La chevauchée 1412 du sire de Parthenay, Jean Larchevêque et Jacques d’Heilly à la conquête du Poitou

 Le fait rapporté en cet endroit mérite quelques explications. Il se rapporte à un épisode important de l’histoire poitevine, dont les chroniqueurs contemporains, préoccupés surtout des événements d’un intérêt plus général, ont presque tous négligé de parler.

La faction de Bourgogne, alors toute puissante à la cour, avait résolu de déposséder de ses États le duc de Berry, l’un des principaux chefs du parti contraire.

Jacques d’Heilly, investi de pouvoirs spéciaux, fut chargé des opérations en Poitou.

 

Le sire de Parthenay, Jean Larchevêque, dont la défection récente avait porté un coup sensible à l’autorité du duc de Berry dans son comté, prêta au lieutenant de Jean-sans-Peur un concours efficace et mit à son service la grande influence et les nombreux contingents féodaux dont il disposait dans le pays.

Parmi les autres chefs, on comptait le seigneur de Sainte-Sévère et Jacques de Montberon, sénéchal de Saintonge.

L’expédition paraît avoir réussi au- delà de toute espérance. Jean Jouvenel des Ursins, Gilles le Bouvier, autrement dit le héraut Berry, Pierre de Fenin et Jean Lefèvre de Saint-Rémy la passent complètement sous silence.

Monstrelet se contente de dire, sous l’année 1412 : « Et d’autre partie, le seigneur d’Heilly et Enguerran de Bournonville mectoient en grant subjection le pays de Poictou, et en ces propres jours destrousserent deux cens combatans des gens du duc de Berry assez près de la ville de Montfaulcon. » (Chronique, édit. Douët-d’Arcq, t. II, p. 256.)

L’éditeur identifie à tort cette localité avec une « seigneurie de Poitou, en l’élection de Châtellerault » ; car il s’agit d’une ville de Berry.

Seul, le religieux de Saint-Denis donne un récit développé de la campagne du sire d’Heilly en Poitou. (Chronique, édit. Bellaguet. Documents inédits, 6 vol. in-4°, t. IV, 1842, p. 411-415.) Cet historien ordinairement bien renseigné mérite confiance, quoique sa partialité en faveur du duc de Bourgogne rende souvent ses appréciations suspectes. On ne peut malheureusement le contrôler de tout point.

Le savant auteur de l’histoire de Parthenay a complété la relation du chroniqueur à l’aide de documents des Archives municipales de Poitiers, et c’est à son travail surtout qu’il faut demander les détails des événements des quatre premiers mois de l’année 1412. (B. Ledain, La Gâtine historique et monumentale. Paris, Claye, 1876, in-4°, p. 192, 193.)

 

Un autre texte enregistré au Parlement marque les principales étapes de cette chevauchée.

Pierre Aymer, de Taillebourg, ayant fait partie de l’armée du lieutenant du duc de Bourgogne, avait obtenu des lettres d’état, confirmées le 1er décembre 1413.

Dans ce document, on donne comme raison de cette faveur, que l’impétrant « avoit esté longuement occupé en nostre service, ou voiage et armée, en la compaignie et soubz le gouvernement de nostre amé et feal conseiller et chambellan, Jacques sire de Hely, mareschal de Guienne, gouverneur de la Rochelle et commis de par nous ès païs, comté et seigneuries de Poitou, Xanctonge, Angoulesme, Limosin et Perregort, à les mettre et reduire en nostre obeissance, pour la rebellion d’aucuns de noz subgiez et ennemis, et avoir esté en la compaignie de nostre dit chambellan à Fontenay le Comte, à Saint Maixent, à Mele, à Poitiers, à Chasteaudun, à Chizet, à Civray, à Charlusset, à Aixe, à Poillac et ailleurs en pluseurs lieux, et durant ledit temps l’avoit nostre dit chambellan envoyé par deux foiz à Paris, par devers nostre très chier filz le duc de Guienne… » (X2a 16, fol. 192.)

Ce passage justifie l’assertion de MM. B. Fillon et de Rochebrune, que le sire d’Heilly s’empara par surprise de Fontenay, au mois de janvier 1412, c’est-à-dire dès son arrivée en Poitou et au début de la campagne. (Poitou et Vendée, 1re livraison, p. 32.)

En février, on retrouve les sires d’Heilly et de Parthenay ensemble à Saint-Maixent.

 Une partie de ce mois fut employée aux négociations pour la reddition de Poitiers.

 

 

Quelques jours après, le premier vendredi de carême, ils sont à Montreuil-Bonnin, où une nouvelle députation de Poitiers vient traiter avec eux et leur offrir des présents.

Les bourgeois chargèrent en même temps le héraut du sire de Parthenay de porter de leur part une lettre à Niort, au sénéchal Jean de Torsay qui tenait évidemment cette ville pour le duc de Berry.

 

C'est à la suite de ces négociations, d'ailleurs assez peu connues, que les sires de Heilly et de Parthenay se présentèrent devant Poitiers dans les premiers jours de mars.

Casin, à qui le duc de Berry avait confié le commandement de cette ville, se soumit à la première sommation des lieutenants bourguignons, et les bourgeois payèrent les frais de séjour du sire de Parthenay (1).

Le sire de Heilly et Jean L'Archevêque accordèrent aux Poitevins des conditions avantageuses et honorables qu'ils promirent de faire ratifier par le roi.

 

 

 

Melle 15 mars

Puis ils partirent pour Melle. Les bourgeois, qui voulaient avoir entre leurs mains des garanties sérieuses, envoyèrent, vers le 15 mars, une députation à MM. de Parthenay et de Heilly pour obtenir d'eux leurs lettres des promesses et convenances par eux faites à la ville quand ils y entrèrent nouvellement et certaines lettres closes adressées au roi afin que les dites promesses fussent confirmées. Les délégués ne les ayant pas rencontrés à Melle d'où ils étaient partis, coururent après eux à Civray. (2)

Mais ce ne fut que vers le 14 avril que les bourgeois poitevins arrachèrent enfin à Jean L'Archevêque les lettres des dites convenances auxquelles il apposa son sceau à Parthenay.

De nouvelles députations et de nouvelles missives probablement relatives à la même affaire, furent envoyées au même seigneur à Parthenay aux mois de juin et d'août 1412 (3).

La soumission inattendue de Poitiers avait semé le découragement parmi les chevaliers qui tenaient encore pour les princes d'Orléans, en Poitou

 

 Mais le découragement fit bientôt place à la colère. Renfermés dans plusieurs places fortifiées de la province, les Orléanais opéraient de fréquentes sorties, tombant à l'improviste sur les campagnes voisines et mettant tout à feu et à sang.

 

 

 

 A la Mardigrelle 1412, salé Saute Bourguignon- Sac de Fontenay-le-Comte, par les Bourguignons sous la conduite du sire Heilly<==.... ....==> 31 mars 1412 - Après la soumission de la ville de Poitiers, reddition des châteaux de Chizé et Niort

 

 


 

— 1. Arch. munic. de Poitiers, K. 4, liasse 35.

— 2. Chron. du religieux de Saint- Denis, t. IV. — Arch. munic. de Poitiers, K. 4, liasse 35.

— 3. Arch. munic. de Poitiers, K. 4, liasse 35, Reg. I, f° 14.