Église Notre-Dame et Saint-Junien de Lusignan Historique et datation

La mention la plus ancienne de l’église date de 1025 (cartulaire de Nouaillé) et nous apprend que Hugues IV, seigneur de Lusignan, décide de construire face à son château une église qu’il confie aux moines de l’abbaye de Nouaillé.

L’église actuelle de Lusignan n’est pas celle de Hugues IV. Cependant, l’étude de l’architecture et de sculpture révèle que le bras nord du transept et les murs gouttereaux auraient été bâtis dans la première moitié du 11e siècle (petit appareil caractéristique de moellons – ancienne porte à linteau du côté sud, à côté de la tourelle d’escalier). L’intérêt se porte sur les chapiteaux aux feuillages stylisés de la chapelle nord qui rappellent la sculpture du 11e siècle des édifices majeurs de Poitiers : Saint Hilaire le Grand et Notre-Dame la Grande.

Le reste de l’église apparait plus récent, probablement du milieu du 12e siècle. L’emploi de curieux boudins entrecroisés dans le chœur (voûte reprise au 19e siècle) tendrait même à placer l’église dans la seconde moitié du 12e siècle. Ce principe a aussi été adopté à Jazeneuil (voûte d’origine).

Des traces de peinture sont encore visibles au fond du croisillon sud ; on sait par ailleurs, grâce à un rapport sur la restauration de l’église du 1er septembre 1850, qu’un Christ avait été peint dans la crypte. On mentionne également des vestiges de tombes.

Enfin, des travaux de réparations et d’aménagements sont entrepris sans doute à la fin du 15e siècle. Si les deux travées orientales de la nef ont conservé leur berceau roman du 12e siècle, les cinq autres travées ont été reconstruites après la guerre de Cent ans (délivrance de Lusignan par Du Guesclin en 1374).

Les écussons des clefs de voûte permettent de fixer la date entre 1491 et 1510. Vraisemblablement à la même époque, un porche flamboyant est rajouté du côté sud de l’église .

 Église Notre-Dame et Saint-Junien de Lusignan (Historique et datation) (3)

Description

L’église est constituée d’une nef à collatéraux de sept travées, d’un transept avec deux absidioles (chapelle sud plus profonde) et d’un chœur à travée droite établi sur une crypte, d’où la position surélevée de ce sanctuaire.

Différents types de voûtement sont repérables : un berceau plein cintre dans le bras nord du transept, un berceau brisé dans le bras sud et dans les deux travées orientales de la nef, une coupole sur trompes à la croisée, des voûtes d’arêtes dans la crypte et un voûtement d’ogives quadripartites dans les premières travées de la nef. L’emploi de colonne jumelées à la croisée du transept et dans la nef oblige l’usage de corbeilles doubles.

Église Notre-Dame et Saint-Junien de Lusignan (Historique et datation) (4)

Des cordons verticaux, décoré de fleurs en boutons ou de boules, ornent l’angle des piliers orientaux de la nef (même système à Jazeneuil).

Les fenêtres sont de styles variés : en plein cintre au nord et dans la nef, à colonnettes partout ailleurs, sauf une fenêtre gothique côté sud.

Les trois vaisseaux de la nef sont portés sensiblement à la même hauteur, l’église est alors dite halle, partie d’élévation caractéristique des constructions poitevines.

 

Église Notre-Dame et Saint-Junien de Lusignan (Historique et datation) (2)

Mobilier

A voir dans l’église : de nombreuses dalles funéraires des 16e-18e siècles insérées dans le dallage, un gisant du 13e siècle représentant un chevalier, provenant de l’ancienne commanderie templières de Roche à Cloué, un groupe sculpté du 16e siècle (sur l’autel), un tableau du 17e siècle représentant la légende de Saint Roch, une vierge à l’enfant du 17e siècle et un retable avec tabernacle du 18e siècle (bras du transept sud).

Vitraux

Tous les vitraux datent du 19e siècle et proviennent principalement de l’atelier Guérithault de poitiers (entre 1864 et 1893).

Église Notre-Dame et Saint-Junien de Lusignan (Historique et datation) (5)

0 Celui du Chœur Assomption de la Vierge a été réalisé par l’atelier Eugène Denis de Nantes (1862), commande de l’abbé Jarlit, curé de Lusignan.

Les sujets des verrières sont nombreux :Plan de l’église Notre-Dame et Saint-Julien de Lusignan

1 Saint Pierre, 2 Saint Martin, 5 Saintes Radegonde, Elisabeth et Marthe, 7 apparition de Paray-le-Monial et donateurs, 12 Saint Antoine de Padoue (dons de la famille Berliez),

8 éducation de la Vierge (chapelle restaurée par les soins de Mme de la Liborlière).

3.7.6.10.14.20.23.26 représentent différents motifs de grisailles,

11 Saint Alphonse 16 Sainte Elisabeth (dons de la famille Marseault-Richard),

17 Saint François d’Assise (don de l’abbé Jarlit, curé de Lusignan),

25 verrière ornementale et héraldique.

 Église Notre-Dame et Saint-Junien de Lusignan (Historique et datation) (1)

 

Extérieur de l’église

D’épais contreforts du 15e siècle sont destinés à limiter la poussée des voûtes. Le porche gothique s’ouvre au sud sur une travée unique par l’intermédiaire d’un portail à deux entrées séparées par un trumeau. L’archivolte est composée de plusieurs voussures en ressaut et est surmontée d’un arc en accolade terminé par un fleuron ; deux pinacles dominent l’ensemble. La décoration de choux frisés est d’une finesse d’exécution gothique. Des bancs latéraux encadrent la base.

Le clocher carré (très restauré au 19e siècle), installé à la croisée du transept, comporte deux étages d’arcatures, rythmés par des colonnes ; on y accède par la tourelle d’escalier coiffée d’un cône en écailles, motif fréquent en Poitou (Notre-Dame la Grande de Poitiers, Chauvigny, Melle….).

 

Décor extérieur

Tous les supports sont sculptés : chapiteaux, voussures des baies, bases, corniches à arcatures et modillons. On y rencontre la fée Mélusine, des monstres, des billettes, des visages grimaçants….

Du côté nord, s’ouvre une porte du 12e siècle d’un grand intérêt pour son bestiaire. Sans tympan ni linteau comme le veut la tradition poitevine, l’archivolte, soulignée d’un cordon d’étoile, se compose de deux voussures. L’arc supérieur de 23 claveaux historiés repose sur des chapiteaux figurés : côté est par des rinceaux, côté ouest par deux oiseaux affrontés. Sur les claveaux sont mélangés des animaux, personnages humains, végétaux :

bestiaire porche église de Lusignan

De gauche à droite : oiseau à bec fort 1 ; éléphant sellé 5 ; personnage à cloche-pied10 ; autre personnage debout muni d’un livre 11 ; masque 12 (clef d’arc) ; scorpion ? 15. Troisième personnage debout tenant un bâton 17 ; cheval sellé 18 ; cochon ou sanglier 19 ; personnage nu accroupi 20 ; dromadaire ? 23.

L’explication du bestiaire n’est pas encore résolue, ce type de décor restant très particulier à cette église. Quant à son utilité, on peut supposer qu’il s’agissait soit d’un accès au prieuré, soit d’une porte seigneuriale réservée à la famille de Lusignan dont le château n’était pas loin.

 

 ==> Généalogie - Maison des Hugues de Lusignan et Geoffroy la Grand' Dent.


 

(Chevalier Capalle Médiévales Commequier)