Le diable a la dent dure à Pyrôme farfadet

L'accès au site de Pyrôme se fait par Moulins bien que le site appartienne à La Chapelle-Largeau, un village avoisinant. Cet endroit est un site boisé ou l'on peut admirer un empilement de rochers de Quarts blanc. Cet assemblage est au centre d'une légende mettant en scène des farfadets et un diable.

 

  À la chapelle-Largeau, les gnomes gardentun trésor au lieu dit Pyronne, un énorme rocher qui se soulèverait à minuit, la veille de Noël. Les pactes avec le diable abondent dans les légendes ; ainsi, les apparitions de la poule noire mystérieuse, de Garou, du Cheval Mallet et la Chasse Gallery. (texte de Véronique de Naurois) http://chemindepapier.blogspot.fr/2016/03/la-bonne-dame-et-le-malin.html

Dans les légendes populaires, les rochers ou « chirons » de Pyraume servent de refuge à toute la gent diabolique de la contrée : loups-garous, lutins, farfadets. Les enfants se montrent avec effroi la cheminée du diable, sa table, son fauteuil et son lit gigantesque. Malheur aux imprudents qui osent regarder par les fissures et sonder les mystères de l’antre infernal ! Afin d’en chasser le démon, femmes et jeunes filles de Moulins organisèrent jadis une procession « sans parler », procédé infaillible, paraît-il, s’il était réalisable. La première femme qui arriva à Pyraume crut voir la silhouette du diable. Prise de frayeur, elle s’écria : « Le voilà ! le voilà ! » Aussitôt elle fut saisie, emportée, et jamais plus on ne la revit.

On voit encore, près des rochers de Pyraume, la fontaine des farfadets. Ces vilains petits bonshommes étaient des maraudeurs incorrigibles et de francs polissons. A la nuit tombante, ils montaient souvent sur la maison voisine de Nérette, dont la toiture se trouve presque au niveau du sol. Perchés sur le tuyau de la cheminée, ils laissaient tomber dans la poêle des flocons de suie et autres incongruités. Ils se plaisaient à taquiner la fermière, à lui voler ses pommes. En son absence, ils s’installaient au coin du foyer, sur les sièges les plus bas, qu’ils ne quittaient jamais sans les avoir souillés....... http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article1982

Mauléon et communes associées Le Moulin de Pyrôme à La Chapelle-Largeau

(photo https://www.facebook.com/grandmauleon/ )

Difficile de croire que cet énorme amas de quartz a failli disparaître. Pourtant, les rochers de Pyrôme étaient déjà exploités par les Romains et on trouve des traces de leur extraction comme source de revenus dans des archives de 1704.
« Au début du XXe siècle, on extrayait ce quartz pour empierrer les chemins du secteur, raconte Jean-Luc Grimaud tout en désignant le trou où se nichait autrefois un volume au moins deux fois plus gros que ce qu'il en reste. C'est grâce à Narcisse Gabillaud, instituteur et archéologue moulinais, que les rochers ont été classés en 1909 au titre des sites et monuments naturels de caractère artistique, ce qui les a sauvés. »
Désormais, les rochers sont saufs et accueillent régulièrement des animations. Mais Jean-Luc Grimaud souligne que le site est riche d'un autre trésor, en péril celui-ci. Presque éventré, décapité et soutenu par des étais, le moulin de Pyrôme a connu des jours meilleurs. Sur le chambranle de la porte, la date de sa reconstruction : 1796. Mais on en trouve des traces antérieures en 1780, avant que les colonnes infernales n'incendient le bourg de Moulins en 1794 et sans doute le moulin avec.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Loisirs/Patrimoine-tourisme/n/Contenus/Articles/2017/08/30/Le-diable-a-la-dent-dure-a-Pyrome-3207452