Château de Rochechouart la légende de la tour du Lion

Aymeric VII, vicomte de Rochechouart (1210-1243), était surnommé le Jeune, parce que, étant marié, il resta longtemps en la compagnie de son père.

 Il épousa en 1205 Alix de Mortemart, fille et unique héritière de Guillaume, baron de Mortemart, seigneur de St-Germain et d’Availles.

Par ce mariage les deux maisons de Rochechouart et de Mortemart se trouvèrent réunies.

Elle est l’héroïne de la légende du tour du Lion.

L'abbé Dulery dans son « Rochechouart: histoire, légendes, archéologie »  a donné une explication légendaire à son installation : la sculpture serait là pour commémorer un miracle.

De la place, on voit vers le haut de la muraille de la tour du Lion, en dehors, une niche ou se trouve un lion ramené des croisades couché ; il tient entre ses pattes de devant un objet dont on ne peut distinguer la forme, mais que l’on croit être un enfant ou une femme.Son aspect est sombre et sévère ; elle est séparée de la ville par un fossé large et profond que l’on franchissait au moyen d’un pont levis, qui depuis fut remplacé par le pont en pierre qui existe aujourd’hui.

Ce lion en pierre ressemble à ceux placés devant la porte de l’église de Saint-Michel, à Limoges. Il rappelle les armoiries des comtes de Limoges, de qui descendait Ostofrancus.

Sans aucun doute cette figure de lion a fait donner à cette tour le nom qu’elle porte. Ces lions, selon nous étaient symboliques ; le lion représente la force ; or le vicomte de Rochechouart était le plus grand et le plus fort des seigneurs d’alentour. Cette figure de lion semble donc annoncer que la force et la puissance résident dans son château. On pourrait encore y trouver le symbole du plus bel attribut de la noblesse unie à la force : la protection du faible.

Voici la Légende de la tour du Lion.

Le vicomte avait un maître d’hôtel auquel il tenait beaucoup, et qui possédait toute sa confiance. Un jour ce mauvais serviteur rencontrant la dame seule, cherche à la déshonorer!

Mais Alix le repousse et lui dit : Vous voyez que votre maître vous a confié toute chose dans le château, qu’il ne s’est réservé que moi seule; comment donc, violant toutes les lois de l’hospitalité et de l’honneur, pouvez-vous avoir la pensée de commettre un si grand crime?

Saisi de terreur, l’infâme prend la résolution de faire retomber le châtiment qu’il mérite sur la victime qui lui échappe. Il appelle tous les gens sous ses ordres, leur raconte avec feu la fable que lui suggère la perversité de son cœur.

Depuis longtemps dit-il, il est obsédé par les sollicitations de la dame Alix; il a toujours résisté; mais il lui a fallu employer la force pour s‘en débarrasser. Il les appelle pour appuyer de leur témoignage l’accusation que sa conscience lui fait un devoir de porter devant leur seigneur et maître contre une femme indigne de son nom et de son affection.

Sans délai il se rond auprès du vicomte, et lui expose avec une hypocrite indignation le mensonge qu’il vient d’imaginer.

Aymeric, aveuglé par son orgueil blessé. Il ordonne au calomniateur de la jeter en pâture à un lion que l’on tenait enfermé dans la fosse de la tour qui porte ce nom.

Les ordres du seigneur furent exécutés avec empressement.

Cependant le vicomte, tourmenté par le remords, torturé et dévoré d‘ennui, se repentait déjà d’avoir agi avec trop de  précipitation.

Après trois jours de lutte contre une douleur d’autant plus terrible qu’il la croyait sans remède, il fait descendre dans la fosse un serviteur fidèle.

Mais, ô toute puissance de Dieu! sa vertueuse épouse était pleine de vie; elle avait trouvé plus de merci auprès du lion que devant son époux.

En apprenant que sa femme avait été respectée par le lion, Aymeric voulut voir par lui même ce prodige; il appelle sa dame, elle lui répond! C’est elle! s’écrie-t-il; oui, c’est elle! Vite, à tout prix je veux la voir! Qu’on la retire !

Sa volonté est accomplie. Il se jette aux pieds d’Alix, lui demande grâce et pardon; il la prend dans ses bras, l’embrasse mille fois; de grosses larmes coulent de ses yeux. Il la prie de lui raconter ce qui s’est passé depuis trois jours dans ce souterrain.

Cette vertueuse dame, sans ne lui faire aucun reproche, lui dit que, loin de lui faire aucun mal, le lion lui abandonnait une partie de sa nourriture et lui léchait les mains! Alix fit ensuite connaître à son époux les désirs criminels de son intendant.

