Histoire du Poitou, jugement de Louis d'Amboise, chevalier seigneur de Thouars

 Le parlement, qui siégeait à Poitiers, rendit son arrêt le 8 mai 1431, qui condamnait à mort le sire d'Amboise. Tel est le dispositif du jugement.

Louis d'Amboise, chevalier, seigneur de Thouars, est « convaincu du crime de lèse-majesté, pour avoir entrepris et de se saisir de la personne du roi Charles VII, en arrêtant le seigneur « de la Trémouille, gouvernant le royaume, et par ce moyen à gouverner l'état et mettre gens à sa dévotion; et pour ce « est dit qu'il a forfait de corps et de biens : mais pour certaines causes, le roi le relève de la peine de mort. »

Louis d'Amboise fut heureux de ne pas perdre la vie ; mais on n'en voulait qu'à ses biens, qui furent tous confisqués et unis à la couronne.

Sa fortune était son crime. On le laissa gémir, après son arrêt, plus de trois ans dans sa prison. Enfin, à la sollicitation de la reine Marie d'Anjou et de Charles d'Anjou, comte du Maine, il fut mis en liberté.

Charles VII, par des lettres données à Tours, au mois de septembre 1434, lui rendit la vicomté de Thouars et ses autres terres, à l'exception de la principauté de Talmond, des seigneuries d'Amboise, Château-Gaultier, Olonne, Brain et Brandois.

Ces terres lui furent aussi remises par de nouvelles lettres expédiées â Tours au mois de janvier 1437. Le roi Charles VII déclara que les fautes de Louis d'Amboise ne concernaient point sa personne ni l'état; que l'arrêt de confiscation avait été rendu à l'instigation de quelques malveillants, sans forme de procès.

Il fait ensuite l'éloge des services du vicomte, surtout au siège de Pontoise, où il avait conduit avec lui nombre de ses sujets et vassaux. Cette justice rendue par Charles VII à Louis d'Amboise, les éloges que le prince fait de ses services, détruisent l'accusation de révolte, de trahison, dont quelques historiens ont noirci le seigneur de Thouars.

 

La terre d'Amboise ne lui fut cependant point restituée, et sa famille perdit pour toujours la propriété de cette ancienne baronnie.

 

Dans la suite, Louis II de la Trémouille, jugeant sans doute qu'il n'était pas prudent de réclamer cette terre, y renonça par un acte authentique ; et le roi lui céda, dit-on, d'autres domaines en forme d'échange.

Louis d'Amboise, courbé depuis longtemps sous le poids de l'infortune et des afflictions, vit enfin renaître des jours plus heureux; il eut la satisfaction de marier Françoise, sa fille aînée, avec le duc Pierre de Bretagne. Il obtint pour ce mariage l'agrément du roi, qui lui fut accordé par des lettres en bonne forme.

 Il maria ensuite Perronelle d’Amboise sa cadette au maréchal de France Guillaume de Harcourt, comte de Tancarville, baron de Montreuil Bellay; elle mourut fort jeune, avant son père et sans enfants. Marguerite, troisième fille de Louis d'Amboise, épousa Louis Ier, fils aîné du seigneur de la Trémouille, qui avait été peu d'années auparavant son plus cruel ennemi.

 

C'est par ce dernier mariage que tous les biens de la maison d'Amboise passèrent dans celle de la Trémouille.

 

La terre de la Trémouille, qui a donné son nom à cette maison, est située en Poitou près de Montmorillon. Pierre, seigneur de la Trémouille, qui est le premier qui soit connu, vivait en 1040.

Guy, sire de la Trémouille, suivit Godefroy de Bouillon à la conquête de la Palestine.

Thibault ou Imbault de la Trémouille accompagna le roi Saint Louis en son premier voyage de la Terre-Sainte, et fut tué à la bataille de la Massoure avec trois de ses enfants.

 L'un d'eux portait pour armoiries, d'or au chevron de gueules, accompagné de trois aiglettes d'azur becquées et membrées de gueules.

