Armes des Comtes des Roches-Baritaud D'argent, à la fasce de sable, surmontée de trois merlettes du même

La Maison de Beauharnais est issue de Guillaume de Beauharnais, seigneur de Mirmion et de La Chaussée, marié, le 20 janvier 1390, à Marguerite de Bourges. C'est à ce seigneur que remonte la généalogie de cette Maison, qui, en 1764, était représentée par deux frères : FRANÇOIS et CLAUDE.

CLAUDE DE BEAUHARNAIS, COMTE DES ROCHES-BARITAUD, qui forme la seconde branche.

FRANÇOIS DE BEAUHARNAIS, gouverneur et lieutenant-général pour le roi, à la Martinique, chevalier de Saint-Louis, et qualifié de haut et puissant Seigneur, naquit à La Rochelle, le 8 février 1714.

Il obtint du roi, en juillet 1756, des lettres-patentes qui érigeaient en marquisat la châtellenie de La Ferté-Aurin, sous la dénomination de La Ferté-Beauharnais. Il était, à cette époque, chef d'escadre des armées navales.

 Il eut, de son mariage, deux fils.

Le premier, FRANÇOIS, marquis DE BEAUHARNAIS, député aux États-généraux en 1789, ambassadeur en Italie et en Espagne sous Napoléon, lieutenant-général sous la Restauration, mort sans postérité mâle; épousa : 1° MARIE-FRANÇOISE DE BEAUHARNAIS, sa cousine germaine ; 2° la baronne DE COHAUSEN.

Du premier lit :

EMILIE-LOUISE DE BEAUHARNAIS, mariée, en 1798, au comte de Lavalette, ancien aide de camp de Napoléon, Conseiller d'État directeur général des postes. Condamné à mort, le 24 novembre 1815, et sauvé par sa femme la veille de l'exécution.

Du second lit :

1° AUGUSTE-EUGÉNIE-FRANÇOISE, COMTESSE DE BEAUHARNAIS, dame chanoinesse du Chapitre royal de Bavière, décédée à Paris en 1831 ;

2° HORTENSE-LOUISE-FRANÇOISE, MARQUISE DE BEAUHARNAIS, dame chanoinesse du Chapitre royal de Munich, née en 1812; veuve, le 24 juin 1846, de Henri-Sigefroid-Richard, comte de Querelles; remariée, en 1848, à François-Armand-Rupert Laity, ancien élève de l'École polytechnique, qui fut, en 1849, officier d'ordonnance du Président de la République, actuellement Sénateur.

Alexandre, vicomte DE BEAUHARNAIS, frère puîné du précédent, nommé député par la noblesse de Blois, en 1789, fut victime des fureurs du Tribunal Révolutionnaire, le 24 juillet 1794.

Il avait épousé MARIE-ROSE-JOSÈPHINE TASCHER DE LA PAGERIE, née à la Martinique, le 24 juin 1763 ; remariée à Napoléon Bonaparte, le 8 mars 1796; morte à la Malmaison, Impératrice des Français, le 29 mai 1814.

Le vicomte laissa deux enfants de son mariage avec Joséphine Tascher de la Pagerie : EUGÈNE DE BEAUHARNAIS, né le 3 septembre 1780; la REINE HORTENSE, née le 10 avril 1783; morte en Suisse, le 3 octobre 1837.

EUGÈNE DE BEAUHARNAIS fut adopté par Napoléon Ier, qui le nomma vice-roi d'Italie, Prince de Venise et grand-duc héréditaire de Francfort.

Eugène épousa la fille du roi Maximilien de Bavière. En 1817, le roi, son beau-père, lui conféra, avec le titre de Duc de Leuchtenberg et de Prince d'Eichstaedt, celui d'Altesse Royale.

Par ordre du roi de Bavière, la maison d'Eugène de Beauharnais fut reconnue la première maison princière de la monarchie bavaroise. L'acte qui lui confère ce droit porte : que les honneurs et privilèges attachés aux titres de due de Leuchtenberg et de prince d'Eichstaedt appartiendront à perpétuité à sa descendance.

Par un autre acte, en date de 1818, Eugène de Beauharnais fut élevé à la dignité, ainsi que ses descendants, de premier Pair héréditaire (Reichsrathe) de la Couronne de Bavière.

I. LEUCHTENBERG.

1° AUGUSTE-CHARLES-EUGÈNE, Prince de d'Eisehtoedt et Duc de Leuchtenberg, né le 9 décembre 1810; marié, le 26 janvier 1835, a la reine de Portugal, Dona Maria da Gloria; décédé à Lisbonne la même année, sans postérité.

2° MAXIMILLEN-JOSEPH-EUGÈNE-AUGUSTE DE BEAUHARNAIS, Duc de Leuchtenberg et Prince d'Eichstaedt, né le 10 octobre 1817, lieutenant-général au service de Russie, commandant la première, division de cavalerie légère de la garde, titré, depuis son mariage, ALTESSE IMPÉRIALE; marié, le 14 juillet 1839, à MARIE NICOLAEWNA, grande-duchesse, fille aînée de l'empereur de Russie, née le 18 août 1819, Duchesse de Leuchtenberg et Princesse d'Eichstaedt.

