Historique de la Voltige Cosaque La Djiguitovka (Arts du cirque) une épreuve de bravoure des cavaliers d'élite

(Pyramide à 5, Voltige Cosaque Cie Capalle - Fête Médiévale: La Baillée des Filles du Roi René d'Anjou au château Ponts-de-Cé)

La voltige en ligne fut pratiqué par tous les peuples cavaliers depuis l'invention de l'étrier.  Elle est d'origine guerrière servant à se dissimuler, feindre la mort ou même attaquer. Les cosaques l'ont beaucoup pratiquée ces derniers siècles, c'est pourquoi on l'appelle de nos jours voltige cosaque.Organisés progressivement en régiments, appréciés et reconnus pour leur bravoure, les Cosaques participent aux campagnes militaires de l’Empire russe au long du XIXe siècle. Sous Nicolas II, les régiments de Cosaques de la garde impériale figurent parmi l’élite des troupes à cheval. S’il n’a jamais vraiment disparu du temps de l’Union soviétique, le mouvement cosaque actuel prend son essor avec la Perestroïka instaurée par Mikhaïl Gorbatchev. Il s’ancre dans un vaste socle culturel, religieux et, pour une part, folklorique.

Cet exercice est tellement naturel à l'homme, qu'il l'exécute depuis la plus haute antiquité sans l'avoir jamais appris.

Qui n'a vu, garçons de ferme, palefreniers, charretiers, sauter journellement sur le dos de leurs chevaux pour les mener à l'abreuvoir et les conduire à la ferme ou à l'écurie. De tout temps, pour exécuter ce saut, l'homme saisissait la crinière avec les mains et ainsi aidé s'élançait sur le dos du cheval. La manière, vous le savez aussi bien que moi, n'a pas changé. Eh bien, l'homme qui monte à cheval de cette façon, fait, sans s'en douter, de la voltige, de la voltige sur place, c'est-à-dire la plus difficile, car il faut un effort bien plus grand pour sauter sur un cheval arrêté que sur un cheval au galop, comme je vous l'expliquerai par la suite.

La voltige a toujours fait partie de l'équitation militaire. Chez les Romains, les cavaliers militaires s'appliquaient à sauter à cheval très lestement au galop, avec casques et cuirasses. Pour obtenir ce résultat, ils s'exerçaient sur des chevaux de bois.Les mêmes Romains, dans le cirque, faisaient des courses debout sur deux chevaux sans selle, ils étaient donc déjà de fameux voltigeurs.

Bien avant les Romains, les cavaliers barbares s'entraînaient à l'exercice de la lance et du javelot en sautant par terre et en s'élançant encore au galop sur leurs chevaux nus. L'ancienne poste américaine présentait cette particularité de changer de cheval tous les 10 ou 12 kilomètres et chaque fois qu'un cavalier passait d'un cheval sur l'autre il retirait sa selle du premier pour la mettre sur le second, sans pour ainsi dire arrêter son cheval, c'est-à-dire en voltige.

Le Cosaque remonte à califourchon sur sa selle très élevée et s'y maintient debout assez solidement pour sabrer et se servir de son fusil. Il se laisse aussi pendre la tête en bas, accroché par les jambes à sa selle, et ramasse, en passant au galop, des objets sur le sol.

Historique de la Voltige Cosaque: La Djiguitovka (Arts du cirque) une épreuve de bravoure des cavaliers d'élite.

LE CHEVAL DE VOLTIGE

Le cheval de voltige devra être d'une taille moyenne : de l,57 à 1,6o, légèrement doublé, puissant dans son rein, énergique et doué d'assez de sang pour galoper vigoureusement et vite au besoin. Pourtant il ne le faudra ni trop impressionnable, ni surtout chatouilleux. C'est assez vous dire, qu'à part de rares exceptions, le choix d'une jument devra être écarté, la plus sage pouvant, à un moment donné, sous des influences indépendantes de sa volonté, devenir dangereuse.

A ce propos, je vous dirai que, pour la voltige, je considère comme dangereux le cheval qui, dans un moment de surexcitation ou d'impatience, est susceptible de ruer ou d'envoyer des coups de pied. En somme, pour voltiger, il faut que le cheval malgré sa vigueur puisse supporter les chocs et les à-coups qu'il aura à subir de la part du débutant qui lui roulera sur le dos et ne manquera pas de le gratifier de nombreux coups de talon.

