Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
PHystorique- Les Portes du Temps
TRADUCTION
Derniers commentaires
21 février 2023

1370 Discorde entre Jean, duc de Berry et les seigneurs du Poitou aux Grands Jours du parlement de Poitiers

C'est le 10 septembre 1370 que le Roi Charles V a autorisé Jean, duc de Berry à tenir chaque année des Grands-Jours dans ses domaines (1).

Ces Grands-Jours sont des sortes d'assises solennelles et intermittentes chargées de juger, en première instance, toutes les causes importantes, et de recevoir les appels des sentences rendues par le sénéchal ou les autres juges. Ces Grands-Jours ne décident pas en dernier ressort et les sentences qu'ils prononcent sont susceptibles d'appel devant le Parlement de Paris.

Mais les procès en Parlement sont longs et coûteux et entraînent les parties à des frais considérables. Aussi, la plupart du temps, les parties préfèrent-elles s'en tenir à la juridiction supérieure existant dans le pays.

 

Cette organisation administrative et judiciaire est nécessaire pour assurer la tranquillité intérieure dans le comté du Poitou.

Il y a, en effet, en Poitou, une noblesse assez turbulente et belliqueuse, dont les principaux représentants sont : Louis d’Amboise, vicomte de Thouars dont les domaines comprennent la majeure partie du Bas-Poitou ; Olivier IV, sire de Clisson, vassal du vicomte de Thouars ; Jean VI d'Harcourt, vicomte de Châtellerault dont le pouvoir s'exerce sur toute la partie nord-ouest du Haut-Poitou ; Guillaume VII Parthenay- Larcheveque, seigneur de Parthenay ; le vicomte d'Aulnay ; Jean II, vicomte de Rochechouart seigneur de Tonnay-Charente ; et le seigneur du Blanc et ; parmi les ecclésiastiques, Aimery de Mons, évêque de Poitiers qui possède la seigneurie de Chauvigny.

Les levées d'impôts sont une cause incessante de conflits entre les ducs et ses grands vassaux : procès avec le vicomte d'Aulnay en 1381 (2), avec le sire de Clisson en 1387 (3), avec le vicomte de Rochechouarl en 1383 (4), avec le seigneur de Parthenay en 1493 (5).

 Ces seigneurs veulent ou bien empêcher le duc de Berry de percevoir des impôts sur leurs sujets, ou bien garder pour euxmêmes une partie de ces impôts, mais le duc refuse toujours de transiger et contraint ses vassaux à se soumettre à son autorité. Il n'est pas moins exigeant en ce qui concerne les droits féodaux.

 En 1399, le vicomte de Thouars, qui a refusé de payer au duc le droit de rachat de sa vicomté, doit acquitter, non seulement ce droit, mais aussi toutes les amendes qu'il a encourues pour désobéissance et saisine brisée (6).

Grâce à l'énergie de l'administration ducale, la noblesse poitevine est complètement soumise et l'ordre règne dans le pays.

 

1398. 4 septembre - Abandon par les commissaires du duc de Berry, préposés au rachat de la vicomté de Thouars, de leurs demandes à l'abbaye.

(Carto n 52. Orig. aux Arch. de la Vendée.)

A tous. Denis Gilier et Jacques Courau conseillers de monseigneur le duc de Berry et d'Auvergne, comte de Poictou, de Bouloigne et d'Auvergne, et gouverneurs du rachapt de la viconté de Thouars et des baronies de Tallemont et Mauleon et autres terres subjectes à rachapt, advenir et appartenant ledit rachapt à nostre dit seigneur par la mort de noble dame Pernelle vicontesse de Thouars et damme des dites baronies, salut.