De ce mariage : 1° NICOLAS-MAXIMILTANOWITCH, né le 4 août 1843, titré par un ukase : ALTESSE IMPÉRIALE; — 2° EUGÈNEMAXLMILIANOWITCH, né le 17 février 1847; — 3° SÈRGE-MAXIMILIANOWITGH, né le 20 décembre 1849; — 4° MARTE-MAXIMILIANOWNA, Princesse de Leuchtenberg, née le 16 octobre 1841, titrée par un ukase : ALTESSE IMPÉRIALE; - 5° EUGÉNIE-MAXIMILIANWNA, née le 1er avril 1845.

SOEURS DU DUC:

1° JOSÉPHINE-MAXIMILIENNE-EUGÉNIE, née le 14 mars 1807; mariée le 19 juin 1823. (Reine de Suède.) — 2° AMÉLIE, née le 31 juillet 1812; mariée, le 2 août 1829, à don Pedro, empereur du Brésil; veuve le 24 septembre 1834; — 3° THÉODELINDELOUISE-EUGÉNIE-NAPOLEONE, née le 13 avril 1814; mariée, le 8 février 1841, à Guillaume, comte de Wurtemberg.

MÈRE DU DUC DE LEUCHTENBERG.

(Épouse d'Eugène de Beauharnais).

AUGUSTE-AMÉLIE, duchesse douairière, née le 21 juin 1788, fille de feu Maximilien-Joseph, roi de Bavière; mariée, le 13 janvier 1806, au Prince Eugène de Beauharnais; veuve le 21 février 1824.

Armes des Ducs de Leuchtenberg : D'argent, à la face d'azur.

 

 

SECONDE BRANCHE, DITE DES COMTES DES ROCHES-BARITAUD.

CLAUDE DE BEAUHARNAIS Ier du nom de cette branche, COMTE DES ROCHES-BARITAUD, né à Rochefort, le 16 janvier 1717, qualifié haut et puissant seigneur dans les actes qui le concernent, chevalier de Saint-Louis et capitaine de vaisseau, obtint du roi des lettres-patentes, en date du mois de juin 1759, portant érection de la châtellenie des Roches-Baritaud en comté.

Il mourut chef d'escadre, et avait épousé, le 1er mars 1753, MARIE-ANNE-FRANÇOISE MOUCHARD DE CHABAN, connue dans le inonde littéraire sous le nom de COMTESSE FANNY DE BEAUHARNAIS.

1° CLAUDE DE BEAUHARNAIS II;

2° MARIE-FRANÇOISE, première femme du MARQUIS FRANÇOIS DE BEAUHARNAIS ;

3° ANNE-AMÉDÉE, mariée le 21 août 1781, à ANDRÉ-HORACEFRANÇOIS, MARQUIS DE BARRAL, maréchal des camps et armées du roi. Dont deux fils :

 

CLAUDE DE BEAUHARNAIS IIe du nom, COMTE DES ROCHES-BARITAUD,

né à La Rochelle, le 26 septembre 1756, membre du Sénat, comte de l'Empire, Chevalier d'honneur de l'Impératrice Marie-Louise, grand officier de la Légion-d'Honneur, chevalier de Saint-Louis ; créé Pair de France par Louis XVIII. Mort le 10 janvier 1819, sans postérité mâle. Avait épousé :

1° CLAUDE-FRANÇOISE-GABRIELLE-ADRIENNE DE LEZAY-MARNEZIA;

2° MADEMOISELLE FORTIN, fille de M. Fortin, ancien capitaine de cavalerie, puis mousquetaire du roi, chevalier de Saint-Louis.

Du premier lit :

STÉPHANIE-LOUISE-ADRIENNE DE BEAUHARNAIS, grande -duchesse de Bade.

Du second lit :

JOSÉPHINE-DÉSIRÉE DE BEAUHARNAIS, mariée, le 7 novembre 1832, à ADRIEN-HIPPOLYTE, MARQUIS DE QUIQUERAN-BEAUJEU, ancien capitaine de cavalerie, issu d'une maison des plus distinguées de Provence ; mentionnée par les historiens de Provence et du Comtat Venaissin, comme ayant été décorée des premières charges de l'État à la cour des rois de Naples et comtes de Provence des deux maisons d'Anjou.

La maison de QUIQUERAN-BEAUJEU a donné à l'Ordre de Malte, un Grand-Prieur de Saint-Gilles, plusieurs Commandeurs et Chevaliers.

 

Armes des Comtes des Roches-Baritaud :

D'argent, à la fasce de sable, surmontée de trois merlettes du même.

Devise :

Aultre ne sers.

 

 

 La famille impériale : histoire de la famille Bonaparte depuis son origine jusqu'en 1860 par D.-L. Ambrosini et Adolphe Huard

 

 

Château des Roches-Baritaud - L’impératrice Joséphine et la famille de Beauharnais <==.... ....==>