O grand Dieu! s’écria le vicomte; Combien ce miracle fait éclater ta justice et l’innocence de ma vertueuse épouse. Et à l’instant il fit précipiter dans les oubliettes l’infâme économe, que le lion dévora en poussant des rugissements effroyables.

Pour perpétuer le souvenir de ce miracle, le vicomte de Rochechouart fit pratiquer une niche dans la tour même où sa femme avait été exposée à la dent meurtrière de la bête fauve; il fit placer dans cette niche un lion de pierre, et donna à la tour le nom de tour du Lion, qu’elle porte encore aujourd’hui.

Du mariage d’Aymeric VII avec Alix de Mortemart  naquirent trois enfants : Aymeric, Foucaud, seigneur de St-Germain Simon, seigneur d‘Availles par sa mère.

 

Château de Rochechouart la légende de la tour du Lion

 Généalogie

 

Noms Femmes Enfants
1. AIMERY DE LIMOGES, premier vicomte de Rochechouart, surnommé Osto-Francus, quatrième fils de Géraud, vicomte de Limoges et de Rothilde de Brosse, né avant 988, mort en 1030.  Eve, fille de Guillaume, comte d'Angoulême et de Chabanois : elle apporta en dot à Aimery de Limoges la vicomté de Rochechouart. Aimery, qui suit. Géraud, mentionné dans un acte de 1037.
2. Aimery, deuxième du nom, vicomte de Rochechouart, né vers l'an 1000, mort vers l’an 1050. Hermesinde, fille de Foucaud, seigneur de Champagnac. Aimery, qui suit. Hildegaire, seigneur de Champagnac par sa mère, et Rothberge, mariée à Archambaud, Archambaud, de Comborn.
3. Aimery, troisième du nom, vicomte de Rochechouart. On ignore l'époque de sa naissance. Mort vers l'année 1075. Alpaïs de Salagnae ou de Salignac. Aimery, qui suit. Audibert, qui vivait encore en 1122. Bozon, seigneur de la Salle, et Maurice, nommé dans un titre de 1105.
4. Aimery, quatrième du nom, vicomte de Rochechouart, né vers l'an 1069. L'époque de sa mort est restée inconnue. Marguerite, d'après Castelnau, sans autre nom. Aimery, qui suit.
5. Aimery, cinquième du nom, vicomte de Rochechouart, né vers l'année 1090, mort vers l'an 1156, Inconnue. Aimery, qui suit.
6. Aimery, sixième du nom, vicomte de. Rochechouart, né vers l'an 1150 ou 1151, mort en 1230. Luce, dame de Pérusse ou des Cars Aimery, qui suit
7- Aimery, septième du nom, vicomte de Rochechouart, né en 1179, mort en 1243. ALIX DE MORTEMART , fille unique et héritière de Guillaume dit Chomier, seigneur de. Mortemart, d'Availles, Beauprêt, Saint-Germain.  etc., morte en 1260. Aimery, qui suit. Foucaud, seigneur de Beauprêt. Simon, seigneur d'Availles.
8. Aimery, huitième du nom, vicomte de Rochechouart, seigneur de Mortemart, de Perusse-d'Availles et de Saint Germain, en 1206 ou 1207, mort en 1245. Marguerite de Limoges, mariée en 1233, fille de Guy V, vicomte de Limoges, et de Sarra Plantagenet (de CORNOUAILLE ). Aimery, qui continua la Branche aînée des vicomtes de Rochechouart. Guillaume, qui a fait la branche de Mortemart qui suit : Guy, d'abord d'église, puis marié à Agnès, Simon, archevêque de Bordeaux, Aimar, seigneur de Chatellus, Foucaud, chanoine de Limoges, Agnès, mariée : 1° à Guy de la Roche foucauld; 2° au sire de Tors-de-Fronsac. Alix, mariée à Guillaume de Madaillan, seigneur de l'Esparre. Marguerite, mariée au seigneur d'Archiac,
     
