Portrait de Richard Cœur de Lion

Des traits épars dans différentes chroniques peuvent nous aider à tracer le portrait de Richard d'Angleterre.

Sa taille était haute et bien proportionnée. Ses cheveux étaient blonds et naturellement bouclés. Une épaisse moustache couvrait sa lèvre supérieure; sa barbe était courte et très-soignée. Ses yeux, d'où partaient des flammes dans les emportements de la colère ou dans l'ardeur des combats, mais dont l'expression terrible devenait douce et d'une, irrésistible séduction dans la familiarité de la vie privée, étaient grands et d'un bleu limpide.

C'était un homme superbe. Son nez droit, ses narines larges, les traits de son visage réguliers et fortement accentués, son attitude martiale: tout dans Richard révélait une de ces fortes natures faites pour dominer, non pour être dominées.

Sur son vaste front on semblait lire ces mots écrits par une main invisible : Commandement, majesté, noblesse, honneur, loyauté, courage.

Il ne craignait que Dieu : sa bravoure excita l'admiration des chrétiens aussi bien que celle des musulmans. « Il était brave, » dit un auteur arabe en parlant de Richard, « expérimenté dans la guerre, ne craignant pas la mort; il eût été seul contre des millions d 'hommes, qu'il n'aurait pas refusé de combattre.

De tous les rois d'Occident qui prirent part à cette guerre (la troisième croisade), il fut sans contredit le plus terrible : quand il attaquait, on ne pouvait lui résister. »

Lorsque, après le combat de Jaffa, Saladin reprochait à ses émirs d'avoir fui devant un seul homme : « Personne, répondit l'un d'eux, ne peut supporter les coups qu'il (Richard) porte ; son impétuosité est terrible, sa rencontre est mortelle, et ses actions sont au-dessus de la nature humaine (1). »

Le nom de Richard fut, pendant un siècle, l'effroi de l'Orient. Les Sarrasins, les Arabes et les Turcs le célébrèrent dans leurs proverbes.

 « Quand les enfants des Sarrasins braioient, les femmes pour les faire taire disoient : Taisez-vous, voilà le roi Richard! Quand un Bédouin ou un Sarrasin chevauchoit sur un cheval rétif, lequel, voyant son ombre, reculoit en arrière, le cavalier, le frappant de ses éperons, li disoit : Crois-tu que le roi Richard soit mucié (caché) en ces buissons (2)? »

Il invoquait souvent saint-Georges, le patron des braves. Toutes les fois que le nom sacré de Jésus-Christ était prononcé devant lui, ou qu'il le prononçait lui-même, il courbait le front en faisant le signe de la croix.

Le nom de Mahomet l'irritait au dernier point. Il l'appelait : Chien de prophète. Malheur à celui qui, en sa présence, aurait fait l'éloge de l'imposteur de la Mecque et de Médine ! Il donnait aux musulmans les noms de païens, de mécréants, d'infidèles, de race maudite. Mais il avait pour Malek-Adel et pour Saladin la plus haute estime; son admiration pour eux ne s'arrêtait qu'à leur foi religieuse, qui faisait de Plantagenet l'ennemi déclaré de ces deux princes illustres.

Richard fut le type le plus éclatant du guerrier ; c'était le chevalier dans toute la noble acception de ce mot. Courtois pour les dames en général, il l'était surtout pour sa femme et sa sœur Jeanne. En Orient, ce pays de servitude pour les femmes, Plantagenet les traitait avec une sorte de respect religieux.

Quand Bérengère ou la reine de Sicile le visitait sous sa tente, le roi se levait momentanément, ôtait son chaperon, et saluait l'une ou l'autre de ces princesses avec une grâce incomparable.

Plein d'imagination et d'esprit, Richard cultiva les lettres et mérita une place parmi les poètes de son temps. C'était un des maîtres de la gaie science.