Les anciens seigneurs de cette maison ont fait beaucoup de donations à l'hôpital de Montmorillon et aux abbayes de L’étoile et de la Colombe. Il y en a plusieurs inhumés dans l'église de cette abbaye; on y voit la sépulture et l'épitaphe de Guy III, sire de la Trémouille, mort en 1360.

Guy V, sire de la Trémouille, surnommé le Vaillant, fut chambellan du roi, porte-oriflamme de France, et employé dans toutes les affaires importantes de ce temps. Il refusa l'épée de connétable après la retraite de Clisson.

George de la Trémouille son fils fut aussi grand-chambellan de France, et premier ministre de Charles VII; ayant été pris par les Anglais, il fut obligé de payer une grosse rançon.

Le roi lui donna en récompense le château de Melle en Poitou, à faculté de rachat, moyennant dix mille écus.

Louis Ier, fils de George de la Trémouille, épousa, comme nous l'avons dit, Marguerite d'Amboise, qui fut depuis vicomtesse de Thouars. Cette vicomté passa par ce moyen dans la maison de la Trémouille (1).

Louis d'Amboise n'ayant plus de sujet d'inquiétude, s'abandonna à une vie voluptueuse dans son château de Thouars, et se livra dans sa vieillesse à des dérèglements qui obligèrent ses enfants de demander son interdiction. Voici ce qu'ils exposaient pour y parvenir.

« La vicomté de Thouars est une des plus considérables terres du royaume; il en relève à foi et hommage vingt baronnies, savoir :

Bressuire, Argenton, Mortagne, Tiffauges, Pouzauges, la Garnache, Beauvoir-sur-mer, l'Ile de Noirmoutiers, Châteaumur, la Grève, les Essarts, Palluau, Apremont, Mareuil, Sainte-Hermine, et vingt-cinq à trente châtellenies qui en dépendent aussi; le droit de fondation de vingt ou vingt-cinq abbayes, comme de Saint Laon de Thouars, Saint-Jean de Bonneval, Chambon , Brignon, Airvault, la Grenetière, Orbetier, Mauléon, Saint-Jouin, Ferrières, Saint-Michel d'Angle, et autres. La vicomté de Thouars relève du roi à cause de son comté de Poitou; c'est le premier hommage et la plus noble et honorable vicomté du royaume, et d'un revenu considérable.

Quoique Louis d'Amboise, vicomte de Thouars, jouit de ces revenus et de ceux de plusieurs autres terres, et qu'il ait reçu du roi beaucoup de gratifications, il a tout consommé en folles dépenses.

Au vice du jeu il joignait l'amour des femmes : il avait fait venir dans son château de Thouars trois sœurs, l'une desquelles était mariée, qu'il entretenait et dont il avait eu des enfants.

Il avait maltraité et frappé son épouse, et l'avait tenue en prison dans son château de Thouars, d'où elle s'était évadée pour se retirer auprès de la duchesse de Bretagne, sa fille.

Ces femmes avaient tant d'empire sur lui, et il avait l'esprit si faible, qu'elles le faisaient rire et pleurer quand elles voulaient. Elles étaient venues à Thouars très mal vêtues et endettées; mais le vicomte leur avait donné trente ou quarante paires de robes, tant de draps de soie que d'écarlate, et sont aussi fourrées de belles et riches pannes, comme marthes, letices gris, menu vair, agneaux fins de Romenie; sont garnies de beaux et riches tissus ferrés d'or, émaillés de telle façon, qu'elles ont voulu des chaînes d'or d'agneaux, garnies de diamans, de rubis, de chapeaux et autres bagues et joyaux garnis de grosses perles et riches pierreries; plusieurs tapisseries, linges et ustensiles d'hôtel, le tout valant plus de cinquante mille écus. Ces femmes avaient des demoiselles, femmes, valets-de-chambre, et autres, jusqu'au nombre de sept à huit chacune. Elles avaient leur logement séparé, et tenaient un état de dame ou princesse, ayant confesseur, médecin, charriât garni de bon nombre de beaux chevaux, dont le moindre serait prisé trois ou quatre cents écus, et y en a tel qui a coûté mille écus. Le vicomte voulant apaiser le mari d'une de ces femmes lui avait donné plus de deux mille écus et la capitainerie de Brandois. L'évêque de Poitiers ayant fait des représentations au vicomte sur le scandale de sa conduite, il fit partir sa femme du château de Thouars, pour la tenir dans celui de Talmond, qui est du diocèse de Luçon : on assurait que ces femmes l'avaient ensorcelé, et il le disait lui-même.