BRANCHE des Seigneurs de Mortemart
     
9. Guillaume de Rochechouart, seigneur Mortemart, de Pérusse, de Saint Victurnien, etc., né vers 1236, mort en 1272. Marguerite, fille de noble homme, sire de Mareval. Guillaume, mort après l'année 1292, sans de laisser d'enfants. Foucaud, qui suit. Guy, seigneur de Tonnay-Charente, tué aux guerres de Flandres, laissant de sa femme Sybille un fils nommé Guillaume, mort sans laisser de postérité.
10. Foucaud de Rochechouart, seigneur de Mortemart, etc., né en 1261, mort en1338. Almodie de Montrocher, soeur d'Albon et d'Aimery de Montrocher. Aimery, qui suit. Foucaud, mort sans lignée.  Simon, prévôt de l'Eglise de Tours. Aimar, chanoine de Limoges. Catherine, mariée à Gaillard, seigneur de la Motte. Laure, mariée à Hugues de Montausier.
11. Aimery XII de Rochechouart, seigneur Mortemart, etc.,né en 1298 ou 1299, mort en 1368 ou 1369. Ayde (Adelaïde) de Pierre-Buffière, fille de J. de Pierre-Buffière et d'Anne de Châteauneuf. Foucaud, mort sans laisser d'enfants. Aimery, qui suit. Margueritte, mariée : 1° à André de Prie; 2° à Hugues d'Amboise.
12. Aimery XIII de Rochechouart, seigneur Mortemart, etc., né en 1338 ou1339, mort en 1397. 1° Jeanne d'Archiac, fille de Jean, seigneur de Vivonne, morte en 1378 ; 2° Jeanne d'Angle, dame de Montpipeau. Du premier lit : Guillaume, marié à Marguerite Chenin, en 1390, mort sans avoir eu d'enfants, Margueritte, mariée : 1° à Bertrand de Chanac ; 2° à Gilles de Brisay, Du second lit : Guichard, mort sans enfants. Jean, qui suit. Gui, évêque de Saintes. Louis, dit le seigneur de Montpipeau, mort sans laisser d'enfants de Jeanne de Martreuil. Catherine, mariée à Olivier de St-Georges, seigneur de Verac.
13. Jean de Rochechouart, seigneur de Mortemart, etc., né en 1381, mort en 1437. 1° Jeanne de Turpin, fille de Lancelot de Turpin-Crissé, et de V. de Montmorency ; 2° Jeanne de Torsay, fille du seigneur de Torsay et de Marie d'Argenton. Du premier lit : Pierre, mort jeune. Aimery, mort sans être marié. Louise, mariée à Jean de Saint-Maure. Jeanne, mariée à François de Beaumont. Du second lit : Louis, évêque de Saintes, en 1460. Jean, qui suit. Radegonde, mariée à Louis de Montberon. Marie, qui épousa Jean d'Etampes, seigneur de la Ferté-Imbaut.
14. Jean de Rochechouart, seigneur de Mortemart, de Vivonne, de Montpipeau, etc., né en 1430, mort en 1477. Marguerite d'Amboise, fille de Pierre d'Amboise, seigneur de Chaumont et d'Anne de Beuil. - Jean, mort archidiacre d'Aunis. - Aimery, qui suit. Charles, dit le seigneur de Montpipeau, bailli de Rouen, mort sans enfants, en 1497. Pierre, évêque de Saintes. Louis, abbé de Moustier-Neuf. Jean, archidiacre de Saintonge. Anne, mariée à Guillaume de Vergy, maréchal sénéchal de Bourgogne. Madeleine, mariée à Pons de Gontaut, baron de Biron, Jeanne, mariée à Jean de Chatillon.
15. Aimery XV de Rochechouart, seigneur de Mortemart, de Vivonne, de Tonnay- Charente, etc., né en 1459 ou 1460, mort en 1517. Jeanne de Rochechouart-Pontville, fille de Jean de Pontville et de la vicomtesse Anne de Rochechouart. Georges, mort jeune. François, qui suit. Louis, seigneur de Montpipeau, mort sans enfants. Claude, mort à onze ans. Adrien, mort à dix ans. Aubin, évêque de Sisteron en 1543. Aimery, évêque de Sisteron, après son frère. Anne, mariée au seigneur de Villequier.