 

Historique de la Voltige Cosaque: La Djiguitovka (Arts du cirque) une épreuve de bravoure des cavaliers d'élite.

HARNACHEMENT DU CHEVAL DE VOLTIGE

Le cheval de voltige doit être embouché avec un bridon dont les canons seront assez gros pour ne pas froisser la commissure des lèvres lorsque le cheval sera sur ses enrênements. Un surfaix de voltige sera ajusté sur le dos du cheval à la naissance du garrot. Le surfaix de voltige est un peu plus fort qu'un surfaix ordinaire, possédant en avant, du côté de la tête du cheval, deux poignées assez séparées pour que les deux mains puissent les saisir facilement ; ces poignées devront être molles et en buffle afin de mieux se prêter à toutes les prises du voltigeur. Autrefois on employait des poignées rigides, et aussi deux cornes en fer garnies de cuir. L'usage de ces poignées et de ces cornes a été abandonné depuis longtemps par les bons voltigeurs qui les trouvaient trop dures, gênant et limitant les mouvements des mains, des avant-bras et de l'épaule. Elles présentaient aussi le grave inconvénient d'exposer le cavalier à se blesser en retombant dessus. Le surfaix devra être bien sanglé, surtout pour les débutants qui, en tirant dessus avec trop de force, ne manqueraient pas de le faire tourner et s'exposeraient ainsi à des chutes dont le moindre inconvénient serait de décourager leurs premiers efforts. Le cheval ainsi garni de son bridon et de son surfaix, devra avoir la tête fixée au moyen de deux enrênements attachés devant le surfaix, et s'accrochant par des mousquetons aux anneaux du filet. Si le cheval a tendance à baisser la tête, on lui mettra un filet releveur ; si, au contraire, il la lève, c'est en ajustant une martingale sur la muserolle qu'on la lui fera baisser.

J'insiste sur cette fixité de tête pour les commençants ; mais elle ne vaudrait rien pour le cheval du voltigeur habile, qui doit avoir toute la liberté possible pour conserver la souplesse et le brillant de son allure.

 

DRESSAGE DU CHEVAL DE VOLTIGE

C'est sur le cercle qu'on devra dresser le cheval de voltige, à la longe et sur une piste ronde autant que possible. Le diamètre du cercle qu'on devra faire décrire au cheval de voltige devra être de treize à quatorze mètres.

Le dresseur fera mettre son cheval à la piste à main gauche ; tenant de la main droite une chambrière, il se servira de celle-ci pour faire partir son cheval à main gauche sur la jambe gauche; il est bien entendu que le cheval qu'on emploiera aura dû être préalablement dressé à galoper sur la jambe gauche. Une fois le cheval embarqué au galop, il faudra obtenir qu'il soit régulier et ne change pas de pied, en ayant soin de l'empêcher de s'échapper de la piste avec le secours de la longe, tandis que par le geste de la chambrière on lui conservera son allure.

Le cheval maintenu sur la piste est celui qui suit, sans s'en écarter le talus, sans jamais rentrer, c'est-à-dire respectant toujours l'écartement du centre et décrivant un cercle très régulier. Les reprises au galop, pour commencer surtout, devront être très courtes pour ménager les poumons du cheval ainsi que sa jambe antérieure gauche, membre qui, on le conçoit, fatigue le plus dans le cercle à gauche.

Lorsqu'après plusieurs leçons, le cheval galopera facilement obéissant à la chambrière, tenant bien la piste sans le secours de la longe, il faudra tout d'abord le faire monter par un voltigeur expérimenté. J'insiste sur ce point, car au début, le cheval ne s'accommoderait pas des maladresses d'un commençant. Un voltigeur consommé pouvant seul le confirmer dans son dressage, il devra l'habituer à soutenir son galop pendant tous les mouvements de voltige, ce qui n'est pas chose commode, le cheval, au début, cherchant à s'arrêter aux moindres mouvements que fera le voltigeur, qu'il passe la jambe par-dessus l'encolure ou saute à terre pour remonter. Un cheval de voltige n'est dressé que lorsqu'il soutient un galop régulier. Pour obtenir ce résultat, celui qui monte le cheval, de concert avec celui qui tient la chambrière, doit empêcher de la part de l'animal la plus minime incertitude, et la moindre velléité d'arrêt. Chaque reprise au galop ne devra pas excéder dix à douze tours de piste, auxquels devront succéder au commandement plusieurs autres tours au pas, le cheval toujours correctement tenu sur la piste. Lorsque le cheval sera complètement dressé, il faudra le faire sauter, car sauter en voltigeant est le complément de la voltige classique.

