Le SERPENT (Instrument) Moine abbaye de Maillezais

Le SERPENT est l'un des cuivres en bois (alors que des certains bois sont en cuivre). Avec son embouchure de tuba et ses trous de flûte à bec, il accompagne depuis 1590 les chorales paroissiales où sa sonorité profonde, proche de l'orgue, est appréciée. Au 18ème siècle, les fanfares militaires l'adoptèrent, mais il fut peu à peu remplacé par des cuivres à pistons......http://www.instrumentsdumonde.fr/instrument/158-Serpent.html

A la cathédrale d'Orléans, le « sonneur de serpent » était « M[aîtr]e Henri Malis, choriste ». Dans Histoire d'une église : Monographie Historique et descriptive de l'Église Bénédictine de Saint-Seine-l'Abbaye, par Henri Chabeuf, le serpent est cité, à propos de la cérémonie des 5 et 6 septembre 1650, au cours de laquelle les reliques de Saint-Seine furent transférées dans une nouvelle chasse. Il est dit alors : « La musique de la Sainte Chapelle de Dijon, composée de seize voix, deux serpents et un cornet, était placée sur le jubé », etc...

Le serpent a longtemps accompagné le chant liturgique et le chœur dont il renforçait la partie grave lors des offices religieux. Il fut donc, pendant plus de deux siècles, essentiellement voué au soutien des formations vocales religieuses. Pour cela, il restera un des instruments principaux à l'église jusque vers 1830, époque où il fut petit à petit remplacé par d'autres instruments, d'abord par l'ophicléide puis par l'orgue (jusqu'au milieu du XIXe siècle et au-delà, l'orgue n'accompagnait pas le chant mais dialoguait avec lui ou jouait seul)..

Le SERPENT (Instrument) Moine abbaye de Maillezais

Le SERPENT est l'un des cuivres en bois (alors que des certains bois sont en cuivre). Avec son embouchure de tuba et ses...

Posté par P'Hystorique sur dimanche 7 février 2016