16. François de Rochechouart, seigneur de Mortemart, de Vivonne, de Tonnay- Charente, etc., né en 1502, mort en 1553 Renée Taveau, mariée en 1526, fille de Léon Taveau, baron de Mortemer, et de Jeanne, Frotier de Preully. René, qui suit. Gabrielle, mariée : 1° à François de Valoir baron de Ruffec ; 2° à François de Goulaine ; 3° à Louis de Saint-Gelais. Madeleine, morte fille.
17. René de Rochechouart, baron de Mortemart, seigneur de Vivonne, de Tonnay- Charente, etc., né en 1528, mort en 1587. Jeanne de Saulx, fille du maréchal de Saulx- Tavanne et de Françoise de la Baume- Montrevel  Gaspard, qui suit. René, qui a fait la branche de Montpipeau. (éteinte). François, mort en 1592. Aimé, qui a fait la branche de Tonnay-Charente (éteinte). Jean, dit le marquis de Saint-Victurnien, mort sans laisser d'enfants de Marie de Nesmond, sa femme. Isabelle, mariée à Pierre de Laval. Aimerye, mariée au seigneur de Volvire. Gabrielle, abbesse de Saint-Laurent, Eléonore, mariée à Guy de Rieux. Yolande, morte enfant.
18. Gaspard de Rochechouart, marquis de Mortemart, seigneur de Vivonne, de Tonnay-Charente, etc., né en 1574, mort en 1634. Louise de Maure, fille du comte de Maure et de Diane des Cars.  Gabriel, qui suit. Louis, dit le comte de Maure, mort, sans laisser d'enfant d'Anne Doni. N., bâtarde de Rochechouart-Mortemart, mariée au chevalier Taveau, baron de Mortemer.
19. Gabriel de Rochechouart, duc de Mortemart, seigneur de Vivonne, Tonnay- Charente, etc., né en 1601, mort en 1675.  Diane de Grandseigne, fille de J. de Grandseigne, seigneur de Marcillac et de Catherine de la Beraudière. Louis-Victor, qui suit. Gabrielle, mariée à Claude de Damas, marquis de Thianges. Marie -Christine, religieuse à Chaillot. Françoise-Athénaïs, mariée au marquis de Montespan. Marie-Madeleine-Gabrielle, abbesse de Fontevrault, en 1670.
20. Louis-Victor de Rochechouart, duc de Mortemart et de Vivonne, prince de Tonnay-Charente, maréchal de France, etc., né en 1636, mort en 1688. Gabrielle-Louise de Mesme, fille du président de Mesme, et de Marie, dame d'Everly. Louis, qui suit. Gabrielle, abbesse de Beaumont-les-Tours. Charlotte, mariée à Henry de Lorraine, duc d'Elbeuf. Marie-Elisabeth, mariée au marquis de Castries. Louise-Françoise, abbesse de Fontevrault, après sa tante, en 1704. Gabrielle-Victoire, mariée à Alphonse de Créquy, duc de Lesdiguières.
21. Louis de Rochechouart, duc de Mortemart, prince de Tonnay-Charente, seigneur de Vivonne, etc., né en 1662, mort en 1688.  Marie-Anne Colbert, fille du grand Colbert et de Marie Charon. Louis, qui suit. J. Baptiste, comte de Maure. Marie-Anne et Louise-Angélique, toutes deux religieuses à Saint-Denis. Marie-Françoise, mariée : 1° à Michel Chamillard, marquis de Cany, en 1708; 3° à Louis de Talleyrand, prince de Chalais, en 1722.
22. Louis de Rochechouart, duc de Mortemart, prince de Tonnay-Charente, après seigneur de Vivonne, né en 1681, mort en 1746. 1° Marie-Henriette de Beauvilliers, fille du duc de Beauvilliers et d'Henriette-Louise Colbert ; 2° Marie-Elisabeth de Nicolay, veuve du comte de Combourg, fille de N. de Nicolay, marquis d'Yvor, et de Marie de Brion. Du premier lit : Louis-Paul, qui suit. Charles-Auguste, dont il sera parlé son frère. Et quatre filles, les unes mortes en bas - âge et les autres sans alliances. Il n'eut point d'enfants de son second mariage.
23. Louis-Paul de Rochechouart, duc de Mortemart, prince de Tonnay-Charente, né en 1710, mort en 1731, à l'âge de vingt et un ans. Marie-Anne-Elisabeth de Beauveau fille du comte Pierre de Beauvau et de Marie-Thérèse de Beauvau. Néant
     