 

POUR DRESSER LE CHEVAL DE VOLTIGE A SAUTER

Le dressage du cheval de voltige au saut est absolument le même que celui du cheval de selle. Commencer toujours par un obstacle posé à terre, une claie de préférence. Lorsque après une progression régulièrement ascendante, vous aurez obtenu un saut d'un mètre, pris sur une foulée de galop, considérez le dressage comme suffisant.

Si je stipule « foulée de galop », c'est pour bien faire comprendre que, même dans le saut, le cheval de voltige ne doit marquer aucun temps d'arrêt ; remarque très importante, car le voltigeur, prenant sa battue sur le sol en même temps que sa monture, doit arriver, entraîné par une impulsion bien franche, à sauter lui-même facilement sur son cheval ; ce qu'il ne pourrait faire s'il y avait de la part du cheval la moindre hésitation. Dès que le cheval sera bien dressé dans son galop et complètement franc sur l'obstacle, il faudra lui faire passer deux claies de un mètre posées de chaque côté du manège en face l'une de l'autre, de façon que le cheval puisse faire un nombre de foulées de galop égales entre chaque obstacle. Pour bien établir la régularité de ces deux sauts, il faudra compter avec soin les foulées du cheval pour qu'il arrive à passer chaque barrière sans ralentissement ni précipitation. Le cheval ainsi réglé dans son galop et dans ses sauts pourra sauter 3, 4, 6 barrières et même plus, à la condition qu'elles soient assez rapprochées pour qu'il puisse franchir chacune d'elles dans autant de foulées de galop : on appelle cela sauter au temps.

 

Le minimum de hauteur pour un saut de voltige doit être de 0m,60 et le maximum de 1m,20, en ayant soin toutefois d'incliner un peu les claies dans le sens du galop du cheval afin que le saut soit légèrement allongé. Selon l'inclinaison de la barrière on obtiendra un saut plus ou moins en hauteur, plus ou moins en largeur.

Après chaque reprise, repos de trois à cinq minutes. Ainsi entraîné et réglé, le cheval sera prêt à fournir une longue carrière.

 

Historique de la Voltige Cosaque: La Djiguitovka (Arts du cirque) une épreuve de bravoure des cavaliers d'élite.

COMMENT ON PRÉPARE UN VOLTIGEUR

Quoique que je ne veuille enseigner ici que la voltige sur le cheval au galop, je vais être obligé, pour bien me faire comprendre, d'indiquer les principaux mouvements qu'aura à exécuter le débutant sur un cheval au repos.

Notons tout d'abord que ces exercices, sans être absolument exercices de force, sont pris avec peu d'élan et par conséquent assez durs. Pour mon compte, je ne me sers de ce moyen que pour les premières démonstrations, car j'ai l'habitude de faire exercer préalablement mes élèves sur des appareils de gymnastique, trapèzes, anneaux, surtout barres parallèles, en résumé de les assouplir complètement et de leur donner la force nécessaire avant de les faire voltiger à cheval.

J'insiste tout spécialement sur l'assouplissement de l'élève, car la qualité principale pour un voltigeur est la souplesse. Celui qui ne pourra cambrer son buste en arrière à cause de sa raideur et qui n'aura pas les jambes bien indépendantes, sera obligé de baisser la tête pour les passer par -dessus la croupe du cheval, ce qui, non seulement est disgracieux, mais offre encore le grave inconvénient de mettre en contact le visage avec le surfaix ou l'encolure du cheval. Contact d'autant plus désagréable pour le cavalier, qu'il est de mode pour les chevaux aujourd'hui d'avoir la crinière taillée en brosse.

 

LA POSITION DU VOLTIGEUR

Le buste du voltigeur devra avoir la même position que celle déjà décrite pour le cavalier, c'est-à-dire le buste droit, les reins cambrés, la poitrine sortie et la tête bien mobile sur les épaules, sans être rejetée en arrière.

Les jambes, par exemple, au lieu d'adhérer aux flancs du cheval, devront être portées en avant, les pointes de pied bien allongées et légèrement en dehors, le cavalier ne prenant contact avec le cheval que par l'assiette et l'intérieur des cuisses, car le voltigeur ne doit serrer ni le dos, ni le flanc du cheval et ne compter que sur son équilibre pour sa solidité. Les deux mains tiendront les poignées, les ongles en dessous.

