12 septembre 2021

Niort 1141, Charte de Louis VII accordant sur demande d'Aliénor d’Aquitaine, le statut d'Abbaye Royale de Nieul sur l'Autize

Ce fut sur la demande d'Aliénor d’Aquitaine, à cette époque reine de France, et sur ses instances en faveur de l'abbaye si chère à sa mère, que Louis VII voulut bien accorder au monastère de Saint-Vincent de nouvelles garanties. Il le confirma d'une façon spéciale dans la possession de toutes les choses qu'il avait reçues, de tout ce que les chanoines lui avaient laissé, dans tout ce que les comtes du Poitou lui avaient légué; « nous prenons, dit la charte donnée à Niort en 1141, les chanoines eux-mêmes et tous leurs biens sous... [Lire la suite]

10 septembre 2021

L'histoire du Poitou, Le domaine seigneurial d'Oulmes et son église (Rives-d’Autise); la commanderie de Cenan

Le bourg d'Oulmes (1) fait partie (comme celui de Nieul dont il est distant de deux kilomètres environ) du canton de Saint-Hilaire-des-Loges. Il est situé sur la grande route de Niort à Fontenay, et desservi par la même station de chemin de fer que Nieul.   Son commerce, qui est très considérable, consiste en céréales, en bestiaux, en jardinage. Il s'y tient neuf foires par an, dont l'une est la plus importante foire de mules de toute la Vendée. La commune d'Oulmes appartient à la Plaine. Mais à peu de distance (sur la... [Lire la suite]
31 août 2021

Histoire et fouilles archéologiques, sur le site de la forteresse médiévale du Breuil-Bertin ( Motte Castrale)

La première partie de cette étude, qui est loin d'épuiser le sujet, rassemble, pour la première fois, ce que nous savons actuellement du Breuil-Bertin, de la famille Bertin, de la seigneurie et de la forteresse. La seconde partie rend compte des fouilles archéologiques pratiquées sur le site du château féodal du Breuil-Bertin de 1964 à 1972.   I. LE BREUIL BERTIN SITUATION ET ENVIRONNEMENT Un breuil, dans la langue celtique, c'est un bois taillis (1). Plusieurs localités (2) et de nombreux lieux-dits appelés Breuil ou le... [Lire la suite]
14 février 2021

1411, l’évêque de Maillezais Jean le Masle poursuivait au Parlement Maurice de Volvire, seigneur de Nieul-sur-l'Autize

En 1380, un nouveau nom vient s'ajouter à la liste des évêques c'est un autre Jean qui préside à la somptueuse cathédrale, qui trône dans le magnifique sanctuaire mais pour lui, comme pour ses prédécesseurs, notre plume ira vite, car il est passé sur la terre du Poitou sans y laisser de traces (a). Pierre de Thury, l'ancien custode de l'Eglise de Lyon, était évêque de Maillezais en 1382. Après avoir reçu cette dignité au temps où il était maître des requêtes à la cour du roi Charles VI, il fut t'un des ambassadeurs de la France... [Lire la suite]
10 novembre 2020

Belleville sur Vie - Précis Historique sur l’ancienne église romane et du Bréviaire de Jeanne de Belleville

L’ancienne église de Belleville, dont on n'a pu sauver que les parties les plus intéressantes, consistant dans le portail extérieur et la première travée de sa nef, de l'imminente destruction dont elle était totalement menacée, présente, pour ce qui en reste debout tous les caractères de l'architecture de la fin du XIIe siècle ou du commencement du XIIIe. On y voit encore l'un des plus curieux et rares monuments de l'époque transitoire du roman au gothique, qu'on ait en Vendée.  C'était primitivement la chapelle d'un prieuré... [Lire la suite]
09 octobre 2020

Portereaux, les portes du Marais Poitevin face à la mer- Porte du canal du Clain ou des Grands Greniers

 Afin de réglementer le cours de l'eau dans les achenaux, on se servait de portes mobiles qui affectaient probablement la forme d'une vanne qu'on abaissait ou qu'on relevait pour fermer ou ouvrir le passage. Chaque canal possède à son embouchure une porte ou écluse, ouvrage en maçonnerie et en bois dont l’existence est attestée dès le Moyen Âge : en 1217 déjà, une telle porte (ou « portereau » - porterellumen latin) est mentionnée dans l’acte d’autorisation de creusement du canal des Cinq-Abbés, accordée par... [Lire la suite]

06 octobre 2020

Voyage à l’origine du marais Poitevin - Dessèchement des marais aux XIIe et XIIIe siècles

Une trentaine d'abbayes possédaient des biens aux XIIe et XIIIe siècles, dans le marais. Quatre d'entre elles s'étaient même fixées sur des îles au cœur du pays Pictons : c'étaient les puissantes abbayes de Saint-Pierre de Maillezais et de Saint-Michel-en-l'Herm, et, plus modestes, celles de Notre-Dame de Moreilles et de la Grâce-Notre-Dame de Charron.     D'autres s'étaient établies sur les côtes dans le voisinage immédiat du marais, comme, en Aunis, les abbayes de la Grâce-Dieu et de Saint-Léonard-des-Chaumes, ou, en... [Lire la suite]
21 août 2020

Le 28 janvier 1599, Pierre Brisson, sénéchal de Fontenay-le-Comte, déplore les destructions dans le golfe du Poitou.

 François 1er avait érigé par son édit de 1544, le siège particulier de Fontenay en comté et sénéchaussée, pour être l’état de sénéchal tenu de robe longue et avoir connaissance de toute matière civile, criminel et politique. Michel Tiraqueau, qui était lieutenant au siège de Fontenay, fut pourvu de l’office de sénéchal qu’il réunit à celui de lieutenant. A sa mort son office de sénéchal demeura éteint et supprimé, suivant l’ordonnance d’Orléans. En 1576, Henri III rétablit l’office de sénéchal de Fontenay, Pierre Brisson... [Lire la suite]
10 août 2020

Les auteurs du dessèchement du Marais Poitevin, Rôle des religieux, Rôle des seigneurs, Rôle des paysans.

Nous venons de passer en revue l'histoire des dessèchements opérés dans les marais de la Sèvre et du Lay du Xe à la fin du XVIe siècle. Cette esquisse rapide demande à être complétée par quelques détails sur les dessiccateurs eux-mêmes, et sur les conditions de groupement ou d'entreprise individuelle qui ont présidé à leurs travaux. Pour concevoir et mener à bien une œuvre aussi vaste que celle des dessèchements, il fallait une association puissamment organisée, et disposant de capitaux considérables. Au XIIIe siècle, les seigneurs... [Lire la suite]
07 août 2020

Le Marais Poitevin sous les Plantagenêt (Time Travel - Golfe des Pictons)

En face de l'île de Ré, s'étendait jadis un large golfe d'une ouverture d'environ trente kilomètres et dont il est facile de suivre les contours dans les trois départements de la Vendée, des Deux-Sèvres et de la Charente- Inférieure (Charente- Maritime) D'une forme allongée, découpé par une quantité de petites baies étroites, il avait son sommet près de la ville de Niort, à l'embouchure de la Sèvre. D'autres fleuves côtiers l'alimentaient, l'Autise, la Vendée, le Mignon et le Lay (1) ; deux promontoires, celui de Saint Denis du... [Lire la suite]