« Les dépenses qu'il avait faites pour elles, l'avaient obligé d'aliéner partie de ses biens. Il avait vendu à Joachim Rouaut (2) la baronnie de la Chaise-le-Vicomte, valant huit cents livres de revenu ; la forêt, garenne et étang, et autres revenus pour neuf mille écus d'or; la terre et seigneurie d'Oiron, valant par an trois à quatre mille livres de rente, à Pierre Berart, dont il a eu sept mille écus d'or; a vendu à un nommé Leiraut, certains fromentaiges dus à la châtellenie près Ervaut, qui peuvent valoir par an trente livres; le droit d'épaves, aubenage de ladite vicomte, qui peuvent monter à beaucoup de choses , y ayant en icelle marche plus de quatre cents habitans , qui, s'ils décédaient sans hoirs ou fussent bâtards , tous leurs biens meubles et immeubles appartiennent audit Leiraut.

« Le droit de justice et de guet sur les hommes de la seU gneurie d'Ervaut, et justice à trois piliers au siége d'Ervaut, qui n'en avait que deux.

«  A un nommé Roulant de la Voërie, une portion de la grande garenne de Thouars.

« A l'abbé de Saint-Laon, le droit de vendre vin en détail durant le ban du seigneur, et la garenne tant dessus que dessous les fossés.

« A l'abbesse de Fontevrault le droit d'un homme d'arme qu'elle lui devait à cause de sa seigneurie de Berrye, toutesfois qu'il y a armée, etc... »

Le vicomte disait au contraire qu'il n'y avait aucun reproche à lui faire; il administrait ses biens en bon économe, ayant acquitté les anciennes dettes de sa maison; il était resté mineur en bas âge et sans secours d'aucuns de ses parents, si ce n'est Jean Rouaut, père de Joachim, qui lui avait fait beaucoup d'avances; il avait lui-même été obligé de faire de la dépense dans les guerres et entreprises dont il avait été chargé, et pour le mariage de ses trois filles.

Les poursuites faites contre lui par le duc et la duchesse de Bretagne sa fille, n'étaient que l'effet du ressentiment qu'ils avaient eu de ce qu'il n'avait pas voulu leur donner la terre de Thouars; la procédure était irrégulière, parce que vu sa qualité, et qu'il est issu de la maison de France, il devait être jugé per pares curiœ, c'est à savoir par le roi et la cour dûment assemblée de pairs.

Il disait, quant aux trois sœurs qui étaient avec lui, qu'elles avaient été auprès de son épouse et étaient ses demoiselles et femmes de bien et d'honneur, et sont nobles, et simplement vêtues comme à leur état appartient; qu'il y a vingt-cinq ans ou environ, qu'il fit faire un charriot qui coûta quatorze écus ou environ ; que c'était pour un chapelain nommé Pierre de la Salle, lequel charriot, avec les chevaux de la cuisine, il pouvait avoir prêté à la femme dudit Thibaut d'Aubigny, avec ses sœurs, pour aller ébattre, et a toujours bu, mangé et couché ladite femme dudit vicomte avec lui, fors et excepté quand aucunes maladies lui survenaient.

Par des considérations particulières (3), le parlement ne voulut qu'appointer les parties au principal, et fit seulement une défense provisoire au vicomte d'aliéner ses biens, et faire contrats ou traités quelconques, sans le conseil et consentement de Me Robert Liboust, qui était lors président en cette cour, et de rien entreprendre pendant le procès.

L'arrêt est du 26 janvier 1457. Mais cette interdiction provisoire, qui avait été prononcée contre le vicomte, ne fut point insérée dans l'arrêt d'appointement par des raisons particulières, et pour ne pas déshonorer publiquement le vicomte de Thouars.

