18 février 1374 Nomination et compte de Regnault Cousseay receveur de Bois- Pouvreau, Sanxay, Cherveux et Saint-Héray

Septembre 1354, Etienne Claveau ou Clavel, capitaine du Bois-Pouvreau. Arch. nat. JJ 82, n° 372, fol. 251.

On lit dans une rémission donnée en octobre 1359, à Etienne Verart, marchand d'Azay, qui s'était mis au service des Anglais à Maillezais, que les habitants de Cherveux (canton de Saint - Maixent, Deux-Sèvres) « le prirent et li toulèrent « son fil et autres choses..., en disant et « à lui imposant que il estoit traîtres, et « le menèrent ou chastel du Bois de Povrea en prison, et li dirent qu'il « auroit la teste copée ». Arch. nat. JJ 90, n° 3o2, fol. 152 v°.

Le château de Bois-Pouvreau fut confié à « Onatequin de More, escuyer », par Amaury IV de Craon, le 24 novembre 1367.

En 1372, le capitaine de ce même château était « Guion de Ballaye ». (Chartrier de Thouars. Fonds Craon.)

Plus sur la terre de Sihecq appartenant au chapitre de Menigoute est dû de rente au maire, pour la nourriture des gagés trente deux boisseaux de froment et trente deux boisseaux de mesture, suivant plusieurs titres.

A la suite de ce paragraphe viennent dans le Trésor de Nyort (1), divers titres, ou extraits de titres qui font l'histoire complète de cette rente dont l'origine est ancienne et curieuse.

Un certain Jean de Guseignes avait levé et reçu plusieurs sommes d'argent de plusieurs taillées qui avaient été ordonnées à Nyort pour la réparation des pavages et murs de ladite ville, et il n'en avait pas rendu compte, soit qu'il fût mort avant de l'avoir pu faire, soit pour toute autre cause.

A quelle époque le fait s'était-il passé? Les titres connus n'en précisent pas absolument la date, mais permettent de le placer au XIIIe siècle, le premier de la commune de Niort.

 Un procès fut intenté par le maire et commun, autrement dit le corps de ville, aux héritiers de Jean de Guseignes par-devant le sénéchal de Poitou.

Il y eut des enquêteurs nommés et lesdits héritiers furent condamnés à payer auxdits maire et commun 450 livres tournois dedans certains termes.

Le jugement portait en outre qu'il y aurait exécution sur leurs biens jusqu'à ladite somme. On fut contraint d'en arriver là; le sénéchal manda à Pierre Angot sergent qu'il procédât à l'exécution, et parce qu'il ne se trouva aucuns biens meubles des dits héritiers sur lesquels il pût faire la dite exécution, le dit sergent mit en vente l’Hébergement du Bois avec toutes ses appartenances, soient bois, terres et autres.

Aucun acheteur ne s'étant présenté, ledit sergent le vendit au procureur de la commune qui était Jean Meschin, pour la somme de 450 livres, à recousse de quarante jours.

 Les quarante jours passés la commune fut mise en possession et en jouit quelque temps. Mais les héritiers de Jean de Guseignes reprirent par violence la terre en question et pendant bien des années la ville fut frustrée du bénéfice de l'arrêt rendu en sa faveur.

 Elle avait, la première fois, plaidé contre Messire Hugues Pouvreau, chevalier, seigneur de Sihecq, héritier, nous ne savons à quel titre, de Jean de Guseignes; elle dut plaider une seconde fois contre Guillaume Pouvreau, écuyer, seigneur de Sihecq, fils et héritier principal dudit Hugues.

Le maire disait contre Guillaume qu'il avait et tenait le dit Hébergement du Bois et appartenances à tort et sans cause, lesquelles choses étaient montrées par le jugement de la cour du dit Mr le sénéchal et concluait qu’il fût condamné à le lui délaisser, ensemble les fruits et levées qu’il en avait fait et son dit père jusqu’à l’estimation de 2000 livres…..lequel Guillaume disait et proposait à ce nom être tenu par plusieurs causes, faits et raisons qu’il déclarait.

Le chiffre de 2000 livres réclamé par le maire, en admettant même qu'il fût exagéré, prouve que la frustration avait duré longtemps.

