La Queen Anne’s Revenge est-elle La Concorde, Le navire français capturé par le pirate Blackbeard (3)

Le navire capturé par le pirate Blackbeard en novembre 1717 à l’est de l’île Saint-Vincent et rebaptisé Queen Anne’s Revenge est-il bien le négrier La Concorde de l’armateur nantais René Montaudouin ?

Résumé :   Navire à voiles britannique mis à flot en 1710 sous le nom de "Concord", capturé par les Français en 1711 et converti en navire négrier sous le nom de "La Concorde". Capturé par le pirate B. Hornigold le 28 novembre 1717, il devint sous le nom de "Queen Anne's Revenge" le navire amiral du pirate Barbe-Noire (Edward Teach) utilisé pour faire le blocus de Charleston en Caroline du Sud. Il fit naufrage en mai 1718 près de Beaufort (Caroline du Nord). Cet endroit est appelé « le cimetière de l’atlantique » tant de navires s’y sont échoués.

Le nom provient de la bataille « Queen Anne’s War » ou Barbe Noire avait servi pour la marine royale.

le "Queen Anne Revenge's" est l'objet de recherches archéologiques depuis 1996; suite à sa découverte au large de la Caroline du Nord. Plusieurs dizaines de milliers d'artefacts ont été remontés depuis.

La Queen Anne’s Revenge est-elle La Concorde, Le navire français capturé par le pirate Blackbeard (2)

(Ne pas confondre avec La Concorde, la frégate de 12 de classe dessinée par Chevillard pour la Marine royale française et lancée en 1777. Elle faisait partie, avec l’Hermione (1779), la Courageuse et la Fée, d'une série de quatre frégates mises en chantier à Rochefort.)

La Queen Anne’s Revenge est-elle La Concorde, Le navire français capturé par le pirate Blackbeard

La Queen Anne’s Revenge est-elle La Concorde, Le navire français capturé par le pirate Blackbeard ?


Le navire est capturé par les Français en 1711 aux Anglais, l’'année suivante, elle est modifiée dans le but de servir de navire négrier sous le nom de "La Concorde de Nantes" pour le compte de l’armateur nantais René Montaudouin, un riche négociant et un ancien échevin de la Cité des Ducs de Bretagne.


Il armera "La Concorde de Nantes" pour 3 expéditions triangulaires en 1713, 1715 et 1717. Son tonnage est ramené à 200 tonneaux et seuls 16 canons sont conservés.


Le 24 mars 1717, le navire quitte Nantes en direction du port de Judas, au Bénin avec un équipage de 75 personnes.   
Arrivé à destination le 8 juillet, 516 captifs africains sont embarqués comme marchandise. Le 28 novembre 1717, après 8 semaines d'une traversée particulièrement éprouvante, au cours de laquelle 16 membres d'équipage et 61 esclaves succombent de maladie.


le 28 novembre 1717,  "La Concorde de Nantes" tombe aux mains du capitaine pirate Hornigold au large de la Martinique.  Hornigold décide alors d'offrir sa prise à un de ses lieutenants: celui qu'on appellera bientôt "Barbe Noire". Plusieurs marins nantais, ainsi que quelques esclaves décident de se joindre volontairement aux pirates.
Teach proposera gracieusement son ancien navire aux autres, afin de leur permettre de rejoindre au port le plus proche.


10 décembre 1717, arrivée d’un bateau commandé par le capitaine Pierre Dosset.. AN Col 22 (1717)

La première mention de la capture du négrier nantais par deux navires pirates est datée du 10 décembre 1717. Il s’agit d’une lettre de Mesnier, intendant de la Martinique, document conservé aux centre des archives d’outre-mer à Aix en Provence, mais dont une copie microfilmée se trouve aux Archives nationales à Paris.

(….) le 7 de ce mois est arrivé ici un bateau commandé par le capitaine Pierre Dosset de Nantes avec 246 nègres, nègresses, nègrillons et nègrilles. Ce capitaine était parti de Nantes le 12 avril dernier commandant le navire La Concorde pour aller traiter des nègres à la côte de Guinée ou il était arrivé le 8 juillet et, après avoir traité 516 pièces de nègres en était parti le 2 octobre pour faire son retour en cette île.

Mais, le 28 novembre dernier étant à 60 lieues d’ici par 14 degrés 27 minutes de latitude nord, ayant été attaqué par deux bateaux forbans anglais, l’un de 12 et l’autre de 8 canons armés de 250

 Hommes commandés par Edouard Titche anglais, fut enlevé par ces forbans avec 455 nègres qui restaient qui firent dégrader ledit Dosset avec son équipage au Grenadines sur l’île de Becoya proche de Grenade

(compte rendu de recherches dans les archives françaises sur le navire nantais La Concorde capturé par les pirates en 1717 par Jacques Ducoin)

 

« Deux raisons ont permis d’ôter les doutes officiels qui planaient sur l’identité de l’épave », a ajouté David Moore, conservateur en charge de l’archéologie sous-marine au musée maritime de Caroline du Nord situé à Beaufort.

D’une part, le musée a récemment lancé l’exposition intitulée « Le Queen Anne’s Revenge de Barbe Noire » qui regroupe de nombreux artefacts issus du navire. Si l’identité du navire n’avait pas été confirmée, les conservateurs auraient dû intituler l’exposition « Artefacts du supposé Queen Anne’s Revenge », a-t-il expliqué.

D’autre part, l’abandon des précautions officielles pourrait permettre au musée d’obtenir des financements privés et d’ainsi poursuivre les fouilles de l’épave, a ajouté le conservateur. L’État débloque certes des fonds mais les budgets amoindris pourraient bénéficier de l'apport financier de généreux mécènes......http://www.nationalgeographic.fr/histoire/le-navire-retrouve-au-large-de-la-caroline-du-nord-est-bien-celui-de-barbe-noire

 

Précédent.... 3.... A suivre