« Étant dans sa jeunesse seigneur feudataire d'Anjou, il avait un commerce fréquent avec ces gentils troubadours de la Provence et de l'Auvergne; il parlait et chantait leur langue. Quand il devint roi d'Angleterre, il fut suivi à sa cour nouvelle par un grand nombre de troubadours qui étaient là comme un cortège d'honneur (3). »

Nous avons cité une complainte qu'il composa dans sa prison en Allemagne. Citons ici en substance un de ses fabliaux, sorte de parabole qu'il racontait souvent pour faire honte aux ingrats (4). Aussi bien, la leçon qui ressort de ce récit peut être utile dans tous les temps et dans tous les pays.

Un riche vénitien nommé Vitalis, très-avare, tomba, étant à la chasse, dans une fosse profonde creusée pour y prendre les lions, les ours et les loups. Il y trouva un lion et un serpent monstrueux. Vitalis, ayant fait le signe de la croix, se préserva de leur fureur. Les cris et les sanglots qu'il poussait furent entendus par un charbonnier qui passait près de là. Le pauvre homme accourt, et voit Vitalis au fond du précipice, entouré des deux bêtes féroces. « Sauve-moi, lui dit-il, et je te donnerai cinq cents talents. »

Le charbonnier va chercher une longue échelle, la descend dans la fosse; le lion et le serpent montent les échelons; sortis du piége, ils se roulent aux pieds de leur libérateur, comme pour lui exprimer leur reconnaissance. Vitalis en sort aussi, et dit au charbonnier d'aller dans trois jours chercher à Venise la somme d'argent qu'il lui a promise.

Le charbonnier, rentré dans sa cabane, voit arriver le lion qu'il a délivré avec un chevreau que l'animal reconnaissant dépose sur une table; il voit arriver aussi le serpent tenant dans sa gueule une pierre précieuse qu'il laisse tomber aux pieds du libérateur. Les deux bêtes recommencent à se rouler devant lui de mille et mille manières, comme pour lui rendre grâces du bienfait qu'elles ont reçu ; puis elles s'en vont.

Le charbonnier se rend à Venise pour chercher les cinq cents talents que Vitalis lui a promis. Celui-ci lui dit sèchement qu'il ne le connaît pas, et le traite de fou. Comme il insiste, le riche ingrat le fait mettre il la porte par ses gens. Le charbonnier va se plaindre aux juges de la ville, auxquels il raconte tout ce qui s'est passé. Comme on a de la peine à le croire, il montre la pierre précieuse que le serpent lui avait apportée. Pour dissiper tous les doutes, le pauvre homme conduit quelques citoyens de Venise aux repaires du lion et du serpent, qui lui témoignent encore leur reconnaissance à leur manière. Alors les juges, convaincus de la vérité du fait, forcent Vitalis à donner ce qu'il avait promis.

Deux grands faits résument le règne de Richard Cœur-de-Lion : la croisade dont il fut le chef, ses guerres contre Philippe-Auguste pour défendre ses États attaqués.

Sur ce dernier point il triompha complètement; car le roi de France, battu partout, ne put lui enlever une parcelle de terrain; quant à la croisade, il échoua bien plutôt à cause des divisions qui éclatèrent dans l'armée, qu'à raison de son bon vouloir et de ses talents militaires.

L'antipathie séculaire qui existait entre les Français et les Anglais suffit peut-être pour rendre inutiles tous les travaux de l'expédition.

En voici une preuve nouvelle, ajoutée à beaucoup d'autres circonstances déjà connues. C'est un vieux chroniqueur qui parle.

« Quand les batailles furent ordenées, lors pensa moult le duc de Bourgoigne; et quand il ot pensé, il manda les barons de France, et lor dist : Seignors , vous sçavez que nostre sire le roy de France s'en est retorné, et que toute la flor de son roiaume est ci demorée, et que le roi d'Angleterre n'a qu'une poignée de gens avers nous. Se nous alons en Jérusalem et nous prenons la cité, l'en ne dira pas que nous l'aions prise, ains dira-t-on que le roy d'Angleterre l'aura prise; si sera grande honte à la France et grand reproche.  Plu sors s'accordèrent à son plaisir faire. Le duc de Bourgoigne fil armer les François, et s'en retorna vers Acre (5). »

Tout cela est on ne peut plus clair. Mais on ne saurait conclure de l'insuccès de la troisième croisade, que cette expédition n'ait eu aucun résultat utile pour l'Europe, pour la civilisation.