Ce deuxième procès se termina par une transaction entre le maire Pierre Perceschausses et Guillaume Pouvreau, transaction qui fut signée l'an 1370, le dimanche après la fête de saint Mathieu, et dont voici la teneur :

C’est assavoir que le dit Hébergement du Bois avec ses appartenances sont et demeurent perpétuellement au dit Guillaume et aux siens avec les fruits et levées qui en ont été prises et perçues….et au dit Hébergement et appartenances d’icelui, les d. maire et procureur pour eux et leurs futurs successeurs ont fiat, ordonné, constitué et établi le d. Guillaume Pouvreau pour lui et les siens hoirs et successeurs quelconques, vrai seigneur, propriétaire à perpétuité comme en leur propre chose et domaine.

Et le dit Guillaume Pouvreau, pour lui et les siens hoirs et successeurs, a promis et est tenu rendre et payer perpétuellement au dit maire et à ses futurs successeurs maires de la dite commune, quatre sextier et un prévandier de bled de rente à la mesure de Nyort, chacun an en chacune feste de Saint-Michel ;

 c’est assavoir deux sextiers et un prévandier de seigle ou de mesture valant seigle, bonne, nouvelle et marchande, et deux sextiers de froment, bon, nouvel et marchand à la dite mesure, lesquels quatre sextiers et un prévandier de blé dessus dits, le maire qui sera pour le temps à venir et ses futurs successeurs, maires de la dite commune, seront tenus d’envoyer quérir en la dite fête de Saint-Michel, chacun an, en la maison du dit Guillaume à Sihecq.

Ce contrat fait sous la domination anglaise fût d'abord scellé du scel estably à Nyort par Monseigneur le prince d'Aquitaine et de Galles puis quatre ans après, le 10 février 1374, lorsque le Poitou était reconquis depuis bientôt deux années, de celui du duc de Berry et d'Auvergne, comte de Poitou.

Peu de temps après, la seigneurie de Sihecq devint la propriété du chapitre de l'église de Ménigoute qui donna au maire de Niort, à la date du 1er octobre 1411, un titre recognitif dans les mêmes termes que ci-dessus (2).

 Cet acte fut renouvelé à certains intervalles nous donnons en appendice le dernier titre nouveau délivré le 25 novembre 1769 par les chanoines de Menigoute.

La rente fut donc régulièrement payée jusqu'en 1789.

Le sextier valait 16 boisseaux, mesure de rente (3); le prévandier 4 boisseaux, ce qui ferait 68 boisseaux.

Cependant le titre de 1769, comme un autre de 1644 (4), ne dit plus que 64 boisseaux. Le prévandier est supprimé. D'autre part il n'est plus question de l'obligation d'envoyer quérir le blé à Sihecq.

Les quatre boisseaux de surplus avaient peut-être été remis à une certaine époque pour le coût du transport, mis à la charge des débiteurs.

 

Par suite d'une contestation entre Peronnelle, vicomtesse de Thouars, femme de Tristan Rouault, et Hugues de Chalons (5), ces terres furent mises en la main du roi, et Pierre Augustin, huissier de parlement, fut nommé commissaire pour les tenir, traiter et gouverner; mais, comme les devoirs de sa charge ne lui permettaient pas de remplir ces nouvelles fonctions, il désigna pour le remplacer Regnault Coussea, receveur desdites terres, déclarant maintenir Gautier Fromont dans sa place de capitaine du château de Bois-Pouvreau.

Une copie contemporaine de cet acte, fait au nom du roi Charles V, est placée en tête d'un compte original de Regnault Coussea, rendu en 1374.

Nous extrayons de ce compte quelques articles concernant les prieurés des Bons-Hommes, près le Bois-Pouvreau, et de Lhermitain.

 Nous donnons, en outre, deux mentions de dépenses assez curieuses. L'une d'elles, s'élevant à VII livres VII sols, s'applique à un paiement fait au sergent Guillaume Tiroleau, pour avoir fait faire tout à neuf, à Cherveux, une justice quarrée à quatre piliers, pour jousticer pierre Filletea.

Cette somme comprend les frais de voyage d'un procureur, d'un sergent et de quatre autres personnes, qui étaient allés chercher le prisonnier à Parthenay, chez les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem.

L'autre paiement est relatif à la faisson d'une joustice de bois à deux piliers, mise en la terre de Mgr de Saint-Eraye, à laquelle fut mis et joustice Jehan des lglezes.

Nous regrettons de n'avoir aucun renseignement sur les crimes commis par les deux condamnés.

