1730 Ordonnance du Roy pour l’établissement d’une compagnie de Cadets au Port de Rochefort

Du 27. May 1730.  DE PAR LE ROY:

SA MAJESTE estimant necessaire pour le bien de son service, de former dans la discipline militaire de jeunes Gentilshommes, pour les mettre en estat de remplir à l'avenir les emplois qui pourront vaquer dans les Troupes d'Infan­terie qu'Elle entretient aux Colonies, et particulièrement dans celles des Illes de I' Amérique meridionale ;

 Elle a jugé que rien n'estoit plus convenable que l'establissement d'une Compagnie de Cadets; et Sa Majesté s'y est d'autant plus volontiers déterminée, qu'en formant de jeunes Gens pour les emplois militaires, Elle procurera à la Noblesse et aux Offi­ciers de son Royaume et des Colonies, les moyens de placer leurs enfans dans le service :

Dans cette vue Sa Majesté a ordonné et ordonne ce qui suit.

ARTICLE PREMIER.

LADITE Compagnie sera composée d'un Officier Com­mandant, qui fera Lieutenant de Vaisseau ; d'un Officier en second , qui sera Enseigne de Vaisseau; de deux Sergents, qui seront tirez dans la suite et choisis du nombre des Cadets les plus capables de remplacer ceux qui manqueront , mais Sa Majesté entend que pour cette première fois ils soient choisis parmi les Gardes de la Marine ; et de vingt - huit Gentils­hommes, pour achever le nombre de trente dont la Compagnie sera composée.

II

Il n'y- sera admis aucun Cadet qui ne soit de l'âge de quinze ans au moins, et non au-dessus de vingt-deux ans.

III.

LADITE Compagnie sera placée dans le Port de Roche­fort, où elle fera sa résidence.

I V.

Les Cadets seront instruits par les Maîtres de Lecture, d'Ecriture , des Mathématiques, d'Armes et à Danser , établis pour apprendre ces exercices aux Gardes de la Marine, ausquels ils vaqueront les après- midy des jours d'école; et il sera pourvu par Sa Majesté à sa récompense desdits Maîtres, pour les soins qu'ils donneront à l’instruction des Cadets.

 

 

L'HABILLEMENT de ladite Compagnie sera, sçavoir les Sergents et Cadets, d'un Jusle-au-corps de Drap gris blanc, doublé de bleu, Boutons de cuivre doré, la Veste et Culotte de Drap bleu, les Bas bleus, et le Chapeau bordé d’un galon d’or fin.

· V I.

LEDIT habillement sera fait aux dépens desdits Sergens et Cadets, au moyen de quoy il ne leur sera fait aucune re­tenue sur leur solde pour la masse.

V I I.

LE Commandant de ladite Compagnie fera payé de cin­quante livres par mois , outre ses appointements de Lieute­nant de Vaisseau ; l'0fficier en second de trente livres par mois, outre ses appointements d'Enseigne de Vaisseau ; cha­cun des deux Sergents de trente livres; chacun des deux Capo­raux de vingt-une livres; chacun des deux Anspessades de dix· huit livres; et chacun des vingt-quatre Cadets de quinze livres; et le Tambour de quinze livres, aussi par mois, suivant les Re­vues qui en feront faites par le Commissaire de la Marine qui aura la police des Troupes audit Port de Rochefort.

V III.

IL ne pourra à l'avenir estre admis dans les Places d'Offi­ciers des Troupes que Sa Majesté entretient dans les Isles de l'Amerique, que les Cadets de ladite Compagnie, à l'exception néantmoins des Officiers de Marine, des Gardes du Pavillon et de la Marine, et autres Officiers. ·

MANDE et ordonne Sa Majesté à Mons. le Comte de Toulouse Amiral de France,  au Commandant et à l'Intendant du Port de Rochefort, et à tous autres Officiers qu'il appartiendra, de tenir la main à l'exécution de la présente Ordonnance.

 

FAIT à Fontainebleau le vingt-sept May mil sept cens trente,

Signé LOUIS.

Et plus bas, PHELYPEAUX.  

 

 

Le Comte de Toulouse Amiral de France

Vu l'Ordonnance du Roy cy-dessus , à Nous adressée avec ordre de tenir la main à son execution : MANDONS au Commandant, à l'Intendant du· Port de Rochefort, et à tous autres Officiers de Marine qu'il appartiendra , de tenir la main à son exécution.

Fait à Paris le douze Juin mil sept cens trente.

Signé L. A. de BOURBON.

Et plus bas Par son Altesse Sérénissime, Signé LENFANT

 

 

 Sur la Terre de nos ancêtres du Poitou - Aquitania (LES GRANDES DATES DE L'HISTOIRE DU POITOU ) <==.... ....==> A l'époque de Louis XV lorsqu'un vaisseau devait être construit, nous voyons le port Rochefort reprendre vie

 


 

Les compagnies de jeunes gentilshommes ou compagnies de cadets sont des écoles françaises d'officiers subalternes créées en 1682 à l'initiative de Louvois.

Elles forment pour l'infanterie des jeunes hommes de 14 à 25 ans, issus de la noblesse peu fortunée ou quelquefois de la bourgeoisie aisée. Elles dispensent une formation militaire, des cours d'escrime et de danse, mais aussi de mathématiques, de fortification, de dessin et d'allemand.

Elles sont supprimées en 1696. Rétablies en 1726, elles sont regroupées en 1732, à Metz, en une compagnie unique. Cette dernière est licenciée en 1733.

En 1669, des « compagnies des gardes de la marine » sont créées pour former les officiers de la Marine royale. Une compagnie de cadets est créée en 1730 pour former les officiers des régiments d'infanterie des colonies.