1249, novembre Accord entre Thibaut Chabot, sire de Rocheservière et du petit château de Vouvent, et Aimeri des Oulières, son homme lige, au sujet, du fief des Oulières

1249, novembre Accord entre Thibaut Chabot, sire de Rocheservière et du petit château de Vouvent, et Aimeri des Oulières, son homme lige, au sujet, du fief des Oulières.

Original de parchemin. Hauteur, 420 mm. ; largeur 195 mm. Collection de la Société des Archives historiques du Poitou (1).

A toz ceos qui veront e oiront iceste presente lettre, Thebaus Chaboz (3), sires de Rochecervere e  do petit chastea de Vovent, saluz en nostre Segnor.

Sachez que cum cuntens fust entre mei, d'une part, e Aimeri dans Oleres mon home lige, dautre, sus les vendes, e les otreis, e les ennors daus terres, e les vendes de totes autres choses daus Oleres, e daus apartenences, e daus lois d'anviron les Oleres qui sunt en ma segnorie en la parroifei de Maerevent, e cum o fust o tot cuntens entre mei e lo dit Aimeri de la juridicion, e daus plais tenir daus diz lois, d'eritages, de terres, d'austres choses, e daus amendes, e daus gages, qui ne montenst otre seit sos e dime a lever davant celui Aimeri e par sa mein, les quaus choses totes desus dites cil Aimerise si antecessor aveant tenu e esplete a lor domeine, e les avoot cil Aimeris a aveir e a tenir de mei en son demeine o ses autres choses que il a de mei en sa ligance, e que il feret d'ico quant que hom liges en deit faire, e je deiseque celles choses m'apartenant e deveant estre meies, a la parflin, enquise sorcestes choses la verité, e l'an fis passer par lo jugement de ma cort, e li fut juge, e li fis juger en ma cort que les davant dites choses deveant estre soes, e li deveant remenir en domaine e en sa ligance o ses autres choses durablement a lui e a ses hers.

E si en choses desus dites aveie o aveir oeie aucunes drestures, e les li otrei en son domeine, e les li donc durablement a lui e a ses hers en acressement de son fe que il a de mei, e de son homenage, e de sa ligance, e li otrei o tôt en iqau meime acressement dos sos e dime de destreit dans gages e daus amendes qui monteront ostre seit sos e dime.

E totes les austres domendes que je aveie o aveir poeie vers lo dit Àimeri jusque a ceste jornee sus terres, sus eretages, e sus rendes, e sus austres choses, je li quit, e li ostrei les dites terres, heritages, rendes, e li dong en son domaine ensement en acressement de son fe, de son homenage, e de sa ligance, durablement a lui e a ses hers por quau ne fust chose de que je poguisse mostrer mon espleit, o l'espleit a mes antecessors.

E totes icestes choses desus dites, je, Thebaudins Chaboz (4), valez, fils au davant dit Thebaut, ai otree e done ma fei a tenir e a garder, e que je en nulle menere venge encuntre, e tot co ai otree de ma bone volunte.

E por co que totes les choses desus dites séant plus fermes e plus estables en durablete audit Aimeri e a ses hers, je e Thebaudins mis fils, qui en ceste presente chartre parlet, ne pocham encuntre venir, en ai done audit Aimeri e a ses hers, o lo cunsentement e o la volunte dau dit Thebaudin mon fil, icestes presentes lettres saalees de mon sael.

E encores a maire certainnete e a maire fermete daus choses desus dites, je Thebaudins desus diz, por co que je ne ai sael, ai fait meitre e poser a ma requeste lo sael dau religios home Guilleame por la grâce de Dei abbe de l'Asie en Gastine (5), en testimoine de verite.

Co fut fait l'an de l'incarnation nostre Segnor mil e dos cens e quarente e no, en meis de novenbre.

 E apres co, e Girars Chaboz sires de Rais (6), e je Sebrans Chaboz sires de la Borsardere, donam e otream audit Aimeri e a ses hers totes les choses desus dites, e tôt lo dreit e lo dreituraige que nos avam e aveir poam e porriam vers lui o vers ses hers en choses desus dites li donam, e li otream a lui e a ses hers.

E por co que totes les choses desus dites séant plus fermes e plus estables en durablete audit Aimeri e a ses hers, e que nos ne poicham venir encuntre por raison de succession ne en autre menere, nos avam pose e mis en cestes presens lettres noz seias ensembleement o lo sea nostre frere qui dessus parlet.

Co fut fait e done en jor e en meis e en l'an de l'incarnation nostre Segnor desus diz, co est a saveir mil e dos cens e quarente e no.

Sceau de cire verte indistinct renfermé dans un sac de toile, et pendant sur double queue de parchemin. Trois autres doubles queues de parchemin ayant perdu leur sceau sont encore conservées.

 

 ==> Rocheservière, Panorama 360 Butte Sébrand et Thibaud CHABOT (Fortifications du château)

 


 

1. Au dos, d'une main du xv° siècle : « LX » ; — d'une main du XVIIIe siècle : « Trante deux ».

2. Les lettres abrégées sont restituées en italiques. Voir le document initial

3. Thibaud Chabot, VIe du nom, mort vers 1251. Voy. Beauchet-Filleau, Dictionnaire des familles du Poitou, 2e éd., t. II (Poitiers, 1895), p. 178.

 

4. Thibaudin Chabot, né vers 1220, mort vers 1270. Voy. BeanchetFilleau, ibid.

 

(5). Guillaume abbé de l'Absie au milieu du XIIIe  siècle. Voy. Gallia christiana, t. II, col. 1383.

(6). Girart Chabot, sire de Rays, mort en 1264. Voy. Beauchet-Filleau, op. cit., p. 195.