Radegonde menée auprès de Clotaire - Radegonde de Poitiers — Wikipédia

Voici le fait tel qu'il est raconté dans les œuvres du vénérable Hildebert, archevêque de Tours en 1134 et auteur d'une vie de sainte Radégonde :


"La bienheureuse Radégonde ayant quitté la cour de son époux, fut consacrée au Seigneur parsaint Médard, évêque de Noyon, et se réfugia à la villa de Saix, en Poitou, qu'elle avait reçue du roi.
On vint lui annoncer que Clotaire s'était mis en route pour la chercher, la ramener dans son palais et la reprendre en qualité d'épouse. Alors elle s'enfuit. Dans sa course précipitée, et sur le point d'être prise par ceux qui la poursuivaient, elle rencontra un paysan occupé à semer de l'avoine. "Mon bon
frère, lui dit-elle, lorsque quelqu'un vous interrogera et voudra savoir de vous si la reine a passé par ce chemin, vous répondrez conformément à la vérité : "Personne n'a passé depuis que j'ai semé".

- Le paysan promit de se rendre aux désirs de l'étrangère, et aussitôt l'avoine se mit à croître à une telle hauteur que la sainte put s'y dérober à tous les regards.

Le roi arriva bientôt après, et ayant interrogé le laboureur, il en reçut la réponse dictée par Radégonde. Clotaire, tournant alors les yeux vers le champ, vit le prodige, y reconnut la main du Dieu tout puissant et s'en retourna sur ses pas".

La légende dit qu’une  chapelle fut bâtie à l’endroit même du miracle.

Chapelle Sainte Radégonde, le miracle des avoines - Saix Poitou Charente

Peu après, Radegonde part pour Arles avec la religieuse Agnès et, fort probablement, le poète sacré Venance Fortunat. Là, elle vit quelque temps dans la communauté réglée par la sainte abbesse Liliola.

Radegonde, éprouve la crainte que le roi Clotaire vienne la récupérer, écrit à l'évêque Germain pour le prier de dissuader le roi Clotaire d'un tel projet. L'évêque Germain s'entremet donc, obtient du roi une amiable répudiation de la reine Radegonde et court à Poitiers lui porter cette nouvelle.

Radegonde, entre temps, a en effet quitté Arles en apportant à Poitiers la règle monastique de saint Césaire et de sa soeur, sainte Césarie, observée par les moniales d'Arles. Hildebert, dans sa Vie de sainte Radegonde raconte comment, dans son monastère poitevin, Radegonde accueille Germain "comme si elle recevait le Christ en personne".

Abbaye Sainte-Croix, La Cossonnière, 86280 Saint-Benoît

Le 25 octobre en l'an 552-553 est marqué par la fondation du monastère royal Notre-Dame de Poitiers;

Quand le monastère fut prêt, Radegonde y entra avec un essaim déjà nombreux de religieuses, à la tête desquelles elle mit l'abbesse Agnès, refusant pour elle-même la dignité de supérieure ; le couvent, qui prit le nom de Sainte-Croix après la réception de la relique de la vraie Croix en 567, fut, pour assurer sa stabilité, soumis à la règle de saint Césaire, que la fondatrice et Agnès allèrent étudier sous la conduite de l'abbesse d'Arles.

Plusieurs jeunes filles de la cour et de la noblesse franque l’y rejoignent. (Saint Pient évêque de Poitiers prêta son concours avant son naufrage)

 

Après la mort de Clotaire, Radegonde fit confirmer son monastère par le concile local de Tours en 566.

Elle obtint de Justin, empereur de Constantinople, de nombreuses reliques, dont une partie de la vraie croix. Le monastère prit le nom de Sainte-Croix.

C’est là qu’elle meurt, le 13 août 587 ; le monastère comptait déjà plus de deux cents religieuses.

Ses funérailles furent célébrées par Grégoire de Tours

Elle avait demandée à reposer dans l’église qu’elle a fait construire de Sainte-Marie-Hors-les-Murs. Son vœu sera exaucé, elle fut ensevelie dans l’église Ste Marie, devenue l’actuelle église Ste Radegonde, à Poitiers qui garde son tombeau.


Son culte gagne vite la France entière, et de nombreuses églises ou chapelles l’ont choisie comme patronne !

Il y a 9 communes en France à porter le nom de Ste Radegonde. Elles se situent dans les départements d'Aveyron, de Charente-Maritime, Dordogne, Gers, Gironde, Saône et Loire, Deux Sèvres, Vendée et Vienne. Quatre autres au moins ont été précédemment rattachées ; l'une à Péronne, une autre à Tours, la 3ème à Baignes, la 4ème à Marsais.

 

reportage sainte radegonde de Poitiers

 

Abbaye de Bénédictines fondée vers 552 par sainte Radegonde, d'abord sous le vocable de Notre-Dame, puis de Sainte-Croix à partir de 569. - Après la Règle de Saint-Césaire rapportée d’Arles par Radegonde, la communauté adopte assez vite la Règle de saint Benoît. Le monastère fut détruit pendant la  Révolution et  les religieuses s'installèrent non loin de leur ancienne abbaye. Il ne subsiste que les soubassements des murs de l'église Sainte-Croix retrouvés au cours des fouilles, la chapelle et la cellule de Radegonde reconstituées au début du XXème siècle. La communauté fut transférée en 1965 à Saint-Benoît. - L'ancienne abbaye de Poitiers est devenue le musée Sainte-Croix.

 

Évocation de Sainte-Radegonde, patronne de Poitiers, morte le 13 août 587 Princesse Thuringienne puis reine de Francs après son mariage avec Clotaire 1er, elle se retire à Poitiers où elle fonde le monastère Notre-Dame. Sa cellule de prière existe toujours rue des Carolus. À l'occasion de l'anniversaire de sa mort, elle est exceptionnellement ouverte pendant 2 jours

Précédent <==.... 2 ....==> Suite