 

PASSEMENT DE JAMBES

Le cavalier ainsi placé sans raideur devra passer la jambe droite par-dessus l'encolure du cheval dans un mouvement de droite à gauche, en l'élevant et la tendant le plus possible, de façon à venir se trouver assis en dedans du cercle, c'est-à-dire à gauche.

Pour bien exécuter ce mouvement et donner de l'aisance et de l'élévation à son passement de jambe, il devra porter le haut du corps bien en arrière et pivoter sur la base de son assiette. Pour pouvoir passer la jambe, il devra lâcher et reprendre ses deux poignées l'une après l'autre; jamais les deux ensemble, surtout à ses débuts, un faux mouvement pouvant toujours compromettre son équilibre.

Il travaillera ce mouvement jusqu'à ce qu'il ait assez de force sans le secours des poignées et assez d'adresse pour passer les jambes par- dessus l'encolure et par- dessus le dos du cheval, sans le toucher. Lorsqu'il aura bien compris ce mouvement sur le cheval arrêté, il devra le faire sur le cheval au galop, et cela lui sera beaucoup plus facile parce que l'impulsion du cheval lui donnera de l'élan.

 

Le professeur devra porter toute sa sollicitude sur ce mouvement qui est la base de la voltige. Celui-là bien acquis, les autres viendront très facilement.

 

 

PASSEMENT DES JAMBES ASSIS EN DEDANS ET EN DEHORS

Pour exécuter ce mouvement, le cavalier assis en dedans, les jambes bien allongées, s'exercera en s'appuyant sur les poignées, à passer ses deux jambes par -dessus le dos du cheval. Pour cela, il devra prendre de l'élan en forçant sur les bras, les reins cambrés et souples.

 

DSC_0326

LES CISEAUX

Les ciseaux consistent, lorsque le cavalier est assis à gauche, à se tourner sens devant derrière, sans lâcher les poignées, et à passer les jambes dans cette position par- dessus la croupe du cheval, de façon à ce que la partie supérieure se trouve tournée du côté de la queue. Ce mouvement quoique assez disgracieux ne doit pas être négligé, car il donne de l'aplomb au voltigeur en le forçant à regarder derrière lui pendant le galop.

 

REMONTER DE TERRE SUR LE CHEVAL ARRÊTÉ

Ce mouvement étant difficile sur le cheval arrêté, je ne l'indiquerai au débutant que pour sa théorie. Le soutenant donc par le bras, je l'aide à sauter assis des deux côtés sur son cheval, et à remonter ainsi à califourchon. S'il le fait facilement, comme beaucoup d'hommes lestes et vigoureux, je le laisserai s'exercer tout seul. Si, au contraire, il ne peut arriver (comme la plupart des femmes) à sauter sur le cheval arrêté, je n'insisterai pas, sachant fort bien qu'au galop il y parviendra aisément. S'il est toutefois facile de faire des à-peu-près en voltige, rien n'est plus difficile que de bien voltiger. Il faudra donc dès le début tenir à la correction des mouvements chez le commençant.

 

PRÉCAUTIONS A PRENDRE POUR ÉVITER LES CHUTES

Avant de commencer ma démonstration sur la voltige au galop, il est bon, je crois, que j'indique les moyens d'éviter à l'élève, je ne dirai pas toutes les chutes, mais du moins les plus mauvaises. Etant donné que votre cheval est dressé dans la piste ronde et y galope régulièrement, sans longe, le meilleur appareil pour préserver des chutes est celui qu'on emploie dans les cirques et qu'on appelle la mécanique.

Cet appareil consiste en une corde qui, tenue d'un côté, dans la main gauche du professeur, va passer dans une poulie de suspension fixée dans la charpente du cirque, et s'attacher, par l'autre extrémité, à la ceinture de l'élève; ainsi, le professeur épiant les moindres pertes d'équilibre du débutant, peut le retenir instantanément, empêcher sa chute et même le remettre à cheval en dépit des positions les plus déviées, mais cela seulement s'il sait se servir adroitement de cet ingénieux appareil. Or, comme tout le monde n'a pas à sa disposition un manège rond et un cheval fini dans son dressage ; que dans ces conditions il faudra se contenter d'un cheval tenu par la longe sur n'importe quel terrain, on se servira dans ce cas d'un simple petit câble, attaché à la ceinture de l'élève d'un bout, et allant directement à la main du professeur de l'autre.