C'est ainsi qu'on le trouve énoncé dans un inventaire de titres qui furent produits dans le procès de 1485, dont il sera question dans la suite.

Louis d'Amboise aurait probablement resté longtemps dans l'heureuse nécessité de conserver sa fortune, si Louis XI et Commines n'avaient pas été aussi vigilants pour mettre à profit les occasions qu'ils jugeaient favorables à leur dessein.

L'année même où ce prince monta sur le trône, il fit dire à Louis d'Amboise par Loysel, que s'il voulait lui donner la vicomté de Thouars, il serait bientôt au-dessus de tous ses procès.

D'Amboise ne tarda pas à se rendre à la cour qui était pour lors à Tours ; il fut, comme on le pense, très bien accueilli : cependant Louis XI ne lui fit aucune proposition. Ce prince voyait de loin les instants où il pourrait encore mieux assurer l'exécution de son projet; il lui dit seulement qu'il avait intention de marier la jeune douairière de Bretagne avec le duc Philippe de Savoie son beau-frère.

Le vicomte ne manqua pas d'offrir sa médiation auprès de sa fille. Louis XI était cependant instruit par l'amiral Montauban, qu'elle avait absolument résolu de ne point contracter de second mariage; mais le prince, qui avait ses raisons, accepta ses offres, et l'engagea de se rendre à Rhedon en Bretagne, où il devait lui-même aller.

La princesse, qui se tenait alors au château de Rochefort, près de Rhedon, informée de l'entreprise, se fit conduire par la dame de Rieux sa mère à l'église du lieu, où, prosternée au pied des autels, elle fit vœu de ne point se remarier. Louis XI apprit aussitôt ce qui venait d'arriver, et reprocha très durement au vicomte cette action de sa fille. Ce prince lui dit d'un ton menaçant: « M. de Thouars, vous ne voulez rien faire pour moi, je le vois bien ; nous ne serons pas toujours en Bretagne, je vous retrouverai en France : vous vous entendez avec votre fille. »

Le vicomte, qui était innocent, fut effrayé; il se jeta aux genoux du roi, les larmes aux yeux, sans oser répondre. Arbel, son écuyer, qui était présent, voulut l'excuser; mais le roi, prenant cet officier du vicomte à la gorge, le menaça de le jeter à la mer, en ajoutant que personne ne pourrait l'en empêcher.

D'Amboise, accompagné des seigneurs de Beauvau et de Montauban, alla au château de Rochefort -en-Terre, et il sollicita vivement sa fille d'acquiescer aux propositions du roi. Il lui représenta que, si elle persistait dans ses refus, toute sa famille allait être exposée aux effets de la haine et du ressentiment d'un prince qui ne pardonnait jamais; il promit de lui céder tous ses biens, si elle voulait consentir au mariage. Passant ensuite aux propos les plus vifs, il lui dit qu'il fallait sans différer venir trouver le roi, ou qu'il l'y traînerait par les cheveux.

La duchesse répondit à son père avec douceur qu'elle n'était plus sous sa puissance; que d'ailleurs elle n'avait point affaire au roi.

Le vicomte ne put jamais vaincre la résistance de sa fille. Le roi lui en ayant fait de nouveaux reproches, il fut dans la plus grande consternation, et se regarda comme perdu. Le moment d'entamer l'affaire projetée depuis longtemps ne pouvait être plus favorable; aussi Louis XI ne manqua pas d'en profiter.

Sachant que Louis d'Amboise était dans la crainte de quelque événement fâcheux, ce prince envoya chez lui le bailli de Sens, pour l'assurer de sa part qu'il lui ferait un très grand plaisir s'il voulait lui donner la vicomté de Thouars.

D'Amboise, très flatté de cette ouverture, promit tout ce qu'on voulut, et dit : Je ne sais si je fais bien ou mal; mais si j'avais trois terres semblables à celle de Thouars, je les donnerais toutes au roi. Le vicomte alla promptement au château de Nantes, où il trouva le prince très disposé à le bien recevoir (4).

