En sonnant les cloches de l'abbaye de Fontevrault le lundi de Pâques, les habitants du seigneur de Montsoreau gagnaient une barrique de vin

LES GENS DE MONTSOREAU BOIVENT A CASSER LA CORDE

On dit boire comme un sonneur.

C'est boire à perdre la raison,

Et l'on a, ma foi, bien raison.

Le dicton : boire à tire la rigot, ou plutôt à tire la Rigaude, ne serait pas particulier aux sonneurs de la laineuse cloche la Rigaude.

Par une tradition établie, les habitants de Montsoreau gagnaient une barrique de vin de Fontevrault si, en sonnant les cloches de l'abbaye, le lundi de Pâques, ils réussissaient à casser les cordes.

Ceci était stipulé dans cette même charte de 1216 dont la copie de 1678 établit la survivance à cette époque.

Le droit de couper un mai dans les bois de l'abbaye n'était donc pas la seule petite vexation créée par les seigneurs de Montsoreau.

 La donation de la terre de la Jaquerie comportait encore cette clause :

« L'abbesse doit, chaque année, ouvrir les portes de son cloître, le lundi de Pâques, à la procession de la paroisse de Montsoreau, lors de son pélerinage au tombeau de Gautier, seigneur de Montsoreau, inhumé dans l'église de l'abbaye ».

Le baron de Montsoreau explique ce droit dans un exposé de ses titres au comte d'Anjou :

« ... Est aussi tenu le curé de Rest de se transporter au lieu où est enterré et sépulturé Gautier de Montsoreau, prédécesseur de ma dite baronnie et icelui dire un Subvenite avec l'oraison des trépassés, et pour cela faire, je lui dois à chaque an 10 sols.

« ... Item, j'ai aussi droit de faire mener paroisse de Rest, par manière de procession, au grand moustier de Fontevrault, lendemain de Pâques, par le curé dudit lieu de Rest, et porter croix et bannière, et incontinent quand la dite procession sera à Fontevrault, et nos gens et officiers peuvent visiter et monter sonner les cloches et s'ils [ne] peuvent rompre une des cordes, l'abbesse leur doit un coteret de vin. » (Copie de 1678).

Ce [ne], qui existe dans une transcription et n'existe pas dans une autre, laisse indécis sur l'interprétation ; mais il semble toutefois que le coteret de vin était la récompense pour avoir sonné à toute volée.

Cela comportait bien une vexation de la part du seigneur de Monsoreau et l'exercice d'une prérogative, car, à toute époque, les monastères ont défendu jalousement leurs droits de sonneries de cloches.

 

  (Port Rest sous Montsoreau - Embarcadère de Montsoreau - Quai Philippe De Commines, 49730 Montsoreau)

 

LE MARCHÉ DES VINS DE LOIRE

MONTSOREAU - 11km de Saumur. Ce site troglodytique original propose un parcours insolite et initiatique à la découverte des différentes appellations de la Vallée de la Loire. Le parcours de visite présente 10 étapes œnologiques et se veut un lieu de convivialité propice au partage des goûts et des saveurs.

https://www.ot-saumur.fr/LE-MARCHE-DES-VINS-DE-LOIRE_a43039.html