08 octobre 2020

Les anciennes voies de communications dans le Marais Poitevin

Les droits seigneuriaux levés sur les voies publiques reposaient sur le même principe d'entretien. C'est pour subvenir aux frais des réparations qu'on levait un péage permanent (1) ou temporaire (2) sur les chaussées, les bots et les ponts, et qu'on percevait un droit de passage sur les rivières où un bac se tenait constamment à la disposition des voyageurs (3).   Dans le dédale de chaussées, de digues et de bots qui servaient à la circulation, il est difficile de retrouver le tracé des chemins de grande communication qui... [Lire la suite]

06 octobre 2020

Voyage à l’origine du marais Poitevin - Dessèchement des marais aux XIIe et XIIIe siècles

Une trentaine d'abbayes possédaient des biens aux XIIe et XIIIe siècles, dans le marais. Quatre d'entre elles s'étaient même fixées sur des îles au cœur du pays Pictons : c'étaient les puissantes abbayes de Saint-Pierre de Maillezais et de Saint-Michel-en-l'Herm, et, plus modestes, celles de Notre-Dame de Moreilles et de la Grâce-Notre-Dame de Charron.     D'autres s'étaient établies sur les côtes dans le voisinage immédiat du marais, comme, en Aunis, les abbayes de la Grâce-Dieu et de Saint-Léonard-des-Chaumes, ou, en... [Lire la suite]
05 septembre 2020

Time Travel 1642, procès du contrat de baillette - François Brisson, Henri de Béthune évêque de Maillezais, Françoise de Foix

En 1642, François Brisson, président et sénéchal au siège royal de Fontenay le Comte, forma une société (1) Cette société entreprit le desséchement des marais de Vouillé, de Sableau, de Marans, de Vix, de Maillezais (2), de Courdault et de Benet (3). Dans leurs différentes entreprises, ils furent tenus de respecter les propriétés, et ils ne purent en envahir aucune. Le roi leur permit de dessécher; mais il fallut qu’ils traitassent de gré à gré avec les propriétaires. Delà, les traités faits par Brisson avec l'évêque de... [Lire la suite]
01 septembre 2020

Marais Poitevin, l’ancien régime de la propriété.

Le desséchement des marais, comme de juste, eut une influence très marquée sur le régime de la propriété dans les pays où s'exerça l'effort de l'entreprise. A qui allaient appartenir les nouveaux terrains sortis des eaux aux dessiccateurs, aux seigneurs fonciers, ou au roi ? La question était déjà difficile à trancher avant le desséchement. Un principe seul n'était pas douteux les atterrissements appartenaient au roi. Dès le XIe siècle, le problème est implicitement résolu dans la charte de Louis VII époux d'Aliénor concédant aux... [Lire la suite]
28 août 2020

Le Marin du Marais voyage à l’époque du dessèchement des marais par Henri de Béthune, évêque Maillezais (1640)

Henri de Béthune, qui s'était toujours occupé de son diocèse, et qui avait fondé pour lui la congrégation des filles de Sainte-Marie et un collège des Jésuites à Fontenay-le-Comte, n'oublia pas non plus le dessèchement des marais, dont l'origine remonte au douzième siècle. Au quatorzième et au quinzième, les travaux furent interrompus par les guerres avec l'Angleterre, et les eaux reprirent, pour ainsi dire, les terres qui leur avaient été enlevées.  Ce ne fut que vers 1540 que l'on fit quelques travaux dans les environs de... [Lire la suite]
27 août 2020

Urbain VIII accorde le 26 Septembre 1629 à Henri de Béthune, le transfert du siège épiscopal de Maillezais à Fontenay-le-Comte

L'évêché de Maillezais ne pouvait plus exister longtemps comment faire aux jours des solennités avec une cathédrale dévastée ? Le pape Urbain VIII, dans la bulle qu'il accorde le 26 Septembre 1629 à Henri de Béthune, lui recommande la remise en état de la maison épiscopale, autorisant le transfert du siège épiscopal de Maillezais à Fontenay-le-Comte, ainsi que la laïcisation du chapitre de Maillezais.   On songe à l’église de Notre-Dame de Fontenay, pour l'ériger en cathédrale, et l'on cherche une maison convenable pour y... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 août 2020

Pendant la guerre entre le roi Louis XIII et les huguenots, l'évêque HENRY de BETHUNE voit sa cathédrale de Maillezais détruite.

HENRY de BETHUNE Troisième du nom, Abbé de Mauléon et de Cormeri, de la très Noble et très-ancienne Maison de Bethune, qui a porté des Empereurs et des Roys, second fils de Philippe Comte de Selles et de Charrots, Chevalier de l’Ordre, et de Catherine le Bouteiller de Senlis : Née à Rome le mois d’aout l’an 1604. Pendant que son père y était Ambassadeur pour le roi Henri IV auprès de Clément VIII. Nommé dès l’année 1610, grand Aumônier du Duc d’Orléans second fils de ce Roi, fut évêque de Bayonne l’an 1626, et trois ans après... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
24 août 2020

Le 15 octobre 1646, intervenaient les statuts des marais du Petit-Poitou, homologués par arrêt du Parlement du 1er août 1654.

En 1654, une société de propriétaires et de capitalistes entreprit de dessécher toute la partie de ces marais située sur la rive droite de la Sèvre. Pour exécuter cette entreprise, il fallait trouver un moyen de conduire les eaux à la mer par des canaux dont la direction ne pouvait être que de l'est à l'ouest ; et, pour contenir le volume énorme des eaux, il fallait un canal très-large et très-profond, sur une longueur de plus de 30,000 mètres.  La direction de ce canal devait être parallèle au cours de la Sèvre, et par... [Lire la suite]
21 août 2020

C’est en 1599, que HENRI IV nomme un hollandais, Humphrey BRADLEY, Maître des digues et des canaux du Royaume.

Dans les dernières années du XVIe siècle, le calme revenu, on se décida à reprendre l'œuvre abandonnée depuis près de deux siècles et demi. En 1597 Pierre Brisson, sénéchal de Fontenay-le-Comte, procéda à la visite des marais. Puis on mit en demeure les intéressés, parmi lesquels figurait l'abbé de l'Absie, d'exécuter les travaux nécessaires pour la remise en état des canaux et des digues.  Presque tous cherchèrent, sous divers prétextes, à se dérober à leurs obligations. Le pouvoir central dut intervenir. Par deux édits du... [Lire la suite]
21 août 2020

Le 28 janvier 1599, Pierre Brisson, sénéchal de Fontenay-le-Comte, déplore les destructions dans le golfe du Poitou.

 François 1er avait érigé par son édit de 1544, le siège particulier de Fontenay en comté et sénéchaussée, pour être l’état de sénéchal tenu de robe longue et avoir connaissance de toute matière civile, criminel et politique. Michel Tiraqueau, qui était lieutenant au siège de Fontenay, fut pourvu de l’office de sénéchal qu’il réunit à celui de lieutenant. A sa mort son office de sénéchal demeura éteint et supprimé, suivant l’ordonnance d’Orléans. En 1576, Henri III rétablit l’office de sénéchal de Fontenay, Pierre Brisson... [Lire la suite]