1246, Lettre du seigneur de la Rocheservière Thibaut Chabot au comte de Poitou, Alphonse de France frère de Louis IX, roi de France

D'après l'orthographe actuelle de son nom, les étymologistes peuvent dire que Rocheservière a été fondée par une colonie de serfs.

Le remplacement du S par un C rectifierait leur erreur et rétablirait l'ancienne dénomination : Rupes Cerveria, Rupes Cerverii ;

 c'est-à-dire rocher fréquenté jadis par des cerfs, ou habité par un chasseur surnommé le Cervier parce qu'il tuait souvent, avec ou sans la permission du seigneur, les cerfs de la forêt voisine.

Sous le règne de Saint-Louis, quand le Poitou était possédé et gouverné par son digne frère Alphonse, et commençait à sortir de l'ère féodale pour se soumettre au pouvoir monarchique, Rocheservière appartenait à un membre de la nombreuse et importante famille des Chabot.

Loin d'attirer par ses actes les châtiments provoqués par la violence de son parent Girard Chabot sire de Rays, seigneur de Machecoul, (1), Thibaut mérita l'amitié et la confiance d'Alphonse.

Assisté d'un bourgeois de Tours, qui était probablement très-versé dans la connaissance du droit coutumier, il fut chargé de faire une enquête au sujet des débats existant entre les héritiers de deux baronnies relevant du comté de Poitou.

(Panorama des remparts du château de la Rocheservière)

 

Voici la traduction de la lettre par laquelle ils rendirent compte de leur mission (2) :

A leur très excellent seigneur Alphonse, fils du roi de France et comte du Poitou, Thibaut Chabot, chevalier, seigneur de Rochecervière, et Geoffroy Rahier, bourgeois de Tours, siens en toutes choses et envers toutes personnes, salut et volonté constante de lui rendre leurs devoirs.

Nous signifions à Votre Excellence que nous avons établi la paix entre le seigneur Pierre de Veluire, chevalier, et sa femme Agnès d'une part, et Reynaud de Précigné et Létice sa femme, d'autre part, de leur consentement réciproque, au sujet du procès existant entre eux à l'occasion des fiefs et autres dépendances de la succession de feu noble homme Guillaume, seigneur de Mauzé et de Marans.

 Et sachez que nous avons fait une enquête sur tous les fiefs tenus en baronnie de Marans et de Mauzé, ainsi que sur les usages de la contrée dans laquelle ils sont situés, et que nous n'y avons trouvé aucune dérogation à la coutume du pays.

Fait la veille de la saint-Martin (3) d'été, l'an du Seigneur 1246.

 

 Société d'émulation de la Vendée

 

 

 

==> Rocheservière, Panorama 360 Butte Sébrand et Thibaud CHABOT (Fortifications du château)

 

 Sur la Terre de nos ancêtres du Poitou - Aquitania (LES GRANDES DATES DE L'HISTOIRE DU POITOU )<==... ....==> Mai 1269 Charte des hauts barons du Poitou, concernant les rachats à merci – Liste des Sénéchaux d’Alphonse Comte de Poitiers

 

 


 

(1) V. Bibliothèque de l'École des Chartes, 4e série, vol. 4, p. 76-80, et Revue des provinces de l'Ouest, 1er année, 2e partie, p. 272, 273.

 (2) Orig. Archives de l'Empire, J. 190, n' 26, au bas duquel est suspendu le sceau de Thibaut, représentant d'un côté un cavalier armé de toutes pièces, et de l'autre un écu chargé de trois poissons à grosse tête, nommés alors chabots et aujourd'hui grondins.

(3) La translation de ses reliques était célébrée le 4 juillet.