22. Charles-Auguste de Rochechouart, duc de Mortemart, prince de Tonnay- Charente, etc., né en 1714, mort en 1743. Augustine de Coetquen de Combourg. Louis-François-Charles-Augustin, mort à quatre ans.
22. Jean-Baptiste de Rochechouart, duc de Mortemart, prince de Tonnay-Charente, né en 1682, mort en 1757. Marie-Madeleine Colbert de Blainville, fille du marquis de Blainville et de Gabrielle de Rochechouart-Mortemart. Jean-Victor, qui suit. Louis, mort à dix-sept ans. Charles-Auguste, mort très-jeune. Marie-Anne-Madeleine, morte fille.
23. Jean-Victor de Rochechouart, duc de Mortemart, prince de Tonnay-Charente, marquis d'Everly, né en 1712, mort en 1771. 1° Eléonore-Gabrielle-Louise-Françoise de Crux, fille d'Arman- de Crux et A. D. E. de Turpin Crispé; 2° Marie-Thérèse-Sophie de Rouvroy, morte sans laisser d'enfants. 3° En 1751, à Charlotte-Nathalie de Manneville, fille de H.-J. de Manneville et de  A.-F.-C Asselin de Frenelle. Du premier lit, il eût quatre garçons qui moururent tous en bas âge. Il n'en eut point de son second mariage, mais du troisième il eut : Victurnien-Jean-Baptiste-Marie, qui suit. Victurnien-Bonaventure-Victor, dont il sera parlé. Victurnien-Eléonore-Joseph, vicomte de Mortemart, mort jeune. Victurnien-Henri-Henri-Elzéar, vicomte de Mortemart, mort sans avoir été marié. Victurnienne-Delphine-Nathalie, mariée au marquis de Rougé
24. Victurnien-Jean-Baptiste-Marie de Rochechouart, duc de Mortemart, prince de Tonnay-Charente, etc., né en 1752, mort en 1812.  1° Anne-Gabrielle d'Harcourt, fille du duc d'Harcourt; 2° Adélaïde-Pauline-Rosalie de Cossé Brissac, fille du duc de Brissac et d'Elie Mancini de Nevers. Du premier lit : Anne-Victurnienne-Henriette, mariée au duc de Croy. Nathalie-Victurnienne-Henriette, mariée au mort en 1812. prince de Beauvau. Gatherine-Victurnienne-Victorine, mariée à A. F. Emmanuel d'Uzes, duc de Crussol.  Du second lit : Casimir-Louis-Victurnien, qui suit : Antonie V., mariée au marquis de Forbin-Janson. Emma V., mariée au duc de Beauvilliers. Alice V., mariée au duc de Noailles.
25. Casimir-Louis-Victurnien de Rochechouart, duc de Mortemart, prince de Tonnay-Charente, etc., né en 1787, mort en 1875. Virginie, comtesse de Sainte-Aldegonde. Arthur, mort sans avoir été marié. Alix, mariée au comte de Sainte-Aldegonde. Henriette, mariée au marquis d'Havrincourt. Cécile, mariée au, comte de Guébriant. Berthe, mariée au prince Etienne de Beauvau.
24. Victurnien-Bonaventure-Victor de Rochechouart, marquis de Mortemart, etc., né en 1753, mort en 1823.  Adélaïde-Marie-Céleste de Nagu. Victor-Louis-Victurnien, qui suit. Zoé-Victurnienne, mariée au duc de Crillon.
25. Victor- Louis -Victurnien de Rochechouart, marquis de Mortemart, etc. né en 1780, mort en 1834. - Eléonore-Anne-Pulchérie de Montmorency. Anne-Victurnien-René-Roger, qui suit, Anné-Henri-Victurnien, dont il sera parlé après son frère aîné. Anne-Louis-Samuel-Victurnien, marié à Marie-Clémentine de Chevigné. Anne-Victorine-Mathilde, mariée au duc d'Avaray. Anne-Victurnienne-Louise-Clémence, mariée au comte de Bernis.
26. Anne-Victurnien-Rêné-Roger de Rochechouart, duc de Mortemart, né1804.  Gabrielle-Bonne de Laurencin,  Louise-Henriette-Mathilde, mariée au marquis de Laguiche. Louise-Anne-Léonie, mariée au comte Louis de Mérode.
26. Anne-Henri-Victurnien de Rochechouart, comte de Mortemart, né en 1808. Anne-Louise-Marie-Agnès, princesse Borghèse. - François-Marie-Victurnien, qui suit. 
27. François-Marie-Victurnien, vicomte de Mortemart, né en 1832. Virginie-Marie-Louise, comtesse de Sainte- Aldegonde, Arthur-Casimir-Victurien. Anne-Henri-Joseph-Victurnien. Demandeur. Réné-Marle-Louis-Victurnien. Marie-Anne-Antoinette-Victurnienne. Jeanne-Virginie-Victurnienne.
     
 (1) P. Anselme, Histoire des grands officiers de la Couronne le. France. Tom, IV, p. 649. — Moréri. Dictionnaire historique. Tom. IX, p. 255. — Mémoires Castelnau, supplément au 2° vol., par Le Laboureur.

Sur la Terre de nos ancêtres du Poitou - Aquitania (LES GRANDES DATES DE L'HISTOIRE DU POITOU ) <==.... ....==> Edification par les moines de l'abbaye de Charroux, du couvent de Saint-Sauveur - reconstruction du château de Rochechouart