à Jean Bâtard d’Orléans

Vendôme, 22 octobre 1458. Lettres patentes de Charles VII octroyant les terres et seigneuries de Parthenay, Secondigny,Vouvant, Mervent, le Coudray-Salbart, Châtelaillon, Matefelon et autres …., à Jean Bâtard d’Orléans, comte de Dunois, et à ses héritiers mâles légitimes, pour en jouir après le décès qu’Arthur de Bretagne, comte de Richemont, connétable de France, à qui elles avaient été données par  lettre patentes du 9 avril 1435, et que Pierre de Bretagne sont tous deux décédés sans héritiers mâles. Enregistré le 19 janvier... [Lire la suite]
01 avril 2021

États du Poitou convoqués à Saumur par le dauphin, au mois de juin 1417

Par lettres royales du 13 avril 1417, Charles, duc de Touraine, fut investi du titre de dauphin et du gouvernement du dauphiné. Le 29 avril 1417, Louis II, duc d'Anjou et roi de Sicile, mourut en son château d'Angers. Ce prince était âgé seulement de quarante ans et succombait à une pénible maladie Le 17 mai 1417, le prince Charles, déjà duc de Touraine et dauphin, reçut par lettres royales le duché de Berry, ainsi que le comté de Poitou, pour les tenir, l'un et l'autre, en pairie. Il est nommé lieutenant-général du royaume,... [Lire la suite]
31 mars 2021

1415 Siège de Parthenay d’Arthur de Richemont - Terres confisquées de Jean II l'Archevêque et données au dauphin Louis de France

Depuis l'assassinat du duc d'Orléans (1407), le duc de Bourgogne, son meurtrier, régnait en tyran dans Paris, gouvernant à sa volonté l'infortuné roi Charles VI plongé dans la démence, et le dauphin Louis tout occupé de ses plaisirs. Les ducs de Berry, de Bourbon, d'Alençon, les enfants du duc d'Orléans, les comtes d'Armagnac et d'Albret se liguèrent à Gien, le 15 avril 1410, et s'armèrent pour venger la mort de leur parent et ravir le pouvoir au duc de Bourgogne. Le sire de Parthenay, que le duc de Berry venait d'élever à la... [Lire la suite]

08 décembre 2020

L'abbaye Notre-Dame-de-Ré, Savary de Mauléon, Amable du Bois - Notice sur les Chartes Seigneuriales de l’Ile de Ré

Dans le Golfe des Santons, pendant tout le moyen âge, les habitants de l'île de Ré jouirent de privilèges spéciaux, concédés par leurs seigneurs, dans le but de les engager à ne pas abandonner l'île, bien qu'elle fût, à mainte reprise, dévastée soit par les inondations de l'Océan, soit par la piraterie des Normands et Anglais. Au début, ces privilèges existèrent à l'état d'usages dans la coutume locale; plus tard, afin d'éviter les contestations entre les seigneurs et leurs sujets, ils furent consignés par écrit dans des chartes... [Lire la suite]
29 novembre 2020

Itinéraire d’Aliénor d’Aquitaine après les funérailles de Richard Cœur de Lion à Fontevraud par Alfred Richard

6 avril 1199 : Mort de Richard à Châlus. 11 avril 1199 : Aliénor assiste aux funérailles de Richard à Fontevraud, abbaye angevine où elle s’est retirée depuis une dizaine d’années. A la mort de Richard se pose le problème de sa succession. Aliénor soutient son fils Jean en dépit des droits de son petit-fils Arthur, duc de Bretagne, et l'aide à son accession au trône d'Angleterre. Elle partit donc de Fontevrault, emmenant les barons et autres grands personnages du Poitou qui étaient venus se grouper autour d'elle, sous la... [Lire la suite]
27 juillet 2020

Histoire de Soubise, ville sous le vent des îles de Charente-Maritime

Soubise est une petite ville, assez ancienne, située sur une éminence, au sud de la Charente et sur la rive droite du fleuve, à 15 kilomètres de Marennes ; elle a donné son nom, avec le titre de principauté, à une branche de l’illustre Maison de Rohan ; précédemment, elle avait appartenu, pendant longtemps, aux seigneurs de Parthenay, de la Maison royale de Lusignan. Soubise avait autrefois un château défensif, qui fut pris et repris, pendant les guerres du XIVe siècle, avec l’Angleterre, et que l’on rasa à l’époque de... [Lire la suite]
03 avril 2020

ANGOULÊME 1028 – Le jugement de Dieu, un Duel Judiciaire

Jusqu'au concile de Latran de 1215, les ordalies furent admises et pratiquées par l'Eglise. Elles consistaient en épreuves ou en combats qui avaient valeur de preuves judiciaires. L'eau bouillante et le duel sont assez souvent mentionnés dans les documents historiques régionaux. Dans l'un et l'autre cas on faisait appel à l'intervention divine pour révéler la culpabilité ou l'innocence d'un prévenu, pour situer le bon droit dans les différends. Celui qui retirait son bras sans dommage d'une bassine d'eau bouillante était considéré... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,