Geffroy de Lusignan Emma De Blois Geoffroy d'Estissac protecteur de Rabelais Abbaye de Maillezais

De cette églises la destinée fut bien grande, vainement l’incendie s’acharna sur les flancs, vainement le terrible Geffroy  la saisit et l’ébranle, pendant longtemps elle fut toujours jeune, toujours une vie circula dans ses veines, toujours elle grandit, toujours des parures s’ajoutent à ses parures ; rien de beau, rien de grand ne paraît ici-bas qu’elle ne prenne, qu’elle ne s’en empare.

Histoire Geffroy de Lusignan Emma De Blois Geoffroy d'Estissac protecteur de Rabelais Abbaye de Maillezais (1)

La porte du fond n’étant plus assez belle, c’en fut une autre, que l’on ouvrit au midi avec un pérystile, un perron de brillante couleurs ; près de là se trouvait la chaire dans toute son élégance, dans toute sa perfection : là, des galeries, des plafonds, des rosaces, de riches boiseries, là, le jubé dans cette chapelle élevé à la mémoire des saints, dans ce sanctuaire sacré, impénétrable à la foule et aux regards.

Que de mystères, de grandeur et de joie dans ces nuages d’encens qui fument et s’élèvent, dans ces chants solennels, dans cette voix de l’orgue, qui se mêle à tous ces bruits ! Qu’elle majesté dans ce clerc, au milieu de la solennité, vêtu d’une robe éblouissante, qui vient au haut de la tribune, pour annoncer au peuple les paroles de vérité ! il disparait ensuite pour renaître encore.

Il y avait non moins de poésie dans la porte du jubé, qui s’entrouvrait quelquefois comme un voile pour laisser voir un autel splendide, des lumières et des lévites dans toute leur pompe.

Histoire Geffroy de Lusignan Emma De Blois Geoffroy d'Estissac protecteur de Rabelais Abbaye de Maillezais (4)

En descendant du côté du couchant, du côté des tombeaux, l’intérieur devait être moins majestueux ; les bas-côtés étaient trop resserrés ; on l’oubliait vite à la vue des comtes, des guerriers, des prélats, qui tous, rassemblés dans cette partie de l’église, dans cette auguste Nécropolis, rappelaient tant de noms, de grandeurs éclipsées ; puis, au-dessus de la voûte qui s’ »tendait sur ces cendres glacées, il y avait une autre église pour  frapper les regards. Au- dessus apparaissait ensuite la partie la plus intéressante de Saint-Pierre, sept clochers s’y plongeaient dans les airs avec une indicible majesté ; là, au couchant, dans le fond, trois tours à quatre pans, et aux angles de la croix quatre flèches élancées.

Debout, au sommet des contreforts, s’élevaient des statues, les martyrs de la foi, qui semblaient contempler et défendre la magnifique basilique ; du côté du nord, une immense ogive, qui existe encore, étalait aux regards les contours les plus gracieux ; du côté du midi, la noble façade était parée d’une rose, que le soleil à son midi contemplait face à face.

Histoire Geffroy de Lusignan Emma De Blois Geoffroy d'Estissac protecteur de Rabelais Abbaye de Maillezais (3)

Oh ! Qu’elle était belle la sainte basilique, quand le soleil du midi la saluait de ses rayons ! oh ! qu’elle était solennelle quand la nuit, au clair de la lune, elle se mirait dans les flots qui folâtraient à ses pieds ! oh ! qu’elle était belle quand ensuite, aux jours des orages, elle plongeait sa tête si calme et paisible dans les sillons de la tempête ! Mais dieu finit par détourner la tête ; les ondes disparurent, les évêques s’éloignèrent. Bientôt, sapée dans ses fondements, la noble église chancela, dans ses entrailles brûlantes et calcinées les morts tressaillirent, leurs ossements se heurtèrent.

Debout encore, la victime pouvait se ranimer ; mais non, destinée à périr, on la laisse, on la donne, sa noble rose est décimée, ses flèches sont sapées dans leur base, sa tête fléchit et pencha, mais en tombant elle lança des torrents de poussière, la terre trembla, les sources tarirent.

Depuis lors, pantelante et broyée, ce n’est plus qu’un cadavre ; depuis lors hissés le long de ses colonnes, enlacés autour de ses chapiteaux, accroupis sur ses tombes, des hommes brisèrent et jetèrent sous les pieds des chevaux, dans la fange des marais, des pierres sculptées, des modillons, des têtes, des rosaces.Histoire Geffroy de Lusignan Emma De Blois Geoffroy d'Estissac protecteur de Rabelais Abbaye de Maillezais (2)

Toutes les maisons du pays, toutes les cabanes qui s’élèvent sur les bords de la Sèvre, d’où viennent-elles ? de la riche cathédrale ; c’est elle qui a tout fourni, tout construit.

Cependant, Ô Maillezais, de tes splendeurs passées il reste quelque chose, le musée de Niort possède des tombeaux curieux, d’élégantes sculptures, le grand mur du nord, une partie de la croix, une immense ogive, le narthex sont debout, et au fond, l’on peut gravir dans la vieille tour, où résonnèrent tant de fois les bruits de l’abbaye.

Nos travaux terminés, la foule s’écoula ; et après elle, les débris témoins de tant de gloire et tant de chutes rentrèrent dans l’ombre et l’éternelle solitude.

Seulement, comme au quatorzième siècle, de noires corneilles viennent y chercher un asile, y déposer leur couvée ; puis, de temps en temps, les oiseaux du carnage arrivent pour mêler leur cri sauvage au murmure des vents, qui s’agitent et se brisent sur les murs dévastés, mais admirables encore.

Histoire de Maillezais depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours / par Charles Arnauld  (1806-1870)

Histoire Geffroy de Lusignan Emma De Blois Geoffroy d'Estissac protecteur de Rabelais Abbaye de Maillezais (5)

Fouille archéologique de Vendée, le Panthéon des Ducs d’Aquitaine <==....

MAILLIZIACUS (Maillezais en Vendée) Golfe des Pictons<==

L' Histoire de l' Abbaye de Maillezais, terre des colliberts, comtes de Poitiers et ducs d'Aquitaine <==