1er aout fête patronale Saint-Pierre-ès-Liens - la lanterne des Morts de Rancon

Le bourg de Rançon, situé sur la rive gauche de la Gartempe, à trois lieues nord-est de Bellac, dans une position pittoresque, est désigné, sous le nom d'Andecamulum, comme une ville du second ordre des Lémovices, par Ptolémée, Strabon et l'Itinéraire d'Antonin.

Du reste on a trouvé, dans ce lieu, avec beaucoup d’urnes funéraires, des pièces de monnaie à l'effigie de divers empereurs.

A quelques pas du bourg actuel, on voyait jadis, sur un monticule qui domine la rivière, les ruines d'un château romain, que remplaça au moyen-âge un château détruit lui-même aujourd'hui.

A trois cents pas de là existaient, dit-on, aussi les vestiges d'un camp romain (1).

Dans le bourg se trouvent encore deux inscriptions dont la forme accuse le second siècle de l'ère chrétienne : l'une, sur une pierre de 66 centimètres de long et de 52 centimètres de hauteur, taillée avec soin, faisait partie d'un temple érigé en l'honneur de Pluton :

NVMINIBVS AVGusti

FANVM  PLVTONIS

ANDECAMVLEN

SES DE SYO POSvere.

L'autre pierre dut être sur le piédestal d'une statue d'Hercule.

 

On y lisait autrefois :

HERCVLI DEO

TIB. IVN. IVLIANVS

 

 Le temps a effacé la dernière moitié de la seconde ligne.

L'apôtre de l'Aquitaine ne dut pas oublier une ville païenne si voisine de Limoges. Il est donc probable que Andecamulum se convertit de bonne heure : peut-être fut-ce par les soins de saint Austriclinien, compagnon de saint Martial, et dont Rançon conserve des reliques.

L'église ne remonte qu'au XIIe siècle.

Dans l’ancien cimetière, il existe un fanal (lanterne des Morts), aussi du XIIe siècle. Ce monument à 6 mètres 66 centimètres de hauteur sur 3 mètres 4 centimètres de circonférence.

Six baies en plein cintre laissent passer la lumière.

Sa toiture conique est surmontée d’une croix à 5 lobes.

Le socle comporte deux marches et la table d’autel a disparu.

C'est à tort que Beaumesnil a-vu dans ce fanal et dans les têtes grimaçantes disposées autour de l'église des restes d'un temple des druides.

L'origine chrétienne de ces fanaux est positivement établie par un passage de Pierre-le- Vénérable.

Quant aux têtes prétendues druidiques, ce sont tout simplement des modillons semblables à ceux qui existent en si grand nombre dans nos églises romanes.

Depuis le XIIème s., la lanterne demeure à sa place initiale.

C’est un fanal funéraire, monument religieux, dans lequel on introduisait une lampe qui devait brûler à son sommet.

 

« Les rayons lumineux qui en sortaient, entretenus par la piété des fidèles en l’honneur des morts, se rependaient silencieusement sur les tombeaux et semblaient veiller sur eux »

Citation du Chanoine Leclerc.

 

Le cimetière dans lequel elle fut édifiée était celui de la chapelle Saint Sébastien et de l'église fortifiée St Pierre-aux-Liens. Il a été transféré à l'écart du bourg en 1872.

 

Les deux chênes remarquables aujourd'hui dans le square furent plantés à cette époque. Autour d'elle, vous pourrez voir d'anciennes pierres tombales.

 

Elle est classée à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1925.

 

La fête patronale, Saint-Pierre-ès-Liens, se célèbre le 1er août.

 On vénère à Rançon, outre la relique de saint Austriclinien, une vertèbre de sainte Constance, vierge et martyre; une autre vertèbre de sainte Victoire, aussi vierge et martyre; un fragment d'os de saint Macaire, et enfin, dit-on, un autre de saint Thomas, apôtre.

Histoire de la ville de Bellac (Haute-Vienne) : suivie de quelques notes sur le bourg de Rancon / par l'abbé Roy-Pierrefitte

 

 

 

 

Chronologie Historique des Comtes de la MARCHE - Liste des comtes de la Marche <==

 

 


 

(1) Feuille hebdomadaire du 3 septembre 1788