DSC_0345

La journée des Harengs, également bataille des harengs ou bataille de Rouvray, est une bataille qui se déroula sur la commune de Rouvray Saint Denis (40 km au nord d'Orléans) le 12 février 1429.

Dans le cadre du siège de la ville d’Orléans (12/10/1428 au 7/5/1429). Les anglo-normands qui assiégeaient la cité devaient être ravitaillés en nourriture, munitions et autres. Des capitaines, avec leur troupe, étaient réquisitionnés pour escorter ces convois. Voici l’histoire de celui-ci.

Les troupes anglo-normandes assiégeaient la ville d’Orléans depuis la mi-octobre 1428.

Thomas Montagu, comte de Salisbury, chef suprême de l’armée anglaise, avant qu’il ne soit tué à la bastide du pont d’Orléans (les Tourelles), avait laissé des garnisons dans les principales villes de la Beauce.

Il fallait fréquemment ravitailler les hommes stationnés au siège en vivres, armes, munitions et denrées diverses, ainsi qu’acheminer les sommes pour les soldes.
Ce n’était pas une mince affaire, et cela nécessitait une importante organisation et une forte logistique pour mener à bien ces ravitaillements.

On formait des convois à partir de Paris, et les habitants de cette ville durent souvent se serrer la ceinture pour fournir des marchandises en quantité, qui prendraient le chemin d’Orléans. Une kyrielle de chariots traversaient la Beauce, tirés par des boeufs, remplis des produits et fournitures nécessaires : nourriture et ravitaillements divers, vin, boulets, poudres, traits et flèches... et aussi des porcs et des moutons qui suivaient tant bien que mal les véhicules.

C’étaient 5 ou 600 chariots, lourdement chargés, qui défilaient l’un derrière l’autre, à petite vitesse, s’étirant sur des centaines de mètres, roulant sur des chemins la plupart du temps en mauvais état, et qui mettaient plusieurs jours pour franchir la distance entre Paris et Orléans.....

La " bataille des Harengs " - 13/2/1429 - Rouvray-Saint-Denis

Les troupes anglo-normandes assiégeaient la ville d'Orléans depuis la mi-octobre 1428. Thomas Montagu, comte de Salisbury, chef suprême de l'armée anglaise, avant qu'il ne soit tué à la bastide du pont d'Orléans (les Tourelles), avait laissé des garnisons dans les principales villes de la Beauce.

http://www.histoire-genealogie.com

DSC_0757

Les forces franco-écossaises comptaient de 3000 à 4000 hommes tandis que les Anglais comptaient environ 1500 hommes dans leurs rangs. Les Anglais avaient mis les chariots en position défensive et avaient dressé des pics pour empêcher la cavalerie de charger efficacement.

Les Français entamèrent les hostilités en utilisant l’artillerie. Les Écossais se jetèrent contre les fortifications anglaises. Les Français, par peur de toucher les Écossais, firent alors stopper les canons. Les Écossais, peu protégés, subirent de lourdes pertes, principalement à cause des archers et des arbalétriers anglais. Les Anglais, constatant que les Français tardent à attaquer, décident de mener une contre attaque. Ils sortent alors de leur retranchement et mettent en déroute les Français et les Écossais. Il y eut bien une légère riposte de La Hire et de Jean Poton de Xaintrailles, mais bien qu’ils eussent fait plusieurs tués, ils abandonnèrent eux aussi la lutte....

12 février 1429, la bataille des Harengs

La bataille des harengs (appelée également bataille de Rouvray ou journée des harengs) est une bataille qui se déroula sur la commune de Rouvray Saint Denis (non loin d'Orléans) le 12 février 1429. Elle fut appelée ainsi car le convoi anglais attaqué par les Français transportait du poisson et autres victuailles destinés à être consommés pendant le carême.

http://www.leschardons.fr

 Domination des Anglais en France.— Traité de Troyes. <==.... ....==> État du royaume de France en 1429, la Porte de France Vaucouleurs