La donation de la vicomté de Thouars fut donc faite à Louis XI, le 25 janvier 1461; l'acte fut passé par des notaires de Nantes. Il était néanmoins stipulé dans l'acte, que le vicomte en jouirait pendant sa vie; que le roi lui paierait une pension viagère de quatre mille livres, et que si le vicomte avait un enfant mâle de son mariage, la donation serait nulle.

Louis XI, instruit par son conseil que l'interdiction prononcée contre le vicomte s'opposait à la validité de cette donation, jugea qu'il fallait tenir une autre marche.

Ce prince était pour lors à l'abbaye de Saint-Florent, près de Saumur: il y fit inviter le vicomte à dîner avec lui, et il fut convenu que le roi ferait d'abord casser l'arrêt du parlement, et annuler l'interdiction portée par cet arrêt; qu'ensuite Louis d'Amboise transporterait la propriété de la vicomté de Thouars à Louis XI, par un acte en forme de vente; et enfin que le vicomte reconnaîtrait avoir reçu les sommes qui paraîtraient avoir été fixées pour le prix des objets.

Cette convention faite, le prince évoqua au grand-conseil le procès appointé au parlement, entre le vicomte de Thouars et la duchesse de Bretagne sa fille. Celle-ci mit tout en usage pour empêcher que l'affaire n'y fût jugée ; elle fit même proposer un déclinatoire: mais Jean de la Mothe son procureur, qui osa se charger de la commission, fut emprisonné.

Un arrêt du conseil, rendu à Saumur le 5 septembre 1462, cassa celui du parlement, et annula l'interdiction.

Louis XI et le vicomte se rendirent ensemble à Thouars pour rédiger les clauses de l'acte, qui fut passé ensuite par des notaires de Saumur le 25 septembre 1462.

Le vicomte vendait sa terre cent mille écus, qui devaient être payés dans huitaine, aux conditions qu'il en jouirait sa vie durant; qu'il aurait une pension viagère de quatre mille livres, et que la vente n'aurait point d'effet, si le vicomte avait un enfant mâle de son mariage. Bérard, trésorier de France, apporta quelques jours après à Louis d'Amboise dix mille écus, et lui fit donner quittance des cent mille écus portés par l'acte. Ainsi le vicomte fit remise au roi des quatre-vingt-dix mille écus qui restaient à payer.

 

La duchesse de Bretagne sa fille protesta contre l'arrêt, et soutenait que le conseil n'avait pu connaître de la cause sans entreprendre sur les droits du parlement qui en était saisi. Elle persistait à dire qu'attendu la qualité des parties, l'affaire ne pouvait être jugée que par la cour des pairs. Mais les poursuites de la duchesse ne furent point continuées.

Elle voulut quitter le monde; et avant d'exécuter ce pieux dessein, elle céda au fils aîné de sa sœur Marguerite et de Louis Ier de la Trémouille, toutes ses prétentions; l'acte de ce transport fut passé à Vannes le 24 février 1468 : ce neveu était le célèbre Louis II de la Trémouille; Françoise d'Amboise fit profession religieuse dans le couvent des Carmélites de Boudon, près de Vannes, et elle mourut dans le monastère de Couets, près de Nantes, qu'elle avait fait bâtir, et où elle est inhumée.

Depuis les conventions faites avec Louis XI, le vicomte de Thouars vivait retiré dans ses terres, dont il fit même hommage au roi le 12 juillet 1466, environ quatre ans après l'acte du prétendu transport qu'il en avait fait. Enfin, après avoir éprouvé toutes les vicissitudes de la fortune, Louis d'Amboise mourut au château de Thouars le dernier jour de février 1469.

 (circuit saint Jean de Bonneval rue du pont "des chouans")

 Le roi écrivit aussitôt à Jacques de Beaumont, seigneur de Bressuire, de se rendre à Thouars et de s'emparer du château, dont il aurait grand soin de fermer l'entrée à la seconde épouse du vicomte, à la dame de Montsoreau sa belle-mère, aux gens de la Trémouille et à tous leurs adhérens.

