Emma de BLOIS est enlevée par des Normands lors d'un voyage vers l'abbaye de Saint-Michel en L'Herm

Abbaye de Bénédictins fondée en 684 par l'évêque de Poitiers Ansoald (682-96) avec des moines de l'île d'Hério (Noirmoutier).

L’abbaye fut détruite par les Normands en 877. Ces derniers s’installèrent sur l’île pendant près de 80 ans.

Emma de BLOIS est enlevée par des Normands lors d'un voyage vers l'abbaye de Saint-Michel en L'Herm

Ils s’en servirent comme base d’où ils pouvaient attaquer le Poitou et rançonner les bateaux qui pénétraient dans le golfe des Pictons.

Vikings Vendée Puy du Fou An mil (1)

Aux Xe et XIe siècles l’abbaye est face à une certaine instabilité statutaire due à la mutation féodale et à la menace viking qui perdure jusqu’au début du XIe siècle.


En 993, le monastère passe sous la suzeraineté d’Aimery, vicomte de Thouars.


Il appelle des moines de l’abbaye Saint-Florent de Saumur pour repeupler les lieux, Saint-Michel-en-l’Herm devient ainsi un prieuré dépendant de Saumur.

Emma d Aquitaine est enlevée par des Vikings entre l'Abbaye Maillezais et Saint Michel en l'Herm (3)

Emma vicomtesse de Limoges part de son abbaye en pélerinage

Emma d Aquitaine est enlevée par des Vikings entre l'Abbaye Maillezais et Saint Michel en l'Herm (1)

Emma, est enlevée par des Normands lors d'un voyage, entre l’Abbaye de Maillezais et  l'abbaye de Saint-Michel en L'Herm .

Des Vikings font irruption dans le monastère michelais et après les exactions d’usage, emmène Emma captive, chez eux, là-bas, vers le Nord.

 

Légende de Vendée - Le chevalier et le Sanglier (un démon )<==...  ....==> Emma de BLOIS (D’Aquitaine) est enlevée par des Normands lors d'un voyage vers l'abbaye de Saint-Michel en L'Herm

 

 

 


 

Ex fragm. Aquitanica hist. Tom.3. P. Pithoci.

O tempore infinita multitudo Normannorum ex Danemarcha, et Tresca regione cum classe innumera mare transeuntes, armis confidentes, et multitudine feroci hostium, appulerunt portum Aquitanicum, juxta Pictavorum terminos, et sicut antiqui parentes eorum Pagani nostros vicos, castella, et civitates conati sunt flammis comburere, et populum Christianum ferro diverberare et captivare et Ecclesias Dei, et Monasteria desertare.

Tunc absque mora Dux Willelmus praesumens de Christi victoria, interritus pro nihilo non magnam virtutem deputanuit. Mandauit que per Monasteria Aquitaniae à cunctis cum ecjuniis, et laetaniis Domini misericordiam pulsare, quatenus virtutem hostium conteret, et suum populum victorem et superiorem praestaret, quod factum est ; congregato que plurimo et fortissimo Aquitaniae exercitu electorum pugnatorum, juxta cos castra disposuit circa oram maris imminente iam nocte.

Normanni vero videntes praeparatum Aquitanorum exercitum contra se ad bellum, terrore divino consternati sunt valde timentes, nec ipsa nocte fugere valentes, tum propter littus maris residerunt, et aestus maris tunc cum mitior factus effet, et classis ad terram nudam faceret, per totam noctem circa se foueas praeparaverunt virgis et cespitibus contextas desuper, vt ignorantes bellatores delaberentur, dum currentes equi praecipites ferrentur.

Itaque primo mane crastino nescientes laqueos fouearum exercitus Ducis, ipso Duce in prima frontis acie percurrente velocissimo equo dum calore pectoris super Normannos fraena equorum laxaret, mox per foucas equi cum fessoribus suis delapsi sunt.

Et quia graves eos faciebat pondus armorum, plurimi à Normannis capti sunt, sed divina pictas Ducem mirabiliter eripuit. Nam et ipse casum passus, dum à Normannis pene iam caperetur, licet galca capitis et thoraca humeris magnum gravament effet, tamen fortissimus viribus faltu exusso à fouca profiliit longius, et suis sese redditit. Timore vero eorum qui primi ceciderant et capti iam tenebantur ‘erant enim plures triginta nobiliores) ne forte ipsi à Normannis ne carentur, dimistum est mox bellim. Sequenti vero media nocte, aestu maris inuitante, concito cursu Normanni cum captis nobilitus viris navibus insiliunt, et auxilio maris fuga liberate sunt nec amplius opposuerunt venire in nostro fines. Dux autem suos qui capti erant, missis postea nuntiis ad Normannos infinito pondere auri et argenti dato, omnes redemit et recepit incolumes.