 Nous signalons un autre article d'un compte de 1376 : c'est une dépense de 50 sols, pour reconstruction d'une arche du pont de Sanxay, adoubé de bois, affin que le passage de Monseigneur ne se perdit.

Pierre Augustin, huisser de parlement et commissaire en ceste partie du Roy nostre sire, à Regnaut Coussea, salut.

Comme par vertu des lettres royalx empetrées de la partie de monsr Hugues de Chalon, en cas de saisine et de novelleté, contre noble dame madame Pernelle, viscomtesse de Thoars et contesse de Dreux, pour raison du chastel, chastellenie et terres du Bois Pouverea, Sanxay, Cherveux, Saint- Eraye, appartenances et appendances d'icelles, me ait esté mandé et commis, de par nostredit sire, yceulz diz chasteaulx et terres tenir tracter et gouverner par moy mes commis et deputés ou à depputer en et par sus la main de nostredit sire, et ainssi soit que moy, occupé en mondit office, ne puisse vacquer au gouvernement, provision et garde dudit chastel et terres dessusdiz, con flans à plen du bien scens, loyauté et bonne diligence, adcertenné et conseillé suffisamment par bonnes personnes suffisans et ydoines vous estre proffitable pour le gouvernement desdictes terres, et aussi par le consentement, déliberacion et volunté desdiz monsr Hugues et de ladicte viscontesse, vous mandons et commandons, de par le Roy nostre sire, que vous tractez et gouvernés lesdictes terres et les fruiz, prouffiz, revenues, cens, devoirs, rentes et esmolumens d'icelles à tous prouffiz, tant de jurisdiction comme autrement, prenés, cuillez, levés et amassez par et sus ladicte main, en faisant et acomplissant les reparacions convenables et necessaires dudit chastel et terres dessusdiz que autrement dehuement, aux gages et salaire chascun an de cinquante livres tournois lesquelx, eu sur ce déliberacion de conseil, nous vous avons ordonné et par ces presentes ordonnons à avoir et prendre par la manière que dit est sur les fruiz, prouffiz, revenues et esmolumens des chasteaulx, terres et chouses dessusdictes; et aussi paiez Gautier Fromont, cappitaine dudit chastel de ses gages, et tielx et en telle manière et telle fourme que l'on les ly avoit acoustumé à paier au temps et paravant que ledit chastel et terres cheussent en la main du Roy nostre sire, lequel nous avons trouvé estre bon et proffitable à la garde et deffence dudit chastel.

Et de toutes et chascunes les chouses dessusdictes faire et accomplir vous donnons plain povoir et mandement espécial, affin que vous en puissez et sachez respondre toutesfois et quantefois que mester sera, au prouffit de cel ou ceulx a qui il appartiendra.

 Mandons et recommandons de par le Roy nostre sire, a tous les subgéz de son royaume que, en faisant et acomplissant les chouses dessusd. et chascune d'icelles, vous obeissent et entendent diligemment.

Donné soubz mon seel du quel jeuse en mon office, le XVIIIe jour de fevrer l'an mil CCC LX et quatorze.

Copie contemporaine en tête du 1er compte original en papier de Regnault Coussea, du 18 février 1374 à la saint Jean-Baptiste suivante.

Du même Coussea, il y a aussi un tiers compte, de la saint Jean 1376 aux octaves de Pâques 1377, c. a. d. trois quarterons d'un an.

Du premier compte de Regnaut Coussea, 1374-1375, est extrait ce qui suit, fl 20, v°, 21, r. v.

S'enssuit mise de deniers faicte par ledit recevour, par le temps davant dit.

Premerement balla et paia ledit recevour à frere Perre Blanc, prieur des Bons-Hommes, près du Bois-Pouverea, pour la servitute de la chappellenie dud. lieu du Bois Pouverea, pour chanter messes trois foiz la sepmaine en lad. chappellenie, laquelle il a servi par un an finissant à la saint Jean-Baptiste l'an mil CCC LX quinze, VI livres.

Item... pour six livres de cire pour faire deux sergez et une torche pour servir et ardoir aus messes dictes en lad. chappellenie; pour chascune livre III sols, valent XVIII s.

Item... au prieur des Bons-Hommes, qu'il a de rente chascun an, sur les coustumes de la feste de saint Jehan-Baptiste, XX s.

Item... a frere Perre Fromont, prieur de Lermiten, lesquelx il a chascun an de rente, a cause de son prieurté, sur la bourse et prevosté de Saint-Eraye, C s.