Ce début annonçait déjà que Louis XI ne faisait pas grand cas des voies ordinaires de la justice. Beaumont se rendit donc à Thouars, accompagné d'une troupe de gentilshommes, s'empara du château, et fit faire inventaire des meubles et des titres.

Il prit ensuite possession, au nom du roi, de la vicomté de Thouars, et de tous les autres biens du feu vicomte, qui n'appartenaient certainement pas à la couronne.

L'auteur des Mémoires sur Thouars dit que le roi chargea Commines de cette affaire; s'il eût fait un peu plus d'attention à l'enquête de 1483, il aurait vu que ce prince donna cette commission au sire de Beaumont, seigneur de Bressuire, qui l'exécuta.

Commines vint bien à Thouars, mais fort longtemps après, avec d'autres commissaires, pour soustraire des archives quelques titres dont il sera question dans la suite.

Toutes les entreprises de Louis XI sur les biens de Louis d'Amboise, avaient été suggérées et conduites par Commines, favori du prince, seigneur d'Argenton en Poitou, et qui comptait partager les dépouilles du seigneur de Thouars.

Louis XI lui donna la principauté de Talmond, les seigneuries d'Olonne, Brain, Brandois, Château-Gaultier, la Chaume, Curson et autres terres; ou, pour mieux dire, le favori choisit et prit ce qu'il voulut dans la succession.

Les lettres de cette gratification furent expédiées à Amboise par le chancelier d'Oriolle, Richard Estivalle, et le sieur de Serizay. On les présenta au parlement pour y être vérifiées : mais Louis Ier de la Trémouille, comme étant administrateur de ses enfants, y forma opposition.

Commines sentait bien que les contrats faits entre Louis XI et le vicomte de Thouars portaient une empreinte assez profonde de collusion pour être reprochables; d'ailleurs il n'était question dans ces actes que des terres de Thouars, Mauléon et Berrye. Plusieurs de celles qui avaient été données à Commines ne faisaient point partie des objets vendus; elles étaient donc manifestement usurpées.

Commines, très fécond en ressources, imagina un moyen de défense fondé sur la confiscation qui avait été prononcée autrefois contre Louis d'Amboise. Ce moyen pouvait devenir décisif, par les précautions frauduleuses qu'il prit afin d'empêcher le seigneur de la Trémouille de se défendre sur cet article. Voici comme la chose se passa.

Nous avons déjà dit que tous les biens du vicomte de Thouars avaient été confisqués et unis à la couronne; que Charles VII ayant reconnu l'innocence de ce seigneur, l'avait rétabli dans ses possessions, mais à certaines conditions, entr'autres qu'il ne marierait point sa fille aînée sans la permission du roi.

Les lettres de restitution et celles qui permettaient le mariage, étaient des titres précieux que Louis d'Amboise avait grand soin de conserver pour sa sûreté. Commines savait parfaitement que ces lettres avaient été accordées, et qu'elles existaient en bonne forme dans les archives de Thouars; il ne restait donc aucun autre parti que celui de les soustraire.

Louis XI, qui se prêtait à tout pour favoriser son ministre, ordonna au sire de Beaumont de venir le trouver aux Forges près de Chinon, et d'y conduire avec lui les officiers du siège de Thouars.

Beaumont s'y rendit, accompagné de Louis Tindeau, sénéchal, et Richard Estivalle, procureur du roi. Le roi leur dit, en présence de Jean Chambon, Réné du Nohier, Philippe de Commines et du maréchal de Gié, de la maison de Rohan, qu'il avait fort à cœur le procès contre la Trémouille, et que son intention était qu'ils allassent à Thouars pour voir si dans les archives il y aurait quelques pièces utiles dans la cause.

Le roi chargea de cette commission tous ceux qui étaient présents, et que nous venons de nommer.

Les commissaires allèrent à Thouars avec Commines; ils firent l'ouverture d'un coffre placé dans la chambre où Louis d'Amboise était décédé. Ils y trouvèrent les lettres de restitution, et celles qui permettaient le mariage de Françoise d'Amboise avec Pierre, duc de Bretagne; elles furent données à Beaumont.

