Le Fort du Chapus, poste avancé du continent - François Michel Le Tellier, marquis de Louvois

Sur la pointe face à celle d’Ors (Ile d’Oléron), s’élève le fort du Chapus, donjon, de forme octogonale, ayant 24 m de hauteur, et flanqué d’une tourelle, à poivrière ; ce fort fut bâti en 1691, d’après les plans qu’en donna le célèbre François Michel Le Tellier, marquis de Louvois, comte de Tonnerre ;

 mais, à la mort de ce grand ministre, survenue avant l’achèvement des travaux, un nouveau plan fut adopté, qui modifia la construction primitive ; on y accède, quand la mer est basse, par une chaussée qui le relie à la terre ferme, d’où 440 mètres le séparent ; mais, à marée haute, les flots l’entourent complétement.

Le plan géographique que nous nous sommes proposés nous amène à envisager on premier lieu le Fort du Chapus, situé face à Oléron entre les Pertuis de Maumusson et d'Antioche.

 L'usage du Fort à faire sur le Rocher de la Pointe du Chapus près Brouage, est d'empêcher la circonvalation de la Forteresse de l’Ile d’Oléron, par mer et d’en rendre le secours facile et sur.

Telle est l'idée maitresse qui a présidé à l'édification de cet important ouvrage qui devait si utilement compléter le système défensif de la région.

 

 La réalisation d'un semblable travail n'était toutefois pas sans offrir des difficultés sérieuses: Situé à 300 toises en avant de la pointe du Chapus, et étroit rocher était en effet particulièrement bas du côté de son extrémité vers la mer.

 Et cette extrémité, sans cesse recouverte d'eau et réduite à une croûte de rocailles et de coquillages était d'une très faible solidité.

Le Fort du Chapus poste avancé du continent - François Michel Le Tellier, marquis de Louvois (3)

 Aussi Vauban décida-t-il de placer ce fort un peu plus sur l'arrière en négligeant l'extrême pointe du rocher. Plusieurs projets furent envisagés dans ce sens et on s'arrêta à un plan caractérisé par une forme ovale et qui utilisait le terrain au maximum.

Le point délicat de l’Entreprise était la fragilité de l'assise.

Afin de donner au fort une base suffisamment solide, on dut, en maints endroits, creuser très profondément dans la vase située sous la croûte rocailleuse et aller jusqu'à la couche de sable dur qui était dessous.

Ce travail était d'autant plus ardu à effectuer que l'on était limité aux heures de la basse mer pour son exécution. En vue d'éviter toute perte de temps, les ouvriers qui participaient à cette entreprise travaillaient la nuit,  a la lueur des torches, toutes les fois que la marée le permettait.

Afin de rendre le fort plus inaccessible à l'ennemi, et pour empêcher que ce dernier ne puisse mettre le pied autour lorsque la mer se retirait, on découpa la partie rocailleuse située hors de l'enceinte de telle sorte que les murailles du fort furent pour ainsi dire à pic sur la mer.

 Cet important ouvrage qui compta parmi l'un des plus remarquables de l'époque fut terminé en 1694.

Il fut relié à la pointe du Chapus par une chaussée de 12 pieds de large et de 2 à 3 pieds de hauteur, qui permettait l'accès de la terre au fort qu'au moment des marées basses.

Ce fut la considération de la violence du courant jugé susceptible de la détruire, qui limita ainsi la hauteur de cette chaussée et il fut prévu que l'on accéderait au fort par chaloupe tout le reste du temps.

PLAN PARTICULIER DU FORT DU CHAPUS EN SAINTONGE

La copie ci-jointe d'un croquis de l'époque est à même de fournir un aperçu sur l'ampleur du fort du Chapus.

 Par ailleurs, un coup d'oeil sur 1a photographie de la carte de la région est susceptible de montrer dans quelles proportions le but proposé en construisant ce fort (empêcher la circonvalation de la forteresse de l'Ile d'Oléron par la mer et d’en rendre le secours facile et sur) avait été atteint.

- D'une part, en effet, la "circonvalation d'Oléron par l'ennemi était devenue pour ainsi dire irrealisable.

La citadelle de cette ile étant distante du Fort du Chapus de 1520 toises, les feux des deux ouvrages se croisai ont et l'adversaire n'aurait pu mouiller entre les deux, en quelque endroit que ce fut, sans se rencontrer sous le "canon de l'un ou de l'autre.

Le Fort du Chapus poste avancé du continent - François Michel Le Tellier, marquis de Louvois (1)

- D'autre part, le fort du Chapus était réellement susceptible de procurer du secours à Oléron si les circonstances rendaient cotte aide nécessaire.

Lors de la basse mer, en particulier, la faible étendue de la partie recouverte d'eau (500 toises) aurait aisément permis le transport des secours d'un point à l'autre sans qu' on eut à redouter la réaction de l'ennemi dont les vaisseaux ne pouvaient alors mouiller dans les parages immédiats.

Ainsi le fort du Chapus était en mesure de remplir les deux missions d'interdiction et de secours qui lui avaient été confiées.

Il y eut un magistral effort qui faisait, une fois de plus, honneur au génie de Vauban.

 Et le Roi l'apprécia lui-même à sa juste valeur puisque, lors de l'achèvement du fort, Louis XIV fit frapper une médaille représentant l'ouvrage et portant cette devise :

ARX CHAPUTIANA 1694 .SECURITAS LITTORUM

 

Le Fort du Chapus poste avancé du continent - François Michel Le Tellier, marquis de Louvois (2)

 

 

Mémoire touchant le Fort à faire sur le Rocher de la Pointe du Chapus:

M. Ferry-19 Juin 1691 (Archives Invalides- Le Chapus carton N° I)

Archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis -Appendices page 297 - Oléron et le Chapus.

L'Aunis et la Saintonge maritimes par B. Girard

 

 

 

Mémoire du temps touchant la Pointe du Chapus et son Fort sur le Rocher<==.... ....==>Projet 1753 - Fortifications Vauban du système défensif des cotes de l’Atlantique au cours de la guerre de la Ligue d’Augsbourg.

 

 

 

 

 


 

Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban, ingénieur, architecte militaire de Louis XIV -

Il n'est pas de grand homme en France qui ait mérité, plus que Vauban, la reconnaissance et le respect de la postérité. Il fut le plus illustre et le plus savant de nos ingénieurs militaires. L'ardeur de son patriotisme lui fit ouvrir les yeux sur les dangers que le voisinage de l'Allemagne faisait courir à notre pays.

 

Régiment du passé :Groupe de reconstitution historique multi-époques.Étude des uniformes et de la société civile au XVIIIème et XIXème siècles. Représentation du Royal Écossais sous Louis XV et de la Légion Irlandaise sous l'Empire. https://www.facebook.com/regiments.dupasse