08 juillet 2020

Le sceau de Jeanne Plantagenet, reine de Sicile et comtesse de Toulouse.

Les sceaux-matrices du moyen âge ne sont pas rares, quoi qu'en aient pu dire certains spécialistes qui, par un paradoxe étrange, s'efforcent de prouver que l'intérêt du cachet est primé par celui de son empreinte; mais certainement rien n'est plus rare que les sceaux portant le nom d'un personnage historique. Le cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale conserve celui de Constance de Castille, femme de Louis VII; le musée de Berne s'enorgueillit de celui de Charles le Téméraire, abandonné comme chose vile sur le champ de... [Lire la suite]

07 juillet 2020

Jeanne Plantagenet, Reine de Sicile, comtesse de Toulouse fille d’Henri II Plantagenet roi d’Angleterre et d’Aliénor d’Aquitaine

Henri II Plantagenêt eut huit enfants d'Eléonore d'Aquitaine, dont trois filles; Mathilde, mariée à Henri de Saxe, Eléonore, épouse d'Alphonse III de Castille et Jeanne d'Angleterre. Raconter la vie de Jeanne d'Angleterre, c'est quitter le Saumurois pour des contrées lointaines, mais c'est laisser un peu de son cœur dans ce beau pays d'Anjou, avec le désir d'y retourner. Etre la fille du roi d'Angleterre et de la duchesse d'Aquitaine conférait des droits et des privilèges considérables, mais imposait aussi des devoirs et des... [Lire la suite]
27 juin 2020

de LUSIGNAN comte d’EU, seigneur d'Issoudun Seigneur de la châtellenie de Benet, Fontblanche, Melle, Civray, Chizé, la Mothe

Raoul de LUSIGNAN, seigneur d'Issoudun, de Melle et de Civray…..  était le sixième fils de Hugues VIII de Lusignan et de Bourgogne de Rancon de Taillebourg (la  plus belle lignée qui jamais était sortie de notre terre poitevine.) Tandis que ses frères Geoffroy, Amaury et Guy allaient conquérir des couronnes en Orient, Raoul, non moins heureux, acquérait sans s'expatrier le comté d'Eu en épousant Alix, soeur du dernier comte d'Eu, appelé Raoul Ier. Lusignan se fit reconnaître sous le nom de Raoul II en 1126. Son... [Lire la suite]
23 juin 2020

Légende historique du Miracle des Clefs de Notre-Dame de Poitiers

L'influence d'Aliénor d'Aquitaine, fille et héritière des anciens comtes nationaux, fut plus puissante que les armes pour ramener la soumission du Poitou et affermir le pouvoir des Plantagenets. Elle résidait ordinairement à Poitiers. Pendant l'absence du roi Richard, son fils, en Terre-Sainte (1190), elle veilla avec soin sur ses intérêts. Devenue après sa mort (1199) usufruitière du comté de Poitou, en vertu d'un arrangement intervenu avec son autre fils le roi Jean sans Terre, elle songea à s'attacher par un bienfait tout... [Lire la suite]
22 juin 2020

Légende Lithographique Sceaux du Moyen-âge – Le cheval Normand au Moyen-âge

Chaque pays a la faculté de produire une variété spéciale de végétaux et d'animaux. Tous les peuples de la terre ont remarqué la différence que les influences climatériques et locales impriment à l'espèce chevaline plus qu'à toute autre, dans Son organisation, sa taille, sa conformation, sa prestance, son énergie, sa longévité et Son aptitude au travail. Non-seulement ces modifications se font sentir sur les grandes échelles du monde, du sud au nord, de l'est à l'ouest, de la montagne à la plaine, des terres sablonneuses aux marais... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 12:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
21 juin 2020

En 1179, Richard Cœur de Lion donne l'assaut à la forteresse de Taillebourg et après la victoire ordonne sa destruction.

1173 le comte Richard d’Angleterre (Richard Cœur de Lion) reçoit à Taillebourg de Geoffroy de Rancogne une large hospitalité et un appui contre son père le roi Henri Plantagenet En 1174. — Au printemps, Henri II Plantagenêt, à la tête d'une armée de mercenaires, se mit en campagne contre ses fils et ce fut pour lui comme une marche triomphale à travers le Maine et l'Anjou. Pendant ce temps, Richard s'était réfugié dans la forteresse de Taillebourg où son père, n'ayant pas de machine de siège, renonça à le poursuivre et peu de temps... [Lire la suite]

20 juin 2020

Lettres de Sauvegarde Royale de Philippe IV, dit « le Bel » pour l’abbaye de L’Absie et de Nieul sur l’Autize

Le monastère de l'Absie prit rang parmi les abbayes royales au cours de la seconde moitié du XIIe siècle. Les premières lettres de privilèges lui furent octroyées par Eléonore, reine d'Angleterre et duchesse d'Aquitaine, entre 1154 et 1182, et par son fils, Richard Cœur de Lion, de 1182 à 1189 (1).  Le texte de ces lettres ne nous est pas parvenu. Viennent ensuite celles de Philippe VI de mars 1329 (2). Elles accordent la protection royale à l'abbaye et aux religieux de l'Absie, à leurs gens et à leurs biens, et prescrivent... [Lire la suite]
10 juin 2020

Herbadilla - de Noirmoutier au Herbiers sur les traces du fleuve Yprésis

Lorsque Jules-César voulut soumettre les  peuples de l’Armorique,  qui s’étaient  révoltés, et notamment les Venètes, il marcha  d’abord vers Nantes, ville importante par sa position, sur la rive gauche du Liger (la Loire). L’effroi devança la marche rapide des légions Romaines ; une foule de Nantais abandonnèrent leur citè pour se soustraire au joug de vainqueur. Emmenant avec eux leurs femmes et leurs enfants, emportant leurs armes et leurs trésors, ils disent un long adieu à la ville natale, s’enfoncent... [Lire la suite]
06 juin 2020

Chauvigny sur Vienne et les Chauvigny de Chateauroux. Acte d’hommage d’Hardouin X de Maillé, seigneur de la Tour. 2 aout 1503.

En 1189, à Salisbury, Richard Cœur de Lion mariait à l'un de ses plus vaillants compagnons d'armes, André de Chauvigny, sa pupille Denise de Déols, fille de Raoul VII, seigneur de Déols et de Châteauroux. Ainsi commença la seconde maison de Châteauroux dont on connaît l'éclat. André 1er l'époux de Denise de Déols, à sa grande place dans les annales du pays et son histoire est célèbre jusqu'à toucher à la légende.  L'alliance qu'il contracta sous les auspices du roi d'Angleterre indique à elle seule une grande situation... [Lire la suite]
03 juin 2020

Louis de Beauvau seigneur de la Roche-sur-Yon, le pas d’armes de la Bergère et René d'Anjou

Il existait, en Anjou, au milieu du quinzième siècle, une famille illustre, entourée d'une vénération séculaire qui semblait confondre son origine avec celle des Ingelgériens et des Plantagenet. Le château de Beauval, dont le temps efface les dernières ruines, avait donné son nom à ce glorieux rameau, que l'on disait détaché de la tige, sous le règne de Foulques-le-Bon. Plusieurs faits historiques venaient à l'appui de cette tradition constante. Dès 1025, nous voyons les sires de Beauvau prêter hommage à Foulques Nerra, l'épée au... [Lire la suite]