Mais Commines, qui n'eut pas la force et la prudence de se contenir, les lui tira brusquement des mains, en disant que le roi voulait qu'elles fussent brûlées, et sur-le-champ il les jeta au feu.

Le vertueux Chambon, indigné du procédé de Commines, les retira promptement, et dit en colère : Quel diable est ceci? C'est mal fait, elles ne seront pas brûlées ; il faut les porter au roi. Commines n'alla pas plus loin; il était trop assuré qu'elles ne lui échapperaient pas, lorsqu'elles auraient été remises à ce prince.

Beaumont et les autres commissaires les portèrent donc au roi, qui était pour lors à Cande; il les reçut avec beaucoup de satisfaction, et les fit brûler. Il fit jurer à tous ceux qui étaient présents, de n'en pas parler; Louis pouvait compter sur leur serment, il y avait trop à craindre pour celui qui aurait osé manquer à sa parole.

Quelque temps après, ce prince, étant encore aux Forges, s'entretenait du procès avec ses courtisans; et en parlant des lettres de restitution qu'on assurait avoir été données par Charles VII, il dit qu'elles n'étaient ni en l'air, ni en terre, ni au ciel. Cette indiscrétion dut faire soupçonner bien des choses à ceux qui n'avaient pas connaissance du fait de Cande.

Un jour Louis XI engageait Chambon d'aller à Paris pour presser le jugement de l'affaire, qui, disait-il, traînait fort en longueur. Il lui observa qu'il fallait insister sur la confiscation; mais Chambon, qui aurait désiré n'être point chargé d'une telle commission, répondit au prince avec cette franchise et cette candeur qui caractériseront toujours une âme honnête : Ait! sire, vous savez bien que c'est grande charge de conscience d'avoir brûlé les lettres qui servaient en cette matière aux pauvres en fans de la Trémouille; comment pourrai-je faire honnêtement la poursuite, moi qui sais qu'elles ont été brûlees ?... Ne vous en chaille, dit le roi ; il faut y aller, et ne m'en parlez plus. Chambon, forcé d'obéir, se rendit à Paris, et n'eut pas de peine à faire juger la cause en faveur de son commettant. La confiscation était un moyen puissant, dès que le seigneur de la Trémouille ne pouvait plus représenter les pièces qui militaient pour lui, et dont la soustraction entraînait la perte de ses biens. La vicomte de Thouars fut donc réunie à la couronne pour la seconde fois, et Commines fut maintenu dans la possession de la principauté de Talmond et quelques autres terres : mais il fut très mécontent de voir que l'arrêt adjugeait aux enfans de la Trémouille les seigneuries d'Olonne, la Chaume, Curzon, Brain et Brandois, que le roi lui avait données. Ces terres étaient situées aux environs de Talmond; elles plaisaient à l'avide Commines, auquel il n'était pas possible de résister. Louis XI fit donc proposer au seigneur de la Trémouille un échange des terres de Marans, l'Ile de Ré, Mauléon, la Chaise le-Vicomte, en y joignant les seigneuries de Vierson et d'Issoudun en Berri, pour celles de la Chaume, Curzon, Olonne, Brain et Brandois.

Mais Louis de la Trémouille, quoique réduit aux plus affreuses extrémités, eut encore l'âme assez grande pour rejeter la proposition; il eut cependant la douleur de voir ses malheureux enfants dans la dure nécessité de consentir à ce que le roi voulait. Le prince avait assuré qu'ils n'entreraient jamais au service s'ils n'obéissaient pas; on leur conseilla de ne point résister. En conséquence, un sieur de Souille et le prévôt d'Orléans, tous deux amis de Commines, firent les fonctions de curateurs pour les enfants encore mineurs, et présidèrent à l'acte d'échange qui laissait à Commines les terres de la Chaume, Olonne, Brain et Brandois, pour celles de Marans, l'Ile de Ré, Mauléon, et la Chaise-le-Vicomte. On ne leur donna point les seigneuries de Vierson et d'Issoudun qu'on avait d'abord promises. Les seigneurs de la Trémouille sacrifiaient une partie de leurs biens pour racheter l'autre.

