09 février 2021

À Rochefort, les représentants Lequinio et Laignelot instaurent en octobre 1793 un tribunal révolutionnaire

Avant la Révolution, « la douceur de vivre » entretenait à Rochefort la facilité des relations et l'aménité des moeurs.  Un des plus grands ingénieurs de la Monarchie, Toufaire, qui, de 1784 à 1789, séjourna dans la cité de Colbert pour y construire le plus fastueux hôpital peut-être de l'ancienne France, a laissé sur la société rochefortaise d'alors des notes où se révèle un monde exquis, que ne brûlent ni nos fièvres, ni nos haines. Dès le lendemain de la mort du Roi, la Convention le charge d'aller républicaniser... [Lire la suite]

08 février 2021

La mémoire des pierres : Menhirs du Château-des-Roches-Baritaud, Ferdinand Bandry et Paul Marchegay

Paul-Alexandre Marchegay naquit tout près d'ici, à Lousigny, commune de Saint-Germain-de-Prinçay, le 10 juillet 1812. En 1823, il obtenait le 2ème prix d'histoire au concours général des collèges de Paris.  Licencié en droit en 1835, puis pensionnaire de l’école des Chartes, il fut reçu archiviste paléographe en 1838 et attaché jusqu'en 1841 aux travaux de la Bibliothèque royale.  Il devint alors archiviste du département de Maine-et-Loire et publia les deux premiers volumes de ses Archives d’Anjou qui, en 1844 et 1850,... [Lire la suite]
07 février 2021

Archéologie : Ruines et légende du château de Bélesbat de la cité engloutie dans le Pagus d'Herbauges.

  A quelques kilomètres du château de Talmont se trouvent deux petits bourgs: Jard et Saint-Vincent, reliés par un territoire auquel on a donné le nom de Bélesbat, c’est-à-dire : Ville de plaisirs. Cette dénomination n’était pas sans fondement, car nul lieu sur terre ne rivalisait avec Bélesbat pour la débauche et le libertinage. Les fêtes s’y renouvelaient sans cesse, et des curieux de tous pays y accouraient en foule. Les orgies succédaient aux orgies, et comme autrefois, les cinq villes coupables, Bélesbat appelait sur elle... [Lire la suite]
07 février 2021

Fontevraud - Chartes en langue latine qu'Aliénor d'Aquitaine, reine d'Angleterre, donna à la Rochelle et à l'Ile d'Oléron

Les chartes latines d'Aliénor d'Aquitaine commençaient ainsi : « Aliénor, par la grâce de Dieu, reine d'Angleterre, duchesse de Normandie et d'Aquitaine, comtesse de Poitou et d'Anjou, aux archevêques, évêques, abbés, comtes, vicomtes, barons, sénéchaux, préposés, baillis et à tous les enfants de notre sainte mère l'Église, tant présents que futurs, auxquels parviendra cette charte, salut » (traduit du latin). Le chartrier de Ré ne possède pas de charte d'Aliénor, car la commune anglaise de l'Ile de Ré ne dura que trois ans,... [Lire la suite]
06 février 2021

A l'époque de Louis XV lorsqu'un vaisseau devait être construit, nous voyons le port Rochefort reprendre vie

L'intendant avait proposé de construire quelques frégates pour employer les bois qui commençaient à arriver. On verrait, dit-il, que le roi veut remplacer quelqu'un des vaisseaux que l'on dépèce. Le conseil de marine préféra deux flûtes; elles furent mises en chantier, et appelées la Seine et la Loire. On dut employer à leur construction le moins de clous possible, et y suppléer par des chevilles de bois. Les bois courbants de Provence qu'on y employa avaient coûté 30 sols le pied cube. Le conseil venait de décider qu'à l'avenir... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 13:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 février 2021

1730 Ordonnance du Roy Louis XV pour l’établissement d’une compagnie de Cadets au Port de Rochefort

Du 27. May 1730.  DE PAR LE ROY: SA MAJESTE estimant necessaire pour le bien de son service, de former dans la discipline militaire de jeunes Gentilshommes, pour les mettre en estat de remplir à l'avenir les emplois qui pourront vaquer dans les Troupes d'Infan­terie qu'Elle entretient aux Colonies, et particulièrement dans celles des Illes de I' Amérique meridionale ;  Elle a jugé que rien n'estoit plus convenable que l'establissement d'une Compagnie de Cadets; et Sa Majesté s'y est d'autant plus volontiers déterminée,... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 février 2021

Henri-François des Herbiers, marquis de l'Estanduère d’Ardelay, commandant de la marine de Rochefort (Portrait)

ARMES : De gueules, à trois fasces d'or. MM. Beauchet-Filleau, dans leur Dictionnaire des familles du Poitou, ont donné une généalogie complète de cette illustre famille, qui remonte aux Croisades et a produit un chef d'escadre célèbre au siècle dernier. Nous compléterons seulement cette généalogie depuis le XVIe degré, avec les renseignements que nous avons recueillis à différentes sources, dans l'intérêt d'une famille alliée.     XVI. Henry-Auguste des Herbiers, chlr, sgr de l'Estanduère et d'Ardelay, nommé... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
05 février 2021

Henri-François des Herbiers, marquis de l'Estenduère en rade de l’Ile d’Aix - Combat naval bataille cap Finistère octobre 1747

En 1747,  les Colonies de l'Amérique manquaient absolument de vivres ; plus de deux cents bâtiments chargés à l'isle d'Aix, étaient destinés pour y porter des provisions; mais on n'osait, sans une forte escorte, les exposer à la merci des Escadres Anglaises qui croisaient dans ces parages, et au milieu desquelles il fallait passer. Comme cette entreprise était des plus périlleuses, le Roi Louis XV qui connaissait l'habileté, la prudence et la valeur de M. de l'Etenduère, ne crut pas pouvoir la confier à un Officier plus... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
02 février 2021

2 et 3 février 1794, Les trois batailles de Chauché ; Charles Sapinaud de La Rairie, Charette et Grignon.

Fuyant les colonnes d'Haxo, Charette est de nouveau attaqué par Joba avec 1 500 hommes et est battu à deux reprises à Saint-Fulgent le 9 janvier et aux Brouzils trois jours plus tard. Légèrement blessé par une balle à l'épaule et n'ayant plus que 400 à 1 000 hommes, il se cache fin janvier au couvent du Val de Morière, à Touvois. Plusieurs fois Charette et les officiers de son état-major vinrent se faire soigner chez les religieuses du Val-Morière. La division du général Grignon occupe alors Saint-Fulgent et Les Essarts. Rescapé... [Lire la suite]
02 février 2021

Ruines du château de l’Etenduère - le 2 février 1794, la colonne infernale d’Amey quitte Les Herbiers et rejoint Cholet

Dans la nuit du 1 er février, il met le feu à la ville et châteaux. Le 24 mars 1794, les officiers municipaux Morel et Carpenty auraient écrit à la Convention nationale que les troupes de Amey, à Montournais et aux Épesses, auraient jetés des femmes et des enfants vivants dans des fours à pain, en guise de distraction:  « A Montournais, aux Epesses et dans plusieurs autres lieux, le général Amey fait allumer les fours et, lorsqu’ils sont bien chauffés, il y jette les femmes et les enfants. » Un autre témoignage... [Lire la suite]
Posté par thierryequinoxe à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,