Charles VII Chinon Avril 1446 - Rémission en faveur de Louis de Segrie, écuyer, de la Motte-d'Usseau, officier de Jean VII d'Harcourt, vicomte de Châtellera

Rémission en faveur de Louis de Segrie, écuyer, de la Motte-d'Us­seau, qui avait fait mettre à mort le nommé Baudart, séducteur de sa femme, et l'instigateur de cette trahison, maître Guérin, et maltraité François Gébert, parce qu'il avait obtenu de sa fille bâtarde une promesse de mariage, signée de sa main.

Avril 1446 (avant le 17).

Charles, etc. Savoir faisons, etc., nous avoir receue l'um­ble supplicacion de nostre amé Loys de Segrie, escuier (1), contenant que ledit suppliant, pour acquicter sa loyaulté envers nous, tantost après que les Anglois, noz anciens ennemis et adversaires, furent, après la piteuse journée d' Agincourt, descenduz en nostre païs de Normandie, il se retrahy en nostre party et obéissance, soubz feu nostre cousin le conte d'Aubmarle (2), lequel il servit jusques à la mauvaise journée de Vernueil où il trespassa, et deux des frères dudit suppliant en son service; après la mort du­quel conte d'Aubmarle, ledit suppliant se retrahy au lieu de la Mote d'Usseau près Chastelheraud, où estoient ses femme et mesnage, et n'avoir lors icellui suppliant aucune charge ou occuppacion, si non que nostre cousin le conte de Harecourt qui à present est (3) , le mandoit aucunes foiz aler devers lui pout· ses affaires, où il aloit, et avoit ung appellé maistre Guerin qui avoit toute auctorité et gouvernement avec lui; lequel pria très affectueusement et instamment le dit suppliant qu'il prenist à sa charge et despence et avec lui audit lieu de la Mote ung sien parent, nommé Baudart, ce que, pour complaire audit maistre Guerin et aussi à nostre dit cousin de Harecourt, qui à la requeste ou pourchaz dudit maistre Guerin l'en prioit et requeroit, ledit suppliant octroya audit maistre Guerin.

Et fut ledit Baudart avec ledit suppliant audit lieu de la Mote à sa table et pareilz despens et couchié et levé comme lui, par l'espace de deux ans ou environ, sans avoir charge ou occupacion aucune.

Le quel Baudart estant ainsi en l'ostel dudit suppliant, par l'advertissement et introducion dudit maistre Guérin, comme par ce que dit sera cy après est à presumer, se accointa de la femme dudit suppliant, ou grant deshonneur dudit suppliant et de sa dicte femme, et fist tant que icelle femme lui bailloit l'or, argent et autres biens dudit suppliant sans compte ne mesure, pour ce qu'elle en avoit la garde et administra­cion.

Lesque]z or, argent et autres biens dudit suppliant, les diz Baudart et maistre Guerin despendoient audit lieu de Chastelheraud et ailleurs, où bon leur sembloit.

 Et non contens de ce, en faisoient leurs farses et mocqueries à part et scandallisoient l'estat et honneur dudit suppliant et de sa dicte femme et d'aucuns de leurs parens et amys, qui le sa voient bien et qui longuement le porterent en eulx, sans en advertir ledit suppliant.

Toutes voies, pour la grant honte et dommaige que deux des parens et amys dudit suppliant et de sadicte femme congneurent estre en la matière, et aussi qu'il leur laisoit mal de ce que les diz Baudart et maistre Guérin despendoient ainsi les diz biens dudit suppliant, se tirerent par devers ledit suppliant et lui disdrent et declairerent le cas, eulx courrouciez et plourans de ce qu'il Iailloit qu'ilz le lui deissent, et à la dicte cause les perdit ledit suppliant tous deux tantost après; car l'un s'en ala en Rodes et l'autre en la guerre, où ilz moururent.