 

VOLTIGE AU GALOP

Etant donné que le cheval galopera sur la gauche de la piste, ce qui, en termes consacrés, s'appelle à « main gauche », il faudra que l'élève se place à sa gauche, tenant la poignée droite dans la main droite et la poignée gauche dans. la main gauche, puis il tournera tout son corps à gauche, de façon à ce que ses épaules fassent suite aux épaules du cheval, en ayant soin de bien adhérer du côté droit et du dessous du bras droit au flanc et au dos du cheval, près du surfaix; puis, allongeant ses deux jambes en avant, il mettra les pieds sur la demi-pointe et légèrement en dehors.

Lorsqu'il sera ainsi placé, le professeur embarquera le cheval au galop, et, comme c'est sur la jambe gauche que le cheval galopera, c'est aussi sur la jambe gauche que l'élève devra galoper le plus légèrement possible, en soutenant une partie de son corps au moyen du bras droit placé sur le dos du cheval. Il fera ainsi quelques reprises très courtes pour commencer.

 

Historique de la Voltige Cosaque: La Djiguitovka (Arts du cirque) une épreuve de bravoure des cavaliers d'élite.

 

PRENDRE UNE FOULÉE

Lorsque le professeur verra son élève galoper facilement avec son cheval, il le fera prendre sur le sol une battue pour remonter sur son cheval. Pour prendre ce temps, le voltigeur cherchera à gagner un peu d'avance sur le cheval de façon à prendre sa battue tout à fait en avant des membres antérieurs de l'animal. Plus il prendra cette battue en avant, plus il remontera facilement, car l'effort nécessaire pour produire sa battue sera multiplié par l'impulsion et par la vitesse du cheval. Les jambes, qui seront demi-tendues dans ce mouvement, ne devront jamais demeurer trop raides, afin de laisser aux jarrets leur souplesse et leur élasticité. Je ne saurais trop recommander cette battue en avant qui, seule, peut produire de bons sauts remontés. J'insisterai aussi tout spécialement sur la position du corps tourné en dedans, position qui commande celle des pieds sur le sol, lesquels doivent être légèrement tournés à gauche, pour que les articulations des chevilles ne soient pas luxées dans la battue. Je sais bien que beaucoup de gens qui voltigent, remontent tant bien que mal avec les pieds, les jambes et le corps tournés en dedans, c'est-à-dire presque face au cheval, mais je sais aussi qu'il leur arrive de se donner force entorses et nombreuses foulures. C'est pour cela qu'il importe de mettre l'élève en garde contre cette mauvaise habitude.

 

Les Sauts

 aDSC_0404

SAUT REMONTÉ ASSIS

Pour habituer le débutant à tourner son corps à l'intérieur du cercle, je conseillerai de lui faire exécuter pour commencer un saut remonté assis.

Ayant pris sur le sol une forte battue de la manière que j'ai indiquée plus haut, il tirera sur les poignées par les bras de façon à venir s'asseoir sur le cheval près du surfaix. Avant d'aller plus loin, il est bon de faire remarquer que tout l'élan doit être pris par les jambes sur l'impulsion du cheval sans presque forcer sur les bras. Le voltigeur qui aura la mauvaise habitude de se hisser sur le cheval par la force des bras, ne pourra jamais avoir d'élévation dans ses sauts remontés et, par conséquent, voltigera très mal.

 

SAUT REMONTÉ A CALIFOURCHON

Pour remonter à califourchon, la battue devra être absolument la même que pour le saut remonté assis, et ce n'est qu'en arrivant à la hauteur du dos du cheval que le voltigeur devra se retourner pour passer la jambe droite par-dessus la croupe pour se retrouver sur le cheval.

Dans ce mouvement, il devra bien creuser les reins et lever la tête, car s'il la baissait, il aurait le désavantage de ne plus voir devant lui et d'être disgracieux.

Dans ce saut remonté à califourchon, lorsque le voltigeur sait vraiment prendre une battue, cette battue lui donnera une telle impulsion que ses jambes seront projetées très haut, bien ensemble, au-dessus du dos du cheval ; il arrivera ainsi à se tenir un instant en équilibre sur ses poignets, la tête relevée, bien entendu, les reins bien creusés. Dans cette position élégante et académique il n'aura qu'à se laisser retomber à califourchon pour se retrouver sur le dos du cheval.