Item... a Jehan Parlier, séneschal des terres et jurisdictions du Bois-Pouverea, Sanxay, Saint-Eraye et Cherveux, pour ses gages déserviz en son dit office pour un an, XX liv.

Item... a Gauter Fromont, cappitaine du Bois-Pouverea, pour ses gages d'un an, C liv.

Item... pour les gages dud.'recevour deserviz par trois quarterons de l'an dessud. XXXVII 1. X s.

Item... bailla et paia led. recevour, le derrer jour de fevrer mil CCC LX et quatorze, a Guillaume Tirolea, sergent pour mond. sgr, à Cherveux, pour faire faire tout a neuf aud. lieu de Cherveux, par l'ordonnance et commandement de Jehan Parlier, séneschal de lad. terre du Bois-Pouverea, si comme il appert par sa lettre, une justice quarrée a quatre pillers et les sefs pour jousticer Perre Filletea, lequel par ses desmérites avoit deservi estre jousticé, et pour uns fers a le mectre et enferrer jusquez a tant que lad. joustice fut faicte ; et pour les despens de pain et d'esve pour quinze jours qu'il demora èsd sefs et fers avant qu'il fust justicé ; et pour la despence de Jehan Poussart, procureur de mond. sgr, Jehan Bacheler, Jehan Bouquet, Guillaume Noquet, Michea du Poiz et du sergent qui alèrent querre led. prisonner a Partenay, en la jurisdiction des Hospitaliers, la somme de VII livres VIII sols.

C'est assavoir :

Pour lad. justice et sefs, IIII 1. X s. j Pour ledit pain, II s. VI d. ;

Pour le salaire du pendant XXXII1I s. VI d.;

Pour lad. despance d'aler querre led. prisonner, XIII s. VI d. Item... pour les despens de vingt bouhers qui menèrent dix charretées de seille et mesture a Nyort et a Saint-Maixent, pour chascun bouher XV d. valent XXVI s.

Item... pour la despance de sex bouhers qui amenèrent trois charretées d'aveyne a Nyort, pour chascun XV d. valent VII s. VI d.

Item... a Guillot Regnaut; de Saint-Eraye, pour la faisson d'une joustice de bois a deux piliers, laquelle fut mise en la terre et jurisdiction de Monseigneur de Saint-Eraye, et y fut mis et justicé Jehan Des Iglezes, LXXII s.

Item... pour la faisson desdiz comptes et pour papier et pour les quiptences, et pour les faire séeller, XXV s.

 

Parmi les dépenses du compte de 1376-1377, on remarque la suivante :

Pour le pont de Sanxay adouber, duquel pont estoit choist un arcea que j'ay fait adouber de bois, affin que le péage de Monseigneur ne se perdist; et le baillay en tache à Jehan Garri por le prix de L sols.

Chartrier de Thouars. Original en papier.

Sanxay  Pont roman dit des Bergers construit en 1688 aux frais du roi de France, Louis XIV. 

 

 

 

Documents inédits sur le département des Deux-Sèvres (un par canton) publiés et annotés par H. Imbert,... et P. Marchegay

Mémoires de la Société de statistique du département des Deux-Sèvres

 

 

 

1372 Guerre de cent-Ans - les jeux des chevaliers pendant la campagne de Philippe le Hardi - Poitou, Angoumois, Aunis, Saintonge <==

Essai d’un voyage Historique de SCIECQ et Bois-Pouvreau au bord de la Sèvre Niortaise <==

Péronnelle de Thouars, Vicomtesse de Thouars, comtesse de Benon, dame de Tiffauges, de Talmont... <==

Cherveux, Château des Lusignan (Mélusine, Saint Louis, Prince Noir….) <==

1842 Découvert du sceau de Jean de Torsay lors de la démolition du château de la Mothe Saint-Héray <==

 

 

 


 

(1) Trésor de Nyort, pp. 293 et suivantes.

(2) Thrésor de Nyort, pp. 166 et 302.

(3). Le boisseau, mesure de rente, est compté par A. Briquet, à 1 décalitre 842.

(4). Trésor de Nyort, p.304.

(5) Hugues de Chalons, sire d'Arlay, fils aîné de Jean de Chalons, sgr d'Arlay, et de Marguerite de Mello, dame de Sainte-Hermine, veuve de Maurice sire de Craon.