Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
PHystorique- Les Portes du Temps
TRADUCTION
Derniers commentaires
8 novembre 2018

Louis VII le Jeune (Louis le Pieux ), roi de France.

Le tombeau de Louis VII dans l'abbaye de Barbeau.Fontainebleau

(Le tombeau de Louis VII dans l'abbaye de Barbeau.Fontainebleau)

Louis VII, dit Louis le Jeune » puis Louis le Pieux », et aussi, Louis VII de France, né en 1120 et mort en 1180 à Paris, roi des Francs de 1137 à 1180, est le fils de Louis VI, dit « le Gros », roi des Francs, et d’Adélaïde de Savoie (v. 1092-1154).

Après la mort, feinte ou réelle du duc Guillaume, Louis-le-Gros fit partir, pour Poitiers, son fils aîné qui épousa Aliénor. Alix la cadette fut mariée à Raoul, comte de Vermandois. Le roi mourut peu de temps après ce mariage. ==> Pétronille (Alix) d'Aquitaine, sœur de la Reine Aliénor, arrive à la cour de France ; Raoul Ier de Vermandois en tombe amoureux.

Aliénor était une des plus belles princesses de l'Europe, mais elle était inconstante et coquette.

Le roi se plaignait déjà de la conduite indiscrète de sa femme, lorsqu'en 1148  il partit pour la croisade. La reine voulut, par dévotion, être de la partie, mais dans le désordre et la confusion qu'entraîne un long voyagea elle eut mille facilités de se livrer à sa coquetterie. On l'accusa d'avoir manqué à la foi conjugale. Au lieu d'approfondir cette accusation, de l'absoudre si elle était innocente, ou de la punir si on la jugeait coupable, le roi la répudia sous prétexte de parenté.

Pour se délivrer d'une femme galante, il abandonna le quart de son royaume, et ne crut pas payer trop cher son honneur et son repos. On prétend que le surnom de Jeune qu'on lui donna dans le temps, était synonyme de mal- avisé. Il est du moins certain qu'il consulta plus son intérêt que celui de son royaume.

Cette gaucherie royale a fait à la patrie des plaies mortelles, et a causé cette funeste rivalité entre l'Angleterre et la France qui n'est peut-être pas aujourd'hui même entièrement éteinte. Ce dernier royaume, dans plus de vingt guerres, a dépensé plus de quarante milliards, a perdu plus d'un million d'hommes, parce qu'un de ses monarques voulait, disait-il, être sûr de la lignée qui sortirait de sa femme.

Henri II épousa Aliénor et posséda son riche héritage, qui passa à Richard-Cœur-de-Lion et à Jean-Sans- Terre ses successeurs. Louis VIII, roi de France, s'empara, en 1224, de la meilleure partie de ce duché , et fut couronné duc d'Aquitaine, mais Aimeri, vicomte de Thouars, et Savari de Mauléon, l'un des plus grands capitaines de son siècle, s'opposèrent avec tant d'énergie à ses entreprises, que ce ne fut qu'en 1227 qu'il devint paisible possesseur du Poitou ; les Anglais conservèrent la Guienne, et l'ancien royaume d'Aquitaine fut divisé en deux parts inégales (1).

 (1) Le duché de Guienne eut plus d'une fois à se plaindre de ses nouveaux maîtres. Le prince Noir, entre-autres, accabla les Gascons d'impôts, et les força de s'en plaindre au roi de France. Dans un transport de colère, il fit passer, en 1369, tous les habitants de Limoges au fil de l'épée. Tous ces malheureux prosternés à ses pieds ne purent l'attendrir : il avait usurpé la possession de cette ville sur Jeanne de Penthièvre, à qui elle appartenait d'après le traité de Guerrande.

Je ne dois point oublier qu'un chanoine de cette ville, l'abbé de Voyon, mauvais plaisant, a prétendu que le nom de Limoges venait de deux mots grecs, limos faim, ge terre, terre de faim, pays ou l'on meurt de faim. Les Limousins prétendent que ce chanoine a voulu faire une épigramme.

(Voyez du Laure, Description de la France ).

 

Les successeurs de Louis VIII furent possesseurs du Poitou jusqu'au traité de Bretigny, en 1360, par lequel le roi Jean céda, à Edouard roi d'Angleterre, le Poitou, la Saintonge, plusieurs autres provinces et seigneuries, et notamment le fief de Thouars.

Les Anglais perdirent le Poitou, en 1371 ; il leur fut enlevé par le connétable Duguesclin (1).

Charles V, roi de France, donna le comté du Poitou à Jean, duc de Berri, son frère. Ce prince maria Jeanne de Sully, veuve du prince de Montpensier son fils, à Guy de la Tremouille, porte-oriflamme, et épousa lui-même la fille du duc de Lancastre. Il mourut, sans enfants, en 1415, et son appanage fut réuni à la couronne d'une manière irrévocable, en 1436.

En 1789, le Poitou a formé trois départements : celui de la Vienne, des Deux-Sèvres et de la Vendée. Ce dernier a donné à l'Univers, en 1793, le spectacle d'un dévouement héroïque pour son Dieu et pour son Roi, Thouars a eu beaucoup à souffrir dans cette guerre. On peut dire que la révolution lui a ôté ses établissements, son importance et jusqu'à sa population.

(1)   Ce brave connétable, l'honneur de la France, mourut en 1380, devant la ville de Chateau-Neuf de Randon. Voici l'épitaphe qu'un Poitevin lui a composée :

« Messir Bertrand Duguesclin est ici,  

Par sa valeur connétable de France,

Soutien de sa patrie et de son roi chéri.

Modèle de vertu, d'honneur et de vaillance,

 Il sut punir des Anglais l'insolence;

Dans cent combats il fut toujours heureux;

La mort, pour le frapper, n'eut pas besoin de lance;

Français, pleurez sur les cendres d'un preux! »

 

Histoire de la ville de Thouars, depuis l'an 759 jusqu'en 1815, par P.-V.-J. Berthre de Bourniseaux

.Ducs d' Aquitaine et Comtes de Poitou et plus <==.... ...==> La Conversion de Guillaume X d'Aquitaine, Mariage de Louis VII le Jeune, futur roi de France avec Aliénor de Guyenne

Publicité
Commentaires
PHystorique- Les Portes du Temps
Publicité
Publicité