1429 Saincte-Catherine de Fierbois

La célèbre lettre du 8 juin 1429, écrite de Selles-en-Berry (Selles-sur-Cher), conjointement par Guy XIV et André de Lohéac, nous montre les deux frères auprès de Charles VII.

 

On les suit pendant toute la campagne à laquelle Jeanne d'Arc prit part et on les trouve à Reims, le 17 juillet 1429, en ce jour si important pour la maison de Laval où Charles VII, en même temps qu'il nommait Gilles de Laval-Retz maréchal de France, érigeait Laval en comté, et donnait par là à ses seigneurs un rang éminent dans la noblesse française.

 

LETTRE Escrit à Selles ce mercredy 8 de juin

De Guy xiv du nom, sire de Laval, à ses mere et ayeule, dames de Laval et de Vitré, dans laquelle il est fait mention de la Pucelle d'Orleans.

Mes tres redoutées dames et meres, depuis que je vous escrivis de Saincte-Catherine de Fierbois vendredy dernier, j'arrivay le samedy à Loches , et allay voir monsieur le Dauphin au chastel, à l'issuë de vespres, en l'eglise collegiale: qui est tres-bel et gracieux seigneur, et tres-bien formé, et bien agile et habile, de l'aage d'environ sept ans (1) qu'il doit avoir; et illec vis ma cousine la dame de La Tremoüille, qui me fit tres-bonne chere, et, comme on dit, n'a plus que deux mois à porter son enfant. (2)

 Le dimanche j'arrivay à Sainct-Agnan, où estoit le Roy, et envoyé querir et venir de mon logis le sieur de Treves (3); et s'en alla au chastel avec luy mon oncle (4), pour signifier au Roy que j'estois venu, et pour sçavoir quand il luy plairoit que j'allasse devers luy : et j'eus response que j'y allasse si tost qu'il me plairoit, et me fit treshonne chere, et me dit moult de bonnes paroles.

Et quand il estoit allé par la chambre ou parlé avec aucun autre, il se retournoit chacune fois devers moy, pour me mettre en paroles d'aucunes choses, et disoit  que j'estois venu au besoing sans mander, et qu'il m'en sçavoit meilleur gré : et quand je luy disois que je n'avois pas amené telle compagnie que je desirois, il respondit qu'il suffisoit bien de ce que j'avois amené, et que j'avois bien pouvoir d'en recevoir greigneur (5) nombre; et dit le sire de Treves à sa maison, au sieur de La Chapelle (6), que le Roy et tous ceux d'environ luy avoient esté bien contens des personnes de mon frere et de moy, que nous leur revenions bien; et jura bien fort qu'il n'estoit pas mention que à un de ses amis et parens qu'il eust, il eust fait si bon accueil ny si bonne chere, dont il n'est pas meshistre (7) de faire bonne chere ne bon accueil, comme il disoit.

Et le lundy me party d'avec le Roy pour venir à Selles en Berry, à quatre lieuës de Sainct-Agnan; et fit le Roy venir au devant de luy la Pucelle, qui estoit de paravant à Selles.

Disoient aucuns que ce avoit esté en ma faveur, parce que (8) je la visse; et fit ladite Pucelle tres-bonne chere à mon frere et à moy, estant armée de toutes pieces, sauve la teste, et tenant la lance en main.

Et aprés que fusmes descendus à Selles, j'allay à son logis la voir; et fit venir le vin , et ine dit qu'elle m'en feroit bien-tost boire à Paris; et semble chose toute divine de son faict, et de la voir et de l'oüir.

Et s’est partie ce lundy aux vespres de Selles pour aller à Romorantin, à trois lieuës en allant avant, et approchant des advenuës, le mareschal de Boussac, et grand nombre de gens armez, et de la commune avec elle.

E la veis monter à cheval, armée tout en blanc, sauf la teste; une petite hache en sa main, sur un grand coursier noir, qui à l’huis de son logis se demenoit tres-fort, et ne souffroit qu'elle montast; et lors elle dit : « Menez-le à la croix , » qui estoit devant l'eglise auprés, au chemin.

Et lors elle monta, sans ce qu'il se meust, comme s'il fust lié : et lors se tourna vers l'huys de l'eglise, qui estoit bien prochain, et dit en assez voix de femme : « Vous les prestres et gens d'eglise, faites procession et prieres à Dieu, »

Et lors se retourna à son chemin, en disant : « Tirez avant, tirez avant !» son estendart ployé que portoit un gracieux page, et avoit sa hache petite en la main : et un sien frere (9) qui est venu depuis huit jours partoit aussi avec elle, tout armé en blanc.