Et advint de cas d'aventure que, en ce temps, ledit maistre Guerin fut en la male grace et malvueillance de nostre dit cousin de Harecourt, ce que le dit suppliant sceut; et .à la dicte cause et pour soy vengier desdiz cas, trouva moyens d'encores plus le mettre en ladicte malvueillance de nostre dit cousin de Harecourt et de. tous ceulx qu'il povoit savoir qui avoient puissance de luy nuyre.

Et tant fist et pourchaça icellui suppliant que ledit maistre Guerin fut mis en prison à Masieres ; lui estant èsquelles prisons, ledit suppliant se transporta par devers lui et lui remonstra les plaisirs qu'il avoit faiz à lui et audit Baudart, qu'il disoit estre son cousin; et la trayson et deshonneur qu'ilz lui avoient faiz, ce que ledit maistre Guerin ne lui confessa mie, ains les lui desnya.

Et pen de temps après ce, ledit maistre Guerin estant èsdictes prisons, ledit Baudart qui plus ne demouroit avec ledit suppliant audit lieu de la Mote, vint par devers icellui suppliant, à Chastelheraud et audit lieu de la Mote par diverses foiz, pour pourchacer la delivrance dudit maistre Guerin estant ainsi en prison audit lieu de Masieres, par l'auc­torité et commandement de nostre dit cousin.

Et advint à certain jour que le dit Baudart se transporta devers icellui suppliant, audit lieu de la Mote, pour pourchacer la dicte delivrance dudit maistre Guerin; et quant le dit suppliant le y apparceut, il faingny aler dehors· devant jour, et ordonna à deux ou trois de ses gens ou parens, et mesmement à ceulx qui l'avoient adverty dudit cas, d'eulx donner garde de sa femme et dudit Baudart, et que, s'ilz les trouvoient ensemble, de les tuer.

Et cela fait, ledit suppliant se party; et incontinant qu'il fut party, ledit Baudart se ala couchier avec la femme dudit suppliant, et y fut trouvé par ceulx qu'il avoit ainsi ordonnez pour eulx en prendre garde.

Lesquelz le cuiderent tuer et de fait l'eussent faiz, comme est à presumer, s'il ne se feust mis en résistance et défense.

A l'occasion desquelles choses s'éleva grant bruit audit lieu de la Mote, et telement que ledit suppliant qui n'es­toit pas loing oy ledit bruit et à ladicte cause retourna, et trouva que ledit Baudart estoit frappé à mort et mauldisoit ledit maistre Guérin, son cousin, qui à ce l'avoit exorté, adverty et conduit; et tantost après ledit Baudart ala de vie à trespassement.

Laquelle chose veant, ledit suppliant et qu'il doubtoit qu'il fust bruit de la mort dudit Baudart, et qu'il n'en feust appréhendé par justice, le fist giecter el mettre en ung vieil puys.

Lequel cas ainsi fait et advenu, ledit suppliant qui avoit esté present et oy comment le dit Baudart avoit ainsi accusé ledit maistre Guerin de lui avoir ainsi fait faire lesdietes traysons et mauvaitiez, fut plus indigné que devant à l'encontre d'icellui maistre Guérin, et à ladicte cause, de tout son povoir procura ses mal et mort vers nostre dit cousin de Harecourt,

Et après ce que nostre dit cousin de Harecourt, comme hault justicier, eut auctorisée la mort dudit maistre Guérin, ledit suppliant trouva manière de l'excecuter et faire excecuter par ceulx de sa compaignie, après ce qu'ilz furent acerteuez de la vouleuté de nostre dit cousin de Hurecourt, en la manière qui s'ensuit: c'est assavoir que ledit suppliant et ceulx de sa dicte compaignie se transporterent audit lieu de Masieres, où le dit maistre Guerin estoit emprisonné, et le firent monter à cheval en disant qu'ilz le menoient à Chastelheraud ou audit lieu de la Mote.

