15 août 2021

4 février 1413, Traité d'alliance entre Regnault de Pons et Jacques de Créquy, seigneur d'Heilly, maréchal de Guyenne

Au début de l'année 1413, malgré la paix d'Auxerre qui, le 22 août 1412, a mis provisoirement fin aux querelles entre les Armagnacs et les Bourguignons, les foyers de guerre civile ne sont pas encore, en France, complètement éteints. En outre, sans que la guerre étrangère ait officiellement repris, le pays subit des incursions anglaises. En juin 1412, les princes armagnacs ont appelé les Anglais à leur secours contre les princes bourguignons sous l'influence desquels le roi Charles VI est momentanément tombé. Les Anglais, sous la... [Lire la suite]

23 juillet 2021

Septembre 1214, Traité de Chinon et Parthenay entre Philippe Auguste, roi de France et Jean sans Terre, roi d’Angleterre.

Battu devant la Roche-au-Moine par le prince Louis, le roi Jean sans Terre fut refoulé en Poitou.   Le prince Louis le suivit de près, reprenant toutes ses conquêtes, ravageant la vicomté de Thouars et s'emparant de Moncontour. Lors de la bataille de Bouvines, Philippe Auguste brisa une terrible coalition (Angleterre, Flandre, Allemagne), et remporta une victoire (27 juillet 1214) décisive sur l'empereur germanique Othon IV de Brunswick, allié au roi d'Angleterre Jean sans Terre, et au comte de Flandre Ferrand. Cette... [Lire la suite]
09 avril 2021

1230 Libération de Geoffroy la Grand'Dent et Aimery de Lusignan, faits prisonniers par Pierre de Dreux, Comte de Bretagne

En recherchant les documents historiques qui peuvent s'appliquer à Geoffroy la Grand'Dent, nous en avons trouvé plusieurs qui méritent d'être signalés On voit dans Rymer (Faedera T. 1, p. 313) qu'en 1230, Henri III, roi d'Angleterre, libéra de prison un Geoffroy et un Aimery de Lusignan, tous deux (faits prisonniers par le Comte de Bretagne, agissant pour Henri III) sur la promesse de Geoffroy de livrer ses châteaux de Vouvent et Mervent. Il ne peut s'agir ici que de Geoffroy la Grand'Dent, puisque son père Geoffroy 1er était mort... [Lire la suite]
18 janvier 2021

Mémoire du temps touchant la Pointe du Chapus et son Fort sur le Rocher

La pointe du Chapus, qui formait l'extrémité ouest de la presqu’île de Marennes, était l'aboutissement d'une antique voie romaine. Cette voie reliait Marennes à Saintes (Mediolanum Santonum), alors capitale de la Gaule Aquitaine, et se prolongeait à l’actuelle pointe, où existait une liaison vers l'île d'Oléron.  C'est à cette époque que le village du Chapus apparut au fond d'une petite baie, c'était alors un village de pécheurs et de sauniers.  Les romains installèrent de plus les premières exploitations d'huîtres,... [Lire la suite]
14 avril 2020

Brigandage en Poitou de Guillaume l'Archevêque, seigneur de Parthenay et Hugues de la Marche, comte de Lusignan.

Henri III d’Angleterre fils du roi Jean sans Terre d'Angleterre et d'Isabelle d'Angoulême monta sur le trône en 1216 à l'âge de neuf ans. Le début de son règne fut dominé par ses conseillers Hubert de Burgh et Pierre des Roches.  Comme le roi était encore jeune, la régence échut au comte de Pembroke (1216-1232). Le Poitou convoitée par le roi de France et que ne pouvait défendre le roi d'Angleterre, trop occupé dans son île à résister à ses barons. La sécurité n'existait donc nulle part ; Guillaume l'Archevêque, seigneur de... [Lire la suite]
03 avril 2020

Chronologie Historique des Comtes de la MARCHE - Liste des comtes de la Marche

La Marche, bornée au septentrion par le Berri, à l'orient par l'Auvergne, à l'occident par le Poitou et l'Angoumois, au midi par le Limousin, tire son nom de sa situation, qui la rend limitrophe du Poitou et du Berri. On la nomme aussi Marche Limousine, parce qu'avant le milieu du dixième siècle, elle faisait partie du Limousin. Cette province se divisait en haute et basse Marches, dont la première avait pour capitale Guéret, et la seconde Bellac. Ces deux parties, dans les commencements, eurent quelquefois chacune leur comte... [Lire la suite]

12 mars 2020

Le Château féodal de CLÉREMBAUD, de Saint Pompain - Bertrand du Guesclin à la conquête Bas-Poitou

M. Lièvre  signale la voie gallo-romaine de Rom à la mer par la Villedieu, Saint-Maxire, Pompain, Fontenay le Comte où elle recevait la voie venant de Limonum (Poitiers) ; de là, par Petosse, Mareuil, la Motte-Achard, la voie se dirigeait sur Saint-Gilles-sur-Vie où elle disparaît aujourd'hui en mer. Bertrand du Guesclin, le vainqueur des Anglais est passé à Saint-Pompain, avec les ducs du Berry, de Bourgogne, le comte de la Marche et la chevalerie française ; après la prise du château de Saint-Maixent, il se dirigea sur... [Lire la suite]
23 janvier 2020

L’ancien hôpital des Pèlerins de Pons

Après Mediolanum Santonum, Pons fut le plus important centre routier du pays des Santons. Passaient ou arrivaient en cet endroit la grande route de Tours-Poitiers-Saintes-Bordeaux, celle de Saintes-Pons-Aubeterre et peut-être Cahors, celle de yillebois-Lavalette-Blanzaç-Bai-bezieux-Archiac-Pons, omise dans nos précédentes études et dont nous ne connaissons pas davantage l'itinéraire à l'est, celle, moins importante, de Pons à Conac, celle de Pons-Gemozac-Cravans-Aurenne-La Sauveté-Meursac-le, village de Toulon près duquel se... [Lire la suite]
23 janvier 2020

Le pèlerinage de Saint-Jacques – Des voies romaines aux routes Royales qui menaient à Compostelle

A partir du IXe siècle, commence la coutume des pèlerinages. On en compte plusieurs qui se dirigent les uns sur Rome (tombeau de l'apôtre Pierre) ou sur Jérusalem (Saint-Sépulcre), les autres sur Compostelle en Gallice (tombeau de Jacques le Majeur). Mais le pèlerinage le plus célèbre est celui de Saint-Jacques.  « Roumieux », ceux qui vont à. Rome; « Paulmiers », ceux de Jérusalem; « Pèlerins » (pèlerins par excellence), ceux de Compostelle. Les routes qui menaient à Compostelle étaient au nombre de quatre : 1° La route... [Lire la suite]
19 janvier 2020

Agrippa d’Aubigné de Pons (Poitou-Charentes)

À 9 ans, son père lui fait jurer de venger les huguenots décapités. Dès lors, il n’aura de cesse de combattre pour ses idées. La ville de Pons n'échappe pas aux affres des guerres de religion qui commencent en mars 1562 avec le massacre de Wassy et dont les répercussions en Aunis et en Saintonge ont été particulièrement dramatiques. Durant toute la période des guerres de religion, la ville, patrie du chef protestant et poète Agrippa d'Aubigné, est plusieurs fois assiégée. En 1568, au terme d'un siège sanglant de Pons par les... [Lire la suite]