Depuis quelques années, Louis de la Trémouille et Marguerite d'Amboise son épouse avaient cédé à Louis XI les terres de Marans et l'Ile de Ré, pour celles de Vierson et Xainctcome en Berri; l'acte d'échange avait été fait en 1470: mais ce prince, qui probablement n'y trouva pas son avantage, rompit bientôt les conventions. Toutes les parties de cette affaire forment une chaîne de violences et d'iniquités.

Louis XI donna la vicomté de Thouars à sa fille Anne de France: Tindeau et Richard Estivalle, qui avaient montré beaucoup d'empressement pour servir le prince, furent aussi récompensés. Estivalle eut des pensions, et Tindeau fut placé à la tête du parlement de Bordeaux, où il soutint, dit-on , avec honneur sa qualité de premier président.

La riche fortune qui devait appartenir aux enfants de Louis de la Trémouille, fut donc réduite aux seules terres de Marans, l'Ile de Ré, Mauléon et la Chaise-le-Vicomte. Ce seigneur dévora ses chagrins, sans oser se plaindre de son sort. Il prit néanmoins des précautions pour ne pas laisser dépérir les preuves qui pourraient servir utilement dans des temps plus favorable.

Histoire du Poitou De Antoine-René-Hyacinthe Thibaudeau

 

 

Arrestation lors d’une partie de Chasse de Louis d'Amboise, Vicomte de Thouars, prince de Talmont pour lèse-majesté <==.... ....==> Description du château de Thouars dans l’inventaire de Louis d’Amboise, vicomte de Thouars

 

 

 


 

(1) « Messiturs de Sainte-Marthe , auteurs du Gullia christiana, trait vaillcrent à l'histoire généalogique de la maison de la Trémouille » aussitôt qu'ils eurent mis au jour celle de la maison de Beauvau; ils « en avaient recueilli beaucoup de mémoires et de titres de divers en« droits. André Duchesne , historiographe du roi , les aida beaucoup « pour ce travail, avec M. Jules le père , secrétaire du roi. En récom« pense les jumeaux (de Sainte-Marthe) donnèrent au premier tout ce « qu'ils avaient ramassé sur la maison de Montmorency; et par cet a échange, on assembla en un corps tout ce qui concernait ces deux « grandes et illustres maisons. Les manuscrits de celle de la Trémouille, en trois volumes in-fu, sont conservés parmi ceux de leur y bibliothèque. »

(2) La maison de Rouault est illustre, et tire sou origine de Clément Rouault, écuyer, qui vivait en 1327. André Rouault, premier de ce nom, seigneur de Boisménard, se trouva aux guerres de Guienne et de Poitou en 1341 et 1352. Il avait épousé, selon quelques mémoires, Marie de Montfaulcon, veuve de Guillaume de Beaumont, seigneur de Glenay, dont il eut Clément Rouault, dit Tristan, seigneur de l'île de Ré, de Marans, de la Garnache, et vicomte de Thouars, à cause de Perronelle, sa femme, qu'il épousa en 1376 ; elle était fille ainée de Louis, vicomte de Thouars, et de Jeanne, deuxième du nom, comtesse de Dreux. André Rouault prit la qualité de comte de Dreux, vicomte de Thouars, et tint un rang à la cour et dans les armées, sous les règnes de Charles V et de Charles VI. Il mourut sans laisser de postérité.

(3) Tout ce qui suit jusqu'à l'arrêt de 1533, est extrait des pièces qui sont aux archives du château de Thouars.

(4) Tout ce que nous avons dit sur ce qui se passa entre Louis XI, le vicomte de Thouars et la duchesse de Bretagne, est, d'après MM. Estivalle et Arbcl, officiers du vicomte, René d'Appelvoisin, Hugues Cartier, du Kegnier, et plusieurs autres gentilhommes de la compagnie de ce seigneur , qui furent témoins oculaires des faits que nous avons rapportés, et qui les déposèrent dans l'enquête juridique du mois d'avril 1471.