Et ainsi qu'ilz furent auprès d'un ehastel appelle Singay, ledit suppliant et autres de sa compaignie le misdrent et tirerent hors du chemin; et quant ledit suppliant vit qu'il fut assez loin­gnet (sic) et hors dudit chemin, il commança à reprou­chier audit maistre Guerin les traysons et maulx que lui et ledit Baudart lui avoient faiz, et ne lui parla ledit sup­pliant aucunement du fait de sa dicte femme, pour le grant mal et desplaisir qu'il en avoit au cuer et grant honte qu'il a voit d'en parler devant les assistans.

Et après que ledit suppliant lui eut fait ainsi lesdiz reprouches, il tira oultre son chemin et l'abandonna et laissa à ceulx qui le conduisoient, et s'en ala devant, pensant bien que ceulx qui le menoient lui feroient mauvaise compaignie.

Et de­puis le dit suppliant ne vit ledit maistre Guérin. Mais certain peu de temps après, ceulx à qui le dit suppliant l'avoit ainsi laissé, quant il les eut retrouvez, lui disdrent qu'il leur estoit eschappé, et l'autre lui dist autres parolles ; et ne leur en demanda ledit suppliant plus, car assez il pensoit et ymaginoit en soy comme il en estoit alé.

 Des­quelz cas ainsi advenuz ledit suppliant se tient autant coulpable et plus que se lui mesmes les avoit commis et perpétrez, mais la douleur qu'il avoir du fait de sa dicte femme, qui lui sembloit estre chose insupportable, le mist hors de tout entendement et bonne voulenté, et telement qu'il les fist faire et commettre, ainsi qu'ilz sont advenuz et cy dessus declairez.

 Et encores est depuis advenu que ung appelle François Gebert, à présent demourant à Chi­non et lors estant à l'Isle Bouchart, eut grant accez à la fille bastarde dudit suppliant, et telement qu'il fut rapporté audit suppliant que ledit Gebert l'avoit fiancée et avoit une cedule escripte et signée de la main d'elle, par laquelle elle le promettoit prendre à mary, dont le dit suppliant fut fort courroucié et merry; et à la dicte cause se transporta ledit suppliant en la chambre dudit Gebert et de sa mere, et y cercha et fist cercher, ès coffres et linges qui y estoient, savoir se ladicte cedulle y estoit ou non, et pour ce qu'il ne trouva pas ladicte cedulle, fist, ou courroux qu'il estoit, prendre ledit Gehert et le mettre en prison de son aucto­rité.

Et pour ce que ledit suppliant doubta fort que ledit Gebert ne voulsist poursuir ladicte bastarde pour mariage, icellui suppliant, pour en tenir ledit Gebert en subgiection, le fist obligier envers ung appellé Heudreville en certaine grant somme de deniers, dont ledit suppliant n'a riens eu ne de certains autres biens dont ledit Gebert l'accusoit avoir prins en son hostel et en l'ostel de sa dicte mere.

A l'occasion desquelz cas ainsi commis et perpétrez que dit est, ledit suppliant double que justice le vueille, ores ou pour le temps avenir, poursuit, prendre, appréhender et pugnir, qui seroit en son très grant grief, préjudice et dommaige, si comme il dit, et pour ce nous a humblement supplié et requis que, les choses dessus dictes considérées et les bons et agreables services que ledit suppliant et les siens nous ont faiz et aux nostres, ou fait de noz guerres et autrement, nous lui vueillons sur ce impartie noz grace et miséricorde.

Pour quoy nous, eu regard aux choses dessus dictes, voulans misericorde preferer à rigueur de justice, audit suppliant, etc, avons remis, quicté et par­donné, etc., satisfacion faicte à partie civilement tant seulement, se faicte n'est, etc.

Si donnons en mandement par ces présentes à nostre bailli de Touraine et des ressors et Exempcious d'Anjou et du Maine, et à tous noz autres justiciers, etc., qu'ilz facent ledit Loys de Segrye, suppliant, joir et user, etc.

