Veuve sans enfants de Hugue de Châlons, deuxième fils de Louis I, comte de Tonnerre, la riche héritière des seigneurs de l’Isle Bouchard, la belle et bonne dame (1) choisie pour marraine du dauphin (Louis XI), fut contrainte de se remarier avec le favori du roi Charles VII, Pierre de Giac, qui pour contracter cette union avait empoisonné, dit-on, sa femme Jeanne de Naillac, alors enceinte.

Peu de mois après que le connétable de Richemont eut fait noyer Giac, février 1437, Catherine épousa le nouveau favori, Georges de la Trémoille, dont la première femme Jeanne, comtesse d'Auvergne et de Boulogne, ne lui avait pas laissé de postérité.

Elle devint veuve pour la troisième fois, le 6 mai 1445, par la mort de Georges, dont elle eut deux fils et une fille.

Le P. Anselme a commis deux erreurs (2) à son égard en donnant à son dernier mariage !a date de 1425, et en !a faisant mourir en 1474.

L'état original de la dépense faite pour son enterrement fut arrêté le 30 juillet 1472.

La lettre signée qui suit se rapporte à l'année 1430, indiquée par plusieurs actes inédits comme celle de la destitution, après plusieurs enquêtes, de l'administrateur de l'Aumônerie de Doué, dont la conduite était telle « que les pauvres n'y sont point alymentez de leur substentacion, et les lits et autres meubles du tout déperduz, ou la plus grant partie d'iceulx, et les héritages demeurez en desseyert, comme vignes, gaigneries, granges et autres héritages déperduz, qui est chouse piteusse à voirs. »

 Outre la puissante baronnie de Doué, Catherine possédait encore en Anjou celle de Rochefort-sur-Loire, dont elle n'avait pas abandonné le gouvernement à son mari.

A noz chers et bien amez les chanoines, cappitaine, bailli, procureur, receveur, bougoiz, manans et habitans de ma ville de Doué, et à chascun d’eulx.

 

« Chers et bien amez, je escrips par devers vous pour ce que Monsgr, après lui bien informé du petit gouvernement de Guillaume Foulon en l'administracion de l'Aumosnerie de Doué, qu'il a eue par longtemps, à laquelle il estoit tenu, selon la fondacion que mes prédécesseurs ont faicte, soustenir les maisons, cultiver les vignes et les terres, administrer aux povres leurs neccessitez, et tout ce qui appartient à faire à Hostel Dieu, dont il n'a riens fait; pourquoy Monsgr y a pourveu, à ma requeste, après informacion faicte, et y a commis mon chappellain et secrétaire messire Pierre Furet, pour icelle gouverner selon ce que je lui ay enchargé.

Si vous prie, tous ensembles et chascun par soy, que à mondit chappellain en baillez la possession réalment et de fait, et deffendez, de par Monsgr et de par moy, à Guillaume Foulon, que du gouvernement plus ne s'entremette; et aussi deffendez à tous ceulx qui aucune chose donnent à l'Aumosnerie que de cy en avant ne lui en paient ne baillent riens.

Et lui faictez rendre compte-des utensilles de la maison et autres choses par lui receues son temps durant, ou se vous n'en faictes si bonne diligence comme il appartient et que en vous je m'en fie, pour le salut des âmes de moy et de mes prédécesseurs, je vous promet que vous ne ferez pas le plaisir de Monsgr ne de moy. Et vous prie que de vostre diligence me rescripvez.

Escript a Suly, le XIIe jour d'avril.

 La dame de la Trémoille, de Suly, de Craon et de Doué,

 KATERINE

 

 

 

 ==> Du 28 au 31 aout 1459 le roi Charles VII au château du Rivau lez Chinon, Catherine de l'Ile-Bouchard

 

 


De gueules à deux léopards d'or, l'un sur l'autre.

(1) Vallet de Viviville, Histoire de Charles VII. I, p. 387.

(2) L'Art de vérifier les dates, vol. 2, p. 574, col 2, la confond avec la mère de Giac, Jeanne du Peschin.