 

SAUT REMONTÉ A GENOUX

Lorsque le voltigeur a acquis de l'aisance dans le saut remonté tel que je viens de le décrire, il pourra exécuter en voltige toutes les montées et même toutes les fantaisies que pourra lui suggérer son imagination.

Pour ne pas sortir de notre voltige élémentaire, je ne mentionnerai ici que quelques sauts classiques et d'abord le saut remonté à genoux. Pour exécuter ce saut, l'élève aura soin de bien plier les genoux en les tirant à lui et en forçant sur les poignets. Lever la tête dans cette position et se remettre assis ou à califourchon. Pour remonter en dehors, il passera ses deux jambes ensemble de gauche à droite par-dessus la croupe du cheval et s'y maintiendra assis, les deux épaules tournées en dedans. Il pourra remonter en ciseaux, c'est-à-dire assis d'abord et ensuite à califourchon sens devant derrière, comme e l'ai décrit plus haut dans la voltige sur place. Il pourra aussi remonter debout au galop, mais le travail debout sort du cadre de la voltige élémentaire.

 

LE SAUT DES BARRIÈRES

Tous ces sauts remontés peuvent être exécutés pendant que le cheval saute lui-même.

Pour bien les réussir, le voltigeur devra prendre sa battue en même temps que le cheval et il remontera plus facilement sur cette battue du saut qui ne manquera pas de lui donner encore plus d'impulsion.

 

 

VOLTIGER SUR LE DOS DU CHEVAL

On voltige au galop sur le dos du cheval, absolument de la même manière que s'il était en place ; je vous reporterai donc aux explications que j’ai données précédemment sur la voltige en place. Il est cependant un temps qui ne se fait guère facilement qu'au galop, c'est le passement du corps tout entier à droite et à gauche du cheval par-dessus son dos. Assis à gauche, le voltigeur forçant sur ses bras et prenant de l'impulsion sur les galopades du cheval, passera alternativement à droite et à gauche par-dessus la croupe, venant tour à tour s'asseoir à droite et à gauche. Pour prendre beaucoup d'élévation sur ce mouvement, il devra sortir la poitrine, lever la tête, cambrer les reins, forcer les poignets et profiter le plus possible de l'impulsion que lui donne le cheval.

Tous ces exercices de voltige que je viens de décrire à main gauche peuvent se faire aux deux mains. Les bons écuyers les pratiquent indifféremment à gauche et à droite.

 

LE REMPLACEMENT A CHEVAL

Avant de terminer ce travail sur la voltige, je vous dirai deux mots du remplacement à cheval. Cet exercice est tait par deux voltigeurs (car il faut nécessairement avoir un partenaire pour pouvoir être remplacé). Celui qui est à terre, courant après le cheval, prend un point d'appui sur le bras de son camarade et par une bonne battue saute à califourchon derrière lui.

Pendant ce temps, le numéro 1 qui était à cheval passe la jambe droite par-dessus l'encolure, descend vivement à terre, court encore plus vivement après le cheval, remonte derrière le numéro 2 qui, lui, s'empresse de descendre de la même manière et ainsi de suite ; cette fantaisie est amusante pour ceux qui l'exécutent comme pour ceux qui la regardent, elle a aussi l'avantage de donner de l'aplomb aux commençants et de les habituer à courir dans la piste.

(Pyramide à 5, Voltige Cosaque Cie Capalle - Fête Médiévale: La Baillée des Filles du Roi René d'Anjou au château Ponts-de-Cé)

Aussi bien, en matière de fantaisie, le champ de la voltige est-il des plus vastes. Tout le monde sait que les écuyers de cirque exécutent dans cet ordre d'exercices des tours de force extraordinaires ; sautant du sol, debout sur un cheval au galop ou sautant sur le dos nu de leur cheval et restant debout sur sa croupe pendant qu'il passe des obstacles.

http://www.joursdecheval.fr/sur-les-traces-des-cosaques

L'équitation et le cheval / par Molier

 

Historique de la Voltige Cosaque La Djiguitovka (Arts du cirque) une épreuve de bravoure des cavaliers d'élite

détails des figures de voltige cosaque en ligne droite ==> http://www.equinoxe79.com/la-voltige-cosaque-au-secret-de-la-lance.html

 

 

 

 

 

L'Histoire de l'équitation et du cheval : Traité de dressage du Cheval de selle  <==.... ....==>