 

Donné à Chinon, ou mois d'avril l'an de grace mil. CCCC. quarante cinq, et de nostre regne le XXIIIIe; avant (3) Pasques.

 

Ainsi signé: Par le roy, Monseigneur le daulphin, vous, le conte de Tancarville (4), le sire de la Varenne (5), maistre Helyes de Pompador (6), messire Jehan Le Boursier (7), chevalier, et plusieurs autres presens. Giraudeau. - Visa. Contenter. E. Froment.

 

 

Le 27 mai, il promulgua un édit ayant pour but d'établir que toute personne possédant tranquillement un emploi quelconque, depuis cinq ans, le gardera sa vie durant.

Deux jours après, il jugea un grand procès pendant depuis longtemps. Durant la détention du comte d'Armagnac, divers édits de confiscation avaient été portés contre lui. En sortant de prison, il réclama tout ce qui lui appartenait antérieurement, et qu'on lui avait retiré en vertu de ces édits ; mais refusant de faire droit à cette demande, Charles VII donna, le 27 mai 1446, à Chinon, des lettres par lesquelles il déclarait que ni le comte d'Armagnac, ni aucun de ses héritiers, ne pourrait réclamer tout ou partie des biens tombés sous l'arrêt de confiscation.

Étienne Chevalier nous a conservé avec soin le récit d'un magnifiqne carrousel qui eut lieu vers la même époque aux environs de Chinon, à michemin entre cette ville et Razilly. == >1446 Tournoi de Chevalerie, l'Emprise de la Gueule du Dragon (Guerre de Cent-Ans)

 

 

 

 

 Le château de la Motte à Usseau (Vienne) - Geoffroy Le Maingre de Boucicaut  <==

 


 

(1)   L'an 1433, les officiers du vicomte de Châtellerault, en tête desquels est nommé Louis de Segrie, s'étaient rendus coupables de « grarns desobeissances et autres excès, crimes et delictz, en la ville de Chastelairaut et ailleurs, tant sur l'execucion des arrestz de la court et autres lettres royaux, et contre les exécuteurs d'icelles. »

Les poursuites étaient motivées, entre autres, par des violences exercées contre un huissier du Parlement qui s'était présenté, avec mis­sion de se faire délivrer une jeune héritière de Poitiers séquestrée à Châtellerault.

Il s'agissait de Guillemine Berlant, dame des Halles de Poitiers, fille née posthume de Turpin Berlant, mort devant Gallardon. qui, étant sous la tutelle de son aïeule maternelle, Jeanne Boutaut, avait été enlevée par Pierre Berlant, son oncle. (Voir Arch. nat., Xia 9200, fol. 206, 230, 241 vo, aux 18 février, 4 et 31 mai 1434.)

La cour ne pouvait laisser braver aussi audacieusement son auto­rité; d'autre part, elle était tenue à de grands ménagements vis-à-­vis d'un puissant personnage comme le vicomte de Châtellerault, qui couvrait ses officiers.

Dans d'autres circonstances, elle avait rencontré la même résistance à ses ordres, et la répression n'avait pas toujours été possible. Un échec était encore à craindre celte fois. Aussi les curieuses délibérations consignées sur le registre du conseil au sujet de cette affaire montrent bien l'extrême embarras de la cour.

 Le 8 février 1434 n. s., elle donna toute liberté au pre­mier président d'écrire à Jean d'Harcourt, de lui faire toutes les remontrances, de lui déclarer que les informations seraient poursui­vies et que le roi serait instruit de la gravité et des conséquences de cette rébellion.