Et arriva ce lundy à Selles monsieur le duc d'Alençon , qui a tres-grosse compagnée, et ay aujourd’huy gagné de luy à la paulme une convenance (8), et n'est point encore icy venu mon frere de Vendosme. (10)

J'ay icy trouvé l'un des gentilshommes de mon frere de Chauvigny (11), pource qu'il avoit desja oüy que j'estois arrivé à Saincte Catherine, et m'a dit qu'il avoit escrit aux nobles de ses terres, et qu'il pense estre bien-tost par deçà; et dit que ma soeur est bien sa mye, et plus grasse qu'elle n'a accoustumé.

 Et dit l'on icy que monsieur le connestable (12) vient avec six cent hommes d'armes, et quatre cent hommes de traict; et que Jean de La Roche vient aussi (13): et que le Roy n'eut pieça si grande compagnie que on espere estre icy; ne oncques gens n'allerent de meilleure volonté en besongne que vont à cette-cy : et doit ce jourd’huy arriver icy mon cousin de Rais, et croist ma compagnie; et quoy que ce soit, ce qu'il y a est bien honneste et d'appareil; et y est le seigneur d'Argenton l'un des principaux gouverneurs, qui me fait bien bon recueil et bonne chere; mais de l'argent n'y en a-il point à la cour, que si estroitement, que pour le temps present je n'y espere aucune recousse ny soustenue.

(Le Château de Champtocé, lieu de naissance de Gilles de Rais, place forte de l’Anjou pour lutter contre le Duché de Bretagne.)

Pource vous, madame ma mere, qui avez mon sceau, n'espargnez point ma terre par vente ne par engage (14); ou advisez plus convenable à faire, là où nos personnes sont à estre sauvez, ou aussi par defaut abaissez, et par aventure en voye de perir : car si nous ne faismes (15) ainsi, veu qu'il n'y a point de soulde, nous demeurerons tous seuls; et jusques icy nostre faict a encor esté et est en bon honneur, et a esté nostre venuë au Roy et à ses gens tous, et aussi aux autres seigneurs qui viennent de toutes parts, bien agreable; et nous font tous meilleure chere que ne vous pourrions escrire.

La Pucelle m'a dit en son logis, comme je la suis allé y voir, que trois jours avant mon arrivée elle avoit envoyé à vous, mon ayeule, un bien petit anneau d'or; mais que c'estoit bien petite chose, et qu'elle vous eust volontiers envoyé mieux, consideré votre recommandation.

Ce jourd'hui monsieur d'Alençon, le bastard d'Orleans et Gaucourt doivent partir de ce lieu de Selles, et aller aprés la Pucelle; et avez fait bailler je ne sçay quelles lettres à mon cousin de La Trimoüille et sieur de Treves, par occasion desquelles le Roy s'efforce de me vouloir retenir avec luy jusques à ce que la Pucelle ait esté devant les places angleiches d'environ Orleans, où l'on va mettre le siege, et est desja l’artillerie pourveuë; et ne s'esmayd (16) point la Pucelle, qu'elle ne soit tantost avec le Roy, disant que lorsqu'il prendra son chemin à tirer avant vers Rheims, que je irois avec luy; mais ja Dieu ne vëuille que je ne le face, et que je ne aille; et entretant en dit mon frere; et comme monsieur d'Alençon ce que abandonné : qui (17) seroit celuy qui demeureroit; et pense que le Roy partira ce jeudy d'icy, pour s'y approcher plus prés de l'ost; et viennent gens de toutes parts chacun jour.

Aprés vous feray sçavoir, si tost qu'on aura aucune chose besongné, ce qui aura esté executé; et espere l'on que avant qu'il soit dix jours la chose soit bien advancée de costé ou d'autre : mais tous ont si bonne esperance en Dieu, que je croy qu'il nous aydera.

Mes tres redoutées dames et meres, nous nous recommandons mon frere et moy à vous le plus humblement que pouvons, et vous envoye des blancs signez de ma main, afin, si bon vous semble, du datte de cette presente escrire aucune chose du contenu cy-dedans à M. le duc (18), que luy en escrivez : car je ne luy escris oncques puis; et vous plaise aussi sommairement nous escrire de vos nouvelles, et vous, madame ma mere, en quelle santé vous vous trouvez aprés les medecines qu'avez prises : car j'en suis à tres-grand malaise (19), et vous envoye dessus ces presentes minute de mon testament, afin que vous, mes meres, m'advertissez et escrivez par les prochainement venans, de ce que bon vous semblera que j'y adjouste; et y pense encor de moy y adjouster entre (20) deux : mais je n'ay encor eu que peu de loisir.