Des croisés se rendant en Palestine s'arrêtèrent en Espagne, et, par leurs victoires contre les Maures, préparèrent la délivrance des royaumes chrétiens situés au- delà des Pyrénées.

Un grand nombre d'Allemands firent la guerre aux barbares habitants des rives de la Baltique, et reculèrent ainsi par d'utiles exploits les limites de la république chrétienne en Occident.

L'art de la navigation reçut des encouragements, et fit de sensibles progrès.

La conquête de Chypre, cette île gouvernée par une longue suite de rois depuis Lusignan, recueillit les débris des colonies chrétiennes dispersées par les Sarrasins après la mort de Saladin.

« Dans plusieurs États de l'Europe, » dit l'illustre historien des croisades (6), auquel nous empruntons ces indications en les abrégeant, « le commerce et l'esprit même des guerres saintes avaient contribué à l'affranchissement des communes. Beaucoup de serfs qui étaient devenus libres avaient pris les armes. Ce ne fut pas un des spectacles les moins intéressants de cette croisade, que de voir les bannières des villes de France et d'Allemagne flotter dans l'armée chrétienne parmi les drapeaux des seigneurs et des barons. »

Richard aimait l'Orient, ce pays des grandes merveilles et où se font les grands noms et les grandes destinées, dit un génie puissant (7).

C'était du fond du cœur que le roi d'Angleterre, en s’éloignant des rivages syriens, promit de revenir en Palestine et de la secourir.

Il conserva jusqu'à sa mort le signe du croisé; et, à son retour en Europe, dans des tournois convoqués par lui à Londres, il exhorta les chevaliers et les barons à le suivre en Terre-Sainte quand le moment serait venu. Mais la présence en Europe de Philippe, toujours disposé à menacer les provinces anglaises sur le continent, sans compter les basses intrigues de Jean Sans-Terre, rendait impossible le retour de Richard en Orient.

Enfin la mort vint le saisir dans la force de l'âge.

Excessif en toutes choses, Richard Cœur- de-Lion ne connut jamais la modération, qui est souvent une puissance chez les rois comme chez les autres hommes.

A travers des qualités brillantes, avec un esprit richement doué et fécond en ressources, il n'a laissé dans la mémoire des peuples qu'un éclatant renom d'homme de guerre.

Répétons, en finissant, le jugement plein de vérité et de sagesse de Saladin sur Richard; il peint à la fois le caractère de ces deux princes.

« Son cœur était généreux, son âme intrépide ; mais il n'avait pas assez de prudence, et se montrait trop prodigue de sa vie ; j'aimerais mieux voir dans un grand homme la prudence et la modestie, que le mépris du péril et l'amour d'une vaine gloire. »

Tel fut Richard Cœur-de-Lion. Son caractère, ses exploits, les événements de sa captivité, son épée foudroyante de guerrier et sa harpe plaintive de troubadour semblent moins appartenir à l'histoire qu'aux romans de chevalerie.

Histoire de Richard Coeur-de-Lion, roi d'Angleterre, par M. Baptistin Poujoulat

 

 

 

 

 

De Chalus à Fontevraud, le cortège de la dépouille royale de Richard Cœur de Lion (avril 1199) <==.... ....==> QU'EN EST-IL DES PLANTAGENET ? Pour leur aspect physique et psychologique

Ducs d' Aquitaine et Comtes de Poitou et plus <==

 


 

(1) Gauthier Vinisauf, livre vi, chapitre 23.

(2) Ces proverbes, qu'on trouve dans un des continuateurs de Guillaume de Tyr (voyez Bibliothèque des Croisades de Michaud, tome 1, page 371), sont cités par le sire de Joinville, qui les avait entendu répéter en Orient.

(3) M. Villemain, Tableau de la littérature au moyen doge.

(4) Matthieu Paris.

(5). Voyez Bibliothèque des Croisades, tome 1, page 37).

(6) Michaud.

(7) Napoléon le Grand.