Le lendemain, on se ravise et on charge Hugues de Combarel, évêque de Poitiers, et Maurice Claveurier, lieutenant du sénéchal, de voir, «sans aucunement parler de par la court, se ilz pourront traictier doucement avec monseigneur de Chastelairaut et ses gens et officiers que icellui seigneur souffre et permette que les officiera du roy, en exécutant exploits de justice, aient plainiere obeissance en sa terre, et que pour faire led. traictié, ilz facent et puissent faire venir en la ville de Poictiers Loys de Segrie et au­tres en tel nombre que bon leur semblera, ausquelx, pendant icellui traictié, ne sera fait ne donné aucun empeschement par la court. »

Les négociations ne réussirent sans doute pas. Car, le 17 février, le Parlement se décida à décréter de prise de corps Louis de Segrie, Pierre Parcy, Jean des Hayes, juge de Châtellerault, et Jean Tréfi­lier, maître d'hôtel de Jean d'Harcourt.

Cependant, il ne fallait pas songer à s'en emparer de fait. On eût été obligé de recourir à la force armée et de faire le siège de la place. On se contenta donc d'ajourner, à cri public, les officiers du vicomte à comparaitre devant la cour.

 Enfin le 2 mars, revenant encore sur cette dernière mesure, la cour, dans une nouvelle délibération, conclut à ne rien faire, a jusqu'à ce qu'elle ait sceu quelle obeissance aura esté donné audit lieu de Chastelairaut sur l'execucion de certain adjornement en cas d'appel pour Me Robert des Roches. » C'était une défaite.

En ce qui touchait le procès intenté par les parents de Guillemine Berlant contre ceux qui la détenaient de force, les parties pouvaient continuer leurs poursuites et requérir ce que bon leur semblerait. En attendant, on avertirait décidément le roi et son conseil de ce qui se passait à Châtellerault. (X2a 21, aux 8, 9 et t7 février et 2 mars !434 n. s. ; cf. aussi Didier Neuville, Le Parlement de Poitiers, Revue historique, t. VI, janvier-avril t 878, p. 309.)

 (2). Le comte d'Aubmarle. Il s'agit de Jean VIII d'Harcourt, comte d'Aumale et de Mortain, né le 9 avril 1396, fils de Jean VII d'Harcourt et de Marie d'Alençon.

Ordonné capitaine des ville et château de Rouen et de la forteresse de Mont-Sainte-Catherine, le 15 avril 1417 (anc. mém, de la Chambre des Comptes H, fol. 86), puis lieutenant et capitaine général en Normandie, il se signala à la journée d'Azincourt, au combat de Cravant et à la bataille de Verneuil (17 août 1424}, où il fut tué.

Le comte d'Aumale ne laissa qu'un fils bâtard, Louis d'Harcourt, dit le bâtard d'Aumale, qui devint archevêque de Narbonne en 1452.

(3). Jean VII comte d'Harcourt et d'Aumale, redevenu vicomte de Châtellerault à la mort de son frère Louis, archevêque de Rouen, en 1422.

(4). Guillaume d'Harcourt, comte de Tancarville, vicomte de Melun, etc. (Voir ci -dcssus, p. 127, note.]

(5). Pierre de Brézé, seigneur de la Varenne, sénéchal de Poitou.

(6). Elie de Pompadour, d'une famille noble du Limousin, fut d'abord conseiller au Parlement de Poitiers.· Charles VII ayant mandé à la cour qu'il  désirait le pourvoir d'un office de conseiller clerc, celle-ci répondit, le 30 décembre 1429, que s'il plaisait au roi lui en donner lettres, elle le tenait pour élu.

Pompadour fut reçu le 29 janvier suivant. Nommé évêque d'Alet le 18 février 1448, il fut transféré le 29 novembre 1454 au siège épiscopal de Viviers, qu'il occupait encore en 1478.

(7). Jean Le Boursier, chevalier, seigneur d'Esternay, conseiller et chambellan du roi, fut aussi pourvu, vers 1449; de la charge de général des finances qu'il exerçait encore le 13 décembre 1460. Pendant les dix dernières années du règne de Charles VII, il fut mêlé à un grand nombre de négociations diplomatiques et remplit diverses ambassades importantes. (Cf. de Beaucourt, Hist. de Charles VII, t. IV à VI, passim.) .