Mes tres-redoutées dames et meres, je prie le benoist fils de Dieu qui vous doint bonne vie et longue, et nous recommandons aussi tous deux à nostre frere Loüis; et pour le liseur de ces presentes, que nous saluons, le sieur Du Boschet, et nostre cousine sa fille, ma cousine de La Chapelle, et toute vostre compagnie.

Et pour l'accés et...... solliciter de la chevance (21) au mieux que faire se pourra; et n'avons plus en tout qu'environ trois cent escus du poids de France.

 

Escrit à Selles ce mercredy 8 de juin (22).

Et ce vespres sont arrivez icy M. de Vendosme, M. de Boussac et autres; et La Hire s'est approché de l'ost, et aussi on besongnera bien-tost : Dieu veüille que ce soit à vostre desir! Vos humbles fils Guy et André de Laval, et Guy (23) de Laval.

 

 

 

 

Depuis le règne de Phillippe-Auguste, jusqu'au commencement du dix ..., Volume 8

 

 

Suite à la victoire d'Orléans, le 22 mai 1429 Jeanne d’Arc retrouve au logis royal de Loches le futur roi Charles VII <==.... ....==> Septembre 1429, Charles VII autorise le maréchal Gilles de Laval-Retz, seigneur de Tiffauges, à modifier son blason

 


 (Entrées Solennelles à Loches - 1261, le roi de France saint Louis visite la collégiale Saint-Ours.)

(1) Il estoit né l'an 1422, ou, selon d'autres, 1423; et par conséquent cette lettre doit avoir esté escrite environ l'an 1429. Louis XI était né à Bourges le samedi 3 juillet 1423 (Voir de Beaucourt. Charles VII, Il, 60).

(2)  Catherine de l'Isle-Bouchard, veuve de Pierre de Ciac, était devenue, le 2 juillet 1427, la seconde femme de Georges de la Trémoïlle.

(3). Robert Le Maçon, ancien garde des sceaux, était seigneur de Trèves par un achat du 10 août 1416 (Voir Port, Dictionnaire de Maine-et-I.oire, II, 494). Château de Trêves de Robert le Maçon, chancelier du Dauphin Charles, protecteur et compagnon d'armes de Jeanne d'Arc.

(4). En 1429, Guy XIV n'avait qu'un seul oncle, le frère de son père. Guillaume de Montfort, évéque de Saint-Malo, qui mourut cardinal le 27 septembre 1432 mais le personnage qualifié ainsi d'oncle était le cousin germain de Jeanne de Laval –Châtillon : Guy de Laval Pommerieux, celui-là même dont l'épitaphe existe encore dans la chapelle de Clermont.

(5)  Greigneur : plus grand.

(6). Jean II de la Chapelle-Bainsouin  (Voir Revue du Maine, XXVII, 83).

(7) Meshistre : peut-estre chiche

(8) Parce que : afin que.

(9) Il s’appeloit Pierre Du Lys

(10) Louis de Bourbon, comte de Vendôme, époux depuis 1424 de Jeanne de Laval, sœur de Guy XIV.

(11). Guy de Chauvigny, seigneur de Châteauroux, vicomte de Brosse, époux de Catherine de Laval, sœur de Guy XIV.

 (12) Artus, depuis duc de Bretagne.

(13) Il s'agit ici de Jean de La Rochefoucauld,  seigneur de Barbezieux, Verteuil. Mussidan, qui fut sénéchal du Poitou et dont la curieuse biographie, dressée en 1895 par M. Clément Simon, est insérée dans la Revue des Questions historiques (LVII, 41-65) « On n'a pas la preuve que Jean de la Roche, attendu à Selles, y soit arrivé. Nos recherches pour trouver trace de sa présence aux côtés de Jeanne d'Arc ont été infructueuses. » (Ibid. 54).

(14) Engage : engagement.

(15) Ne faismes : ne faisons.

(16) Ne s'esmayd : ne s'esmeut, ne s'effraye, ne s'inquiete. 

(17) Ce que abandonné, qui : je ne veux faire; car qui, etc.

(18) Le duc de Bretagne.

(19) A fres-grand malaise : fort en peine.

(20) Entre : cependant.

(21) De la chevance : de l'argent.

(22) La datte doit estre de l'année 1428 ou 1429.

 (23) Peut-estre Gilles.