Comme nous eussions mis ou fait mettre realment et de fait en la main de nostre dit seigneur la temporalité de l'abbaie de Saint Jehan d'Orbestier et icelle baillée à lever, gouverner et recevoir à certains commissaires pour ce que on disoit icelle estre partie du domainne des seigneurs et dammes de Tallemont, qui par le temps passé ont esté, et pour ce ycelle appartenir à lever et exploicter à nostre dit seigneur pour ceste presente année pour cause de son dit rachapt; et il soit ainsi que frère Micheau Durenteau, procureur de l'abbé et du convent de la dite abbaye, se soit trait par devers nous à Poicters et nous ait dit et expousé comme ladite abbaie soit d'ancienne fondacion des contes de Poicters et de ce nous ait soumsament informez par unes lettres de Guillaume dux de Guyenne, conte de Poicters et seigneur de Tallemont, seellées de paste en lacz de soie rouge, données l'an de l'Incarnacion Nostre Seigneur mil sept ans, et par unes autres lettres de Richard filz Hanry roy d'Angleterre, conte de Poicters et seigneur de Tallemont données l'an mil cent IIIIXX deux, à la copie desquelles lettres ces presentes sont attachées soubx noz signez, et aussi nous ait dit et alegué le d. procureur comme ptuseurs rachaptz soient advenuz en la conté de Poictou pour la mort dez vicontes et vicontesses de Thouars et des seigneurs et dammes de Talemont, qui pour le temps passé ont esté, sans ce que aucun empeschemens fussent mis en la temporalité de ladite abbaie pour cause de rachapt, et de ce ont esté frans et pasibles lesdiz abbé et convent par tel et si longtemps qu'il n'est nulmémoire au contraire.

 Nous, ces choses considerées et pour certaines autres causes qui ad ce nous ont mehu, de present, sanz préjudice des droiz, saisines et possessions de nostre dit seigneur, la temporalité de ladite abbaie de Saint Jehan d'Orbetier ainsi empeschée comme dit est avons mis et mettons à plenère délivrance, et la main de nostre dit seigneur mise et assise sur icelle avons levée et levons au prouffit des diz abbé et convent, et donnons en mandement par ses presentes au seneschal et chastellain de Talmont et à tous autres à qui il appartiendra que d'icelle laissent et souffrent jouyr et user pasiblement les diz abbé et convent sanz les empescher ne souffrir estre empesché au contraire; et si aucune chouse en a esté levé par les commissaires ordennez à lever ladite temporalité ou par autres par cause dud. rachapt, que ilz le facent rendre et restituer tantost et sanz delay aus diz abbé et convent.

Donné soubx noz seiaulx le quart jour du mois de septembre, l'an mil CCC IIIIXX dix et huit.

 

 

 

Notice Historique sur le Château Triangulaire de Poitiers – Jean de France, duc de Berry et comte de Poitou  <==

Histoire du Poitou: L'administration royale, au temps du gouvernement du duc de Berry <==

 ==> juillet l'an 1438. Désistement par Louis d’Amboise vicomte de Thouars de ses demandes contre Jean Riquien de Talmont

 

 

Cartulaire de l'abbaye d'Orbestier : Vendée : [1107-1454]  Louis de La Boutetière

Une incursion anglaise en Poitou en novembre 1412 : mélanges XVe et XVIe siècles : compte d'une aide de 10.000 écus accordée au duc de Berry pour résister à cette incursion / par René Lacour,...

 

 

 

 

 


 

(1). ARCH. NAT. J 185 A, n° 13 : Autorisation donnée par Charles V au duc de Berry de tenir chaque année des Grands-Jours dans ses domaines.

(2). ARCH. NAT. X1 C, 42 n" 23 : Accord en Parlement entre le duc de Berry et le vicomte d'Aulnay.

(3). ARCH. NAT. ,1 186 A, n° 69 : Mandement de Charles VI prescrivant à Olivier de Clisson d'annuler ses exploits.

(4). ARCH. NAT. X1 C 46 B, n° 207 : Accord en Parlement entre le duc de Berry et le vicomte de Rochechouarl.

(5). ARCH. NAT. X1 C 85 C, nos 371 et 372 : Accord en Parlement entre le duc de Berry et le seigneur de Parthenay.

(6).. ARCH. NAT. .1 182, n° 119 : Accord conclu devant le sénéchal de Poitou entre le procureur du duc de Berry et celui du vicomte de Thouars.

 

Publicité
Commentaires
PHystorique- Les Portes du Temps
Publicité
Publicité