Tiffauges Janvier 1794 (Guerres de Vendée)

la guerre d’extermination décrétée par la Convention est lancée. Les colonnes infernales de Turreau dévastent le pays. Tiffauges n’y échappe pas, comme en témoigne une plainte adressée par le président du district à Turreau : « Tes soldats se livrent à la débauche, à la dilapidation et à toutes les horreurs dont les cannibales ne sont pas mêmes susceptibles ».


En février, une deuxième colonne menée par le cruel Cordelier incendia Tiffauges et égorgea 600 habitants.

Toutes ces horreurs contraignirent les survivants à un brigandage sauvage, à tel point que personne n’osait y voyager ou y instaurer une administration républicaine pendant plus d’un an.
En juin 1795, le général Hoche fit occuper Tiffauges par les troupes de la République et la pacification fut officiellement proclamée le 15 juillet......

L'Histoire - Les Amis du Vieux Tiffauges

Tiffauges. Site de l'association Les Amis du Vieux Tiffauges. Nous recherchons et nous conservons tout type de documents et de témoignages ayant pour sujet Tiffauges et ses environs. Thématiques : Teiphaliens et Teiphaliennes à travers l'histoire, Gilles de Rais, les Taifales, les moulins et industries de la sèvre nantaise, l'église romane Saint-Nicolas, l'église Notre-Dame de Tiffauges, le bas poitou, les marches de Bretagne, les anciens commerces...

https://sites.google.com

Cholet et la virée de Galerne Octobre 1793- janvier 1794

L'offensive Républicaine de l'automne 1793
Les Vendéens se savent pas exploiter la victoire de Torfou. Au lieu de rester unis pour attaquer et finir la destruction de l’armée de Mayence, ils séparent leur force. Charette et Lescure décident de marcher sur Saint-Fulgent combattre et vaincre une colonne Républicaine. Pendant ce temps Bonchamps échoue par trois fois dans ses tentatives de défaire les Mayençais retranchés sur la rive droite de la Sèvre.
Charrette reprend rapidement son indépendance vis-à-vis de la Grande Armée catholique et Royale et regagne ses cantonnement de Legé. Depuis ceux-ci il tente de prendre l’île de Noirmoutier, une première tentative échoue le 1er octobre mais le 11 octobre à la tête de 3000 hommes il franchit le Gois à marée montante et s’empare de Barbâtre, le lendemain la garnison aux ordre du commandant Wieland capitule sans résistance. Le 14 Charrette quitte l’île après avoir nommé un nouveau gouverneur et laissé 1500 hommes de garnison.

Pendant ce temps les colonnes Républicaines se reforment et les généraux incompétents sont destitués.
Au nord L’armée de Mayence revient très vite au feu. Son avant-garde toujours aux ordres de Kléber occupe successivement Remouillé le 25 septembre, Saint-Hilaire-de-Loulay, Montaigu puis Saint-Fulgent le 3 octobre.
Au sud, le général Chalbos se voit adjoindre les divisions des généraux Santerre et Rey qui viennent d'être destitués. Partant des Sables, de Luçon et de Bressuire il fait converger ses colonnes sur Cholet. Kléber avance sur Tiffauge. Le 12 octobre le chef Vendéen Royrand est défait aux Herbiers, le 14 les corps d’armée venant de Luçon et des Sables commandés par Marceau et Bard s’emparent du mont des Alouettes et incendient les huit moulins dont les ailes permettaient aux insurgés de communiquer à distance. Le 15 octobre les Bleus font leur jonction à Mortagne......

La campagne de 1794

Les guerres de Vendée La Vendée militaire Cette zone d'environ 10.000 km2 recouvre les deux tiers du département de la Vendée, un tiers de la Loire-Inférieure (actuelle Loire-Atlantique), un tiers du Maine-et-Loire et un quart des Deux-Sèvres. En 1789 les provinces de l'ouest avaient beaucoup attendu de la Révolution.

http://revolution.1789.free.fr



la guerre d’extermination décrétée par la Convention est lancée. Les colonnes infernales de Turreau dévastent le pays....

Posté par P'Hystorique sur lundi 4 janvier 2016